mercredi 17 octobre 2007

Le lien "stratégique"

Je n'ai pas l'habitude de présenter les sites liés au présent blogue, ils se présentent eux-mêmes si l'on clique dessus, et avec la fonction "Snap" le passage de la souris sur le lien indique s'il est actif. Mais la règle exigeant l'exception qui la confirme, je vous présente aujourd'hui le lien dedefensa.org de Liège.
C'est une structure Web plus aboutie qu'un blogue ou qu'une lettre électronique, entièrement dévouée aux questions de défense, et qui use d'une précision de langage toute militaire.

dedefensa.org
Accueil :
* En 1985, naissance de la Lettre d'Analyse de defensa & eurostratégie(Context en anglais), en 1999 au tour du site dedefensa.org.
* Nous définissons nos engagements à la manière des "antimodernes": «Celui qui peut dire "nous modernes" tout en dénonçant le moderne.»
* Le réseau joue un rôle critique crucial des forces déstructurantes qui sont la cause de la crise de notre civilisation : nous participons à cette bataille de l'information et de la perception avec notre grille de lecture du postmodernisme (le virtualisme).
* La logique de notre engagement nous soutient avec fermeté et constance.

D'accord, vous n'avez rien compris. Ils se déploient dans une explication mieux à propos que vous lirez en cliquant ici.
...

C'est Philippe Grasset la cheville ouvrière. Il est lui-même analyste, journaliste indépendant, chroniqueur, écrivain. Cela n'empêche en aucun cas les publications d'avoir des appréciations politiques marquées. Et marquées comme il faut. J'ai adoré sa défense et illustration de Joseph de Maistre.

Philippe Grasset est un Français de 60 ans. Pied noir algérois rentré en France au début de 1962.
Bac philo, 3 ans dans la pub à Paris puis, fin 1967, expatriation à Liège, débuts dans le journalisme.
De 1967 à 1985, journaliste au quotidien national La Meuse-La Lanterne essentiellement dans les chroniques de politique extérieure et de sécurité.
Première tentative dans l’univers de la “lettre d’information” en 1978-1980 (Definter pour Défense Internationale).
Journaliste indépendant (chômeur ?) en 1985, lancement de de defensa Lettre d’Analyse, le 9 septembre 1985.

Le "Maistre" le voici :
Ayant fait référence à Joseph de Maistre dans une de ses chroniques, il suscita l'étonnement d'un lecteur abasourdi de lire pareilles vieilleries comme la transcendance de l'histoire dans une analyse moderne, à quoi il lui fut répondu, sur un mode savoureusement trrranscendantal à la Dali ... :

Cher lecteur(s), la condition d’un intérêt quelconque et enrichissant pour la méthodologie maistrienne, c’est de ne pas chercher à la comprendre (à l’expliquer) mais de l’utiliser après l’avoir ressentie comme juste par intuition et éventuellement reconnue par expérience. Ce que, manifestement, vous faites et ce qui fut, à notre sens, la démarche initiale de Joseph de Maistre.

Qui est-il ce Maistre? Un érudit aux opinions tranchées et à la plume superbe, mis au placard de la démonisation par la sotte et indigne intelligence française qui tient les rênes du pouvoir, de ses ors et de ses privilèges depuis des siècles et des siècles, et qui représente nécessairement le parti de l’étranger en France (des adversaires de Jeanne aux collabos de Hitler, aux staliniens du type “Il ne faut pas désespérer Billancourt”, aux libéraux partisans des “bombardements humanitaires” du Pentagone d’aujourd’hui). Maistre est l’archétype de la hyène puante et réactionnaire, du “salopard” sartrien avant l’heure.

Cela dit, la vérité est que Maistre fut, avant la Révolution, une lumière de la maçonnerie (entrée en 1773), qu’il délivra un Mémoire superbe, resté célèbre, au Grand Maître de son ordre, le duc de Brunswick. Puis il y eut la révolution. Comme Chateaubriand, autre libéral bronzé au feu de la médiocre et sanglante folie humaine, Maistre devint anti-révolutionnaire, papiste, réactionnaire, protecteur des royautés légitimes. Cela dit (bis), il creva la faim comme tout homme de belle vertu non référencée qui se respecte. Nommé ambassadeur du Roi de Piémont (dont il était le sujet) auprès du tsar Alexandre le libéral, c’est lui-même qui, à Saint Petersbourg, entretenait chichement son ambassade, sur ses maigres deniers, crevant de froid parce qu’il ne pouvait acheter du bois pour l’âtre froide, recouvert d’un manteau pour écrire ses dépêches diplomatiques sublimes dont le roi du Piémont se foutait du tiers comme du quart. Le roi de Piémont oubliait de lui servir ses gages. Allez donc parler de cette anti-rente de la liberté de l’esprit à nos intellectuels anti-sarkozystes et aux autres, les antiaméricains de salon comme les pro-sarkozystes et pro-américains des mêmes salons, — bref, à tous nos intellectuels installés, le cul au chaud…
Passons cette polémique pour vous dire que ce qui nous passionne chez Maistre, d’ailleurs comme chez Chateaubriand, c’est sa perception intuitive de la transcendance de l’Histoire. Maistre n’explique pas cela, il en est habité et il est observe le monde à la lumière de ce feu intérieur.



Le site dedefensa.org est très riche, une vraie mine d'informations et analyses sur tout ce qui est stratégique. Ses archives sont volumineuses, la navigation assez aisée compte tenu du matériau accumulé. Nous vous laissons découvrir tous les sujets de l'actualité brûlante, en gage de quoi nous vous offrons ses trois dernières analyses gratis pro deo :

La France qui flotte
La politique iranienne de la France est une chose étrange. Ses effets sont étranges. On peut sans aucun doute y retrouver certains aspects contradictoires de ce que nous nommions, dans un autre texte, le 22 septembre, “la quadrature de Sarkozy”. Le seul aspect de cette politique qu’on peut juger compréhensible, — ce qui ne signifie pas nécessairement justifiée, ni avisée, — c’est la logique qui l’a conduite, qui est une logique bien française (bien cartésienne). La suite ici.

Rafale et paroles de ministre
« F-35 versus “Rafale” » Un lecteur : Comment appréciez vous (avec votre clairvoyance habituelle) la sortie incroyable, la semaine dernière, du ministre français de la défense contre le “Rafale”, au vu de ce qu'est en train de devenir le programme F35. N'était-ce pas au contraire le moment de dire que le “Rafale” est supérieur sur beaucoup de point, non seulement à ce que sera le F35, mais à d'autres avions américains, sans mentionner l'Eurofighter? Mais peut-être que M. Morin a le jugement faussé par des influences que nous aimerions connaître.» (Les Manants ont repris l'info). La suite ici.

Histoire de l'histoire américaniste
L’extrait de l’ouvrage en composition que nous présentons, l’ouvrage lui-même, constitue une tentative de révision de l’histoire officielle. Celle-ci, l’histoire officielle, est servie (comme on “sert la messe”) par ceux que nous nommons en général “les historiens assermentés”. Il s’agit de ces historiens qui ont sacrifié aux exigences d’une vie réglé par les consignes et la fortune d’une vie sociale et mondaine imposée par le système, le sens et la substance de la mission qu’est la fonction pour nous sacrée d’historien. Pour “les historiens assermentés”, le catéchisme existe et il n’y a pas de mystère dans l’histoire. Au contraire, pour nous l’Histoire est d’abord un mystère. La suite ici




Quatre livres ont été publiés par Philippe Grasset :
*La drôle de détente, 1978
*Le regard de Léjov, 1989
*Le monde malade de l’Amérique, 1999
*Chronique de l’ébranlement, 2003

Ph.Grasset_Chronique
PH.Grasset_Monde malade


Mais vous ne pouvez pas partir sans avoir lu son Groupe de crétins congénitaux devant l'énigme russe. On y est en plein !

Si ce billet vous a plu, vous pouvez le faire suivre à un ami en cliquant sur la petite enveloppe ci-dessous :


4 commentaires:

  1. Dans un article de novembre 2006 Ivan de Duve des manats du Roi avait fait une présentation fouillée de dedefensa.org.

    ici l'adresse Internet

    RépondreSupprimer
  2. Merci.
    Bien que lecteur fidèle des Manants cet article m'avait échappé.

    RépondreSupprimer
  3. Dedefensa est un site de base en stratégie exploité par beaucoup d'experts qui viennent y puiser leurs analyses, sinon vérifier que rien ne leur a échappé dans l'explication du monde.
    Bravo d'avoir fait ce post.

    RépondreSupprimer
  4. Je connais Dedefensa depuis presque le début. C'est remarquable la facilité que monre Grasset dans ses approches.
    Ils devraient l'héberger au Quai d'Orsay.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly