mercredi 4 novembre 2009

Éditeur en ligne

Bruno PatinoLa loi Hadopi-1 du 12 juin 2009 annonçait un nouveau statut d'éditeur de presse en ligne créé par un décret ad hoc. Ce décret est paru le 29 octobre dernier au Journal Officiel sous la cote 2009-1340. C'est l'une des retombées des Etats Généraux de la Presse Ecrite (Pôle III).
On savait la définition du service de presse en ligne cernée par la loi de 1986 (n°86-897) : « On entend par service de presse en ligne tout service de communication au public en ligne édité à titre professionnel par une personne physique ou morale qui a la maîtrise éditoriale de son contenu, consistant en la production et la mise à disposition du public d'un contenu original, d'intérêt général, renouvelé régulièrement, composé d'informations présentant un lien avec l'actualité et ayant fait l'objet d'un traitement à caractère journalistique, qui ne constitue pas un outil de promotion ou un accessoire d'une activité industrielle ou commerciale ».

Le décret d'octobre ne reconnaît que le professionnalisme (déclarations légales à la CNIL et aux offices divers) et oblige à avoir au moins un journaliste encarté dans l'équipe, au sens de l'article L. 7111-3 du Code du travail. Editeurs de webzines en garage, passez votre chemin, il faut cotiser à l'Urssaf. Mais pornographes professionnels, itou, le statut vous montre du doigt. Inutile aussi de se cacher derrière un service de presse en ligne pour vendre des Rafales ou des épinglettes fleurdelisées. Non ! Il faut de l'info rédigée, de la vraie, du lourd, et surveiller les salopards qui plombent les commentaires de choses inscrites à l'enfer de la bienpensance ! Ce n'est donc pas "évident" !

capture Rue89
Je suppose que les éditeurs de la presse papier qui bénéficient déjà d'aides spécifiques de l'Etat ne pourront cumuler. Les conditions étant remplies, il y en a onze dans le décret, vous devrez soumettre votre super "journal" électronique à la Commission Paritaire en formation qui déblaiera les faisans et labélisera les bons. Les blogues individuels et portatifs n'ont aucune chance - Cry Artillery ! -, mais les encyclopédies en ligne non plus. Par contre les sites comme Rue89, Slate, Mediapart, Causeur, Journal Chrétien, JLMorandini, Le Petit Journal, Mondial Infos, AgoraVox ou LePost, voire Bellaciao ou L'Araignée, passeront sans trop de difficultés et auront accès au fonds de soutien gouvernemental abondé de vingt millions d'euros par an. Ce fonds sera renouvelé deux fois, à l'effet de financer l'équipement informatique des éditeurs et l'investissement dans des équipes au niveau.
Où est le site monarchiste de news dans ce paysage ?
Chez Gutenberg !
Aveugles aux réalités du marché de l'information, les responsables des groupes royalistes communiquent au travers d'organes confidentiels pour abonnés convaincus, éternels souscripteurs à leur sauvetage. Ils semblent heureux de "se faire plaisir" et comme d'autres traînent devant la glace au rasage. Il en est même qui se croient à l'Action Française (version Jardin d'Eden).

capture LePost
Or les meilleurs organes de presse s'électronisent pour cent raisons dont la première est le départ des lecteurs vers les écrans, et d'abord ceux des hebdomadaires. Ainsi les groupes sacrifient les titres supplétifs pour mettre leurs moyens sur le fleuron de la marque, généralement le quotidien, mais en lui créant un miroir électronique très fourni en matériau et services ancillaires en tous genres (voyages, shopping, billetterie, promotions commerciales, portail de blogues, etc.).
Parallèlement, les équipes sont renouvelées pour relancer la créativité et hausser la qualité des contenus, seule garantie de survie en période d'inondation de news.
Quel titre monarchiste avez-vous lu librement en ligne ces derniers temps, en tapant son nom dans la barre Google ?

capture Bellaciao
On peut comprendre avant de tourner la page, que l'agressivité de la concurrence des médiats électroniques soutenus financièrement par l'Etat va être renforcée au détriment des médiats traditionnels en perte de vitesse malgré leur forte consommation de subventions. Il se pourrait même que les cadavres servent à faire manger les jeunes pousses.
Mais bon, depuis qu'on vous en prévient !


Une faute d'orthographe, de grammaire, une erreur à signaler ? Contactez le piéton du roi à l'adresse donnée en bas de page et proposez votre correction en indiquant le titre ou l'url du billet incriminé. Si l'article vous a plu ou déplu, vous pouvez le faire suivre à un ami en cliquant sur la petite enveloppe ci-dessous :

8 commentaires:

  1. Ces sites tels quel Le Post par exemple ne sont pas sérieux et fonctionnent sur le même modèle que tout le reste en dehors du Net et sur le Net : sont mis en avant les contenus les plus pauvres, les plus "amusants" et censés attirer le maximum de public.

    On ne peut pas les considérer comme une entreprise originale sur le Net car elles n'ont rien inventé, et ne font qu'encombrer la toile, servant de point de repère aux institutionnels des médias classiques, qui ne vont jamais sur le Net.

    Le mieux à faire est de les ignorer.

    Certains sites fonctionnent très bien et ont une emprise réelle sur le public, ce qui n'est pas le cas de ces grandes centrales de récupération citées.

    Quant au portail monarchiste que vous appeliez de vos voeux, il sera certainement utile aux monarchistes, déjà pour une mise en relation interne de leurs activités.

    RépondreSupprimer
  2. Quelle que soit la valeur intrinsèque des sites cités, ils sont déjà calibrés pour capter les aides de l'Etat.
    Ces aides sont annoncées depuis neuf mois déjà.
    C'est de cela que je souhaitais parler, à côté de la concurrence plus forte entre la presse cybernétique et la presse de kiosque.

    RépondreSupprimer
  3. La presse royaliste n'est pas en kiosque. Elle ne risque rien.
    :)

    RépondreSupprimer
  4. Peut-on en savoir plus sur le portail royaliste ???

    Rémi

    RépondreSupprimer
  5. C'est une marotte de Royal-Artillerie que de promouvoir un générateur de news tenu par des royalistes et un portail monarchiste d'agrégation d'actualités de la Cause.
    Trois billets ont été publiés :

    (1) Convergeons au portail
    (2) Portail royaliste, deuxième
    (3) Portail toyaliste suite et fin

    RépondreSupprimer
  6. Je pense que l'etat cherche à mettre en avant des sites ou l'information est "politiquement correcte"

    Le but sera de marginaliser les sites apparentés à la "fachosphere" (François Desouche, salon beige, polemia etc etc) qui ont un peu joué le role de poil à gratter ces derniers temps: mittrand et les boxeurs , polanski, ou l'affaire de la vidéo de l'agression dans le bus....

    Vielles methodes sur supports neufs!

    RépondreSupprimer
  7. Peut-être avez-vous raison. Mais bricoler les aides à la presse vous revient toujours dans la tronche car on exacerbe la critique des laissés pour compte.
    Il y a beaucoup de matériau sous le coude ...

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly