samedi 27 juin 2009

Bye bye Michael !

MJUn petit mot quand même...
La foudre est tombée sur l'icône¹ de la pop music et l'onde de choc a fait le tour du Monde. Elle a pour nom : Demerol² ! Demerol®, un titre retiré de l'album "Blood on the dance floor" et remplacé par "Morphine" pour éviter l'assignation par le laboratoire de l'Utah qui produit cet opiacé. Anti-douleur total en injection, il permettait au chanteur de supporter tous les bricolages faciaux qu'il avait endurés.
Ruiné par son entourage et ses caprices d'homme-enfant, il avait préparé le solde de tous comptes de ses créanciers par une tournée d'adieu. L'assurance des concerts avait été obtenue après une visite médicale sévère, vu le niveau de risque financier...
(vidéo de "Morphine" page suivante)


... mais du jour au lendemain, il s'était réveillé avec cinquante concerts dans cette tournée ultime que l'organisation n'avait lancée que pour douze tant le succès était promis. Sans doute trop pour l'état de grand épuisement dans lequel il les finissait chaque fois. A 50 ans, chargé de médicaments pour la douleur, le sommeil, de polyvitamines pour la forme sur scène, une mauvaise hygiène de vie cloîtrée à l'hôtel, pas de sport, pas d'air frais, il est probable que le King n'aurait pas terminé la tournée vivant. Sa perfection pathologique lui interdisait de décevoir ses fans, le moindre ratage sur scène déclenchait la culpabilisation : neuf cent mille tickets avaient été réservés en trois heures ! Du jamais vu. L'homme au 750 millions d'albums vendus dans le monde surpasse tout ce qui s'est fait dans le showbiz jusqu'ici.

Les ronchons hermétiques à la pop brandissent sans vergogne l'accusation de pédophilie alors que ce demi-dieu à demi-fou fut lavé de tous soupçons par la justice californienne. Mais ça ne leur suffit pas ! Si la justice n'a pas répondu à "leur intime conviction" c'est bien sûr qu'elle est mauvaise, vendue, américaine quoi ! Comme la justice de Mexico qui a osé condamner la sous-commandante Cassez, vierge agnelle sacrifiée à la politique sécuritaire du narco-état ! Ce qui est assez drôle ma foi, est que ces attaques maintenant posthumes proviennent beaucoup du milieu catholique, sans doute traumatisé par les enc.leurs d'Irlande qu'on ne jugera pas, depuis que l'église locale a obtenu le condé de la chancellerie de Dublin.

Mickael Jackson était une sorte de "rejet manquant" de la branche des hominiens et ne ressemblait à personne. De tous bords on lui reconnaît une première qualité : celle d'être avant tout un gentil garçon. L'article de la Wikipedia est très bien.
Etant son propre producteur, il détenait dans son coffre tous les masters de ses enregistrements. On estime que beaucoup de produits finis inédits y sont encore, qui au moment ne correspondaient pas au ton de l'album commercialisé. Il nous reste dix ans de Michael Jackson inédits devant nous, plus les rééditions. L'avenir de ses enfants est assuré ... par la tutelle publique qui les sauvera des vautours nombreux et bien remplumés qui volent déjà en escadrille.

Paroles initiales et prémonitoires de Morphine (il y a un patch sur le Demerol) :

He got flat baby
Kick in the back baby
A heart attack baby
I need your body

A hot kiss honey
He's just a bitch baby
You make me sick baby
So unrelying

I'm such a swine baby
All down the line daddy
I hate your kind baby
So unreliable

A hot buzz baby
He's one of us baby
Another drug baby
You so desire

Trust in me
Trust in me
Put all your trust in me
You're doin' morphine

Hoo !

They got place baby
Kicked in the face baby
You hate your race baby
You're just a liar

Your every lick baby
Your dog's a bitch baby
You make me sick baby
You soul survivor

She never cut from me
She never cut baby
I had to work baby
You just a rival

Always to please daddy
Right up and leave daddy
You're throwing shame daddy
So undesirable

Trust in me
Just in me
Put all your trust in me
You're doin' morphine

Go'on babe

Relax
This won't hurt you
Before I put it in
Close your eyes and count to ten
Don't cry
I won't convert you
There's no need to dismay
Close your eyes and drift away

Demerol
Demerol
Oh God he's taking Demerol
Demerol
Demerol
Oh God he's taking Demerol


He's tried
Hard to convince her
To be over what he had
Today he wants it twice as bad
Don't cry
I won't resent you
Yesterday you had his trust
Today he's taking twice as much

Demerol
Demerol
Oh God he's taking demerol
Hee-hee-hee
Demerol
Demerol
Oh my Oh God it's Demerol
Hee
Oooh

Oh!

He got shit baby
Your dog's a bitch baby
You make me sick baby
You are a liar

Is truth a game daddy
To win the fame baby
It's all the same baby
You're so reliable

Trust in me
Trust in me
Put all your trust in me
She's doin' morphine

Hoo!

You just sit around just talkin' nothing
You're takin' morphine
Hoo!
Go'on baby
You just sit around just talking about it
You're takin' morphine
Hoo-hoo!
Just sit around just talking nothing about it
You're takin' morphine
You just sit around just talking about it
You're taking morphine
You just sit around just talkin' nothin'
And takin' morphine

Hoo-hoo
Something going down baby
You're takin' Morphine

Go'on baby !
Hoo !
Hoo !
Morphine !
Do it !
Hoo !
He's takin' morphine
Morphine !
Morphine !


Note (1): site officiel : Michael Jackson
Note (2): CAS 57-42-1



Si l'article vous a plu ou déplu, vous pouvez aussi le faire suivre à un ami en cliquant sur la petite enveloppe ci-dessous :

2 commentaires:

  1. Un article inattendu, mesuré et intelligent. Comme toujours.
    Bravo R.A.

    Si tous les royalistes pouvaient faire preuve d'autant de vivacité d'esprit, nous n'en serions pas là...

    RépondreSupprimer
  2. C'était plus un danseur génial qu'un chanteur. Les 900000 tickets vendus pour sa tournée d'adieux en disent long sur l'écho qu'il a suscité dans le monde du spectacle.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly