samedi 28 novembre 2009

Coupole et nation


Trente tonnes suspendues à cinquante mètres (ça paraît un peu haut par rapport aux photos. ndlr), la manipulation était périlleuse. Les élus étaient donc présents pour assister à cet évènement symbolique organisé spécialement le jour de l'Aïd el Kébir. La coupole de la mosquée de Strasbourg est posée, et Dailymotion a coupé les commentaires sur cette nouvelle. Royal-Artillerie risque de devenir le blogue des mosquées si les érections se multiplient, mais pour dire quoi ? Que la France change ?...

Strasbourg est une métropole un peu spéciale dans le coeur des Français, c'est le balcon oriental d'où l'on observe le jumeau germain¹ de la nation, notre Caïn. C'est la pointe de flèche du losange français, quelque part sa virilité aussi, et même si l'architecture de la nouvelle mosquée est réussie, même si l'on peut comprendre que les musulmans résidents aient droit à un lieu de prière dont ils puissent être fiers, ... ça me heurte. Trop vieux peut-être, rassis, racorni, carci ; mes enfants ne réagissent pas, c'est pour eux un non-évènement.

clocher gothique flamboyantLa France du XIX° siècle, qui s'est perpétuée jusqu'à peu près la décolonisation de l'Algérie (années 60), ne disparaîtra pas. Mais elle partagera et partage déjà le territoire avec d'autres nations. Je dis bien "nation". Les nouveaux venus qui arrivent en présentent vite toutes les caractéristiques, famille et bagages, moeurs publiques, revendications identitaires, communautarisme forcé. C'est toute la problématique du débat actuel de l'identité nationale, qui n'est pas si électoraliste que ça finalement, puisque c'est une question de ressenti personnel. Plus j'y réfléchis, plus je réduis l'identité nationale à la carte administrative éponyme dès lors que je ne perçois plus autour de moi la "nation". Le concept d'Ernest Renan, qui devrait subir le sort scolaire de la lettre de Guy Môquet - Aschiéri en mourrait - n'était pas déjà si concret qu'il participe aujourd'hui des sciences molles. Extrait :
« Une nation est une âme, un principe spirituel. Deux choses qui, à vrai dire, n'en font qu'une, constituent cette âme, ce principe spirituel. L'une est dans le passé, l'autre dans le présent. L'une est la possession en commun d'un riche legs de souvenirs ; l'autre est le consentement actuel, le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l'héritage qu'on a reçu indivis. L'homme, Messieurs, ne s'improvise pas. La nation, comme l'individu, est l'aboutissant d'un long passé d'efforts, de sacrifices et de dévouements. Le culte des ancêtres est de tous le plus légitime ; les ancêtres nous ont faits ce que nous sommes. Un passé héroïque, des grands hommes, de la gloire (j'entends de la véritable), voilà le capital social sur lequel on assied une idée nationale...» [texte intégral].

Si on retourne le long texte de Renan en tous sens, on perçoit très bien le liant des souches. On perçoit aussi très bien son absence entre "nous" et les communautés agglomérées administrativement à notre nation de jadis. La disparition des frontières européennes, l'occidentalisation généralisée de la jeunesse, complétée de la mondialisation vers les peuples en développement, gomment la perception de nation parmi les peuples résidents en France, et lui est substituée la perception d'une patrie. Pas toujours sur le territoire, de beaucoup s'en faut. C'est un constat.

attila
Pourquoi les peuples agrégés ne participent-ils pas au souvenir de notre histoire, à la capitalisation des legs du passé ? Entre cent raisons, parce qu'ils sont arrivés en France dans une période de déclin de notre pays. Nous reculons en permanence, nous ne suscitons ni enthousiasme, ni admiration, et cette distanciation s'est amorcée à la Débâcle de Juin 40. La grande nation était à terre, par sa faute. Malgré tous les subterfuges, les imitations de grandeur coûteuses, les succès industriels aussi rares que brillants, les fauteuils gagnés dans les enceintes internationales, nous n'avons pu nous relever et recouvrer le prestige perdu. Or le prestige est le premier facteur d'intégration des étrangers qui veulent pérenniser leur installation ici. La capacité d'intégration de la république avant-guerre nous l'indique. Il n'y avait aucun problème sérieux, sauf peut-être d'accent tonique.

Sur ce blogue, nous promouvons depuis le début une démarche de recherche de puissance - à notre juste et complète mesure - bien avant celle de la justice, des droits et surtout, du honteux bonheur de vivre à crédit sur la tête des générations à suivre. Le motif est d'abord économique avec les résonances diplomatiques nécessairement associées, mais le motif second est de retrouver le prestige qui éveille le respect. Le reste nous serait donné de surcroît.
Pour le coup, un changement de régime y contribuerait, en exaltant les meilleurs pans de notre histoire et en administrant ce vieux pays avec la compétence et le bon sens auquel il a droit.

Note (1): plutôt les deux demi-frères des Serments de Strasbourg (842)



mouton
Une faute d'orthographe, de grammaire, une erreur à signaler ? Contactez le piéton du roi à l'adresse donnée en bas de page et proposez votre correction en indiquant le titre ou l'url du billet incriminé. Si l'article vous a plu ou déplu, vous pouvez le faire suivre à un ami en cliquant sur la petite enveloppe ci-dessous :

18 commentaires:

  1. Permettez-moi d'ajouter juste une observation à votre analyse, à laquelle on ne peut souscrire qu'à 100 % :

    " Entre cent raisons, parce qu'ils sont arrivés en France dans une période de déclin de notre pays. Nous reculons en permanence, nous ne suscitons ni enthousiasme, ni admiration, et cette distanciation s'est amorcée à la Débâcle de Juin 40."

    Il y a plusieurs années - mais je m'en souviens comme si c'était hier, et vous devinerez facilement à quelle époque cela a pu se produire ... - au cours d'un débat avec mes enfants - comme tout père de famille se soit d'en avoir, un jour ou l'autre, pour essayer de leur transmettre l'essentiel de ce qu'il croit être vrai - un de mes enfants m'a dit comme s'il me parlait de la météo
    " Mais papa la France s'est rendue coupable de crimes contre l'humanité ... "

    Après avoir entendu cela de la bouche de son propre enfant, comment ne pas haïr la République jusqu'au plus profond de son âme, là où Dieu Seul peut entrer ? ...

    RépondreSupprimer
  2. Non, cher M. Bories, on peut ne pas souscrire à 100% à ce nationalisme!

    La grande nation de Renan est la nation souveraine composée d'hommes libres et égaux en droits. Sa prétendue gloire et sa fausse grandeur sont teintées du sang de millions de français.
    Et je m'étonne qu'un catholique puisse croire à l'idée d'âme collective, et d'un sol commun à des millions de gens qui n'en auront pas foulé plus d'une dizaine d'hectares...

    Il peut être bon de s'interroger sur ce qu'était le sentiment national avant la pollution révolutionnaire? Pour cela, il suffit d'ouvrir le Dictionnaire de l'Ancien Régime, de L. Bély (PUF, 1996), à l'article Nation:

    "En France, le sentiment national coïncide, à l'époque moderne, avec la loyauté dynastique et les cultes des saints protecteurs, augmentés de l'attachement au sol natal, à la langue française, à la foi catholique."

    C'est par là, et uniquement par là, que l'intégration peut se faire... comme elle se fit autrefois.

    RépondreSupprimer
  3. La France en 1981,c'est 450 000 (musulmans,arabes,maghrébins ...)
    Comment dire ?
    Aujourd'hui,6,7,8,millions,ne parlons plus d'intégration mais d'une invasion organisée par le pouvoir politique en place.
    Dans quel but ?
    nihilisme .
    incurie.

    RépondreSupprimer
  4. C'est un dur constat de voir ce que nous sommes devenus! D' un vieux Pays, ethniquement et religieusement homogenes, où les particularismes n'etaient que regionaux, nous sommes devenu en moins d'une génération une Yougoslavie ou coexistent differentes "communautés nationales" aux allegeances diverses!

    Quitte à être devenue une Yougoslavie, j'espere que nous en serons les Serbes.....(ce sont les derniers à avoir abandonné les oripeaux du socialo-communisme)

    Et parmi ceux là, des tchetniks dont le drapeau portait l'inscription "Pour le Roi et la Patrie" -"

    RépondreSupprimer
  5. En 70 ans (1870-1940) le Vieux Pays a perdu deux guerres majeures et notre seule victoire (1918) fut payée au prix exorbitant de 1400000 morts dans la fleur de l'âge, des millions de blessés et un océan de destructions. Les guerres perdues ou mal gagnées drainent toujours la virilité d'une nation. La course à la grandeur n'est pas la panacée pour reconstruire un pays meurtri ; il faut revenir aux fondamentaux et c'est là que prime l'économique. L'Allemagne archi-vaincue de 1945 et le Japon écrasé et littéralement affamé, nous ont démontré la pertinence de cette priorité.

    Cigale, la France crut bon de s'en dispenser, car on lui avait donné un fauteuil de vainqueur qu'elle ne méritait pas. Elle s'y est vautrée, oubliant de travailler dur, pour au final inventer la civilisation des loisirs à crédit perpétuel.
    Quelle conne la France !

    RépondreSupprimer
  6. La vérité , c' est que plus on nous parle du désir de nation , plus on nous bassine avec ce fameux "vouloir vivre ensemble" , et plus on s' éloigne les uns des autres , moins on vit ensemble . Au mieux nous pouvons dire que nous vivons les uns à côté des autres . Sur Ernest Renan , je vous offre cette photo de sa maison à Tréguier , pas loin de chez moi . Elle est magnifique . Elle se situe dans une rue qui monte vers la cathédrale : http://www.jedecouvrelafrance.com/f-5305.cotes-d-armor-maison-ernest-renan-treguier.html

    Cadoudal .

    RépondreSupprimer
  7. Cher lulo,

    Je vous dédie le message 267 que je viens de poster sur FDESOUCHE, dans l'article " Sarkozy attaque Marine Le Pen et défend Frédéric Mitterrand " :

    "http://www.fdesouche.com/articles/83540"

    dont je modifierai légèrement le PS comme suit pour vous :
    -----
    PS : que les républicains et royalistes de bonne foi qui fréquentent ce site veuillent bien me pardonner de devoir ajouter ...

    Que Dieu vous ait en Sa sainte garde !

    RépondreSupprimer
  8. Le lien n'étaint pas opérationnel, je recopie donc le message référencé précédemment :
    ---------------
    A ma honte indicible de Français *** d'avoir un tel Président de la République, j’ajouterai ma honte *** de catholique, au titre de laquelle je tiens à faire ici cet acte public de repentance, avant de faire silence, car je crois que ce sera mon dernier message, sauf imprévu extraordinaire :

    Si SARKOZY est chapelain de Saint Jean de Latran, c’est grâce :
    * aux x % de catholiques qui ont voté pour lui …
    * à la hiérarchie de l’Eglise Catholique qui, soit par action, soit par omission, assure son maintien à l’Elysée …

    C’est un immense scandale intellectuel, politique et moral alors qu’un seul cri devrait retentir aujourd’hui, partout en France, après le soutien apporté ce samedi à celui qui a donc été nommé Ministre de la Culture, en toute connaissance de cause :

    SARKOZY DEMISSION !

    Salve Regina

    ——————————————————————–
    *** PS que les républicains [ et royalistes ] de bonne foi qui fréquentent ce site veuillent bien me pardonner de devoir ajouter que seules mes convictions de royaliste survivantiste me permettent de vaincre cette double honte, et de ne pas faire la grave erreur de l’émigration commise par les royalistes qui, en 1791 – 1793, ont abandonné leur Roi aux mains des révolutionnaires, dont une fraction significative était composée de clercs apostats ou constitutionnels …
    --------------
    Je profite de ce message pour ajouter une dernière précision à l'attention de "Lulo" , en guise de conclusion d'un débat toujours latent entre nous ... et afin de réparer un oubli !

    Dans le livre de Daniel, n'est-il pas fait état d'une grave " controverse" devant Dieu entre l'ange gardien d'Israël et celui de la Perse ? ...

    A partir du texte biblique La tradition catholique la plus sûre n'enseigne-t-elle pas qu'il existe des anges gardiens pour chaque nation, comme pour chaque personne ?...

    RépondreSupprimer
  9. Cher M. Bories,

    Encore faut-il s'entendre sur le sens du mot "nation"! Et ai-je besoin de préciser que le sens biblique n'est pas celui des nationalistes?

    Qu'il y ait un ange gardien pour chaque Etat (l'Etat est avec la famille les deux seuls corps naturels), peut-être? Il y a bien des saints patrons pour la plupart des Etats européens. Mais la nation est avant tout le fruit de l'Etat, d'une volonté politique.
    En tous cas, la présence d'un ange gardien ne prouve rien quant à l'existence d'une prétendue "âme collective", qui n'a rien de catholique, n'est-ce pas M. Renan!?

    RépondreSupprimer
  10. "l'Etat est avec la famille les deux seuls corps naturels" !

    Où avez vous lu une telle absurdité, car votre sens de la tradition m'interdit de penser que cela puisse être une élucubration de votre part ?

    Je reviendrai plus tard sur les autres éléments de votre message !

    RépondreSupprimer
  11. Voilà le fondement de "l'absurdité":

    "L'homme est né pour vivre en société, car, ne pouvant dans l'isolement, ni se procurer ce qui est nécessaire et utile à la vie, ni acquérir la perfection de l'esprit et du coeur, la Providence l'a fait pour s'unir à ses semblables, en une société tant domestique que civile, seule capable de fournir ce qu'il faut à la perfection de l'existence."

    C'est un extrait de l'encyclique de Léon XIII, Immortale Dei...hummm!

    http://www.vatican.va/holy_father/leo_xiii/encyclicals/documents/hf_l-xiii_enc_01111885_immortale-dei_fr.html

    La Providence a donc voulu que l'homme vive au sein d'une société domestique, la famille, et d'une société civile, l'Etat. Et cela ressort du domaine naturel, pas de la Révélation.

    A vous lire bientôt!

    RépondreSupprimer
  12. CB :
    " A partir du texte biblique La tradition catholique la plus sûre n'enseigne-t-elle pas qu'il existe des anges gardiens pour chaque nation, comme pour chaque personne ?..."

    Lulo :
    "Encore faut-il s'entendre sur le sens du mot "nation"!" (1)
    .../...
    Qu'il y ait un ange gardien pour chaque Etat (1)(1bis)(l'Etat est avec la famille les deux seuls corps naturels)(1bis) , peut-être? Il y a bien des saints patrons pour la plupart des Etats européens. Mais la nation [2)est avant tout le fruit de l'Etat,[2)(3) d'une volonté politique. (3)
    .../...
    CB :
    " l'Etat est avec la famille les deux seuls corps naturels" !

    Où avez vous lu une telle absurdité ? "

    Lulo :
    "Voilà le fondement de "l'absurdité":

    Léon XIII:
    "L'homme est né pour vivre en société, car, ne pouvant dans l'isolement, ni se procurer ce qui est nécessaire et utile à la vie, ni acquérir la perfection de l'esprit et du coeur, la Providence l'a fait pour s'unir à ses semblables, en une société tant domestique que civile,(4) seule capable de fournir ce qu'il faut à la perfection de l'existence."

    C'est un extrait de l'encyclique de Léon XIII, Immortale Dei...hummm!

    http://www.vatican.va/holy_father/leo_xiii/encyclicals/documents/hf_l-xiii_enc_01111885_immortale-dei_fr.html "

    lulo :

    " La Providence a donc voulu que l'homme vive au sein d'une société domestique, la famille, et d'une société civile,(4) l'Etat. Et cela ressort du domaine naturel, pas de la Révélation.""
    -------------------------------
    Gràce à ce copié-collé ramené à l'essentiel on peut admirer "le glissement sémantique" de lulo jusqu'au bug final que chacun pourra juger selon sa convenance :

    (1) de la nation à l'Etat
    (1bis) Etat = corps naturel = famille
    (2) Etat => nation
    (3) nation => volonté politique
    (4) saut qualitatif brusque
    société civile = Etat
    en raison de l'absence de toute référence à l'Etat dans la citation extraite de l'encyclqiue papale ...
    --------------
    Extrait des récits des apparitions de Notre Dame à Fatima ( été 1916 ) :

    " Lucie demanda comment devaient-ils faire pour se sacrifier ; et l'ange lui répondit :

    « De tout ce que vous pourrez, offrez à Dieu un sacrifice en acte de réparation pour les péchés par lesquels il est offensé, et de supplication pour la conversion des pécheurs.
    De cette manière, vous attirerez la paix sur votre patrie. Je suis son Ange Gardien, l'Ange du Portugal.
    Surtout, acceptez et supportez avec soumission les souffrances que le Seigneur vous enverra. »

    AMEN !

    RépondreSupprimer
  13. Eh ben, il fallait bien 24 heures pour pondre ça!

    Le seul qui en sera comblé, c'est notre cher Catoneo, grand amateur de "hachis parmentier" devant l'Eternel!

    Votre dissection ne mène à rien, car je voudrais bien savoir comment la société civile existe sans l'Etat, qui en est précisément l'élément constituant???

    Par rapport au message de Fatima, permettez-moi de citer au passage le cardinal Billot:

    « L’Eglise, en canonisant ses saints, ne se porte pas garante de l’origine divine de leurs révélations.(…) Il y a toujours place, en quelque hypothèse que ce soit, pour un mélange inconscient de ce qui vient de l’esprit propre avec ce qui vient de l’esprit de Dieu. » (Lettre du 23 février 1916)

    Le Traité de théologie mystique et ascétique de Tanquerey ne dit pas autre chose. Et faut-il vous rappeler qu'aucune prophétie, aucune message n'est de foi?

    Et j'aimerais bien une, rien qu'une affirmation du Magistère admettant l'idée d'âme collective... et baptisant donc votre nationalisme.

    Donc, cher Monsieur, faites-nous la grâce d'étudier un peu la science politique et la doctrine avant d'en donner des leçons.

    RépondreSupprimer
  14. Votre argumentation correspond exactement à celle des personnes avec qui je refuse désormais de perdre mon temps !

    Je note toutefois avec intérêt qu'après les prétendues apparitions de Loublande
    (voir le débat qui a lieu actuellement sur le salon beige
    " 30 novembre 2009 / Et le Sacré-Coeur sur le drapeau français?"
    http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2009/11/et-le-sacr%C3%A9coeur-sur-le-drapeau-fran%C3%A7ais.html#comments )
    vous n'hésitez pas à mépriser les prétendues apparitions de Fatima !

    Vous voilà donc juge des décisions de la Divine Providence au nom de votre science qu'on aurait plaisir à hâcher menue, s'il n'existait pas d'autres priorités ! ...

    RépondreSupprimer
  15. Votre argumentation correspond exactement à celle des personnes qui, sans jamais rien étudier, prétendent en remontrer aux autres: vous êtes donc meilleur théologien que le cardinal Billot?

    Pour ma part, j'entends m'en tenir strictement à l'enseignement du Magistère, ni plus ni moins. Et l'Eglise enseigne que les messages, prophéties et apparitions, fussent-elles authentifiées par l'autorité ecclésiastique, ne sont pas de foi et donc pas indispensables au salut. Vérifiez les sources que j'ai donné, interrogez l'autorité compétente, et vous verrez sans doute que vos opinions sont en contradiction avec l'enseignement de l'Eglise.
    La Foi ne dispense décidément pas de l'étude: je constate que vous ne pouvez pas me donner de citations du Magistère prouvant l'âme collective, ni m'expliquer comment on peut séparer l'Etat de la société civile.

    Ces sciences humaines, que vous méprisez, permettent de mieux saisir les lois divines dans l'ordre naturel: les découvrir humblement est précisément un acte de foi en la divine Providence. Vous voulez "hâcher menu" la science politique? Donnez-vous en les moyens.

    RépondreSupprimer
  16. Mille mercis de m'avoir offert ces moyens supplémentaires, qui me permettent d'arbitrer définitivement ce débat !

    RépondreSupprimer
  17. Cher catanoïa

    Il semblerait que vous avez mis Renan à la une du site phare de la réacosphère ... via Polemia !
    Mais ce n'est qu'une hypothèse !
    Mille bravos et mille mercis si cette hypothése est juste !

    "Identité française : relire Renan ! "
    http://www.fdesouche.com/articles/84996

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly