vendredi 14 novembre 2008

De l'éducation des rois

enfant à la toupie de Chardin
Parmi les arguments qui militent pour la monarchie, figure l'éducation précoce du dauphin au sein d'une famille "politisée" de pères en fils depuis longtemps.
Dans ce billet, nous avons choisi trois rois pour illustrer cet avantage. Un croisé devant privilégier la force, mais mal préparé à l'assumer, sauvé par son ministre. Un manager sans scrupules mais fin diplomate pour dénouer les coalitions contre lui. Un roi surdoué, mais sans réel charisme, élevé pour le grand séminaire sinon le "Collège de France".

Louis VII (1120-1180)
Epoque : Croisades

Cadet très intelligent élevé dans l'ascèse du cloître, l'amour des lettres et la religion à laquelle il était destiné, il lui manquera la trempe de caractère et la formation au jugement que l'on avait réservé à l'aîné, mort trop tôt pour régner. S'il préfigure le numéro 3 de ce billet, il bénéficiera contrairement à lui du secours d'un véritable homme d'Etat avant la lettre, l'abbé Suger, ami d'enfance et conseiller avisé de son père Louis le Gros, qui définissait déjà la nation franque dans un périmètre de patrie.

louis 7Stratège militaire et diplomate pointu, l'abbé Suger organisera le "mariage du siècle" réunissant à la couronne toute la moitié occidentale de la France d'aujourd'hui par le mariage du dauphin (Louis VII) avec Alienor duchesse d'Aquitaine. Il combattra quinze ans plus tard la répudiation de la reine au strict motif diplomatique et ne pourra convaincre le roi qu'il fallait supporter la vie tumultueuse de son éblouissante et infidèle épouse :
Fasciné par les mystères de l'Orient, elle avait suivi son époux à la deuxième croisade dans un train de cour incroyable qui anticipait la smala d'Abd-el-Kader. La croisade finit en eau de boudin non pas tant du fait de la reine que de l'irrésolution du roi aggravée d'un tempérament velléitaire en campagne. Mais in petto, il lui fit porter le chapeau.
L'entêtement de Louis VII à rompre, qui avait raison comme homme d'honneur mais tort comme roi, ouvrira les hostilités avec l'Angleterre dès lors que par sa reprise de dot qu'elle apportera tout de suite à Henri Plantagenêt, Aliénor donnera la moitié de la France aux Anglais.
On mesure ici pour la première fois la triple divergence entre les exigences de la charge, la préparation à régner, le caractère personnel. Le défaut de formation politique handicapera le roi Louis VII tout au long de ses 43 années de règne mais son intelligence diplomatique exercée par la fréquentation de Suger compensera ses moindres capacités tactiques. Son meilleur avatar fut tardivement son propre fils, fils unique qui règnera dès l'âge de 15 ans sous le nom de Philippe-Auguste, en subordonnant la morale à la queue de trajectoire du projet capétien et "inventa" le royaume de France à la force du marteau de forge.

Louis XI (1423-1483)
Epoque : Guerre de Cent Ans

Louis 11Elevé en sûreté au château fort de Loches par sa marraine, Catherine de L’Isle Bouchard, alors épouse du Surintendant des Finances de Charles VII, il est placé sous la tutelle de Jean Majoris dès l'âge de 6 ans, qui lui apprend le latin et la rhétorique ; sa formation aux armes est assurée par Guillaume d’Avaugour, fidèle d'entre les plus fidèles du roi Charles, qui en fera un centaure. Son adolescence sera agitée par la guerre qui était partout, et il sera l’un des princes de France qui chevauchera le plus son royaume.
A 16 ans il obtient le gouvernorat du Languedoc dans lequel il s'impliquera vraiment jusqu'à créer son propre cabinet. Il réussira dans les domaines militaires et civils. En campagne permanente contre les Anglais et les grands vassaux mais en dispute continuelle avec son père, le Dauphin devra se retirer en Dauphiné où il laissera le souvenir d'un administrateur remarquable et y constituera son "réseau". Il succède à son père à 38 ans, et prend en main les affaires compliquées du royaume de France sans tour de chauffe.
Ce fut un roi moderne, inquiet du sort des petites gens, qui bridera le haut-clergé et les grands féodaux tant par force que ruse. Pour élargir son pré-carré il reconstruisit l'armée réformée par son père, relança l'économie effondrée par la Guerre de Cent Ans, favorisa l'industrie, créa la Poste et n'eut d'autres scrupules que tardivement ceux de son Salut personnel. Etranger à toute morale dans l'avancement de son dessein : augmenter et accroître de tous côtés par grand soin, sollicitude et diligence, il régna 22 ans et fut un modèle d'opiniâtreté, surmontant avec courage ses disgrâces physiques.
Ce roi très politique (et bigot sur le tard) fut autant un soldat qu'un administrateur et un diplomate, qualités difficiles à réunir chez un élève du commun même doué.

Louis XVI (1754-1793)
Epoque : Encyclopédistes

Elevé à la cour de Versailles, il aura une éducation austère pétrie de morale et de religion sous la tutelle du dévôt duc de La Vauguyon. Fort en langues et en sciences, ayant la passion des études, il sera un des jeunes princes les mieux éduqués de son temps. Il lui manquera l'affection de ses parents qui lui préfèreront son aîné, et qu'il perdra ensuite à l'âge de 11 ans (son père) et 13 ans (sa mère), mais il pâtira surtout d'un défaut de formation du caractère et politique, formation nécessaire à la charge, comme le faisait remarquer Choiseul qui était un fin renard et grand ministre.

Louis 16La bévue consista à restaurer² la chambre des avantages acquis, le parlement de Paris, pour plaire au peuple et aux flatteurs. Les rois précédents n'avaient eu de cesse de lutter contre les féodaux jusqu'à la Fronde, puis contre le travail de sape des Privilégiés constitués en parlements. La vraie révolution avait été celle de Maupeou qui les avait banni en 1771 pour passer les réformes administratives et sociales nécessaires à l'évolution du projet capétien et dont l'urgence s'avérait déjà criante. Louis XV mourut en 1774 et Maupéou fut remercié. Par faiblesse de jugement, le roi-savant, intéressé intellectuellement aux réformes, arrêta la pendule de la modernisation en remontant tous les blocages, ouvrant son règne à l'âge de 20 ans par la restauration des pouvoirs traditionnellement concurrents : Noblesse et Clergé. Désavouant ses ministres les uns après les autres selon le vent de la Cour, il se se consacra avec attendrissement au populaire, à la marine et à la libération des marchands de tabac de Virginie.

Le moins politique des quarante rois sera bien le dernier. Elève surdoué, il n'apprit pas son cœur de métier et la faute en revient à ses précepteurs et à son père, confits en dévotions. Peu au goût de la chose militaire et de sa discipline intellectuelle visant à maintenir l'effort sur la durée, légaliste à outrance, il n'aura jamais l'instinct de passer outre les obstacles et de se risquer un peu. Il régna 19 ans et enterra une monarchie de huit siècles. Son testament est explicite, il aimait le pouvoir bien moins que son créateur jusqu'à mourir en saint martyr. On se demande pourquoi l'Eglise ne l'a pas canonisé ; il a craint et aimé Dieu bien plus que les saints cathodiques d'aujourd'hui.
faluche
L'éducation d'un prince à régner est chose compliquée et l'on voit que très tôt ce fut un souci de roi que d'élever spécifiquement son successeur à la charge. Même Charles VII qui subit la rébellion de son propre fils, "mettra le paquet" sur sa formation politique en lui donnant de lourdes responsabilités pour son âge. Dès le début (on enlevait les princes aux femmes à 6 ans) se fabrique un composé qui aux "deux corps³" du futur roi ajoute une tête bien faite organisée pour la politique qui reste la fonction primordiale de la charge et en exige la complète assumation. Ce que Louis XVI eut trop souvent la tentation d'éviter.

Les cursus éducatifs modernes suivis par les élites sont très poussés, et les sociétés forment aujourd'hui beaucoup de têtes exceptionnelles qui en prennent parfois le gouvernement. Leurs familles sont parfaitement au fait de la précocité nécessaire à l'aboutissement futur de leurs rejetons dans des carrières de haut niveau. En ce sens il n'y a plus de différence entre les niveaux atteignables par les princes de sang et ceux des fils de famille, ce qui les met quelque part en concurrence.
Que savent aujourd'hui "nos rois" ? Beaucoup de choses certes, mais encore ...

Albert 2 MonacoSi on regarde l'éducation donnée à un prince de pouvoir comme Albert II de Monaco, on notera que le "pied-à-l'étrier" a été la formation retenue par son père après un cursus très ouvert sur le monde :
Bac en poche, il entre sur titre à l'Ecole Navale française et passe une année à bord de la Jeanne d'Arc comme enseigne de vaisseau de deuxième classe. Après avoir été pendant 6 étés moniteur de camp à Tecumseh où il pratiquait le rafting, il reçoit une "éducation américaine" au Amherst College (Massachussetts) d'où il sort diplômé de sciences politiques en 1981. En 1982 il prend la tête de la Croix Rouge monégasque à la suite de la disparition de sa mère. Il occupe l'essentiel de ses journées monégasques dans le cabinet de son père, dont il s'échappe à l'occasion de défis athlétiques : il a pratiqué le bobsleigh au niveau olympique. A l'occasion de l'entrée de la principauté à l'ONU, son père le désigne comme président de la délégation de Monaco. Jusqu'à son accession en 2005, il était colonel des carabiniers et lieutenant de vaisseau de réserve dans le Corps des Officiers de marine.

A l'inverse aucun des jeunes princes de France ne s'est senti poussé vers les sciences politiques ni vers la carrière militaire, mais contrairement à leurs pères, ils ont fait l'effort d'acquérir leur autonomie économique par le travail, ce qui est avisé de leur part. Ils ont des formations de science économique et finance. Souhaitons-leur de progresser dans la connaissance du gouvernement des hommes ... juste au cas où.

Notes
(1) : 1337 : début de la Guerre de Cent Ans
(2) : sur les conseils du vieux Maurepas
(3) : concept de Kantorowicz (1895-1963) qui traduit la symbolique fondamentale de la royauté : Le roi est un intermédiaire entre la puissance transcendante et ses sujets, son corps astral de thaumaturge est indestructible ; à côté duquel il habite la guenille d'un corps commun à l'espèce humaine.



Si l'article vous a plu ou déplu, vous pouvez aussi le faire suivre à un ami en cliquant sur la petite enveloppe ci-dessous :

2 commentaires:

  1. Pour Louis XVI vous pourrez aussi accuser son éducation fenolienne, qui donnait comme exemple, un roi doux qui évitait coute que coute la violence, on a vu les résultats en 1789.

    Louis Philippe, qui a reçu une éducation rousseauiste, éduqué dans l'idée que la république et la démocratie sont inéluctables en France.


    Enfin, le comte de Chambord, élevé dans le providentialismes maistrien empêchant l'héritier du trône de prendre tout risque politique, comme ses pères.

    RépondreSupprimer
  2. C'est tout à fait cela. L'éducation prime, et dès lors qu'elle est inadaptée à la charge, elle plombe le règne.
    CQFD

    Merci Partisan.

    PDS : Qu'advient-il de votre blog ?

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly