lundi 21 juillet 2008

Le missile socialiste a fusé

hémicycle du Congrès
19:00 - La réforme constitutionnelle sarko-balladurienne est passée à une voix près au Congrès de la République française à Versailles ! Le texte officiel du projet de loi est accessible d'ici en cliquant sur le titre de ce billet. Ainsi la Constitution gaullienne verra son 24è amendement, et le transport législatif de 906 députés et sénateurs accompagnés de leurs porte-bidon et des services idoines d'huissiers, postiers et sandwiches, aura abouti à une farce comme les aime bien notre chère république. Le Congrès des Etats-Unis, en charge du Monde, ne compte que 535 membres, mais il est vrai que les Américains sont des obsédés fiscaux !

Il ne s'agissait paraît-il que de renforcer les droits du parlement. Quand on voit le sérieux des débats publics télévisés, on en tremble. Le Progrès de Lyon et Les Echos se sont donné la peine de faire un peu de pédagogie digeste en dépassant le "sensationnel" des comptes et décomptes. Il nous ont permis de comprendre que la réforme, même édulcorée par la lecture des chambres, inaugurait une VI° République, avatar de la IV° qui nous a conduit au putsch gaulliste de 1958, débarrassant la nation d'une république prébendière castrée.

balladur-sarkozy-lang
Les parlementaires reviennent au centre du "jeu" institutionnel. Ainsi va-t-on remiser sur l'étagère à poussière, et l'article 49-3 permettant de freiner le parlementarisme aigu de l'opposition systématique en y forçant les lois sous peine de dissolution du fromage, et l'article 16 autorisant la dictature républicaine d'un an en cas d'atteinte grave et générale à la sûreté de l'Etat.
Mais pour acheter les voix nécessaires, le pouvoir s'est bien gardé d'amputer les intérêts de ces messieurs des chambres et laisse continuer comme avant le cumul des mandats, la cooptation des candidats aux sénatoriales, la pléthore de sièges, en fait les avantages acquis.
La mesure phare restera le discours de politique générale du président de la République sur ses ergots chaque année devant le Congrès de Versailles ! Un vrai discours "transmondial" comme celui sur l'état de l'Union à Washington. Quel pied ce sera dans le palais du Roi Soleil !
Hélas ! L'urgence de la réforme n'a pas saisi le pays d'effroi et même le dynamitage socialiste s'il a fusé, est passé inaperçu dans son intention ! L'Opinion en a ras la casquette du maelstrom politicien permanent.
Sur la plage autour de moi, personne ne commente.

la garde au CongrèsTout revers aurait été sévère pour le petit reître qui se relève à peine du compte au tapis que les Irlandais lui ont infligé en ne comprenant rien, les bougres, au traité simplifié de 300 pages, ... incompréhensible à dessein ! Ne faut-il pas être dérangé pour s'émouvoir d'un vote caricatural sur un corpus juridique illisible et donc facilement caricaturé ? Le président aime tenter le diable ; s'il ne boit pas, il joue ! Parti à Dublin le jour du drame constitutionnel, il a pris le risque d'exacerber un rapprochement pervers de deux revers. Le jus d'adrénaline sans doute.

Il reste deux projets grandioses pour compléter le recalibrage présidentiel. Ils ne sont pas en cours de cuisson à l'Union européenne, ni dans les enceintes internationales qui implorent les services élyséens de leur envoyer M. Sarkozy pour ranimer la claque. Vous ne devineriez jamais.

La Rolex en or et l'épouse ravissante sont inutiles si vous descendez d'un avion de merde sur les tarmacs du monde. On gratte donc les fonds de tiroirs des caisses vides pour offrir à notre président hyperbolique son "Air Force One" comme en ont les présidents américains. D'ailleurs Bouteflika va avoir le sien, c'est un truc tendance ! On me dit dans l'oreillette que "Air Force One" est déjà pris à l'OACI. Qu'à cela ne tienne nous le baptiserons "Air Force Two" puisque nous ne sommes le troisième de personne. Damned ! C'est Dick Cheney qui a le "Air Force Two". Bon, nous allons déposer le code "Airforcetrois" ...

Second projet :
Pour faire trembler la planète, il faut des écrans muraux pleins de clignotants, de lignes de couleurs, d'histogrammes et d'horaires, et une terre en 3D où notre mini commander-in-chief puisse indiquer de la pointe d'un stick à conférences où nous porterons le feu dantesque de l'enfer atomique ! La salle stratégique de Taverny a le même âge que la salle de contrôle de Tchernobyl. Pour être sérieux et impressionner assez nos visiteurs et futurs ennemis - si vis pacem... -, il nous faut un PENTAGONE fourmillant de képis sur boutons de cuivre, des cracs informatiques à lunettes rondes partout, et des P.FAT bustées sur jupes fessues qui battent le parquet d'un talon haut décidé.

salle de controle ATT
C'est Hervé Morin qui s'y cogne ... à budget constant.
Il vend les bijoux de famille, dont l'îlot Saint-Dominique, pour nous bétonner un iceberg bunkérisé dans le quartier Balard (Paris XV°) ; c'est là que notre président a fait un jour son service militaire. On suivra avec attention les péripéties qui ne manqueront pas d'accompagner la mutation immobilière du VI° arrondissement de Paris. L'Armée conserverait toutefois l'Hôtel de la Marine Louis XV, place de la Concorde, pour recevoir le prince Charles, les émirs, l'amiral de la VI° Flotte, les maharadjahs, le chef d'état-major iranien, l'arbre de Noël des pupilles de la Nation et les pince-fesses d'Armes avant le Crazy Horse.
Le reste est Top Secret ! Il faut attendre le Canard Enchaîné.

Ceux des parlementaires de droite qui aujourd'hui ont voté contre ou se sont abstenus perdront-ils leur caserne ? On t'a prévenu Myard. Quant à François Fillon qui, pressentant le vent du boulet, avait exclu de démissionner, il a joué sa peau, à croire que nous avons un gouvernement de risque-tout : « Il est lisse comme sa mèche. Tout est faux, chez cet homme. Tout est fait par-derrière. Impossible d’avoir une vraie conversation avec lui » (dixit Sarkozy selon Le Point du 3 juillet 2008).

Après la mise à niveau international du traitement présidentiel, on va rajouter 16 millions au budget de communication de l'Elysée et 180 millions au confort de déplacement du chef de l'Etat et de ses amis.
Il était temps ! Au fait Tapie ne pourrait-il pas prêter un peu sur sa cagnotte?


sceau du Congrès
Si l'article vous a plu ou déplu, vous pouvez aussi le faire suivre à un ami en cliquant sur la petite enveloppe ci-dessous :

Printfriendly