vendredi 2 juin 2006

Ici L'Ombre !

C'est ainsi que pourrait s'achever la radiodiffusion de la note de présentation du dossier trimestriel de la fameuse revue Les Epées en son numéro 19, qui titre sur les "Fantasmes du complot".
"C’est dans la sombre matrice du complot que naît et grandit la nation démocratique. Non pas forgée au grand jour par les épreuves subies et traversées ensemble, ou mûrie par les jours tranquilles, mais sourdement travaillée par les énergies occultes. [...] Envers symbolique et nécessaire de tous les pouvoirs révolutionnaires, parfait instrument d’explication fantasmatique – et donc irréfutable, le complot traverse toute la société moderne, du XVIIIe au XXIe siècle. Les Épées l’examine, le scrute, le décrypte. Ici l’ombre !"

66 pages de bonheur. Alléchons le chaland déjà par le plaisir du texte qui nous sauve des cuistres qui commandent partout.

  • "Lorsque nous entendons la nuit sur la lande comme un galop dans le grand vent, [...] leurs chevaux échappés vers l'éternité continuent à frapper la terre où se nourrit notre imaginaire européen"
    (d'Antoine Foncin sur Le Mythe d'Arthur de David Jones)

  • "Il donne l'exemple d'un inspiré bouillonnant et régulier à la fois, d'un travailleur passionné et exigeant qui, à force de maîtrise, échappe aux chapelles et aux postures en laissant après lui un trésor"
    (de Stéphane Giocanti sur l'oeuvre du musicien polonais Krystof Penderecki)

  • "Que le Verbe soit le fond de toute parole, on le savait certes depuis le De Magistro de saint Augustin, mais on ne nous le disait plus depuis saint Thomas : la philosophie du langage établie par la langue de l'ineffable est la mise en évidence de ce point aveugle en qui toutes les actuelles tentatives de penser ce phénomène trouvent leur condition de possibilité"
    (de Paul-Victor Victor sur La langue de l'ineffable du Père Vénard)

  • "Que les partis soient un mal absolu parce qu'ils développent la servilité par le conformisme et tuent la capacité des intelligences à la vérité est d'une autre hauteur de vue. On reconnaît la radicalité de Simone Weil écrivant avec la foi d'Antigone, froide comme le métal, tranchante comme une lame, elle dénonce l'imposture des démocraties modernes qui s'érigent, tel Créon, en seule arbitre du bien et du mal"
    (d'Alain Raison sur la Note de Simone Weil sur La suppression générale des partis politiques)


Alors ce complot, c'est quoi ?

Frédéric Rouvillois pose les cartes : "Lorsque le pouvoir est vide, il est facile de croire au complot, mais il est aussi facile d'y faire croire. Le complot en l'occurrence, peut être une conviction (celle des personnes qui croient qu'il existe effectivement), mais c'est aussi un instrument qui pourra s'avérer d'une redoutable efficacité pour ceux qui sauront l'utiliser dans le cadre d'une stratégie politique [...] Les théories conspirationnistes, méthodologiquement modernes et historiquement liées à une démocratie dont elles constituent une forme pathologique chronique, peuvent dans le cadre de ce système, être utilisées par n'importe qui..."

Il nous est démontré ailleurs (16 pages de "complot", un régal) qu'il est le contrepoint indispensable du régime démocratique, tiraillé entre la perception d'une certaine illégitimité et le dogme de l'égalité. Christophe Boutin règle le débat en trois coups de cuillère à pot. Nous avons compris que la multiplication du fantasme du complot tient à deux causes, qui sont filles du monde moderne :

1. L'illégitimité : la dénonciation des complots par un pouvoir usurpateur découle de son inquiétude d'être renversé par n'importe qui, chacun étant aussi digne que lui d'occuper le "trône". A entendre chaque jour dans les déclarations du pouvoir l'exaltation de la République 130 ans après son établissement durable (1875), laisse percer un doute quant au confort politique des détenteurs précaires.

2. L'égalité : Le fantasme du complot sert l'homme moderne déclaré par les Droits l'égal de tous, qui ne saurait accepter le succès d'autrui comme son propre "déclassement", sans attribuer au complot, aux réseaux, aux magouilles en tout genre, cette promotion dont il est exclu.

Ce dossier est excellent. Il ouvre aussi de biais la question de la pertinence d'une stratégie d'aubaine couvée par certaines chapelles royalistes qui se positionnent à l'affût du désastre. Quoiqu'il en soit l'époque présente nous gâte. Les sages de Sion, la Tricontinentale sont avantageusement débordés dans l'esprit revendicatif du citoyen par les gnomes de Bruxelles qui, depuis l'euro, ont remisé sur l'étagère des accessoires de jardin, ceux de Zurich !

Une mention spéciale sur l'article de Patrick Longuet lisant L'avenir du référendum de Rouvillois. Parlant de la Vè République :

"Que reste-t-il de ce régime qui, bien que républicain, restaurait malgré tout l'autorité de l'Etat et ce faisant, pouvait prétendre rendre son rang à la France ? Pratiquement rien. "Attila" de la république gaullienne, Jacques Chirac aura pour ainsi détruit un par un les attributs institutionnels du pouvoir d'Etat". Suit une démonstration impeccable.

Abonnez-vous pour 18 euros en adressant votre chèque à l'ordre d'ADPR à :


Les Epées
6 Rue Henri Say
92600 Asnières

Si vous avez l'esprit d'aventure, souscrivez à travers le site de la revue en réglant par Paypal.

Les Parisiens peuvent feuilleter le numéro 19 et l'acquérir pour 5 euros dans quelques librairies de la place comme France Livre (5è), L'Ecume des Pages, Tschann, L'Age d'Homme (6è), Duquesne Diffusion (7è) ou Le Divan (15è). En province aussi, mais nous n'avons pas encore la liste.

En cas d'absolue nécessité, volez-le, c'est carrément indispensable à votre survie intellectuelle pour s'extraire de la crasse idéologique qui nous étouffe en tous détails. Veillez à le revendre après, en adressant le produit de cession à la rédaction, ceci vous évitant les flammes de l'enfer lors du Jugement dernier des royalistes. Les autres n'atteindront pas le Tribunal, c'est sûr !

Pour le sommaire détaillé du numéro 19 cliquez ... ici, sinon le voici ci-dessous :

POLITIQUE
* Liberté pour tous
* Pipi citoyen
* Les casseurs de la république
SPIRITUALITE
* Devenir de la religion civile américaine
SOCIETE
* Retour des steppes
PLACE ROYALE
* Les Français contre l'histoire
DOSSIER
* Fantasmes du complot
NOS HUMANITES
* Augustin et Pelage
BANDES DESSINEES
LECTURES CRITIQUES
POUR/CONTRE
* Pour une restauration du politique
* A la recherche du conservatisme
MUSIQUE

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly