jeudi 19 avril 2007

Nihous le Wisigoth

Frédéric NIHOUSCe billet est à l'attention des patriotes et de nos cousins indentitaires. Il vise à les convaincre de voter dimanche prochain pour monsieur Frédéric NIHOUS en application de la maxime "à l'impossible nul n'est tenu sauf un Français".

Les lignes ou fractures de notre paysage politique ont sensiblement bougé depuis le coup de tonnerre du 21 avril 2002 répliqué le 29 mai 2005 par le refus populaire des diktats de la nomenklatura européenne. A tel point que nous voyons les candidats majeurs (dans les sondages du moins) puiser à pleines mains dans le caddy nationaliste autrefois jalousement tenu par le Front National et quelques supplétifs. Il n'est pas nécessaire d'égrener la liste des mesures frontistes qui sont ouvertement privilégiées par les deux candidats de tête, chacun les connaît.

Les adversaires des thèses Le Pen diront qu'elles ont métastasé par toute la classe politique de gouvernement, sauf peut-être chez François Bayrou qui nous refait le coup de "l'ailleurs" tenté jadis par Michel Jobert ! Si le marché d'images qu'est devenue notre démocratie ne le barre pas, il peut réussir à prendre le poste en faisant ce grand écart jobertien. Pour aboutir à quoi est une autre affaire ! Chacun des autres ayant acheté son package natio, à quoi bon dès lors renouveler l'alarme ? Pour obéir au "jamais deux sans trois" ? Ce serait puéril.

Pour des raisons qui tiennent certainement à la psychologie du sujet, il est exclu de prédire une mise en oeuvre du programme frontiste par son originateur, l'intéressé souffrant à l'évidence d'une phobie du succès pour avoir si souvent ruiné ses chances par des humeurs intempestives qui en plus, n'intéressaient que lui-même et ses ennemis, mais jamais la France.

Le programme essentiel du Front étant inclus dans tous les programmes des candidats en position de l'emporter, et son volet économique n'étant pas au niveau requis dans un monde plus compliqué qu'ils ne l'imaginent à Montretout, il n'est pas nécessaire de repasser le plat.

La France est néanmoins en péril dans son essence même, dans son identité, dans ses moeurs, encore faut-il la saisir dans sa réalité. C'est quoi la France au fond ?

Pour avoir un peu couru le monde, j'ai partagé à chaque retour au pays le "Gott in Frankreich" de nos envahisseurs bien-aimés qui ne se satisfirent jamais du Serment de Strasbourg et de leurs noirs terroirs. Entourée de pays quelconques, embrumés sinon poussièreux, sauf la Suisse alpine, le Piémont et la Toscane, la France est une terre de lumière unique au monde, qui marie montagnes, fleuves et bois, plaines et mers, cultures immenses et forêts profondes, faune abondante et diverse, sous un climat qui protège les moins pourvus de ses enfants, le tout parcouru par un peuple instruit et jouisseur qui n'a pas son pareil pour mettre en valeur ses défauts.

Ouvrons les yeux pour comprendre : c'est le sol même du pays qui est mis en cause, agressé par une civilisation échevelée et décadente ! A rouler en région on voit l'urbanisation de mauvaise qualité laissée aux satrapes municipaux, ronger les meilleures terres d'Europe au moment où nourrir l'espèce humaine devient un défi majeur de notre époque. La surexploitation du territoire en tous domaines produit des scories et gangrènes en tout genre qui sont lavées à l'eau extraite jusqu'à puits sec de ce même territoire, à défaut enfouies en son coeur pour y pourrir sur des générations. Il est toujours de bons motifs pour asservir plus encore nos espaces à notre avidité citadine, le plus banal étant ce sacré développement sans lequel l'incurie de nos dirigeants serait insupportable. Tous l'avouent qui tirent des traites sur le retour de la croissance. Jusqu'où veulent-ils aller ? Ils ne le savent pas eux-mêmes, au fond s'en soucient peu, le poste visé n'étant qu'en CDD. Quant aux générations futures, puisque les précédentes ont survécu à deux guerres mondiales, elles s'en dém ..., n'est-ce pas ?

Un candidat stigmatise cette dictature de la Cité sur l'Espace et sur le Temps. Il dit défendre la ruralité, un mot qui ne veut rien dire mais qui cache de vraies valeurs. Elles remontent très loin ces valeurs "rurales" et furent apportées sur notre sol par ...... les Barbares ! On les résume par l'amour des champs, leur possession et leur mise en valeur directe, la fierté par la liberté de les parcourir. Ce frémissement intime à la limite de l'ivresse parfois, s'affronta d'entrée à l'empire des cités que constituait l'Empire romain. Ayant abouti à une qualité de vie citadine que nous ne retrouverons jamais plus, il ne connaissait l'Espace "orbi" qu'en tant qu'assiette fiscale et distances à franchir. Il y réussit fort bien dans les chaussées et viaducs, et dans les manoeuvres militaires. Les Barbares ruinèrent l'Empire devenu Bas, et construisirent ce que j'ai appelé dans un billet plus ancien, la charpente féodale, une organisation remarquable de l'espace dans ses moindres recoins, fondé sur un cadastre minutieux, le socle même du système hiérarchique que l'on connaît encore mal à travers des images pas toujours honnêtes. Cet âge dit moyen passa de l'adolescence à la décrépitude sans qu'il ait eu le temps de son apogée, mais il laissa la trace d'admirables élans comme d'intolérables abus qui sont encore la marque de l'Occident. L'Occident vient du Moyen Âge. Notre terre aussi !

Le Moyen Âge féodal a succombé sous les coups patients et sans cesse renouvelés de ses adversaires qui entendirent dès le départ l'exploiter : l'Eglise qui prêcha l'asservissement des âmes, les rois désireux de rétablir le despotisme unificateur de l'époque romaine, la bourgeoisie des villes accapareuse des fruits de l'activité humaine au seul prétexte de détenir le capital pour sa mise en valeur. Les trois institutions qui le vainquirent à mort, agonisent à leur tour, dévorées par la démocratie ou plutôt son avatar naturel, la démagogie qui in fine les tuera ! Deposuit potentes de sede et exaltavit humiles ! C'est fait, on est au ruisseau !

Bien qu'il ait fait souche dans le Sud-Ouest, Frédéric NIHOUS ne retourne pas à l'époque wisigothique. Débarqués chez nous vers 415 après une excursion mémorable à Rome - ils y auraient pris l'Arche d'Alliance hébraïque pour la cacher je ne vous dis pas où - les Wisigoths construisirent très vite un royaume imposant qui forma un arc épais depuis la Ligurie italienne jusqu'à l'Aragon espagnol et développa en moins de cent ans une unité de moeurs et d'usage assez remarquable, et une langue connue aujourd'hui sous le nom bizarre d'Occitan. Ils avaient le tort de préférer la lecture arienne du christianisme au motif de quoi l'Eglise de Rome leur lâcha ses Francs. Vouillé 507 !

le Goth Alaric
NIHOUS défend la terre, notre terre, le sol, notre sol, la qualité de la vie humaine, chez nous, sans prendre la remorque de l'altermondialisme trotskyste de la Campesina, ni les lubies marxistes des Verts en recherche permanente de prébendes, bien au chaud dans leur Marais à Paris 4è !
Il aime les traditions, le point du jour et la laine qui monte des labours au printemps, les haies qui bruissent de la dispute des merles, la mouche sur l'étang, les arbres qui chuchottent au vent, le blitz du chevreuil dans la futaie, les chemins creux bordés de violettes, la surprise des champignons ou du lièvre qui détale, le prix de la sueur à la peine des hommes vrais, convaincus de ce jardinage géant qu'est l'agriculture, et la cheminée que l'on sent de loin qui annonce la soupe. Il tient des propos mesurés, argumentés sans véhémence comme un paysan, bien qu'il soit fils de mineur. Et bien qu'il ait une maîtrise de droit public et européen, qu'il soit diplômé en droit économique international, il ne sent pas la chicane surie. C'est un candidat viril ; ça finissait par manquer !

Alors pour qu'une fois, cette fois, le message en faveur du Sol franchisse le mur d'indifférence et accessoirement que celui qui le porte rentre dans ses frais, votez Frédéric NIHOUS, un type bien !

4 commentaires:

  1. Vu comme ça, c'est vrai que c'est tentant...le slogan "la ruralité d'abord" m'a touché au coeur.Mais pour après, ça sert à quoi?

    RépondreSupprimer
  2. Le dispositif électoral a le mérite de clarifier la suite par tout ou rien.
    Compte tenu que les quatre grands partis prennent 80% au premier tour, ceux des huit autres candidats qui ne perceront pas la membrane des 5% (il n'y a que 3 places) disparaîtront corps et biens dimanche prochain à 20h01 !

    Celui qui percera sera admis dans la cour des grands et pourra entreprendre le lobbying de ses intérêts politiques dans le cadre du chantage légal des législatives au scrutin majoritaire.

    C'est ce que je souhaite à Nihous qui pourra dès lors insufler une bonne dose de ruralité dans les programmes des autres, à commencer par une mise à plat de l'aménagement du territoire.

    Deux candidats sont sur ce territoire : Schivardi le burlesque, et Bové sur le tracteur de sa femme quand FR3 monte de Montpellier. Y a pas photo !

    RépondreSupprimer
  3. J'aurai pu être tenté de voter pour lui, mais il est pour le mariage des homo.

    RépondreSupprimer
  4. Patriotisme et Protestantisme23 avril 2007 à 15:21

    J'ai choisi Philippe de Villiers

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly