lundi 10 juillet 2006

Appel aux royalistes

Faites circuler ! – Faites circuler ! – Faites circuler ! – Faites circuler !

COORDINATION ROYALISTE POUR UN REFERENDUM INSTITUTIONNEL

Centre Royaliste d’Action Française - A.F.2000
Groupe de Liaison Royaliste - Les Manants du Roi
Alliance Royale



APPEL A CANDIDATURE



Chers amis,

Un certain nombre de réactions plutôt bienveillantes à notre lettre* aux royalistes, diffusée antérieurement sur la toile, nous incitent à continuer dans la voie tracée par la Coordination Royaliste.

Depuis, des réunions et des échanges parfois âpres mais toujours constructifs ont eu lieu. Une coordination a été créée et un « comité provisoire de pilotage » mis en place.
Ce comité est composé de représentants des mouvements et organisations cités. Nous espérons être rejoints sous peu par d’autres royalistes parmi lesquels les représentants de nos belles provinces !

L’objet de cette « Coordination » est de mobiliser les royalistes, tous mouvements confondus, à l’occasion des prochaines campagnes électorales sur le thème précis de la revendication d’un référendum national pour une réforme institutionnelle : la monarchie ou la république ?

Nous pensons, en effet, que le moment est bien choisi pour remettre en cause la pertinence républicaine, étant donné l’effondrement de l’autorité de l’état, les discours sur la rupture et les appels à une sixième république.
Nous mettons en place, dans le même temps, un site Internet « Changeons de régime » auquel la Nouvelle Action Royaliste apportera sa participation critique.

Objectif : atteindre le 1% aux élections législatives qui permettrait d’obtenir un financement politique public des mouvements engagés dans cette Aventure.

Tandis qu’il travaille à la sélection d’un porte-parole national pour animer la campagne dans les media nationaux, le comité de pilotage a jugé nécessaire, pour poursuivre plus avant, de mesurer l’intérêt de ce projet auprès des royalistes.

C’est pourquoi, sans plus tarder, nous lançons un appel à TOUS les royalistes de France, pour leur demander s’ils sont prêts à s’engager et se présenter sur une circonscription législative en 2007 ! Nous devons trouver 70 candidats sur 18 départements !

Il suffit d’entrer en contact avec nous par COURRIEL et de donner votre nom et votre adresse, votre profession, votre appartenance éventuelle à un mouvement et le nom d’une personne qui se porte garante avec ses coordonnées.
Si nous obtenons un chiffre significatif de candidatures potentielles avant le 28 juillet, date d’ouverture de la session du GLR, alors nous prendrons la décision de continuer. Sinon, nous reconsidèrerons le projet.

Il s’agit d’une déclaration de principe, en forme de sondage, et non, pour l’instant, d’un engagement solennel. Nous contacterons chaque candidat potentiel pour lui présenter la charte, le règlement intérieur et les conditions matérielles. C’est seulement à partir de là et après accord du comité de pilotage, qu’il lui sera demandé de s’engager.


Contact : bd@changeonsderegime.org

Faites circuler ! – Faites circuler ! – Faites circuler ! – Faites circuler !


(*) La lettre aux royalistes d'Olivier de Jouy est reproduite ci-dessous. Elle a été commentée dans un billet de Royal-Artillerie titré "Convergeons !"


Lettre aux Royalistes

Chers amis,
Nous sommes un certain nombre de royalistes, appartenant à des organisations diverses ou bien totalement indépendants, à nous interroger sur les crises que vit la France depuis quelques temps. Si il y avait lieu de s’inquiéter, ce serait bien tard, car cela fait bien quelques décennies, pour ne pas dire quelques siècles, que les luttes pour le pouvoir s’intensifient entre nos toujours nouvelles « élites » tandis que la majorité des Français a le sentiment récurrent d’être dupé.
Fallait-il vraiment une révolution sanglante pour en arriver à ce constat ?
Laissons cependant cette question aux historiens, pour nous préoccuper ici et maintenant, de ce que nous vivons avec nos contemporains.
Précisément, nous sommes quelques uns à penser que toutes les expériences constitutionnelles ayant été effectuées sans grand succès, du moins dans la durée, il convient aujourd’hui de proposer une réforme institutionnelle.
Sommes-nous en effet prêts à prolonger la cinquième République par acharnement thérapeutique ? Ou bien envisageons-nous une sixième, qui ressemblerait plutôt à la quatrième, connue pour son instabilité, ou à la troisième célèbre par sa corruption ?
Nous pensons que les royalistes peuvent apporter une proposition originale pour sortir de cette spirale de l’échec.
Certes nous savons qu’il existe autant de royalismes que de royalistes. Pour autant, nous faisons le pari que sur un dénominateur commun, le changement de régime institutionnel, sans présumer des options plus approfondies des uns et des autres qui font les délices de nos débats internes, nous pourrons faire ensemble un bout de chemin.
Sommes-nous capable en effet de proposer d’une seule voix, en unissant nos faibles forces le temps d’une campagne, une alternative forte aux Français ?

Voici l’argumentaire que nous pourrions développer ensemble si vous acceptiez de vous joindre à nous :
Hors le principe monarchique qui pérennise l'unité Politique de la communauté, les constitutions vivent des cycles qui les rendent plus ou moins efficientes au regard des attentes des citoyens.
De toute évidence la cinquième république cumule des inadaptations (malgré les tentatives de modernisation) qui finissent par légitimer un débat constitutionnel pour les adeptes de la rénovation de la République et, pourquoi pas, un débat institutionnel pour les partisans de l'instauration d'une monarchie démocratique.
Rappelons que le président de la République actuel n'a recueilli que 5 600 000 voix au premier tour sur 41 200 000 inscrits (13,5 %) et 29 500 000 exprimés (19 %) ; une légitimité forcément en question ! Le quinquennat, qui accélère le retour des campagnes électorales, et le cumul des mandats font des dépositaires de l'arbitrage des candidats quasi permanents.
Un slogan: Pour vraiment changer, changeons d’institutions politiques !
Un objectif: L'organisation d'un référendum institutionnel.
Les élections législatives de 2007, conformément à la loi actuelle, seront la référence pour les cinq prochaines années en matière de financement des partis politiques (aujourd’hui: 1.66 euros par voix obtenues au premier tour par les candidats ayant obtenus plus de 1% et rassemblés au sein de partis ayant présentés plus de 50 candidats dans différentes circonscriptions)
Pouvons-nous réussir cela et ainsi financer un mouvement pour un référendum institutionnel
Quelques réunions se sont déjà tenues et des groupes de travail sont en cours de constitution.
Pour travailler ensemble il faut des règles, une charte est en cours de rédaction, nous vous en livrons en extrait le premier article qui dit bien l’esprit qui nous anime.
La monarchie est un principe d’organisation institutionnel qui répond à des besoins d’une société moderne ; de nombreux pays d’Europe bénéficient d’un tel régime et profitent d’une démocratie vivante, d’une croissance active et d’un rayonnement international.

1.1. L’élection présidentielle est un quiproquo qui semble instituer le mensonge en règle d’or de la vie politique nationale. Les Français très attachés à l’élection présidentielle expriment implicitement leur désir d’un chef d’état indépendant, garant de la sécurité, représentant à l’étranger, arbitre du droit et recours en justice, mais ils ne sont pas dupes sur la réalité d’un Président élu au premier tour sur des promesses et au second tour pour éviter le pire par une minorité. (« Je suis désigné par une minorité sur des engagements forts pour gagner le premier tour, je suis élu par une faible majorité sur des objectifs flous pour rassembler au second tour, je me prétends le Président de tous les français le soir de l’élection et je relance ma campagne électorale le lendemain pour assurer ma réélection… suis-je le garant et le référent nécessaire au principe de l’unité nationale ? »

Peut être pourrions nous commencer à débrancher les tuyaux de cette république finissante en posant à nos compatriotes la seule question qui vaille : Le roi pourquoi pas ?
Si cette démarche vous intéresse, n’hésitez pas à nous faire part de vos réactions : olivier.dejouy@voilà.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly