lundi 2 février 2009

"L'insurrection qui vient"

garde mobile à chevalCette semaine approche la commémoration du 6 février 34, ou l'histoire royaliste des rendez-vous manqués. Les anciens combattants du colonel de la Rocque, s'ils détestaient la République concussionnaire et la destruction allopathique du fonds traditionnel français, n'allèrent pas jusqu'à ruiner le gouvernement de Paris de peur que son effondrement n'emportât aussi l'Etat et la République vertueuse qu'ils souhaitaient voir revenir.
L'analyse de Maurice Pujo reste pour moi la meilleure ; j'invite ceux qui ne la connaissent pas à la découvrir ici...
D'aucuns ne se priveront pas de réchauffer le plat, même si l'Histoire n'en repasse aucun, disent les experts qui veulent garder leur job, réchauffer l'émeute comme d'autres eurent la tentation de refaire mai en 2008.
La crise n'est pas assez profonde encore pour jeter dans la rue des cohortes de mécontents à l'assaut du Palais Bourbon, d'autant...qu'il n'a plus de pouvoirs réels sauf celui d'aquiescer aux caprices du satrape, en prenant des poses effarouchées.
Par contre dans dix mois, les laissés sur place du capitalisme financier renfloué par les gogos supporteront mal leurs cornes à la Montespan, et cocus un jour cocus toujours, caresseront le rêve de faire le plein des jerrycans à l'intention des symboles bureaucratiques que je me garderais bien d'énumérer.

manifestation pour coupat
La manifestation "vieille France"¹ du 29 janvier et celle plus modeste mais très musclée pour l'épicier Coupat de samedi dernier à Paris, ont mis l'eau à la bouche des salariés bloqués dans les impasses du déclin industriel français, et surtout à celles de tous les assistés de bonne ou moins bonne foi qui craignent de manquer : retraités, chômeurs assédiqués, érémistes, sans famille sans le sou, sans logis, tous voient poindre les tickets de la soupe populaire après les derniers feux anarchistes de bagnoles... Aussi pourrait-il advenir que la commémoration in vivo du grand happening soixantehuitard, quelque sorte de vafanculo day² géant, n'ait pris qu'une seule année de retard, et que l'insurrection attendue par l'ultra-gauche en gare, vienne au joli mois de mai nous apporter des feuilles...

C'est là que nous verrons de quel bois est fait le petit reître quand les objurgations de pupitre ne suffiront plus, quand les mutations-punitions de la préfectorale deviendront sans effet, quand la fausse sincérité pointera le bout d'un long nez. Il est remarquable aux pupitres, divin aux prétoires politiques, vachement populaire à la barre médiatique ; que sera-t-il hors du palais ? Les reculades récentes mais bégnines (lycées, dimanches, service minimum, Grenelle) laissent craindre qu'on n'ouvre de peur la vanne des apaisements, sous forme de baume numéraire à compte de déficit pour sauver la Prébende, accélérant la spirale meurtrière dont la queue de trajectoire fatale n'est atteinte qu'à terme, alors que le soulagement est en l'espèce immédiat.
Ce serait alors l'amorce de notre africanisation - on s'y préparait, me dit-on en riant dans l'oreillette - avec comme premier accélérateur de banqueroute, notre expulsion de la zone euro et l'effondrement de la piastre française qui ruinerait l'épargne sans relancer notre moteur industriel déjà éteint.

feux de voitures
Royal-Artillerie a passé plusieurs fois le message quant à l'irrésistible tentation du pouvoir d'avancer les doigts vers l'épargne des ménages s'il a du moins la volonté d'en maintenir la valeur au bénéfice de sa propre perpétuation, avant que tout ne soit perdu.
A bon entendeur, salut.

Il est des gens sérieux dans les allées du pouvoir, mais privés d'audience par l'ardente exigence électoraliste. Les remèdes à la crise sont difficiles à cerner, encore plus leur interaction. Mais un pays bien géré encaisse mieux le choc que celui qui est gouverné aux sondages. La forme démocratique dégénérée de la république connue sous le nom de démagogie, consume les atouts du pays après avoir dévoré son capital. Les termites républicains ne laisseront rien !

Note (1): c'est une expression d'Ivan Rioufol
Note (2): initiative de Beppe Grillo





Si l'article vous a plu ou déplu, vous pouvez aussi le faire suivre à un ami en cliquant sur la petite enveloppe ci-dessous :

1 commentaire:

  1. A lire le manuel anarchiste dont le titre fait celui de ce billet.
    Un avant-goût ici.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly