dimanche 2 mars 2008

Servir d'abord !

armes de FranceLe Lien Légitimiste 19 est paru ; avec presque retard ; ma réclamation allait partir ; j'avais failli m'ennuyer. Après avoir dévoré le "réconfort du sybarite" de Luc Boisnard sous le titre "Comme une fraîcheur picoteuse et cyriabèle" (p.5), j'ai fait connaissance avec Michel de Roumanie, roi balkannique au pays de Dracula. Bigre ! J'attelais mes quatre chevaux noirs et filait comme l'éclair au château noir sous un ciel noir de chauve-souris, avant que le RER n'atteigne l'Etoile.
Je vous confie que je lis le Lien légitimiste dans mon train sur les conseils militants de Jean-Philippe Chauvin. Qu'il me pardonne.

Flaubert disait « chacun de nous a dans le coeur une chambre royale; elle est murée mais pas détruite » Les Roumains sont dans ce cas. Les Bulgares d'une autre manière aussi. Michel Ier de RoumanieL'article de Sanlis nous décode le retour du roi Michel à Bucarest de manière précise et complète, puisque j'y ai appris des choses tout en ayant des amis roumains, discuteurs frénétiques de politique. Un million de personnes vint accueillir le roi de retour un jour de Pâques, justifiant la belle formule qu'on ne peut trouver que dans Le Lien :« La fidélité à la monarchie est de ces feux qui couvent, dont le foyer nourri par un millénaire d'histoire ne peut s'éteindre par le souffle d'une tempête politique. Quoique, hors de l'exercice du pouvoir, en exil même, la succession continue sans qu'elle ne se consume. »

La Roumanie post-communiste, moins coincée que notre République tétanisée sur ses "valeurs universelles", a décidé de faire fructifier son capital monarchique. Et bien que la dynastie que représente Michel de Hohenzollern n'ait régné que depuis 1881, l'Etat roumain lui a attribué une résidence officielle, trente millions d'euros de dédommagements et l'usufruit des résidences royales inscrites désormais au patrimoine national. Mais la meilleure idée n'est-elle pas de valoriser le prince par un statut spécifique qui l'implique dans les difficiles négociations européennes - comme d'ailleurs le csar Siméon II de Bulgarie - ou dans le conseil et la consultance d'Etat.
Le pouvoir roumain ne saurait s'arrêter en si bon chemin et a pris comme représentant spécial aux affaires étrangères le prince de Hohenzollern-Veringen, époux de la fille aînée du roi Michel, et le missionne aux quatre coins du monde quand les intérêts de la Roumaine l'y appellent. Je me souviens que De Gaulle, président, avait envoyé le comte de Paris en mission dans les pays arabes pour y expliquer sa politique, préférant le missi dominici à l'ambassadeur.
C'est peut-être plus sûr que Bernard Kouchner ou Philippe Douste-Blazy.

Quelle agitation dérisoire en France sur la "monarchie élective" de notre hyperprésident, comparée à l'intelligence de la perception roumaine qui dispose d'atouts majeurs à faire fructifier. Ils ont un roi ? Quelle chance ! Ils le savent !

armes royales de Roumanie
Michel de Roumanie n'a cependant pas franchi le pas de la "démocratie" comme a choisi de le faire son cousin voisin bulgare. Il est resté au-dessus de la mêlée afin d'incarner un jour ces « institutions solides orientées vers l'avenir » dont son pays a un cruel besoin. Ceux qui s'intéressent aux modes de restauration de la monarchie sont invités à parcourir dans le Lien cet article fouillé de Louis-Evrard de Sanlis ; 3 colonnes sur presque 3 pages.

bannière du Lien légitimiste
Sous une présentation de bulletin amical, le Lien est un bimestriel ultrachic dans son esprit. Au menu de la dernière livraison :

  • À propos d’un Janvier (p.1), l'éditorial de l’actualité vue sous l’angle légitimiste par Jacques Rolain.

  • Chronique d’un fidèle (p.3), journal de mon voyage à Frohsdorff et Goritz, 5ème partie, par Gérard Guillotel.

  • Comme une fraîcheur picoteuse et cyriabèle (p.5): Dis-moi comment tu manges, une chronique de Luc Boisnard annnoncée en tête de ce billet.

  • Actualité (p.7) :La Roumanie, un exemple de royauté en devenir, par Louis-Évrard de Sanlis

  • Mélanges (p.10) : À propos de choses diverses qui courent ci ou là… Louis XVI, Alphonse et Sarkozy, par Gérard de Villèle.


La notice biographique du défunt prince Alphonse placée dans ces "Mélanges" court sur cinq colonnes et se lit d'un trait. Ceux qui en doute encore comprendront sa francité. J'ai moins aimé l'extrait du blogue ILikeYourStyle sur le pas de clerc présidentiel à l'endroit des enfants juifs de France disparus lors de la seconde Guerre mondiale.

S'abonner est facile, un message à gerard@villele.com, et le chèque à suivre à l'adresse indiquée ci-dessous, établi à l'ordre du Lien Légitimiste. L'abonnement annuel (6 numéros) est à 20€, 10€ pour les jeunes et les prêtres tridentins. Faites déjà un essai ultra en commandant un exemplaire gratuit, vous serez conquis.

MM. Picard, Rolain & de Villèle
10, place Foire-le-Roi
37000 TOURS


Pour amortir le prix de l'encre cybernétique, je signale le forum roumain Monarhist où vous pouvez creuser ces questions en français.



Si l'article vous a plu ou déplu, vous pouvez aussi le faire suivre à un ami en cliquant sur la petite enveloppe ci-dessous :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly