lundi 26 février 2007

Bayrou l'équidistant

Bayrou de Navarre
Bayrou voit converger sur son nom, en renfort de cet électorat du juste milieu que le bipartisme a broyé, des gens déçus de chaque bord et quelques extraterrestres comme des royalistes. Intéressé par le phénomène dont l'image est brouillée par les Guignols de l'Info, je me suis transporté sur son site www.bayrou.fr/.

Il a un avis sur tout et c'est bien normal pour un futur président. A-t-il un avis tranché est une autre question.
Le catalogue Bayrou offre 101 entrées, de A comme "activité universelle à V comme "vote blanc". Votre blogue ne peut les commenter toutes, mais le piéton s'est fait un devoir de les lire toutes. Les plus saillantes à notre avis, sept de politique intérieure, quatre de politique internationale :

Activité universelle, la première entrée est la bonne.
Il ne s'agit pas moins que de réinsérer les moins "performants" dans le tissu social en utilisant leurs modestes compétences pour des services simples d'intérêt public. C'est plus ambitieux qu'il n'y paraît car les réticences viendront des intéressés souvent shootés à la paresse depuis des lustres. Si ces génies méconnus voulaient bien lever les poubelles matinales derrière le camion-benne, nous aurions moins besoin de choisir une immigration de force.
Bayrou, un point, Baïru, one point !

Banlieues
Le problème de la banlieue est indissociable de la sécurité. Or Bayrou sépare les deux entrées. Il privilégie la réinsertion des services publics sous la coupe d'un sous-préfet dans les quartiers impossibles. C'est pur affichage, un sous-préfet termine ses 35 heures le vendredi à 16h. La question de fond est bizarrement simple : comment extirper des quartiers pourris les cinq cents caïds et sous-caïds et les déporter qui dans leurs pays d'origine s'ils sont étrangers, qui dans un bagne pour les "nôtres". Bayrou est trop consensuel, et ses mesures seront phagocytées par la criminalité qu'il évite d'affronter. Mais il n'est pas le seul.

Citoyenneté
Bayrou est un fervent de la démocratie directe et un fana du référendum. Pourquoi ne nous propose-t-il pas d'importer simplement le système cantonal helvétique qui reste un modèle ? A la réserve près qu'à l'étage du pouvoir central la démocratie selon ses voeux tournera vite autour du mât de cocagne puisqu'il ne faudra mécontenter personne à peine d'aboutir à la foire d'empoigne. "Prendre le peuple des citoyens comme un acteur de premier plan, à le placer en face du pouvoir, en situation de partenaire" comme il le veut, est impraticable au delà de la province. Et au fond de lui-même, il le sait bien.

Civisme et service civique universel
C'est l'adjectif "universel" qui fait tout l'intérêt de sa proposition. Les émeutes de novembre 2005 et celles du CPE ont montré que la fracture sociale passe aussi entre les jeunes. Le SCU apporterait ce brassage social que nous avons perdu depuis l'abandon de la conscription. Quoique la moitié de la classe d'âge masculine y échappait par diverses mesures charitables. Universel, oui sinon rien !

Dette et déficits
Le paysan sur sa montagne a compris la perversité de l'endettement quand le mauvais temps ruine la récolte. Si le service de la dette avale déjà toute la collecte de l'IRPP qu'en sera-t-il si par malheur le taux de l'argent actuellement très bas, devait remonter sensiblement ? "Il faut inscrire dans la Constitution l’interdiction pour un gouvernement de présenter un budget en déficit de fonctionnement. En clair, l’Etat ne pourrait plus emprunter pour ses dépenses de fonctionnement - ce principe s’applique déjà pour les collectivités locales. On doit exiger de l’administration un effort de productivité de 2 % par an pendant six à huit ans - c’est ce que font toutes les entreprises françaises. Cela entrera dans un plan décennal de réduction de la dette publique." 100% d'accord.

Elections
Il reconnaît que 50% des citoyens ne sont pas représentés au parlement (le chiffre réel est un peu inférieur) et propose une forte dose de proportionnelle : "Je propose d’attribuer 50 % des sièges par circonscription – des députés qui représentent les territoires ; et 50 % des sièges à la proportionnelle par liste nationale, comme en Allemagne. Ainsi, la réalité territoriale de la nation et sa réalité politique, sont-elles représentées à égalité." D'accord. Mais quand donc la maturité de l'électorat français lui permettra-t-elle de s'exprimer à la proportionnelle intégrale comme dans une vraie démocratie, la recherche du bien commun fédérant ensuite les énergies ? Peut-être jamais !

Réforme de l'Etat
"Les Français sont profondément attachés à l’Etat républicain. Ils refusent de le voir amoindri. François Bayrou pose une exigence : rendre l’Etat simple et efficace, condition pour qu’il recouvre toute sa légitimité."
Je crois plutôt que nombre de Français se posent des questions interdites par la Constitution. Si le modèle social est ringard, qu'en est-il dès lors du modèle politique et philosophique qui le fonde ?


Passons à la politique internationale, domaine réservé du chef de l'Etat en voie de délaissement au profit d'une diplomatie européenne.

Afrique et développement
Le diagnostic est facile mais l'ordonnance tient du cautère sur la jambe en bois car le déversement d'aides encadrées dans un grand plan Marshall n'arrachera pas le continent à sa misère endémique. Il serait plus utile de comprendre comment ont émergé les pays du continent asiatique et acclimater les processus, en cessant une bonne fois d'abonder aux caisses romantiques d'assistance. L'urgence exige des réflexions techniques ayant priorité sur tout autre. Une sur mille : quid de la production d'électricité de masse à l'échelle du sous-continent noir ? Pourtant l'électrification des campagnes est un vecteur de développement vieux comme Lénine !
Néanmoins il n'est pas dupe : "j'ai depuis longtemps l'impression que des fleuves de subventions se perdent dans les sables."

Dissuasion nucléaire
Le grand désarmement tant vanté est-il au programme d'un simple quinquennat quand la prolifération incontenue fait éclore des menaces sérieuses un peu partout ? C'est plutôt un objectif à long terme à discuter avec des dirigeants responsables et puissants à la fois. Nous ne nous qualifions pas en terme de puissance. Mais l'arme nucléaire est notre dernier atout de crédibilité. Désarmés dans le futur comme tout le monde, nous disparaissons pour de bon des enceintes internationales !

Equlibre du monde, Etats-Unis
La multipolarisation (dans son cas la bipolarisation fondée sur une Europe puissance) est un voeu pieux concernant la France. Le rôle de contempteur de l'Hyperpuissance est dévolu à la Chine, voire à l'Inde, qui sont sur de vraies trajectoires impériales poussées par un dynamisme semblable à celui qui meut l'Amérique du Nord. L'Europe en comparaison est arrêtée sur ses avantages acquis vermoulus et devient un continent de vieux à qui il sera bientôt facile de faire peur à peu de frais !

Mondialisation
C'est le type même du sujet pour estrades convaincues. Vouloir régenter la mondialisation et le modèle économique mondial participe à mon sens de la même utopie que de vouloir réformer les services de la météo pour sauver le maïs ! Mais bien des gens sont sensibles à ce discours, à un point tel qu'on le retrouve sur les affiches tirées par de jeunes royalistes.

Les entrées suivantes sont purement électoralistes : antisémitisme, bombes à sous-munitions, chasse, condition des femmes, génocide arménien, racisme, personnes âgées, mais sont aussi des passages obligés par la loi du genre démocratique. L'immigration n'est quant à elle pas vraiment traitée et pourtant il faudrait savoir si c'est la réponse des instances européennes à la dénatalité grave du continent. La question cruciale des retraites est bottée par un "up-and-under", mais le financement n'est pas abordé sérieusement.

Il est certain que certaines propositions hérisseront le royaliste et finalement le barreront d'apporter à Bayrou son soutien "en dépit de". Parmi les plus osées, l'homoparentalité et le fondement laïc de notre société quand il dit à propos du voile des jeunes musulmanes "Ce vêtement qui se fait signe affirme d’abord que la loi de Dieu est supérieure à la loi des hommes." C'est un républicain fervent.

Après deux heures passées sur son site (bien construit) je ne sais s'il dit tout ce qu'il pense dans des domaines qu'il connaît très bien comme l'agriculture et l'éducation car son discours semble abrégé, et s'il pense vraiment tout ce qu'il dit dans les domaines européen et international où il nous fait une crise d'angélisme.

carte postale Bordères

2 commentaires:

  1. J'ai lu avec intérêt votre texte, notamment vos doutes quant à un plan Marshall pour le développement de l'Afrique.

    Pour avoir travaillé dans de nombreux pays, et notamment dans plusieurs états d'Afrique, j'ai la conviction que des apports financiers supplémentaires seraient inutiles tant que d'autres facteurs, essentiels, ne sont pas pris en considération. Notamment des éléments comportementaux.

    Puis-je me permettre de mentionner un article du blog "Politic Plus" à ce sujet, qui précisément explique que des transferts financiers seraient vains. Voir http://politic.blog4ever.com/blog/lirarticle-73993-197582.html

    Et merci pour vos intéresssants commentaires.

    Robert Z.
    http://politic.blog4ever.com/blog/index-73993.html

    RépondreSupprimer
  2. Je partage tout à fait votre analyse du plan Marshall. C'est tout à fait inadapté. Je ne crois pas que l'Afrique puisse faire l'économie de plans de développement lourd sectorisés par sous-régions.
    On en connaît les effets pervers et à ce titre on doit pouvoir les minimiser.
    Très intéressant votre blogue Politic Plus.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly