lundi 6 avril 2009

Étoile bleue et croissant rouge

affiche OTAN momieLes pacifistes "peace'n love" ont-ils mis Strasbourg à feu et à feu ? La poste, l'hôtel Ibis, un office de tourisme, une pharmacie, le bureau des Douanes françaises, mazette ! et comme il se doit au royaume d'Ubu, pas de bagnoles ce coup-ci ! Les Cités n'étaient donc pas convoquées par les Huns ? Vous n'y êtes pas ! Ce sont les anarchistes et les "black blocks" qui vont de fêtes en fêtes comme meutes de lycaons et se paient le grand frisson sur la société organisée contre eux. Plus ou moins organisée !
C'est la faute à la Crise et aux tensions sociales qu'elle provoque, nous dit le ministère de l'Intérieur en pleine désinformation puisqu'il est relativement banal de salir une manifestation par une poussée de violence en queue de cortège, ici en queue de programme. D'ailleurs "Les forces de l'ordre ont parfaitement fait leur travail" a décidé madame le ministre, bien que les témoignages de l'abstention volontaire des forces de l'ordre abondent dans la presse de ce lundi matin ; autant que vous en ramasseriez auprès des commerçants dont les devantures sont saccagées dans nos belles manifestations parisiennes. CRS casqués bottés à deux cent mètres, bouclier au pied...

Et le pouvoir politique bombant le torse de signaler qu'il n'y a eu aucun mort parmi les manifestants. C'est peut-être là que gît l'explication : L'Etat ne doit pas se défendre s'il met en difficulté la carrière politique d'un responsable éminent. Cf. la casserole¹ "Malek Oussekine" attachée à Chirac.

Finalement les barrages autoroutiers intempestifs et les casseurs ont pourri la manifestation pacifiste, ce qui est un résultat encourageant !

Sur le fond de l'affaire, je ne reviendrais pas, ayant tiré six billets sur le sujet. Tournons la page et laissons M. Chevènement² et quelques autres à leurs vieilles lunes. Il ne s'agit plus pour nous que de savoir gérer notre réintégration effective au gré de nos intérêts. Si nous avions un "projet" spécifique de défense atlantique - ce dont je doute encore - nous serions capables désormais de dévier le cours des choses en imposant notre culture³ diplomatique à l'étage de la pensée ; ce que GD dans la dernière Action Française 2000 traduit par :
« Le comportement des généraux envoyés à Norfolk, dépositaires du "Commandement allié pour la transformation", sera significatif. Mais la République est-elle à la hauteur ? »

présidents Turquie, Afghanistan et PakistanAu moment où la France reprend son rang au NATO, un vieil allié y fait lui son trou. Je parle de la Turquie. Ankara se plaît à rêver à la diplomatie subtile de la vieille monarchie ottomane et s'y exerce en faisait feu de tout bois, même paille. Les caricatures danoises serviraient-elles ? Pour un poste d'adjoint au nouveau secrétaire général danois de l'OTAN. Partageant la responsabilité de la sécurité ISAF de Kaboul, la Turquie a convoqué de son propre chef les présidents afghan et pakistanais à Ankara le 1er avril avant le passage de Barack Obama. La lutte contre le terrorisme et le trafic de drogue a été au centre des discussions menées par les trois chefs d'états-majors généraux et les services de renseignements des trois pays.
Sans être caché sous la table de conférence, on imagine que les Turcs ont assuré leurs interlocuteurs qu'ils ne partageaient pas l'obsession évangéliste de leur forcer la démocratie au fond de la gorge pas plus que le droit de la femme à se refuser, mais que le débat était recentré sur l'incinération de la Pieuvre en échange de quoi les talibans régionaux pourraient accéder à certains postes de responsabilité et certaines prébendes juteuses, à l'exclusion de tous étrangers (lisez : arabes). Quant à incendier les champs de pavot, le communiqué final n'en parle pas.

Pour information, actuel dispositif afghan de l'ISAF en cliquant ici. L'Alliance compte 28* membres aujourd'hui ; il y a 41 pays coalisés en Afghanistan.
(*) L'Abanie et la Croatie ont rejoint l'OTAN à Kehl ce week-end.

drapeau turc et otanQuelques jours auparavant, le président Gül avait rencontré le président irakien Talabani et le premier kurde Barzani à Bagdad pour couper les vivres au Parti communiste kurde (PKK) qui va être réduit en cendres sur autorisation expresse des Irakiens, sauf à rendre les armes et reprendre la charrue. Malgré une frontière commune et peut-être à cause de l'imbrication historique (Mossoul etc...), aucun chef d'état turc n'était venu en Irak depuis 1976. Ça bouge au point que la Turquie pourrait se rendre indispensable au dispositif occidental, comme elle le fut pendant la Guerre froide dans la contention de l'URSS sans en tirer alors avantage. Cette fois, outre de gros investissements privés turco-kurdes au "Sud-Kurdistan" destinés à stabiliser son piémont kurde et le Nord irakien, la Sublime Porte pèsera sur la stratégie pan-européenne en Mer Noire que les anciens pays de l'Est encouragent afin de "libérer" l'Ukraine occidentale, la Moldavie et le Caucase des griffes de l'Ours. Cette aventure - dont on ne sait l'issue pour les peuples concernés - profitera à la Turquie qui commande tous les accès méridionaux à la région et entend bien le montrer, comme dans l'affaire du gazoduc transnational Nabucco qui est un piton de négociation pour elle, et dans son activisme sur la dispute arméno-azerbaïdjanaise normalement de la responsabilité du groupe de Minsk où la Turquie n'est invitée que pour le blocus qu'elle applique ou lève sur la frontière arménienne au bénéfice de son allié naturel azéri.

L'autre carte turque sont les relations spécifiques des personnels d'état-majors turc et iranien qui pourraient bien s'avérer utiles si la logique d'ouverture Obama-Clinton prenait forme à Téhéran, après les élections présidentielles (12.06.09).
Leur diplomatie va plus vite que celle du Quai.



Note (1): Malek Oussekine, un étudiant de 24 ans étranger à la bagarre, se fait prendre par deux "voltigeurs-motoportés" de la Préfecture de Police rue Monsieur-le-Prince au Quartier Latin, lors des manifestations estudiantines de 1986 contre la loi Devaquet. Ashmatique et déficient rénal, il sera battu à mort au fond du couloir de l'immeuble sis au n°20 par les deux flics déchaînés. Trois cent mille personnes défileront à Paris le surlendemain contre cet assassinat. Le ministre de l'Education démissionnera mais pas celui de l'Intérieur, un certain Pasqua. On retirera le projet de loi. Oussekine est au Père-Lachaise, 75° division ; sa tombe ne porte pas de croissant bien qu'il fut d'origine algérienne, il s'était converti au catholicisme. Ça ne l'a pas protégé des hyènes.
Note (2): Valeurs Actuelles ouvre la voie aux valeurs anciennes dans un débat entre MM. Chevènement et Montbrial (cklic).
Note (3): Ce qui implique malheureusement de se séparer du bon Dr Kouchner et de se priver du puits de science Balkany.





Si l'article vous a plu ou déplu, vous pouvez aussi le faire suivre à un ami en cliquant sur la petite enveloppe ci-dessous :

1 commentaire:

  1. M. Kouchner s'en rend compte au point de refuser désormais l'entrée de la Turquie dans l'Union. (discussion Michel Aphatie)

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly