dimanche 27 septembre 2009

Aux Bernardins

facade collegeC’est à un moine cistercien d’origine anglaise, Etienne de Lexington, abbé de Clairvaux, que revient la création en 1245 le collège Saint-Bernard, bientôt désigné comme Collège des Bernardins, pour servir de lieu d’étude et de recherche au coeur de la pensée chrétienne.
Le Collège des Bernardins actuel, restauré sur impulsion de feu Mgr Lustiger par le diocèse, après son rachat à la ville de Paris grâce à des concours extérieurs, a accueilli l'an dernier SS le pape Benoît XVI qui nous en a mis plein la vue (clic). Que n'est-il resté ensuite dans la sphère théologique où il règne en maître du temps et seigneur des âmes ! La carrière plombée par le plébéisme slave de son prédécesseur, il se doit - du moins le lui conseille-t-on - de descendre à la portée des brebis un peu bêtes de son électorat de popularité. Mais c'est une autre question, du ressort des experts qui s'entretuent à son sujet.

Benoit 16 aux Berbardins le 12 sep 08Le pape une fois passé, le Collège n'a pas éteint les lampions. C'est devenu une très grosse machine que je vous invite à découvrir sur son site www.collegedesbernardins.fr.

Pour vous mâcher un peu la présentation, je note avec vous que l'activité du Collège est divisée en quatre pôles :

I.- Recherche : colloques, conférences et débats, expos, enseignement. Cette année la chaire des Bernardins est confiée à René Girard.

II.- Art : expositions de peintures (Nathalie Brevet & Hughes Richette jusqu'au 31 octobre), concerts, projections de films suivies de débats, lectures guidées (jeudi 8 octobre, poèmes de saint Jean de la Croix), ateliers "jeune public", goûters philosophiques.

combles du collègeIII.- Rencontres et débats : les mardis des Bernardins sont des tables rondes sur des questions de société (mardi 29 septembre, l'avenir de la Commission européenne). D'autres conférences complètent le programme hors des mardis. Le 30 septembre on parlera de la matière avec Bernard d'Espagnat (Académie des Sciences morales et politiques). Les tarfis normaux sont de 5 euros. Sont également organisés des cycles sur un thème donné, et des colloques d'un à deux jours dédiés à une question fondamentale. Le prochain, samedi 3, est sur la théorie de l'évolution avec les pointures du moment.

IV.- Formation : c'est le plus gros morceau.
L'Ecole cathédrale propose les "jeudis théologie", les "samedis de la parole", et de vrais cours publics à suivre sur une année, voire plus, dont certains sont relayés en podcast sur le site.

salle capitulaireLa fac Notre-Dame propose un programme d'études qui permet à des laïcs et à des clercs d'acquérir en fin de cursus les diplômes canoniques de théologie.
Les autres enseignements sont faits en séminaires (c'est eux qui ont inventé le mot). Par exemple, un lundi par mois à partir d'octobre Mgr Eric de Moulins-Beaufort va développer le thème d'actualité : l'avenir de la démocratie (toujours 5€ la séance).
J'ai noté aussi une formation de catéchistes sur deux ans.

Le Collège a fondé par ailleurs un Institut de la Famille qui propose des sessions thématiques, conférences et colloques.

Grosse et bonne idée donc. « Lieu d'exception où la culture est au service de l'homme dans toutes ses dimensions ».

Le Collège des Bernardins est ouvert de 10h à 18h en semaine et de 14h à 18h le dimanche. On peut consulter les programmes et réserver par Internet.
La structure est accessible au mécénat. Outre les amphi et les salles d'exposition, le site offre une restauration simple et de qualité, et dispose d'une librairie-boutique tenue par La Procure.

COLLEGE DES BERNARDINS
20 RUE DE POISSY
75005 PARIS
std tél : 01 5310 7444

Pour vous récompenser de votre patience, Royal-Artillerie finit son billet en chanson :


- chorale de l'ULB, université libre de Bruxelles -



caricature paillarde
Si l'article vous a plu ou déplu, vous pouvez aussi le faire suivre à un ami en cliquant sur la petite enveloppe ci-dessous :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly