lundi 28 septembre 2009

Chapelles

triangle de gouvernanceTout indique que le temps de la métamorphose est arrivé. Que se dira-t-on à la Croix des Petits Champs lundi samedi prochain [ndlr : corrigé après l'annonce sur l'AF2779] ? Rhubarbe et séné. Or, les groupuscules, s'ils ne shuntent pas les caténaires, sont inutiles dans le monde politique actuel où s'affrontent de grandes masses visant à l'hégémonie de leurs camps respectifs. Même les clubs quand ils ne sont pas embrayés sur des pouvoirs effectifs, tournent au cercle sous-préfectoral de bridge et crapette.
Convertir l'opinion à la monarchie possible passe donc par une infrastructure politique d'ampleur, avec de l'argent, une permanence professionnelle au sommet, bénévole à la base, un agenda politique périodiquement sanctionné par un congrès désignant une queue de trajectoire jouable, des outils de propagande hiérarchisés, modernes et puissants au possible, une chaîne de commandement où passent des ordres forts et clairs, et ... de l'argent...

Que passent les chapelles, naisse le parti.
Parti est pris ici pour "parti pris" et non dans sa connotation électoraliste. Et puis, disons-le carrément, l'école de pensée ne sert à rien quand tout entière versée dans la muséocologie. Galette-Messe-Jeanne ? Parti est plus offensif. C'est de cela que la Cause nôtre :) a besoin.

Un parti musclé, territorialisé et fédéré, doté d'une doctrine puissante (son meilleur atout est disponible et reste capable d'évoluer), un parti public, ouvert sur un projet accessible, attirera ceux des Français qui ont la fibre politique (ils l'ont tous disait Tocqueville) mais qui demeurent déçus par les compromissions et combines indispensables au régime le plus coûteux et le plus menteur que la France ait connu en temps de paix.

Il s'avère que les chances de résurrection du parti maurrassien sont à la merci du permis de construire ce parti et qu'elles exigent un axe politique sûr comme un catalyseur de la transformation. Qui permettrait cela ? Ce n'est pas important de le chercher aujourd'hui, les pouvoirs de nuisance sont impécunieux, lents et usés.

L'axe sûr ? Depuis le commencement, ce blogue a promu une monarchie populaire pour une raison simple : « tant qu'on n'aura pas recollé ce mariage du monarque et de son peuple, tous efforts seront vains ; toute combinaison d'appareils, manoeuvre parlementaire, accession par surprise, seront vouées à l'échec, parce que le Peuple les prendra pour une attaque directe contre lui » (extrait du libelle de Schneider paru sur le forum VLR1 en décembre 2005 et récupéré chez les Manants). Dit en passant, les 4808000 voix du parti communiste à la présidentielle de 1969 interdisaient de croire à la courte-échelle gaullienne au bénéfice du comte de Paris : eut-elle réussi qu'elle aurait déclenché une vraie révolte populaire.

Le catalyseur ? Il a toujours été nécessaire qu'un chef "naturel" sorte du bois et déploie la bannière. Mitterrand le fit à Epinay, qui a littéralement enfumé les gérontes de la SFIO ; par sa vitesse de rotation hors du commun, Sarkozy réussit à prendre l'UMP déjà fédérée par Chirac. Au parti du roi, ...il faut un prince.
Extraverti, pipolisable, jeune sans trop, sensible aux honneurs, cultivé, offrant prestance et autorité naturelle, aimant l'uniforme et porteur de projets personnels glorifiants, le contraire d'un bibliothécaire : vous l'avez reconnu, je ne citerai pas son nom pour ne pas le compromettre. Qu'il sache qu'on ne lui demandera pas de "théser" mais d'unir les élements de la structure. Un travail d'architecte-systèmes, une main de fer dans un gant "couture".
Ceux qui l'aiment prendront le train du renouveau et, son accord obtenu¹, demanderont aux chefs de chapelles de boire la cigüe. Qu'on en finisse une bonne fois, de mourir !

Utopique ? Non ! "ramassé" !
Les évènements à attendre urbi² et orbi³ précipiteront ce qu'on appelle les reclassements qui empliront les cimetières politiques de tous les indispensables. Nous fournirons.

On me dit dans l'oreillette que "le parti" existe déjà, sis au n° 17 de la rue des Acacias à Paris (M° Argentine, sur rendez-vous). Certes, mais comme tous les partis engagés dans la conquête électorale (à tous bons motifs) il se doit d'être oecuménique, brasse-tout, plaire et dépasser les clivages, mêmes ceux exacerbés par les successeurs de l'AF (fracture dynastique, confédération européenne, clivage atlantique, etc.). Ce parti, s'il existe bien évidemment, est scotché dans ses starting blocks du fait d'un sympathique amateurisme et malheureusement pour avoir été lâché par son fondateur charismatique et fier, trompé sur ses chances par un simple sondage. Jospin a fait des émules.

Ce dont il s'agit dans ce billet est la résurgence d'un gros parti néo-maurrassien actualisé en mouvement, en capacité de faire évoluer le concept pour rester d'attaque au créneau, après avoir quitté la crypte du château royaliste où nous laisserons les sarcophages ouverts ! Parti dont la sous-devise devrait être : « On n'attrape pas de mouches avec du vinaigre ».
Pas plus. :)

affiche AFE

Note (1): ...qui en surprendrait plus d'un... à commencer par le piéton blogueur.
Note (2): le livre du prince Jean, héritier de la couronne de Juillet, va sortir au milieu des prix littéraires sous le titre consensuel : "Un Prince Français". La teneur de cet ouvrage travaillé en conseil, va classer le prince au tableau d'avancement politique, en tête sinon en haut, souhaitons-le. Que ce livre soit politique et nous épargne le catalogue d'idées reçues et portes enfoncées des communications antérieures.
Note (3): l'état calamiteux des finances publiques, aggravé d'une politique socialisante, va fatalement faire surgir des questions essentielles dans l'opinion. Les réponses de notre bord doivent être portées par des hérauts ayant accès au micro.



NB : Reste à savoir ce que veulent faire les ultras en ces temps de mer démontée. Ultras cool ? Rallieraient-ils le parti de l'efficacité en se salissant un peu les idées ? ou revenir radieux de Ste Anne d'Auray en attendant le pélé 2010 leur suffit-il ?
Si l'article vous a plu ou déplu, vous pouvez aussi le faire suivre à un ami en cliquant sur la petite enveloppe ci-dessous :

48 commentaires:

  1. votre article est incomprehensible
    trops de sous entendus
    Charles Phillipe ? (uniforme et tra la la )
    non je verrai mieux Sixte

    Sinon un mvt qui n'a pas tous ces pb : Le Renouveau Francais il est monarchiste et a une doctrine

    L'AF souufre de ce manque d'ou les multiples scissions

    RépondreSupprimer
  2. Je ne suis pas d'accord avec vous Catoneo sur la question de l'Alliance Royale : le fait de se présenter aux élections n'a jamais signifié que l'on "ratissait large" : l'AR est fondée tout de même sur des principes assez solides qui méritent d'être exploités. Elle pourrait tout à fait devenir ce parti fort et fédérateur que vous appelez de vos voeux, le tout étant de lui laisser un peu de temps : mais je signale qu'elle a survécu au départ de son fondateur, ce qui est bon signe. De nombreux projets sont en cours d'élaboration, 2010 pourrait être une année où l'Alliance Royale secouera le microcosme royaliste.

    Pour le parti "néo-maurrassien", non merci : cela fait 50 ans que tout le monde veut ressuciter une nouvelle AF. Il est temps de faire le deuil et d'accepter le fait que le royalisme doit être réinventé.

    Sur la question du prince, j'ai reconnu votre prétendant auxx accents latinos. En dépit des mes orientations plus "nationales" à l'heure actuelle, je ne vous cache pas que c'est volontiers que je me rallierait derrière la bannière blanche du sommet de l'arbre généalogique... mais encore faudrait-il que ce sommet se bouge un peu (plus !), ce qui n'est pas le cas actuellement.

    Dimanche dernier, le prince des Orléans pic-niquait avec des militants royalistes sur les pelouse de Paris, jouant la carte du prince "proche du peuple". Le vôtre travaille pour des banques à l'autre bout du monde. Pour l'instant, la situation ne semble pas aller en faveur de votre choix.

    Cordialement

    V.

    RépondreSupprimer
  3. Combien de fois faudra t-il vous le dire ? Les Lois fondamentales désignent ce prince. Les orléans ne sont que des usurpateurs... Je ne vais pas relancer la querelle mais bon, il faut être un minimum honnête...
    Vous ne parlez que des orléanistes, je suppose que vous soutenez grosso modo la même chose pour les légitimistes ?

    RépondreSupprimer
  4. Je suis d'accord avec vous Catoneo, sur le besoin pour les royalistes d'avancer unis, et de se doter d'un vaste mouvement. Un peu moins sur la référence maurrassienne... audible par les maurrassiens seulement, et je n'aperçois pas du tout à qui vous pouvez bien faire allusion dans cette description...

    Les royalistes doivent savoir que des catalyseurs sont en marche, exerçant leur emprise en dehors des chapelles précisément. La solution qui sortira n'entrera pas vraiment dans les cadres. Mais pour comprendre la marche possible il faut que viennent les axes manquants : outre les shémas longtemps retournés en tous sens, du "passage au roi", beaucoup de solutions existent et elles constituent autant de morceaux du puzzle. Elles ne sauraient tarder à venir.

    En d'autres termes, d'autres solutions pratiques existent outre celles que vous citez dans votre paragraphe "l'axe sûr".

    La vieille idée d'Epinay ! Je rejoins votre avis sur cette question du chef naturel, me disant toutefois que la vieille peur des royalistes d'un homme providentiel doit être transcendée.

    C'est Chambord, qui souhaitait trouver en Mac-Mahon "un connétable", et se plaignait de "n'avoir trouvé qu'un capitaine de Gendarmerie"...

    RépondreSupprimer
  5. Le scandale causé par le Prince Jean, auquel je ne croyais pas, vient malheureusement d'être confirmé par une mise au point cinglante du Comte de Paris.

    Je juge pour ma part fort déloyale, cette attitude de Jean, dans les capacités publiques duquel je n'ai jamais cru.

    RépondreSupprimer
  6. @Anonymus
    Le prince Sixte Henri est régent de la Communion Traditionaliste Carliste. Ce n'est pas un club de boules. Il s'y donne à fond et on doit le saluer pour cela. J'observe le RF depuis quelque temps, et peut-être ferai-je un billet sur cette résurgence.

    @Voxifera
    Merci pour ce commentaire. Mon insinuation était provocatrice, c'est le régime du blogging qui le veut, mais le parti de l'Alliance a beaucoup de progrès à accomplir sur la voie de la professionalisation. Les partis amateurs tournent vite à l'amicale.
    N'avoir pu constituer ses listes dans deux régions importantes est un mauvais point. Il y a aussi la propagande de la plateforme politique qui est loin d'être au point. Et in fine la position dynastique floue, qui contrarie le travail d'abattage car cette question est incontournable. Regardez le soin avec lequel les partis républicains traitent cette question du leader : dans une démocratie d'opinions sur un marché d'images, le leader est central. L'AR a choisi d'être sur ce marché ; il ne faudrait pas se contenter de n'y mettre qu'un pied...
    Pour la compétition des princes, je vous rassure. Jamais je n'ai proféré d'interdictions (quel ridicule !) pour l'accession. Pour moi, ce n'est pas le premier à Reims car ça ne veut rien dire de nos jours. Ce sera le dernier qui restera debout au milieu des ruines fumantes de la république après avoir convaincu les survivants qu'il était la solution. Qu'il soit Parme, Hohenzollern, Orléans, Bourbon, Clermont-Tonnerre ou le Mérovingien Manquant, n'a aucune importance pour moi, car le fil est coupé. Et pas question de faire entrer dans Paris la berline de Gand. C'est fini tout ça !

    @MTDLG
    Merci de votre avis, toujours consolidé. Maurras a le gros avantage d'avoir propulsé une doctrine politique puissante et complète qu'il est facile de labourer. Il faut passer au néo-maurrassisme en débarrassant l'original des scories invendables.

    J'aimerais bien savoir la teneur de la remontrance du prétendant au régent. Avez-vous un lien ?

    RépondreSupprimer
  7. Sorry, pas vu.

    Voici la mise au point du comte de Paris sur Royauté News :

    En réponse aux absurdités de mon fils le Prince Jean, très paternellement je crois utile de lui rappeler, que si jʼavais voulu maintenir strictement les lois dynastiques en usage dans notre Famille Royale, Jean ne serait alors et à ma disparition, que le tuteur de son frère aîné François, le véritable dauphin, hélas handicapé... (la suite et les explications par ici).

    RépondreSupprimer
  8. Attendons que le livre du prince Jean sorte en librairie pour se faire une idée juste... et peut-être définitive sur ses capacités à rassembler.

    RépondreSupprimer
  9. @ Voxifera:

    C'est un point de vue pertinent!

    G.M.

    RépondreSupprimer
  10. "Qu'il soit Parme, Hohenzollern, Orléans, Bourbon, Clermont-Tonnerre ou le Mérovingien Manquant, n'a aucune importance pour moi, car le fil est coupé."

    Vous avez oublie Habsbourg cher cataneo ! ...( sourire SVP )

    Plus sérieusement, dans l'esprit de votre appel à la création d'un mouvement, avez-vous remarqué ce qu'est en train de créer le site FDESOUCHE ( sur lequel interviennent quelques royalistes ) avec ses " bla-bla régionaux ou locaux " ?...
    http://www.fdesouche.com/

    RépondreSupprimer
  11. J'apprécie la teneur du message de Voxifera. Elle montre qu'il est possible même à des partisans engagés de concevoir les choses autrement en se réunissant sur l'essentiel.

    Catoneo, je viens de lire la totalité de vos réponses, et je peux dire qu'elles me satisfont.

    Pour Charles Bories, je crois qu'il est préférable que les royalistes sachent marquer le pas avec ce qui est politiquement trop et mal marqué. C'est finalement au royalisme de devenir enfin une grande force d'attraction, et de ne plus se confondre avec certains groupes.

    RépondreSupprimer
  12. Merci à R-N et à TLG pour leur très interessante réaction, dont je m'autoriserai pour faire un copie-collé du messaage posté sur cette page :

    http://www.fdesouche.com/fdesouchecom/devenez-contributeur-direct

    après avoir simplement rappelé que FDESOUCHE a 20 000 lecteurs quotidiens uniques, selon des statistiques qui me semblent tout à fait crédibles ...
    Essayez de poster un message et 3 mn après il n'apparaît plus dans les derniers commentaires, risque qui n'existe sur aucun site royaliste ( sourire SVP )

    Et pour l'anecdote, en bas de la page de la discussion sur le Conseil de Paris, on trouvait hier soir une citation de Zemmour disant que les premiers résistants avaient été les .... royalistes de l'ex^trême droite ... l'Action Française ...
    -------------


    Bonjour,

    Je ne partage pas du tout certaines options implicites, affichées sur votre site, mais que malheureusement je suis obligé de comprendre, en raison de la situation gravissime, où nous a conduit la folie de la République qui peut se résumer en un mot :
    » La République c’est l’invasion » …

    Il suffit pour en apporter la preuve de compter les invasions que nous avons subies depuis 1789, de comparer avec la même priode d’années (220 ans ) avant 1789 et de rapprocher ensuite le résultat obtenu, la France en 1789 face à la France de 2009 …

    La situation est donc beaucoup trop grave pour ne pas vous apporter une contribution, si vous estimez qu’elle peut avoir une quelconque valeur ajoutée …

    Lorsque Jeanne d’Arc a rejoint l’armée royale, elle a eu comme compagnons d’armes des individus qui n’étaient guère fréquentables … comme peuvent l’être certains internautes dont on peut voir les messages sur ce site …

    Merci donc de me dire si, au nom de l’union sacrée exigée par l’amour de la Patrie, ma candidature dans le style du billet du fou du Roi Louis XVII ( par exemple ) pourrait vous interesser …

    http://groups.google.fr/group/louisxvii-info-2/web/le-fou-du-roi-louis-xvii

    RépondreSupprimer
  13. Je me permets d'intervenir, en tant que membre de cercle adhérant à l'UCLF, puisque l'auteur croit bon de railler la légitimité...

    "Reste à savoir ce que veulent faire les ultras en ces temps de mer démontée."

    Il suffit de lire les articles de Viveleroy, comme celui-ci, pour le savoir:

    http://www.viveleroy.fr/article53.html


    "Ultras cool ?"

    Plutôt, oui!!! Nous voyons cette énième division d'un oeil lointain, tant nous ne parlons pas de la même chose...
    Et le continuel éclatement maurrassien, dont les soixante dernières années nous offrent de beaux exemples (Cf Histoire des royalistes depuis 1945, de Patrick Louis), nous démontre par les faits que l'organisation de l'UCLF, en cercles autonomes (ce qui serait quand même la moindre des choses pour des "décentralisateurs"...) nous épargne depuis presque trente ans le spectacle pitoyable donné par l'AF.

    "Rallieraient-ils le parti de l'efficacité en se salissant un peu les idées ?"

    Nos prédécesseurs du XIX°s. sont allés se salir dans le fumier de la Révolution, et on ne sache pas qu'ils en soient sortis plus propres qu'avant, et que cela ait fait avancer ne serait-ce qu'un peu le retour du Roi...
    Tirer les leçons des échecs, ceux des autres, et les nôtres d'abord!, nous semble indispensable: d'où le renoncement au suffrage universel et à l'activisme, car si le bien commun était au bout du tract et du tag, ça se serait su, depuis le temps?

    Et, honnêtement, la notion d'efficacité politique sonne curieusement sous la plume d'un maurrassien, quand il prétend donner des leçons en la matière...

    "ou revenir radieux de Ste Anne d'Auray en attendant le pélé 2010 leur suffit-il ?"

    En attendant l'UDT, vous voulez dire!!! Pour les raisons ci-dessus, nous préférons nous en tenir:

    -à la doctrine traditionnelle de la monarchie française, pure de toute pollution libérale: quand on voit comment le "comte de Paris" traite les lois fondamentales, on ne parle vraiment pas le même langage...

    -aux leçons de la science politique: on voit à quelles impasses pratiques mène la négation de la légitimité théologique (tendance maurrassienne) ou celle de la légitimité naturelle (tendance nationale-catholique et/ou providentialiste): notre royalisme a les pieds sur terre et regarde vers le Ciel, où il voit la source de toute autorité et de toute légitimité politique.

    -à notre fidélité dynastique: notre roi travaille dans l'ombre, mais l'accueil qui lui est réservé par les autorités religieuses, civiles et militaires est riche d'enseignements... et de promesses?
    Après, il est sans doute plus utile à un roi d'avoir une solide expérience financière, que de savoir faire des sandwichs pour un pique-nique dominical, non?

    -à notre méthode de travail: prière et étude. Ce n'est rebutant que pour les activistes qui veulent courir, le muscle tendu et la tête vide, sus à la Révolution, et qui se font prendre, comme tant d'autres avant eux...
    Nous prions et travaillons, quant à nous, humblement: nous étudions le réel dans tous ses aspects, nous tenons compte des progrès des sciences humaines comme de la permanence des lois divines, pour un résultat que chacun est à même de juger!
    Si un autre type d'action, que la soumission à la Vérité naturelle et révélée, était possible aujourd'hui, les faits nous l'auraient montré depuis longtemps!

    Alors, en conclusion (!), vous nous permettrez de rester dans le réel, ce qui ne s'est pas franchement trop fait dans les rangs catholiques et royalistes jusqu'ici, et de ne pas vous suivre dans vos lubies néo-maurrassiennes, où le Roi-caméléon se vend comme un paquet de lessive... Vous aviez dit: "efficacité"?

    RépondreSupprimer
  14. @Charles Bories
    Le compromis nationaliste a trop souvent viré à la compromission mais parce que "Jacques a dit" on pouvait boire la tasse sans craindre de se noyer. On en finit par soutenir les "adorateurs de Saint-Just". La doctrine maurrassienne n'a pas besoin de béquilles mais d'aggiornamento.

    @ Lulo,
    Ce n'est pas une raillerie, une simple pique. Il y a une opposition de votre bord entre le légitimisme et la politique. C'est à vous d'y mettre un terme si le Prince le souhaite. Pour le moment, vous témoignez. C'est bien, mais pensez à la flamme et au boisseau.

    Combien avez-vous désormais de cellules actives ?
    Comment naissent-elles ? Génération spontanée ou plan calculé ?
    Je n'ai jamais été approché...

    Quant à "donner des leçons"...? Je ne fais que suivre ce que le mouvement légitimiste veut bien montrer, et je partage le point de vue de certains responsables légitimistes bien plus autorisé que le mien, qui gémissent d'inaction.
    Car pélérinage n'est pas action, même si le dernier a fait l'objet d'un affichage sur ce blog activiste néo-maurrassien, qui a parlé aussi de la 19° UDT St Louis, et de chaque livraison du Lien légitimiste...

    Mais je vous remercie de votre long commentaire, un peu acide, et même s'il se termine sur "mes lubies".

    PS: "Se salir les idées"(expression copyrightée par Royal-Artillerie) est le réflexe qui manqua au comte de Chambord dépassé par la course des évènements ;)

    RépondreSupprimer
  15. A Catoneo,

    "Ce n'est pas une raillerie, une simple pique."

    Je l'entendais bien ainsi!

    "Il y a une opposition de votre bord entre le légitimisme et la politique."

    Non, mais il y a une opposition radicale entre l'action politique légitimiste et celle qui se pratique selon les voies ordinaires, en nos temps de révolution.

    "C'est à vous d'y mettre un terme si le Prince le souhaite. Pour le moment, vous témoignez. C'est bien, mais pensez à la flamme et au boisseau."

    Notre action n'est pas un "témoignage". Elle est, pour chacun, un effort d'adéquation à la vérité, dans sa double origine. Pour cela, l'étude est primordiale.
    Mais étudier, chez nous, ce n'est pas ressasser les auteurs du XIX°s.: les progrès de l'histoire, de la sociologie, etc... sont absolument à prendre en compte, car ils apportent sans cesse de nouveaux faits, et permettent de s'écarter de certains préjugés pourtant "traditionnels": nationalisme, providentialisme à la Franquerie, etc...

    "Combien avez-vous désormais de cellules actives ?"

    Je n'en sais ma foi rien! Ecrivez à l'UCLF!

    "Comment naissent-elles ? Génération spontanée ou plan calculé ?"

    Je ne puis que donner mon témoignage personnel: j'ai contacté la présidente du cercle de Bourgogne, j'ai échangé des mails avec l'UCLF, et... c'est tout!

    "Je n'ai jamais été approché..."

    Le porte à porte n'est pas le genre de la maison, à ma connaissance...! Mais la porte est grande ouverte, entrez donc!

    "Quant à "donner des leçons"...? Je ne fais que suivre ce que le mouvement légitimiste veut bien montrer, et je partage le point de vue de certains responsables légitimistes bien plus autorisé que le mien, qui gémissent d'inaction."

    L'efficacité ne se mesure pas à l'aune de la démocratie libérale et de ses moyens... depuis combien de temps les royalistes tractent-ils, affichent-ils, votent-ils? Depuis 1789, et on voit le résultat.
    Quant aux "responsables" dont vous parlez, j'imagine qu'il s'agit plutôt des quelques électrons libres de la légitimité que de présidents de cercle, qui sont pressés de réitérer les exploits du légitimisme parlementaire à la Berryer... Nous ne partageons pas cet empressement, quant à nous...!

    "Car pélérinage n'est pas action,"

    Regardez l'agenda de l'UCLF, vous le verrez un peu rempli d'ici septembre 2010. Cela n'enlève rien au fait que tous les cercles ne communiquent pas toujours suffisamment.

    "même si le dernier a fait l'objet d'un affichage sur ce blog activiste néo-maurrassien, qui a parlé aussi de la 19° UDT St Louis, et de chaque livraison du Lien légitimiste..."

    Allons, ne prenez pas la mouche! Votre blogue nous rappelle que personne n'a le monopole de la clairvoyance (Cf la réponse ci-dessus à Charles Bories, sur le compromis nationaliste), c'est une leçon d'humilité que Dieu nous donne!

    "Mais je vous remercie de votre long commentaire, un peu acide, et même s'il se termine sur "mes lubies"."

    Pour l'anecdote, on m'a reproché pendant tout mon secondaire d'être trop concis... Je me soigne, comme vous voyez!!!
    Après, bien des choses nous séparent, mais votre travail est quand même globalement appréciable (et apprécié!) par bien des légitimistes.

    "PS: "Se salir les idées"(expression copyrightée par Royal-Artillerie) est le réflexe qui manqua au comte de Chambord dépassé par la course des évènements ;)"

    Là-dessus, il faut quand même dire une chose: le comte de Chambord n'a eu qu'un tort, c'est de croire à la représentation nationale et de faire confiance à un parlement... ce dont ont sciemment profité les députés orléanistes ET légitimistes, conservateurs d'eux-même... un beau personnel qui d'ailleurs a fondé la République, faut-il le rappeler?

    De là, voyez-vous, une certaine méfiance...!

    RépondreSupprimer
  16. Merci de vous être libéré du défaut de concision, pour une fois qu'un légitimiste se déboutonne...
    Je ne reproche rien à l'UCLF même si je pense que la voie providentialiste est la plus confortable, priez, YWH fera le reste... quand il aura fini son havane. Que l'avenir vous donne raison et vous m'en verrez transporté de joie.
    Mon approche est différente et le champ d'intervention bien plus restreint. Elle est résumée dans l'à-propos de ce blogue : participer à la banalisation de l'offre royaliste autour de la mouvance monarchiste des fidèles et au-delà si possible, sans préjugés réducteurs ni tabula rasa. Faire la propagande aimable d'un meilleur futur possible.
    En fait réacclimater (plus modestement participer à ...) le roi dans l'esprit des Français afin qu'une éventuelle accession ne les braque pas d'entrée. Ce blocage ne peut être résolu par la presse people car le Français est le plus "politique" des Européens. Il ne peut pas être résolu non plus par RA ! Si la démarche aboutissait à supprimer le réflexe pavlovien de rejet, le reste serait tellement plus facile (l'à-propos fut rédigé au parc du Retiro à l'ombre du cheval d'Alfonso XII).

    Pour populariser le roi tous les moyens sont bons. Et si certains se sentent la fibre électorale, qu'ils courent aux scrutins en marchant sur les principes... écrits par qui, je me le demande souvent depuis que je sais qu'on votait souvent sous l'Ancien Régime.
    D'ailleurs des esprits déliés sur cette question démocratique soutiennent que si Charles X avait décrété le suffrage universel à la barbe des possédants, il aurait pu repousser l'attaque conjuguée de la Forge et de la Banque.
    Les rois qui furent avec le peuple surmontèrent les passages difficiles. Ceux qui s'en défièrent entamèrent leur "légitimité" quand ils n'en moururent pas. Le Roi des Français n'a survécu au cens. Défaut d'affect !

    RépondreSupprimer
  17. "Merci de vous être libéré du défaut de concision, pour une fois qu'un légitimiste se déboutonne..."

    On ne fréquente pas les mêmes, alors...!!!

    Nous ne sommes pas des providentialistes au sens où vous l'entendez, qui est celui que nous dénonçons:

    http://www.viveleroy.fr/article17.html

    Après, comme vous vous basez sur les critères de la démocratie post-moderne, nous ne sommes que des citoyens passifs... sauf aux élections locales et professionnelles: nous ne rejetons que les suffrages qui ne sont pas à notre niveau de compétence.

    "Mon approche est différente et le champ d'intervention bien plus restreint."

    J'avais remarqué! Elle occulte totalement la vérité révélée, ce qui rend votre royalisme incomplet, faussé et boiteux: comme j'aime à l'écrire, il lui manque une aile...

    "Elle est résumée dans l'à-propos de ce blogue ..."

    Tout cela est bel et bon, mais beaucoup trop naturaliste: en négligeant la Révélation (ce qui est commun à l'ensemble des maurrassiens), la pente fatale du naturalisme vous conduit à adopter la praxis et le langage révolutionnaires: on croirait que votre projet est fait pour l'UMPS...

    "Pour populariser le roi tous les moyens sont bons."

    Certainement pas! Vous faites vous-même le bilan de cette formule à longueur de posts (j'ai beaucoup aimé ce que vous avez écrit plus haut sur le compromis nationaliste)!!!
    Rien ne vaut la vérité et ce qui respecte les lois naturelles et révélées, mais moyens et esprits de la Révolution ne sont bons que pour elle, car ils sont forcément orientés vers sa finalité: la libéralisation de l'individu.
    Cette finalité ne se change pas selon les caprices: c'est une mécanique complexe, et si on y met le doigt, elle vous prend complètement.
    C'est une leçon de la science politique, issue tout droit de nos cercles!

    "Et si certains se sentent la fibre électorale..."

    Suffrage universel, mensonge universel... Pie IX a formulé là ce que beaucoup de royalistes ont expérimenté (et expérimenteront encore) dans la douleur.

    "D'ailleurs des esprits déliés sur cette question démocratique soutiennent que si Charles X avait décrété le suffrage universel à la barbe des possédants, il aurait pu repousser l'attaque conjuguée de la Forge et de la Banque."

    C'est une vieille lubie des Ultras,très populaire chez les légitimistes des années 1830-1840, qui pensaient que la majorité rurale des électeurs leur eût été favorable...
    Nous refusons le suffrage universel comme contre-nature, et instrument de la pérennité de la Révolution:

    http://www.viveleroy.fr/article71.html

    "Les rois qui furent avec le peuple surmontèrent les passages difficiles."

    Si vous voulez dire par là, ceux qui ont rempli tous leurs devoirs envers Dieu, oui. Les incroyables épreuves subies par la monarchie montrent d'ailleurs que c'est l'institution qui est bonne, quelle que soit la valeur personnelle du Roi.

    "Ceux qui s'en défièrent entamèrent leur "légitimité" quand ils n'en moururent pas."

    Votre approche est un peu biaisée par un relent fort de souveraineté nationale... Louis XVI n'a pas véritablement exercé l'autorité politique, pour bien des raisons et dans un contexte si complexe et particulier que nous en parlerons un autre jour!
    C'est la faiblesse de l'autorité qui met toute l'institution en péril: la Restauration a institutionnalisé cette faiblesse en reconnaissant explicitement la doctrine politique de la Révolution, avec le parlementarisme.
    La légitimité ne se fait que par rapport à Dieu et à l'acceptation de Ses lois.

    "Le Roi des Français n'a survécu au cens. Défaut d'affect !"

    C'est un peu réducteur... Même électeur, le prolétariat industriel et misérable du Nord, qui voyait ses enfants envoyés légalement dans les mines, n'eût guère davantage d'affection pour l'usurpateur...

    Il est bien triste de voir que vous raisonnez en parfait libéral: la souveraineté populaire semble définitivement acquise, pour vous. Un reste de nationalisme?

    RépondreSupprimer
  18. " Le compromis nationaliste a trop souvent viré à la compromission mais parce que "Jacques a dit" on pouvait boire la tasse sans craindre de se noyer. On en finit par soutenir les "adorateurs de Saint-Just". La doctrine maurrassienne n'a pas besoin de béquilles mais d'aggiornamento."

    Cher cataneo
    Votre observation ayant été reprise par un autre intervenant, pardonnez-moi de vous dire - sans aucun esprit de polémique - que je ne vois pas d'où vous tirez votre argumentation sur un soi-disant "compromis nationaliste" de ma part !

    RépondreSupprimer
  19. Finalement, j'ai bien fait d'écrire ce billet.
    Je ne suis pas nationaliste, ni "parlementariste" et ne promeut de démocratie qu'à l'étage de conscience politique du citoyen, essentiellement dans sa cité et alentours.
    Mais c'est la théorie, et une organisation des pouvoirs de la chambre et un choix intelligent du mode de scrutin peuvent contrer la "perversité démocratique" tout en laissant l'emblême.
    L'exploitation éhontée de la main d'oeuvre par la bourgeoisie industrielle aurait dû être contrée par le roi de France car il était en charge de ses peuples, alors qu'il donnait l'impression de l'inverse.
    Son successeur fut acheté par la Banque et ne pouvait donc pas s'acoquiner avec le troupeau qu'il mettait à disposition de l'industrie.
    Souveraineté populaire ou nationale, tout cela sont des mots vides de sens. Il y a un souverain qui se lève tous les matins ou il n'y a pas de souverain. Pont barre.

    Quant à la Révélation, c'est pour les croyants. On peut s'en dispenser et trouver de grands avantages au régime monarchique sans exhorter à la piété. Je ne partage pas complètement le jugement de Maurras qui voyait en l'Eglise catholique un pilier essentiel de la monarchie. L'Eglise a eu de grands torts dans la Révolution et actuellement elle est sous l'étiage.

    @CB : le compromis nationaliste est pour moi une ânerie, qu'il ait été ou pas promu par Maurras, sauf à être le cheval dans le pâté ; auquel cas il n'y aurait pas besoin d'y convoquer les alouettes.

    RépondreSupprimer
  20. Charles Bories,
    C'est R-N qui se méfiait du compromis nationaliste en réponse çà un intervenant du Renouveau français.

    RépondreSupprimer
  21. A priori il semblerait qu'un dialogue soit possible entre nous, si on en juge par le nombre des interventions !

    Peut-on aller plus loin ou doit-on attendre de pouvoir donner un avis opportun sur un prochain billet de RA ?

    RépondreSupprimer
  22. "Finalement, j'ai bien fait d'écrire ce billet."

    Mais tout à fait!

    "Je ne suis pas nationaliste, ni "parlementariste" et ne promeut de démocratie qu'à l'étage de conscience politique du citoyen, essentiellement dans sa cité et alentours."

    Tant mieux, mais il n'empêche que vous faites résider la souveraineté dans le peuple (c'est une hérésie, prouvée par l'abbé Maignen): c'est déjà un degré important de libéralisme.

    "Mais c'est la théorie, et une organisation des pouvoirs de la chambre et un choix intelligent du mode de scrutin peuvent contrer la "perversité démocratique" tout en laissant l'emblême."

    Une coquille vide, en somme? C'est de l'utopie pure... On n'a jamais vu en deux siècles des institutions d'apparence libérales qui ne fonctionnaient pas comme telles... L'unique recours à la légitimité naturelle vous permet-il de vous exempter des faits et de l'expérience?

    "L'exploitation éhontée de la main d'oeuvre par la bourgeoisie industrielle aurait dû être contrée par le roi de France car il était en charge de ses peuples, alors qu'il donnait l'impression de l'inverse."

    Le tort, en la matière, de Louis XVIII et de Charles X fut de garder la législation révolutionnaire, qui a préparé le paupérisme. Mais l'apparition de ce prolétariat industriel n'est pas antérieure à 1830, et a été grandement facilitée par l'esprit de la monarchie de Juillet: c'est dans tous les manuels!

    "Son successeur fut acheté par la Banque et ne pouvait donc pas s'acoquiner avec le troupeau qu'il mettait à disposition de l'industrie."

    Louis-Philippe n'a jamais été le successeur de Charles X. Et il a été porté au pouvoir un peu par hasard, et surtout faute de meilleur libéral conservateur... Oui, il ne fut que la potiche de l'oligarchie financière, qui l'abandonna aussi vite qu'elle le soutint.

    "Souveraineté populaire ou nationale, tout cela sont des mots vides de sens."

    Je ne vous le fais pas dire, mais la pratique libérale les remplit, leur donne corps!

    "Il y a un souverain qui se lève tous les matins ou il n'y a pas de souverain. Pont barre."

    Il y a une autorité politique légitime ou pas. Point barre.

    "Quant à la Révélation, c'est pour les croyants. On peut s'en dispenser et trouver de grands avantages au régime monarchique sans exhorter à la piété. Je ne partage pas complètement le jugement de Maurras qui voyait en l'Eglise catholique un pilier essentiel de la monarchie."

    Votre opinion est contraire à la Foi, à la Vérité, et aux droits de Dieu. Elle a l'immense avantage de vous permettre une évasion facile loin du réel, vers la société de pensée...

    "L'Eglise a eu de grands torts dans la Révolution et actuellement elle est sous l'étiage."

    Même si ce que vous dites est vrai (voir Démocratie cléricale, d'A. Loubier), ce n'est pas une raison pour jeter le bébé avec l'eau du bain...! L'enseignement traditionnel est maintenu par tout un clergé fidèle et courageux, et perpétuellement valable, que je sache.

    RépondreSupprimer
  23. Vos principes (que je connais bien) sont impeccables; mais ils barrent la route à toute solution monarchique "sur terre" ...car ce bas monde est terriblement imparfait.

    RépondreSupprimer
  24. Merci de bien vouloir considérer que le lien avec cette discussion se trouve à l'alinéa extrait ci-dessous de cet appel lancé sur cette page

    http://groups.google.fr/group/louisxvii-info-2/web/de-la-vie-politique

    " .../... Dans cette attente, nous suggérons aux lecteurs laïcs qui pourraient être attentifs à cet appel, de bien vouloir s'organiser en un réseau de cellules opérationnelles, destiné à constituer l'élite nécessaire à la perennité même de la France, Fille Aînée de l'Eglise. "

    RépondreSupprimer
  25. "Vos principes (que je connais bien) sont impeccables; mais ils barrent la route à toute solution monarchique "sur terre" ...car ce bas monde est terriblement imparfait."

    Vous avez raison, du point de vue... naturaliste: il vous manque le point de vue théologique.
    La volonté de Dieu est que nous nous conformions à Ses lois: c'est tout ce qui nous est demandé, car c'est Lui qui donne la victoire, quand Il le voudra: c'est cela, d'ailleurs, le vrai providentialisme, celui qui ne fait pas l'économie de l'action...

    Pour y arriver, il y a bien sûr la prise en compte de la situation: aujourd'hui, il nous faut convaincre une part critique de la population (et pas seulement une "élite", M. Bories), et se garder d'EXIGER un miracle...

    Mais je m'étonne que deux exemples d'histoire récente ne vous frappent pas: en dix ans, Napoléon Ier et Napoléon III sont passés de l'anonymat au pouvoir dictatorial: les choses peuvent aller très vite, et notre travail est de nous y préparer humblement, en gardant à l'esprit que tout est dans la main de Dieu, et que notre devoir se limite à (faire) aimer et (faire) connaître la Vérité dans son intégralité: nous sommes les acteurs de l'Histoire, mais certes pas ses auteurs.

    Le reste n'est qu'agitation brouillonne, de toute façon au profit du Système: l'étude et la prière ont toujours fait défaut (l'un ou l'autre, et au moins en partie, sans compter les pollutions libérales) chez les contre-révolutionnaires: d'où les échecs répétés. Il est peut-être temps de changer?

    RépondreSupprimer
  26. A vous lire, la Providence nous aurait envoyé les Napoléons...
    Si le second fut moins mauvais qu'on ne le dit partout et certainement très courageux, le premier bénéficie d'un score quasiment hitlérien.
    (le trait est forcé pour vous obliger à répondre :).

    Ce que je vois dans mon rétroviseur est que la Providence a cessé toute manifestation d'intérêt pour la nation française depuis très longtemps...

    RépondreSupprimer
  27. à lulo :

    " aujourd'hui, il nous faut convaincre une part critique de la population (et pas seulement une "élite", M. Bories"

    Dans mon esprit l'élite que j'ai évoquée en raccourci - lois de communication sur Internet obligent - peut se trouver dans tous les corps de métier du plus bas au plus haut degré de l'échelle sociale, ou si vous préférez dans toutes les couches de la population ...
    Si necessaire je peux vous donner des exemples ...

    De manière générale et pour aller vite je considère que l'analyse de la Révolution qui n'a jamais été dépassée est celle de Vilfredo Pareto dans son "Traite de Sociologie Générale" ( accessible sur Internet grâce à une université canadienne ) ...

    Soit en résumé algébrique :
    "mon" élite = "votre " part critique de la population

    Pour le reste accord à 100 % sur votre texte si on excepte un petit détail dynastique que vous connaissez ...

    RépondreSupprimer
  28. Charles-Bories, votre hameçonnage me fait rire.
    Tous sur Louis17.info !

    RépondreSupprimer
  29. "Ce que je vois dans mon rétroviseur est que la Providence a cessé toute manifestation d'intérêt pour la nation française depuis très longtemps..."

    OBJECTION VOTRE HONNEUR ! Mais ceci est une autre histoire ...
    ----
    A ce propos, suite à une info confidentielle du Figaro, voir la dernière minute sur la page que j'ai déjà citée si le sujet vous interesse ...

    RépondreSupprimer
  30. Bien que très intéressantes, ces discussions déportent de l'objectif de l'article et des interrogations d'une grande partie de la mouvance royaliste actuelle : comment faire entrer la monarchie dans les moeurs, comment la faire connaître, comprendre et apprécier ?

    A la manière de "trop d'impôt tue l'impôt", la rigidité excessive sur des principes honorables et la posture scholastique, même si celle-ci est un maillon de la chaîne, ne permettent pas d'en venir au fait.

    Pour répondre à ce que disait Charles Bories plus haut, c'est de l'excès des postures nationalistes qu'est venue la mise à l'index de certaines idées qui elles demeuraient bonnes. On a jeté le bébé avec l'eau du bain... Chez ceux-là, une "comm" cadrée par des pros aurait évité la mise à l'écart de ces idées ou leur reprise électoraliste par les tenants de l'autorité actuelle.
    Dans le champ différent qui doit être le sien, le royalisme peut éviter cela.

    RépondreSupprimer
  31. Convoqué au possible, je sors du bois, à l'impossible nul n'est tenu, et je prends mon pipeau pour parler au merle de mon jardin.

    RépondreSupprimer
  32. Aymeric de C. a dit ...
    Charles-Bories, votre hameçonnage me fait rire.
    -------

    A la bonne heure ! Heureux d'avoir apporté une contribution aussi modeste soit-elle à votre bonne santé !

    Rire de bon coeur par les temps qui courent est tellement rare !

    Profitez d'avoir la gorge déployée pour chanter avec le beau merle à qui Catoneo est en train de parler dans son jardin secret ! ...

    RépondreSupprimer
  33. "A vous lire, la Providence nous aurait envoyé les Napoléons..."

    Ce n'est pas exactement ce que j'ai voulu dire. La Providence a permis l'usurpation napoléonienne, qui bénéficiait d'une très faible légitimité, tant naturelle (dictature) que théologique (asservissement de la religion)... J'ajouterai qu'Elle l'a sans doute permis à cause de la pollution libérale de la plupart des royalistes de cette époque, encore imbus de la "philosophie" (Cf le livre de J-p Bertaud, Napoléon et les royalistes): rien appris (de l'expérience), rien oublié (des "Lumières" pratiquées pendant cinquante ans)!

    La Providence ne bénit pas les entreprises de ceux qui nient les lois divines, naturelles et révélées.

    "le trait est forcé pour vous obliger à répondre :)."

    Rassurez-vous, j'aurais répondu de toute façon!!!
    Le libéralisme conduit systématiquement à l'anarchie, et celle-ci à un tyran: on le vit en 1798 comme en 1848... Qui a dit que l'Histoire ne repasse jamais les plats?

    "Ce que je vois dans mon rétroviseur est que la Providence a cessé toute manifestation d'intérêt pour la nation française depuis très longtemps..."

    Vous renversez les rôles: ce sont les français (la "nation française", ça me hérisse un peu...) qui ont oublié Dieu, ses préceptes et ses lois. C'est aux légitimistes de le leur rappeler, de leur remémorer que la grâce se mérite.

    M. Bories, vos précisions sont satisfaisantes, et nous parlons bien de la même chose. Je ne connais pas Vilfredo Pareto, mais, pour la Révolution, nous aimons bien Augustin Cochin.

    "Pour le reste accord à 100 % sur votre texte si on excepte un petit détail dynastique que vous connaissez ..."

    Alors, j'aimerai bien savoir comment vous expliquez la guérison des écrouelles par Charles X et les apparitions de la rue du Bac...?


    R-N, je crois qu'au contraire, nous n'avons pas dévier... sauf si vous pensez que hors de Maurras point de salut?
    Les principes de la légitimité politique, et du thomisme sont, il est vrai, peu propices à la fantaisie et au délire idéologique...Sans doute parce qu'ils sont en phase avec le réel, mais certes pas avec l'activisme.
    L'AF était condamnée à ce qu'elle vit aujourd'hui (pardon, depuis 50 ans...), parce qu'elle est naturaliste. Et la solution n'est certainement pas de singer la politique révolutionnaire et ses méthodes taillées sur mesure.

    "Convoqué au possible, je sors du bois, à l'impossible nul n'est tenu, et je prends mon pipeau pour parler au merle de mon jardin."

    On m'avait vanté, cher Catoneo, votre langue, mais là, j'ai besoin d'une explication de texte...

    RépondreSupprimer
  34. @ Aymeric de c.

    Pris par le temps, j'ai répondu à "brûle-mel" à votre message, tout surpris qu'un aussi gros poisson que vous ait pu s'interesser à un aussi petit hameçon, sans prendre la mouche !
    Mais trêve de plaisanteries !

    Si j'ai bien compris, la référence implicte que j'ai faite à un site qui m'est cher vous a semblé hors sujet alors que je voulais répondre de manière aussi satisfaisante que possible à une observation qui m'était faite par lulo, objectif qui a, semle-t-il, été atteint !...

    Cela étant précisé, dois-je comprendre que la suggestion de création de cellules opérationnelles serait selon vous une tentative de vouloir appeler tous les petits poissons qui n'auraient pas votre esprit de discernement sur ce site dédié à la question Louis XVII ?

    Si mon hypothèse est juste, vous vous trompez lourdement !

    En effet, cette idée de création de cellules opérationnelles est à l'opposé de toute volonté de vouloir régenter qui que ce soit !

    Si vous le souhaitiez et si Catoneo le jugeait opportun j'aurais plaisir à donner les quelques détails qui pourarient être nécessaires ...

    Réponse au message de Lulo à suivre ...

    RépondreSupprimer
  35. @ Lulo,
    Ca ira mieux comme cela :

    Convoqué au possible, je sors du bois !
    A l'impossible ?
    Nul n'est tenu !
    Je prends mon pipeau pour parler au merle de mon jardin.

    :)

    RépondreSupprimer
  36. Réponse à lulo

    "M. Bories, vos précisions sont satisfaisantes,"
    Merci

    "et nous parlons bien de la même chose. "
    Alleluîa !

    "Je ne connais pas Vilfredo Pareto, mais, pour la Révolution, nous aimons bien Augustin Cochin."
    En raccourci TGV ( son livre fait près de 600 pages, sauf erreur de mémoire ) :
    la révolution a été la catastrophe que nous savons pour la France, parce que le renouvellement des élites ( qui est un phénomène aussi universel et constant dans les societés que l'inégalité de la répartition des richesses ) s'est réalisé à la fin du XVIII ème siècle par l'association d'hommes nouveaux ... porteurs d'idées folles ...

    D'où pour aujourd'hui et demain la nécessité de former une élite qui aura un minimum d'idées justes !...

    Mais vous savez aussi bien que moi que les idées justes ne suffisent pas ! ...


    "Pour le reste accord à 100 % sur votre texte si on excepte un petit détail dynastique que vous connaissez ..."

    " Alors, j'aimerai bien savoir comment vous expliquez la guérison des écrouelles par Charles X et les apparitions de la rue du Bac...?"

    Vos arguments me rajeunissent de quelques années ( 4 à 5, pas plus ) car je me suis fait la même argumentation lorsque j'ai commencé à étudier aussi sérieusement que possible la thèse survivantiste ...

    Pour les apparitions de la rue du Bac, l'argument ne me semble pas recevable car rien n'indique - sauf erreur de mémoire que je vous remercie de corriger - que Charles X ait été explicitement nommé comme étant le Roi Légitime !
    En outre votre argument ouvrirait, si c'était le lieu d'un tel débat, la grave question de la conquête de l'Algérie dont nous connaissons aujourd'hui encore les conséquences, près de 2 siècles après !... Lisez les réactions de Catherine Labouré à l'annonce à Paris des victoires militaires en Algérie ! C'est édifiant et prophétique !...

    L'argument des écrouelles serait plus sérieux et je comprends qu'il soit important pour vous ! Mais sans pour autant me soumettre à l'argumentation de Bloch dans son célèbre livre les " Rois thaumaturges ", et tout en restant dans le cadre de la théologie catholique la plus sûre, on peut - me semble-t-il - adopter une interprétation qui ne nécessite pas d'y voir la reconnaissance par le Ciel de la légitimite de Charles X ! ...
    Et à cet égard, on a par ailleurs suffisamment d'éléments établis historiquement pour étayer une telle option ! ...

    Je doute que ma réponse vous semble satisfaisante ! mais je n'ai pas la prétention d'avoir une explication qui permette de comprendre le sens de l'histoire de la France - car c'est bien de cela qu'il s'agit - depuis deux siècles ! ...

    Je pense seulement avoir trouvé quelques outils d'analyse qui me semblent pertinents et au risque de m'exposer à une qualification de tentative d'hameçonnage, vous conviendrez avec moi - tout au moins je l'espère - que l'espace au demeurant fort utile dans lequel nous pouvons saisir nos échanges est un peu étroit !...
    Si un jour vous souhaitiez ... mettre la tête à une autre fenêtre ... ce serait avec plaisir ! ... Vous y seriez le bienvenu !

    RépondreSupprimer
  37. Réponse à R-N qui a écrit :

    " Pour répondre à ce que disait Charles Bories plus haut, c'est de l'excès des postures nationalistes qu'est venue la mise à l'index de certaines idées qui elles demeuraient bonnes. On a jeté le bébé avec l'eau du bain... Chez ceux-là, une "comm" cadrée par des pros aurait évité la mise à l'écart de ces idées ou leur reprise électoraliste par les tenants de l'autorité actuelle.
    Dans le champ différent qui doit être le sien, le royalisme peut éviter cela."

    Pardonnez-moi, si je ne saisis pas très bien toute la subtilité de votre argumentation, et de quel " champ différent " vous voulez parler, mais avec le mot "CHAMP " vous venez d'employer une expression extrêmement interessante, qui est familière à tout utilisateur d'Excel ou d'Access, et qui pourrait être particulièrement "fertile" pour nous royalistes !

    Chacun de nous a effectivement un champ d'activité qui lui est propre ou spécifique et des champs plus ou moins partagés avec plus ou moins de personnes ! ...

    Imaginez qu'en semant un peu de capillarité et de subsidiarité dans les champs partagés des uns et des autres, on puisse créer des cellules opérationnelles, qui soient capables de se donner de veritables objectifs, auxquels adhèrent les membres de ces cellules, qui devront naître nécessairement dans le pays réél, confronté avec la réalité ! ...

    RépondreSupprimer
  38. Réponse à M. Bories

    Sur la thèse de M. Vilfredo Pareto, je crois que de fortes nuances s'imposent: le duc d'Orléans et toute cette noblesse qui se rue dans les sociétés de pensée à partir de 1750, les parlementaires à la fois jansénistes, réactionnaires et alliés en pratique aux "Lumières", me semblent avoir eu un poids bien plus important, d'autant qu'ils ne faisaient pas du tout partie de "nouvelles élites" bourgeoises, lesquelles ont eu justement à affronter la réaction nobiliaire, qui leur a laissé une place moins grande que sous Louis XIV.
    A. Cochin, très justement remis en lumière par F. Furet, montre fort bien que c'est le mécanisme de la société de pensée qui est le principal moteur de la Révolution.

    "D'où pour aujourd'hui et demain la nécessité de former une élite qui aura un minimum d'idées justes !..."

    D'où la nécessité de former le maximum de gens, en ne leur donnant pas à croire qu'ils sont meilleurs que les autres: la dérive de la noblesse du XVIII°s. est assez éloquente sur la capacité de retournement de "l'élite"...

    "Mais vous savez aussi bien que moi que les idées justes ne suffisent pas ! ..."

    Pas quand elles sont rassemblées dans une doctrine cohérente, c'est la meilleure base qu'on puisse avoir.

    "Pour les apparitions de la rue du Bac, l'argument ne me semble pas recevable car rien n'indique - sauf erreur de mémoire que je vous remercie de corriger - que Charles X ait été explicitement nommé comme étant le Roi Légitime !"

    « Au moment de l'Evangile, il m’a semblé que la croix et tous ses ornements royaux coulaient à terre sous ses pieds, et que Notre-Seigneur restait dépouillé. C’est là que j’ai eu les pensées les plus noires et les plus tristes, comprenant que le roi serait dépouillé de ses habits royaux et les dommages qui en résulteraient »

    De qui pouvait-il bien s'agir, quelques jours avant juillet 1830???
    Cette apparition est, dois-je le rappeler, reconnue par l'Eglise.

    Je ne vois absolument pas le rapport avec la conquête de l'Algérie...???
    Dois-je vous rappeler que dans les demandes du Sacré-Coeur, en 1689, Louis XIV est appelé par NSJC "fils aîné de mon Sacré-Coeur", alors que nous étions en pleine querelle gallicane avec Rome?
    Ceci pour dire qu'on ne doit pas confondre la personne et sa fonction, et que la légitimité ne repose pas sur la sainteté personnelle...

    "L'argument des écrouelles serait plus sérieux et je comprends qu'il soit important pour vous !"

    Parce que pour un catholique, ce n'est rien???

    "Mais sans pour autant me soumettre à l'argumentation de Bloch dans son célèbre livre les " Rois thaumaturges "

    Argumentaire purement rationaliste, qui évacue d'autorité le surnaturel.

    "et tout en restant dans le cadre de la théologie catholique la plus sûre, on peut - me semble-t-il - adopter une interprétation qui ne nécessite pas d'y voir la reconnaissance par le Ciel de la légitimite de Charles X ! ..."

    Ben voyons!!! C'est curieux, cette manie de se faire naturaliste et rationaliste quand ça vous arrange... Ce faisant, cette négation vous fait détruire dans le même temps ce que vous prétendez défendre: car si Charles X n'était pas légitime, il n'eût pas pu guérir les écrouelles. Dieu ne se contredit pas. Et cela veut dire, par conséquent, que Naundorff ou Tartempion n'étaient pas Louis XVII... Le sang de France ne se présume pas!

    "Et à cet égard, on a par ailleurs suffisamment d'éléments établis historiquement pour étayer une telle option ! ..."

    Nous avons au contraire tout un ensemble de dépositions sous serment, des soeurs hospitalières et des médecins qui ont procédé à l'examen des malades... Alors, étalez un peu vos nombreux documents démontrant le contraire, et s'il s'agit des chansons de Béranger ou des journaux libéraux, on connaît déjà, merci!

    RépondreSupprimer
  39. "Je doute que ma réponse vous semble satisfaisante ! mais je n'ai pas la prétention d'avoir une explication qui permette de comprendre le sens de l'histoire de la France..."

    Disons qu'avec une idéologie providentialiste, vous aurez toujours bien du mal à vous y retrouver dans le réel! C'est exactement le travers inverse de nos maurrassiens: ils nient la légitimité théologique, quand vous niez en pratique la légitimité naturelle:

    http://www.viveleroy.fr/article17.html?artpage=3#outil_sommaire_2

    Quant à nous, nous en restons à la science politique et au thomisme, qui ne nous ont par encore mené à l'impasse!!!

    "Je pense seulement avoir trouvé quelques outils d'analyse qui me semblent pertinents..."

    Le problème est que cette ruée dans une question purement historique conduit à se demander qu'elle est votre action politique, en dehors du brassage d'idées convenues: on cherche les études de science politique sur votre site...
    Nul doute que vous priez, mais quid de l'étude politique?

    Merci pour l'invitation, mais... non. Un site qui montre le drapeau de Loublande sur sa page d'accueil, qui s'égare dans le délire survivantiste (même s'il nous épargne le mystico-dingo, du genre Paul VI toujours en vie!), a tout ce qu'il faut pour éloigner les légitimistes.

    RépondreSupprimer
  40. "Imaginez qu'en semant un peu de capillarité et de subsidiarité dans les champs partagés des uns et des autres, on puisse créer des cellules opérationnelles, qui soient capables de se donner de veritables objectifs, auxquels adhèrent les membres de ces cellules, qui devront naître nécessairement dans le pays réél, confronté avec la réalité ! ..."

    C'est exactement ce que les légitimistes font depuis plus de vingt ans! Les différents groupes et cercles sont autonomes (la moindre des choses, pour des partisans de la décentralisation, non?), mais unis dans la stricte doctrine légitimiste.

    RépondreSupprimer
  41. La qualité des commentaires fait honneur à ce blogue, mais nous dérivons du sujet de ce billet qui est la création d'un parti (au sens général et pas électoral) en lieu et place des écoles de pensée...

    J'engage nos débatteurs à se retrouver, non au bois de Saint-Cloud, mais sur le forum Vive Le Roy pour continuer l'échange.
    Merci.

    RépondreSupprimer
  42. Cher catoneo,

    Merci pour vos mots aimables et pour votre invitation à laquelle je répondrai volontiers.

    Sauf erreur,je crois savoir que vous appartenez à l'équipe de modération de VLR.

    Je vous laisse donc le soin d'ouvrir le débat qui fera suite à celui-ci.

    En attendant, mille mercis pour votre hospitalité.

    CB en déplaceemnt

    RépondreSupprimer
  43. dernier message : anonyme = charles bories en déplacement sur un ordinateur étranger, rebelle à toute identification ...

    RépondreSupprimer
  44. vu . Merci
    Dès que je pourrai m'identifier j'interviendrai pour répondre à lulo, courant semaine prochaine en principe ,,,
    CB

    RépondreSupprimer
  45. Compte tenu du dernier message affiché sur VLR, il me semble préférable de clore le débat par la réponse qui se trouve sur ctte page ...

    http://groups.google.fr/group/louisxvii-info-2/web/de-la-galaxie-royaliste?msg=ns

    Avec mes remerciements renouvelés pour votre hospitalité dont je n'abuserai pas davantage .

    RépondreSupprimer
  46. A Charles Bories,

    J'aurais souhaité répondre directement sur votre page, mais il m'est impossible de m'y connecter.

    1) J'aurais voulu consulter le traité de Pareto, mais cela n'est plus possible en ligne. De plus, n'est-il pas un peu ancien (1917)?

    2) Votre argumentation sur la rue du Bac est bien faible... Si Charles X incarnait quelque chose "au point de vue religieux", c'est précisément parce qu'il était le Roi légitime!!! Votre relativisme est consternant: à ce jeu-là, on détruirait la mission de Ste Jeanne d'Arc comme un rien. Vous vous en gardez, sans doute parce que là, ça vous arrange... Votre démarche n'est pas sérieuse: un peu de critique rationaliste par ci, beaucoup de dévotion par là...

    3) Je ne comprends toujours pas ce que l'Algérie vient faire là-dedans!!!

    4) Votre éphéméride est très intéressante, et bien vue. Vous démontez très bien la fallacieuse interprétation nationaliste, et rappelez justement que NSJC s'adresse d'abord au monarque.
    En ce sens, c'est une confirmation de plus des Lois fondamentales.

    5) La guérison des écrouelles est la conséquence du sacramental qu'est le sacre. Or, selon la théologie la plus sûre, ce n'est pas l'intention du sujet qui fait la valeur de l'action (quand je communie, ce n'est pas ma foi qui fait la présence du Christ dans l'hostie, sauf pour... Luther): donc les éventuels (M. Raillat a-t-il pu pénétrer sa conscience?) doutes de Charles X ne changent rien, puisque ce n'est pas de lui qu'émane le miracle.
    De plus, votre "argument irréfutable" est tout à fait puéril! A vous lire, le Ciel eût béni Charles X en lui donnant une longue descendance mâle directe; mais on pourrait en dire tout autant de Louis X, de Philippe V, de Charles IV, de Louis XII, de François II, de Charles IX et d'Henri III!!!
    Si l'on suit votre logique, on ne peut que vous encourager à rechercher le descendant du dernier carolingien, ou du dernier mérovingien, voire celui de Romulus Augustule!
    Alors, avant d'imaginer ce que Dieu aurait dû faire, vous seriez mieux inspirer de vous soumettre à ce qu'Il a fait...

    6) Il n'est pas question d'inventer une théorie politique, mais de rappeler la Vérité dans cet ordre: où est le De Regno? Où est la double légitimité de l'autorité politique? Où est la juste réflexion sur l'institution?
    Sur cette base bien faible, vos cellules royalistes ne peuvent être que des caisses de résonance à vos élucubrations sur Louis XVII.
    Les cellules dont vous rêvez à la suite de J. Barbey existent depuis plus de vingt ans...

    Votre méthode n'est pas bien sérieuse, au vu des procédés habituels de la recherche historique: votre argumentaire se base sur de pures spéculations autour de quelques témoignages et de faits négatifs, sans compter les rêveries providentialistes habituelles: le Grand Monarque n'apparaît pas clairement, mais son ombre se dessine, à vous lire...
    Bref, votre pensée est déductive: vous aviez déjà décidé de la survivance en commençant un travail qui doit bien vous occuper! Mais en pure perte.

    RépondreSupprimer
  47. Bonjour !

    Les militants patriotes de Paris vous invitent à
    aller faire un petit tour sur leur blog.

    http://parolesdemilitants.blogspot.com/

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly