mercredi 1 mars 2006

Les Trois Mousquetaires

Nous sommes à la veille d'une belle empoignade dont les royalistes français ont le secret. Rions sous les bombes.
Les sicaires bhopaliens portés sur des cygnes de Coromandel se sont posés quelque part en France ; ils visent les Bussettistes remis en selle par la querelle dynastique des branches matrimoniales légales et collatérales. On parle aussi des petites mains de fer du service action de la maison de Dreux qui auraient disparus à la frontière colombienne et progresseraient vers Caracas, à quel dessein je vous le demande. Des bruits courent à la Zarzuela quant à l'extinction des revendicateurs au béret amarante qui mangent l'honneur des isabéliens chaque matin entre deux briques crues au petit déjeuner. Et tout cela n'arrive à faire percer la Cause ni dans Closer ni chez Chazal et pas même chez Ardisson qui a pourtant la carte du club. Il manque une chaîne gothique spécialisée dans les jeux vidéo pour nous porter aux écrans. Décidément nous n'avons pas la culture de la Communication.

Elle ne servirait à rien pour essentiellement deux raisons, soutenues par deux compagnies de mousquetaires de couleurs différentes.

La Compagnie "argent et or" est organisée verticalement par des empilements nombreux qui se perdraient dans les nuages si le temps n'était si beau. Elle a lu dans les livres qu'un des soucis permanents de la Providence est de réparer le manque à régner dont pâtit feu le royaume de France et de Navarre, pour peu que le tapage de rosaires nombreux et puissants indisposent suffisamment les aiguilleurs du Ciel pour qu'ils y mettent un terme, en abondant au tonneau de nos imprécations. Et le Grand Monarque arrivera dans une étable par un petit matin froid sur le plateau de Langres, entre deux vaches laineuses ! Qu'est-il besoin de se préoccuper de l'Opinion dès lors que le miracle aura eu lieu. La Providence qui va jusqu'au bout de ses idées, ne pourra s'arrêter en chemin et touchera-t'elle dix ans plus tard de sa grâce, les coeurs de tous les Français. Par millions, ils marcheront vers Reims en acclamant le lieutenant du Christ revenu. On attend ! Repos, vous pouvez fumer.

La Compagnie "noire" se moque le la compagnie "sable et or" et de ses fanfreluches, perruques poudrées de troisième mi-temps, épées à glands et bottes chiées sur la cheville. La compagnie noire enfile l'uniforme lazariste à croix de zarmac mais sous la cape grise du carbonaro. Elle ne se déplace que le soir et porte le loup. C'est une compagnie d'affût. Si elle maintient le moral de ses effectifs par des campagnes nocturnes d'engluement des ponts d'autoroute voire des abribus, elle privilégie des taquetiques d'aubaine qui ont fait autrefois le succès d'autres unités retranchées comme elle ; et elle sourit d'avance, sans crampe de la mâchoire, ... à la chance. Tout l'état-major force son destin à travers une procédure que nous résumerons par "la main initiée dans le gant idiot".
Il ne s'agit pas moins que de bourrer les partis politiques qui ont pris la peine de se constituer en investissant beaucoup de bonne idées et de mauvais argent, par des moudjahiddines du roi intégralement convaincus du nec plus ultra maurrassien. A l'occasion, ceux-là dont on espère qu'ils seront positionnés en temps et en heure à l'endroit où se prendra la décision furtive d'installer Monseigneur, devront jeter hors du nid les oeufs du propriétaire pour faire éclore les leurs par le principe du coucou. Il suffit d'attendre la crise qui va tout vous prouver. Repos, vous pouvez fumer.

La troisième compagnie - il n'y a pas de septième - est la Compagnie "bleue". Elle refuse d'inscrire la Communication sur la liste des 7 péchés capitaux. Est-elle partie du mot de Chateaubriand pour lequel "les événements font plus de traîtres que les opinions", pour se défier de la tactique précédente ? Qu'importe, elle privilégie la réflexion de Pierre Boutang qui - de mémoire - disait que le droit du roi naît du besoin du peuple. Ce faisant, la compagnie "bleue" vient de décider de partir à l'assaut de l'Opinion, la fleur au fusil de ses convictions.

Yves Marie Adeline, capitaine de la compagnie bleue, a donc décidé de grimper l'échelle de la tranchée profonde de nos certitudes pour apporter au plus grand nombre de ses concitoyens une offre politique inédite.

Le roi tout simplement


Son délégué de Charente Maritime le dit en peu de mots : "Il est temps de réconcilier les Français autour de leur histoire. Dans une famille, c’est lorsque le Père disparaît que les enfants se déchirent. En monarchie, le roi ne meurt jamais. L’Alliance Royale se propose d’unir nos compatriotes autour d’un nouveau projet qui redonne l’espoir à la France, sa place en Europe et celle de l’Europe dans le monde".

Et les chapelles concurrentes de froncer le nez, et leurs cassandres inlassables, de répéter qu'il vaut mieux faire bouillir les idées magiques dans une petite marmite, et bien choisir qui doit la boire, plutôt que lancer une immense soupe populaire dont on ne sait qui la goûtera !

Comment imaginer d'obtenir le retour du roi par une autre voie que la voie démocratique ? Quand bien même des circonstances exceptionnellement graves privilégieraient-elles le recours à un arbitre suprême tel le prince, encore faudrait-il s'attendre, passés les premiers orages, que ce nouvel Etat doive au minimum être plébiscité par la population, à défaut de quoi, les fermentations gauloises traditionnelles emporteraient l'ouvrage dans une guerre d'opposition qu'on peut prédire violente, si ce n'est même une guerre civile dont se régalent par avance l'immense cohorte de ceux qui n'ont déjà plus rien.

Le site de l'Alliance Royale est construit autour d'un argumentaire de campagne très fourni. Formons le voeu de l'enrichir de nos contributions les meilleures dans le souci de convaincre le lectorat que son meilleur bouclier est le roi. Il faut que ce peuple désorienté sache hiérarchiser ses urgences et privilégier ce premier besoin qui, s'il était satisfait, lui apporterait les premières réponses capables de bloquer le déclin et calmer son désarroi. Le reste est programme.

Alliance Royale
APPEL AUX BONNES VOLONTES

Le président de l’Alliance Royale, annoncera sa candidature à la prochaine élection présidentielle et vous convie mardi 7 mars
à une conférence de presse
Accueil 9h30, début de la conférence 10h00 précises
25 rue du Docteur Lancereaux
Paris VIII
Métro ligne 9 St Philippe du Roule
Parking souterrain Haussmann-Berri


Cette candidature permettra de donner une ampleur jamais vue depuis 1974 à la propagande royaliste. En effet, dès lors qu'un candidat obtient 500 parrainages d'élus, l'État prend à sa charge l'impression et la diffusion des bulletins de vote, des professions de foi, des affiches et la pose de celles-ci. Ce qui veut dire que TOUS les Français sauront qu'il y a une alternative royale à la République et que TOUS les Français pourront prendre connaissance de nos propositions institutionnelles.

Mais pour cela, il faut réunir 500 signatures d'élus, principalement de maires. L'Alliance Royale a besoin de vous pour l'aider à réunir ces 500 parrainages. Si vous êtes un élu, si vous connaissez des élus, si vous voulez vous investir dans ce travail en allant démarcher les maires de votre département, prenez contact avec Christophe Paillard, chargé de la coordination de campagne : 17@allianceroyale.fr .

Nous remercions d'avance les volontaires qui se feront connaître.


Fin du communiqué de l'AR.
Bonne chance, nous ferons notre possible.

2 commentaires:

  1. Merci pour cette note humoristique et sérieuse. Les royalistes du passé et de nos jours méritent en effets d'être mieux connus et plus écoutés.
    Les réflexions isntitutionnelles de l'Alliance royale sont intéressantes.

    RépondreSupprimer
  2. Meme si j'appartiens à la compagnie "Argent et Or",je pense qu'en attentant la manifestation de la Providence,il ne faut pas rester les "bras croisés".C'est pourquoi,j'adhère également à la compagnie "bleue" et soutiens la candidature d'Adeline.
    Le problème sont les "500 signatures";les aura-t'il?Rien n'est moins sur...mais qui sais?
    Amitiés.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly