mercredi 18 juillet 2007

Université d'été AR 2007

YMAMais où est passé Monsieur de Boisbrunet ? Court-il tel le furet au bois joli ? On me dit dans l'oreillette qu'il est sur la Légende des Siècles. L'Oeil était dans la tombe et regardait Caïn ! A peine remis de son Histoire Mondiale des idées politiques en format portable, il versifie avec bonheur sur le roman historique bainvillien. L'eut-il fait sous forme de bande dessinée qu'il aurait inondé les plages pluvieuses de ce mois pourri. J'attends pour la rentrée la Saga cosmique des Illuminatis qui devrait clôturer la saison littéraire du président de l'Alliance Royale. Sauf surprise, il n'a pas l'intention de faire un calendrier 2008.

J'avais cru benoîtement comprendre qu'à défaut des grives législatives nous aurions les merles municipales et qu'il fallait former nos bataillons, marchons, marchons ... La guerre gronde au loin, les armées se rangent, Juppé renonce à Varennes en Québec, les histrions de l'UMP font l'aumône par toute leur circonscription, les socialistes briquent les fusils en expliquant que tout est de la faute à Solferino et le Modem essaie de capter les retombées dissipées de la gloire bayrousienne. Gallia par Adeline
Même les communistes serrent les lacets des Doc'Marten's en prévision du choc, et tous chassent l'Arabe non pour le bastonner mais pour l'inscrire. Sans doute les royalistes s'affairent-ils dans l'ombre à bâtir des listes imprenables, à moins que l'on ait décidé - et c'est ma crainte - de ... faire un test !

Reims est communiste, Amboise orléaniste, Fontainebleau visée par le prince Napoléon, Chantilly trop marqué par le Jockey Club, Poitiers c'est "touche pas à mon pote, Charles", reste Versailles. Voilà ! On va prendre Versailles. La profession de foi est prête. Cliquez ICI pour l'apprendre par coeur, elle est la base du "test".

Merci d'être revenu sur Royal-Artillerie.
La partie de la profession intéressant les Versaillais est reprise ci-dessous :
"Versailles est une ville authentique, et nous voulons qu’elle le reste. L’authenticité sonne bien à notre cœur royaliste. Malheureusement notre ville vit aujourd’hui sous l’ombre de son château, comme beaucoup l’on déjà remarqué, avec un centre ville et des commerces de proximité qui périclitent, fragilisant ainsi la vie sociale. La circulation, le stationnement, le logement sont de vrais problèmes auxquels il devient urgent de trouver des solutions. Si rien n’est fait, Versailles deviendra une authentique ville dortoir où l’on travaille à Paris, fait ses courses à Parly et regarde passer les cars de touristes. Nous voulons, avec vous, faire de Versailles une ville accueillante et dynamique où les corps sociaux seront équitablement consultés, et qui sache ainsi relever les nouveaux défis urbains sans rien renier de son patrimoine. C’est cela la représentation participative à laquelle nous sommes attachés."

salle des mariages de Versailles
Je n'ai pas trouvé l'axe royaliste qui puisse se démarquer de celui des listes concurrentes, du moins celui qui, une fois l'élection gagnée, afficherait les prémices d'un "accomplissement" royaliste à l'étage des villes ou villages. La liste communiste (il n'y en a pas à Versailles) pourrait se saisir de cette proclamation et l'insérer sur ses affiches sans changer un iota ! Les socialistes pareillement. Les MoDemistes itou avec un zeste d'européanisme, Versailles capitale politique de l'Union ! Pourquoi est-ce si difficile ?

Par défaut d'imagination !
Bien sûr que la monarchie est récupérable au niveau municipal mais pas comme un accessoire diffus de la gestion d'assistance sociale de la cité. Tout le monde sait faire, et souvent le fait très bien avec un mérite immense tant la charge est écrasante et précarisée par les lois de responsabilisation des édiles. Qu'est-il besoin d'attendre les royalistes en loden pour une bonne gouvernance communale ?

Par contre, nous pourrions faire la promotion de l'université communale telle qu'elle prospérait sous l'Ancien régime, avant que la centralisation et l'uniformisation ne l'étouffent. Revendiquer libertés et franchises communales pour desserrer le triple étau départemental, régional et central, retrouver jurandes et maîtrises pour s'affranchir des agendas nationaux des syndicats politiques, relancer les confréries de buveurs du label blanc, etc...

carte des Pays d'EtatsDit en passant, on serait bien avisé de choisir l'organisation des communes en se limitant aux pays d'Etats plutôt que d'Election où se profilait déjà le caporalisme impérial. Il y a du choix : Artois, Basse-Navarre, Béarn, Bigorre, Bourgogne, Bresse, Bretagne, Bugey, Cambrésis, Charolais, Corse, Flandres, Foix, Gévaudan, Hainaut, Labourd, Languedoc, Mâconnais, Marsan, Nébouzan, Provence, Quatre-Vallées, Soule, Velay et Vivarais. 25 listes au programme adapté chaque fois aux chartes antérieures (c'est les vacances !). On oubliera volontiers que sur les ruines de la féodalité s'était mise en place presque partout une centralisation administrative puissante actionnant une administration très active depuis Louis XIV (certains la font remonter à Louis XI). Après tout c'est d'un programme électoral qu'il s'agit, pas d'un cours d'histoire.

Les gens ont-ils soif de démocratie communale, de libertés de faire et défaire, d'organiser leur conseil autrement, de passer à la proportionnelle intégrale, de votations par collèges dans les domaines de leur ressort ? Ah ... le temps béni du scrutin par feux ! Elaborons donc une doctrine d'organisation municipale royaliste fondée sur la démocratie de proximité, même si organisation et démocratie sont antinomiques dans le coran maurrassien ; mettons la en musique en expliquant que c'est notre queue de trajectoire (très rare de se dévoiler par les temps qui courent) et portons la aux élections municipales en insistant sur une gouvernance impeccable vers un projet libertarien pour lequel nous pétitionnerons régulièrement au cri de "Les libertés en bas", magnifique slogan ou "l'Anarchie + 1", terriblement subversif !

Les gens n'en auraient-ils cure que nous devrions aussitôt renoncer car il n'y aurait dès lors aucun terreau sous nos semailles ; et c'est bien ce que je crains. Hormis cela, l'assaut des royalistes risque de beaucoup décevoir !

La plateforme politique de l'Alliance Royale est de niveau présidentiel. Faute d'avoir su séduire 500 maires - sur la base par exemple de cette doctrine municipale ou toute autre du style de Schivardi (??!) - elle n'a pas pu être exposée par notre candidat. N'attendons pas cinq ans ! Construisons un argumentaire royaliste.

Qu'en pense le "roi", me siffle-t-on. C'est justement tout l'intérêt du niveau municipal : le roi n'a rien à y dire ou redire, sauf à prendre le cheval qu'on lui laisse. Profitons-en !

Tout ceci pourrait être débattu lors des journées de l'université d'été de l'AR qui se tiendra à Paris les Samedi 8 et Dimanche 9 septembre dans un hôtel particulier du 7e arrondissement.

student hat
" Perspectives d’avenirs pour l’Alliance royale, nouvelles échéances électorales, royalistes et médias, diplomatie et royauté, conférences, ateliers etc. Comme à l’accoutumée, des thèmes divers seront abordés afin de former, d’instruire et de construire. Des intervenants de renom se succéderont à nos tribunes pour le plus grand bonheur des participants ".

Réservez dès maintenant votre place en utilisant le bulletin d’inscription ci-dessous :
Téléchargez svp !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly