vendredi 30 mai 2008

Pathologie révolutionnaire

couve du Cannibalisme de NghiemC'est un avis de conférence prochaine qui m'a intrigué : « La Révolution : une maladie mentale des peuples ? ». Le docteur Louis NGHIEM Minh Dung se fait fort de prouver que la révolution est une des pathologies des nations, leur Alzheimer peut-être ou leur schizophrénie. Diable ! J'ai voulu en savoir plus et je suis allé aux Editions de Paris qui publient ses recherches. Le résultat est à la hauteur de l'attente.
Nghiem a écrit, entre autres, les ouvrages de référence suivants, les liens vers l'éditeur sont dans les titres :
Cannibalisme révolutionnaire, c'est le sujet du jour ;
La royauté primitive : modèle asiatique, préfacé par Olivier Pichon ;
Les arts et l'équilibre mental ; cette apologie du Beau pour la santé mentale de l'espèce devrait être obligatoire au lycée...

Rappelons-nous que l'animal social appelé "homme" a survécu à l'Evolution dont la loi dominante est l'Extinction, par son réflexe grégaire et son agressivité primitive. ADN du lycaon ? Sans doute. Il doit être le seul à avoir réussi à tuer des mammouths pour manger.
Pour répartir la nourriture, les risques et les plaisirs, les hordes ont inventé la pyramide aryenne, la justice immanente cachée au ciel ou dans les enfers, et la discipline "faisant la force principale des armées (Soult)". Ces codes sociaux engendrèrent l'inhibition sociale, une sorte de paix mentalement armée qui sauve les apparences, jusqu'à ce que le cervelet du lycaon ne reprenne le dessus.

lycaons à l'affût
L'Histoire est bourrée de révolutions sanglantes. Ne dit-on pas que la pire des guerres est la guerre civile par le cortège d'atrocités qu'elle convoque à l'étanchement de la haine réciproque ? Quelques noms récents se passent de commentaires : Cambodge, Rwanda, Bosnie, Darfour,... (il y a des pointillés pour le futur).

Ne nous croyons pas nous-mêmes supérieurs. N'avons-nous jamais "rêvé" de tenir sous le feu d'une lourde Thompson nos ennemis politiques qui "exagèrent" dans l'outrance, le mensonge, la manipulation, la cruauté mentale ... ? Parfois l'inhibition tombe, on charge le camembert et on appuie sur la détente pour avoir l'enchantement du bruit, et accessoirement raison ! Ce n'est pas bien.

The Thompson
Pour vous faire à l'idée de notre fragilité génétique et préserver l'avenir, allez entendre le Dr Nghiem le 7 juin prochain à 20:00 au 174 rue du Fbg St Honoré à Paris. L'entrée est libre mais il faut s'inscrire auparavant chez Lys de France, l'organisateur.

Avec l'historien Ghislain de Diesbach de Belleroche que l'on ne présente plus - le régiment des Suisses de Diesbach devenu le 85° de Ligne (1690-1940) - vous vous poserez la question qui tue : « Pouvait-on éviter la Révolution française ? » ; à quoi les lecteurs du Royal-Artillerie formés à la polémique répondent déjà : "Oui, en la précédant !". M. de Diesbach auteur de nombreux ouvrages historiques mais aussi d'un Proust qui reçut en 1992 le Grand Prix de biographie de l'Académie française, a contribué au dernier Livre Noir de la Révolution Française.

Ces deux conférences clôtureront une belle journée Lys de France au Grand Palais, pour une visite guidée de l'Exposition Marie-Antoinette, flamboyante réhabilitation de la reine-martyr ordonnée par les conservateurs de musées, qui fait grincer bien des dents dans le camp des sans-culottes de l'université.

blason Lys de France
Inscrivez-vous rapidement pour cette visite de samedi 7 juin dont le rendez-vous est fixé à 15h30 au kiosque du métro Champs Elysées Clemenceau. Participation au frais : 22€ (adhérents LDF : 20€)

Lys de France
BP 80 434
75327 Paris Cedex 07


Lys de France, c'est bien !



Si l'article vous a plu ou déplu, vous pouvez aussi le faire suivre à un ami en cliquant sur la petite enveloppe ci-dessous :

2 commentaires:

  1. Vous pouvez vous enregistrer par e-mail en écrivant à contact@lys-de-france.org et poster votre chèque le même jour.

    RépondreSupprimer
  2. Pas de tarif étudiant ? 22 euros c'est quand même cher !

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly