lundi 12 octobre 2009

Jean m'épate

Débarrassé de la crinière "Lion de Neuilly", son excellence de Nagy Bocsa fait dans le gilet notarial et la componction. Déjà capacitaire en droit, il peut rédiger à l'étude. C'est une blague ! Treize cents millions d'euros de budget annuel l'attendent à la Défense. L'administrateur Marseille de Meudon (et pas l'inverse), déjà pénétré lors du renouvellement du poste de chef des UMP au Conseil Général du 92, vient de laisser son siège à l'EPAD au fondement juvénile du nouveau chef de tutti capi. Ne reste dès lors à l'élu qu'à faire le tour du fief en pissant sur chaque piquet de clôture depuis le siège de la Lancia.
Dans deux ans, les Hauts de Seine surprendront tout le monde à réclamer et obtenir leur indépendance bien avant la Nouvelle Calédonie ou le Groland. Elevé au rang de duché par le président de l'Union européenne, ce sera la seule monarchie disposant de deux premiers ministres - un phallus à deux boules -, les joyaux compères de Levallois qu'on ne présente plus sur la sciure. Fermez les yeux : Devejdian en clown blanc, plume au truc, fait l'annonce dès que les trompettes s'essoufflent : « Et voici dans leur numéro de trapèze en fonte, ...Les Balkanogres Volants ! Sous vos applaudissements ! »

tour HermitageIl n'est donc pas besoin d'être fils d'archevêque en République pour franchir les obstacles, seulement de chanoine romain ! Faites le tour des médias pour vous offusquer.
Ici, on se marre !
Au moment où l'on s'escrime à égaliser les chances de tout le monde, au départ du moins, jusqu'à pousser la discrimination positive et lâcher en ville le pitbull de la Halde, un gaffet de 23 ans sans diplômes, n'ayant jamais travaillé, va brasser le premier budget du département le plus riche de France, au bénéfice de l'intérêt général de la région parisienne (?!), parce que son nom fait peur ! Ayant la clé du coffre-fort, on peut s'attendre au pire, lorsqu'on connaît les compères en affaires qui en ont raconté long comme le bras dans les prétoires, même si le futur président de l'EPAD est présumé honnête, n'ayant jusqu'ici pas de casier.
Bientôt une tour DARTY à la Défense ? Après tout !

Tour PhareLe régime gaullien établi en 1958 (modifié 62) pour cesser l'irresponsabilité génétique parlementaire qui avait coulé de rire la IV° République, se termine en satrapie persane, dans l'axe initial de prérogatives bonapartistes surmontant les blocages même règlementaires, comme a su nous le montrer son fondateur tout en s'en défendant. C'est la logique de tout régime à fonctions éphémères. Les Happy Few portés aux manettes par un électorat versatile mais mentalement vénal, ont peu de temps pour s'établir et doivent donc prendre d'assaut les positions de commandement sans attendre leur tour. Le quinquennat hâte les échéances et le seul moyen d'aboutir est de prendre tout le gouvernement du pays hors du gouvernement, dans un cabinet privé qui tranche sans consultations chronophages. On n'a même pas besoin de décrocher le téléphone, les subordonnés rampent d'eux-mêmes. Ceux qui traînent sont jetés à la rue ou court-circuités puis placardisés.
Le modèle étasunien, qui sert de référence à la présidentialisation, organise l'équilibre des pouvoirs entre le président et le congrès, entre Washington et les cinquante états de l'Union qui ont leur propre constitution.
A l'opposé, la France est gouvernée par un Etat jacobin invasif, qui parfois déconcentre son administration mais rarement ses décisions, et dont tout le commandement peut être capté apparemment par des ambitieux organisés.
La défense vue de la Seine
Le problème pour notre pays est que ces ambitieux qui n'ont de talent que leur pugnacité et la mise en convergence de leur réseau, ne sont pas de l'élite intellectuelle de la nation, loin s'en faut. Passé le camelotage des idées et le populisme des annonces de réformes, il ne se passe plus rien de concret, sauf à créer un nouveau numéro de prestidigitation qui amusera l'auditoire, complaisant. Le pays s'enfonce inexorablement, faisant paradoxalement la fortune de ses dirigeants. Comme en Afrique ! Patrick Balkany devrait nous expliquer pourquoi, c'est son rayon.

La crise de rire internationale nous remet à la une des quotidiens, après le loupé Polansky et le ratage Mitterrand. On en a de la chance !


quartier de La Défense
Si l'article vous a plu ou déplu, vous pouvez aussi le faire suivre à un ami en cliquant sur la petite enveloppe ci-dessous :

5 commentaires:

  1. On me souffle, mais je ne peux dire si c'est exact, que le père ayant été président de l'organisme en question, il serait "tenu" au sujet de dossiers de financement par l'ex-garde des sceaux... Cette nomination aurait pour motivation secrète de s'assurer que les archives ne s'envoleront pas.

    RépondreSupprimer
  2. Il n'y a rien à ajouter à un commentaire, si bien "croqué".
    Si ce n'est que le Prince Jean n'est pas celui dont on parle.

    Denis CRIBIER

    RépondreSupprimer
  3. Les "fils" du monde entier enverront leurs félicitations au nouveau ministre de la Défense ! Ali Bongo en tête ...

    RépondreSupprimer
  4. Philippe de Villiers du Bois Bourvil trouve le Jeannot formidable, il lui a même parlé et ça l'a laissé sur le cul !
    On peut être vendéen et parfois demeuré !

    RépondreSupprimer
  5. Il y a alignement aujourd'hui chez eux...
    C'est bien le moment pour les royalistes, de se réunir !

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly