mercredi 24 juin 2009

Culture au carré

Frédéric MitterrandCeux qui m'aiment prendont le Thalys, aurait dit la Fille du bédouin en montant dans la voiture place Vendôme. Depuis ce matin la chancellerie brûle de l'encens et du papier d'Arménie dans ses couloirs, ordre articulé du nouveau garde des sceaux pour chasser les paillettes vénéneuses de l'eurodéputée mutée.
De son côté, l'endive de Savoie a fait dans la discrétion et se félicite in petto qu'il lui ait fallu deux successeurs pour tenir le pré commun de la ruralité.
Des six autres qui partent, je n'en regretterai aucun, et prie le distingué lectorat de s'inquiéter des nouveaux venus : le plus intéressant est le neveu du Commandeur, fils de Robert M. qui conviait à sa table de sympathiques gentlemen, réprimandables aujourd'hui en application de la loi Estrosi en discussion au Palais Bourbon...

Au moins aurons-nous dans le premier cercle du pouvoir un homme qui aime les rois, ce qui nous fera oublier le côté obscur du personnage qui le fait tant souffrir. Welcome home , Freddie M. !
What next ? L'emprunt ! Sous son calme olympien, le ministre du budget est aux cent coups. Des déficits nous avons parlé hier.

En guise de friandise on peut décortiquer le buzz Allègre. Il apparaît maintenant qu'il n'ait jamais été dans les intentions du cabinet noir de faire entrer le contempteur direct du ministre d'Etat Borloo sans même que soit déroulés les motifs de son oubli en fin de procédure.
Claude AllègrePar contre le buzz créé par les soupentes de l'Elysée a accru la déstabilisation du parti socialiste avant les Européennes, puisque il suscita des vocations de transfuges au sein du parti, pour d'autres que le bouillant copain de Lavabo Jospin. On en vint jusqu'à faire courir le bruit que Jack Lang ne "pourrait" pas refuser la Culture tant il est resté dans l'esprit du Village Global le second ministre valoisien de la V°République avec le flamboyant Malraux. Aussi fit-il répondre sur le domaine de sa compétence académique - il est agrégé de droit public et sciences politiques - et laissa dans l'ombre le reste, au motif que la présidentialisation du quinquennat obligeait tout ministre à la solidarité totale vis à vis du premier ministre.
Même le frétillant Manuel Vals n'a pas crié très fort quand le vent du remaniement s'est rapproché pour un secrétariat à la Ville par exemple ; et Bernard Tapie, s'il n'était pas affairé à pourrir la vie de Riton d'Estaing au Club Med, serait venu de bon coeur, il a mangé quatre fois à l'Elysée.

Fillon reste le seul capable de remplir cette fonction altérée de premier ministre, adjudant major. Il en retire un mérite certain qui lui profitera quand viendra son tour en 2017, contre le prince Jean sans terre.

Le vrai traître, puisqu'il en fallait un dans la pièce jouée, est à Bayrou. Le Béarnais l'a bien cherché, qui se vautre dans une contradiction enfantine qui fait rire tout le monde, à l'exception de sa critique virulente et juste des déficits publics. C'était Michel Mercier, le financier de l'équipe. Dommage pour le MoDem.

Pour finir nous vous offrons le portrait d'un Inconnu : Nora Berra.
Fille de tirailleur algérien, la quarantaine et docteur en médecine de la faculté d'Oran, elle est entrée en politique par le canal gaulliste au bas de l'échelle (conseiller municipal) qu'elle a gravie jusqu'à saisir un poste d'eurodéputé sur la liste Sud-Est de Mme Grossetête, en passant par l'opposition au maire socialiste Gérard Collomb de Lyon, sa ville natale.


Elle va s'occuper des vieux, la seule réserve de consommation de l'économie française. Bienvenue dans l'oued aux caïmans, Madame Norra. Pour l'agrément on gagne au change, bye bye Albanulle et Boutinette.

Rama Yade a été sauvée par sa popularité et sans doute aucun :) par le soutien indéfectible de Royal-Artillerie.


Si l'article vous a plu ou déplu, vous pouvez aussi le faire suivre à un ami en cliquant sur la petite enveloppe ci-dessous :

4 commentaires:

  1. R-N a dit...

    Bravo pour ce numéro d'équilibriste, dans la grande tradition de RA, qui recèle les insondables arabesques de la pensée royaliste ! C'est une analyse fort fine. Mais le Jean junior dont vous parlez ne serait-il pas un apppel du pied en direction d'Orléans Junior ?

    Je ne vois pas qui est Albanulle (Jessica Alba ?), mais je ne connais pas les ministres, sauf de nom un ou deux.

    De quelle loi réprimandable parlez-vous à propos des invités du père de l'élu ?

    (Ah oui, j'ai compris : il s'agissait d'Albanel)

    RépondreSupprimer
  2. Le port de la cagoule est désormais réprimandé...

    RépondreSupprimer
  3. Le port de la cagoule est peut-être réprimandé, mais comme disait le grand (del)oncle de Frédéric, vive le csar quand même !...

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly