samedi 27 décembre 2008

In memoriam Charles-Edmond

charles-edmond de bourbon-naundorffLe 21 décembre s'est éteint à 79 ans Charles-Edmond de Bourbon, plus connu dans le "civil" sous le nom de Naundorff. Il laisse le souvenir d'un homme affable et droit, intimement convaincu de la justesse de son combat et habité de certaines responsabilités propres à sa fonction comme nous le montraient chaque année ses vœux de nouvel an. Ce sont certainement ses qualités humaines et sa force de persuasion qui feront converger autour de lui un cercle de fidèles.
Il n'aura pas eu le temps ni peut-être tous les moyens de résoudre l'énigme de ses ascendances qui, s'il avait abouti, aurait mis en porte-à-faux hoirs, prétendants et tous usurpateurs de la charge royale ...

L'énigme Naundorff dite de Delft, abondamment documentée¹, continuera de passionner historiens et amateurs tans sa charge émotive est forte. On l'a vu lors de la translation à Saint-Denis du cœur supposé être celui de l'enfant du Temple, en 2004.

hughes-charles de BourbonHugues-Charles de Bourbon, fils du défunt, relèvera-t-il le flambeau de cette quête du graal familial pour continuer l'histoire ? Nous ne pouvons que le souhaiter, car parler de Naundorff et du Dauphin, c'est d'abord infuser le souvenir d'une autre époque, tragique et glorieuse, qui précéda la décadence morale du pays jusqu'au stade de putréfaction actuel. Le survivantisme est aussi un puissant moteur d'espérance pour certains royalistes déçus des faiblesses humaines des descendants de nos rois.
Ce qui nous reste de vernis provient de ces temps. Parlons-en !

Les obsèques de Mgr Charles-Louis-Edmond de Bourbon seront célébrées par l'abbé Legrand à Saint-Nicolas du Chardonnet ce mardi 30 décembre à 10h30.

80 oeillets
Qu'il repose en paix désormais


Note (1) : Plus de 3000 ouvrages ont été écrits sur Louis XVII et parmi eux nombreux furent ceux attachés à l'énigme Naundorff. Les sites français intéressants traitant la question sont les suivants :
- Institut Louis XVII (pour Naundorff)
- Naundorffisme (pour N.)
- Agathe de Rambaud (wikipedia)
- "Z" (contre N.)
- Delorme (contre N.)
- Louis XVII (site dédié au Dauphin)
- Musée Louis XVII (iconographie, recherches, archives)


PS du 16.07.2014 : Hugues de Bourbon-Naundorff est confirmé "Bourbon" par le Pr Lucotte, à l'examen du chromosome Y comparé à l'haplotype des Bourbons établi par le Pr Cassiman. Il est libraire en livres anciens et rares en Touraine, et ne "prétend" pas. Il a déjà un métier. Nous avons une explication non étayée qui nous suffit, mais qui n'est donc pas divulgable. Son père était au moins de bonne foi.


Si l'article vous a plu ou déplu, vous pouvez aussi le faire suivre à un ami en cliquant sur la petite enveloppe ci-dessous :

10 commentaires:

  1. S'il était avéré qu'il soit le descendant de louis XVII, il devrait être alors être reconnu et je ne ferais aucune difficulté à le faire, sachant que ça ne règlerait qu'une question de moindre intérêt, si ce n'est celle, beaucoup plus précieuse, d'un héritier ayant sans cesse à l'esprit la dignité de sa tâche ce qui le désignerait devant les autres prétendants capétiens.

    Je ne puis m'empêcher de voir cependant, dans ce qui semble l'insurmontable obstination passéiste de la plus grande part au moins du camp royaliste, la preuve de son inadaption aux nécessités et de son combat péri d'avance.

    Que Charles-Edmond de Bourbon repose en paix.

    RépondreSupprimer
  2. Je m’intéresse de près à la question de la mort ou de la survivance de Louis XVII, à l’affaire Naundorff et ses descendants. Voilà plus de 200 ans que nous cherchons à savoir si Louis XVII a bien survécu à la prison du Temple. J’insiste auprès du fils de feu Charles-Edmond de Bourbon et de la branche canadienne des descendants de Naundorff de publier les résultats des analyses ADN de leur ancêtre afin de confirmer une bonne fois si Naundorff était bien Louis XVII.

    RépondreSupprimer
  3. Voici le lien du site Forum Roayliste, portant discussion sur le décès de M. Charles-Edmond de Bourbon :

    http://forum.royaliste.org/viewtopic.php?t=3336

    RépondreSupprimer
  4. Je trouve tout de même la ressemblance du prince Charles-Louis de Bourbon (parent du prince Charles-Edmond de Bourbon et résidant actuellement au Canada) et du roi Louis XVIII stupéfiante...

    Portrait de Louis XVIII :

    http://www.histoire-en-ligne.com/spip.php?article=231

    Portrait du prince Charles-Louis de Bourbon :

    http://www.louisxvii.fr/actualites.html

    RépondreSupprimer
  5. Charles-Louis-Edmond de Bourbon était un homme de qualité.
    Paix à son âme !

    RépondreSupprimer
  6. Un des derniers textes du prince, son édito du bulletin 69 de décembre 2007 :
    "Le 7 juillet dernier, le Pape Benoît XVI a promulgué le Motu Proprio tant attendu sur le libre usage de la messe selon le rite de Saint Pie V. Ce texte met fin à la prétendue interdiction du rite ancien et apporte aux fidèles qui y sont attachés le soutien d’une directive papale qui réaffirme la totale légitimité de leur attente.

    Cet ordre de Rome (car il s’agit bien d’un ordre) de donner satisfaction à l’ensemble des prêtres et des fidèles dans chaque diocèse qui réclame le maintien du rite ancestral de l’Eglise a suscité de vives réactions dans la grande majorité de la presse dite catholique et une résistance larvée mais farouche de la majorité des évêques de France. Le gallicanisme teinté de modernisme de notre épiscopat français y voit l’affirmation redoutée du lien entre tradition liturgique, tradition doctrinale et tradition culturelle de l’Europe chrétienne.

    Aux détours des commentaires effarouchés de quelques journalistes modernistes, leur crainte la plus profonde se fait jour : cet acte spirituel a des conséquences politiques. La tradition de l’Eglise porte en elle un rayonnement unique qui rappelle tout particulièrement à la France ce qu’a été sa tradition politique. Une liturgie si belle est autant le fruit de saint Louis que de saint Thomas d’Aquin. C’est pourquoi le rite ancien demeure la réaffirmation puissante de ce que peut être le rayonnement de l’Europe chrétienne lorsque le politique et le spirituel se soutiennent mutuellement.

    La résistance de certains de nos évêques, nouveaux prêtres jureurs, s’organise. Mais l’autorité pontificale avance pas à pas dans sa contre-réforme. Les fidèles, toujours plus nombreux et plus jeunes, persistent, bien convaincus que le temps et la prière leur donneront la victoire.

    A quelque semaines des fêtes de Noël, je sens un réconfort particulier à sentir ce frémissement de renouveau discret mais certain. Comme dans la douce humilité de la crèche, c’est Dieu lui-même qui est à l’œuvre pour changer le cours de l’Histoire."

    RépondreSupprimer
  7. Ce texte trahit le providentialiste confiant. Quoi de plus simple que de s'en remettre à la machinerie divine pour être posé sur le trône ?
    Sans doute va-t-il avoir là-haut la réponse à sa grande interrogation.
    Merci R.A. pour cette évocation.
    Daniel.

    RépondreSupprimer
  8. Il serait temps pour vous de penser que si jamais un roi doit à nouveau monter sur le trône (au fait, c'est pour quand la publication du résultat des analyses ADN de Naundorff ?), il devra se conformer au régime politique de la démocratie parlementaire. L'Ancien Régime est fini, et il serait temps que les derniers illuminés arrêtassent de rêver une bonne fois pour toute avec des bilevesées du genre retour à l'ancienne soumission aux curés et de hobereau qui ont bien souvent plus vite abandonné Louis XVI à la différence de certains révolutionnaire qui ont tenté de sauver le roi (comme quoi, la canaille n'est pas toujours dans le peuple mais bien dans les deux premiers ordres inutiles qui se laissent engraisser). Et si Henri V ne peut se résigner à abandonner le drapeau blanc d'Henri IV au profit du drapeau tricolore, un autre capétien descendant fera l'affaire, un prince sérieux cette fois (pas comme cette calamité de Charles X : y a une limite à la bêtise).

    RépondreSupprimer
  9. J'apprécie ce que dit le dernier commentaire. A la réserve que la petite noblesse est la plupart du temps restée fidèle au roi pendant la Révolution, ce qui n'ôte rien au reste de la démonstration.

    J'ajoute que si aucun Capétien ne peut se présenter en candidat valable, un autre que Capétien fera l'affaire.

    RépondreSupprimer
  10. Pour info :

    http://groups.msn.com/forumLouisXVII/tribuneroyaliste.msnw?action=get_message&mview=1&ID_Message=25055

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly