lundi 16 novembre 2009

Identité "France"

affiche électorale RoyalLe spectacle de la démocratie populiste n'en finit plus de démolir la crédibilité de ce régime, pour le moins celle des politiciens qui en vivent, et ce n'est pas l'intrusion de madame Royal sur la scène à Peillon dans un moment de creux médiatique, qui leur fera remonter la pente. Déçue sans doute que le kit BSEC* donné aux lycéennes de Poitou-Charentes afin que les caméras fassent point-net sur elle, n'ait pas explosé l'Audimat, la passionaria va-t-elle décroiser les jambes à la terrasse du Grand Café cet après-midi, pour enfoncer le clou dans la croix de Martine Aubry ?
Tout est possible. L'encombrement commence ; les camionnettes de la presse "people" stationnent en double file. Blanche, rose, noire, bleu pâle ou quelque champagne affriolant ? On me dit dans l'oreillette qu'elle est de la "génération collant" et qu'on ne verra rien. Damned ! Rappelez la voiture du Royal-Artillerie !
*Baisez Sans Entraves Chéries

éric bessonPlus fin en communication est le débat lancé par Eric Besson sur l'identité nationale française. Si Martin Hirsch n'a pas freiné le cri du coeur et pouffe en appelant à l'identité européenne, d'autres se sont méfiés ; et même notre jolie Rama Yade a zappé le cirque "national" pour s'impliquer à fond dans les vestiaires de joueurs. Elle était au Havre pour la transat Jacques Vabre, puis à Dublin pour la petite victoire des Bleus, puis à Bercy pour consoler Monfils... déchaînée la gazelle ; distancer la Bachelot en tailleur jaune Giani Forté, toujours ! Mais pas chez Besson.

Le concert de louanges des fayots de la Sarkozie est misérable de convenu. Leur distribue-t-on des fiches de conduite au Conseil du mercredi ? Mais plus intéressante est l'opinion des faiseurs d'opinion. J'en prends sept, comme les nains, au hasard : Plenel, Rioufol, Onfray, Finkielkraut, Zemmour, Juppé, Julliard.


(1) Edwy Plenel :
L'identité nationale c'est de la boullie pour les chats tant les racines sont nombreuses : « Elle est faite d’idéaux partagés, de politiques menées, de buts et d’objectifs à atteindre, qui sont matière mouvante et changeante, au croisement du passé et du présent ». Ugh !

(2) Ivan Rioufol :
les racines du pays sont judéo-chrétiennes et gréco-romaines et devraient être constitutionnalisées. Je pense qu'il s'est fait plaisir sans trop comprendre la question.

(3) Michel Onfray :
identité de la raison et de l’intelligence, par la Révolution française, « une certaine conception de la République qui fait preuve d’ouverture, de solidarité et de fraternité ». Indémodable, il sera exonéré de TVA.

(4) Alain Finkielkraut :
tout viendra de la connaissance de la civilisation française et de sa langue exceptionnelle. D'accord. C'est la meilleure réponse ; la voici in extenso :
« Plutôt que par des symboles, l'amour de la France s'acquiert par la familiarité avec la langue portée par la littérature française. L'amour de la France n'est pas un but, il est une conséquence possible de la connaissance de la civilisation française ».

(5) Eric Zemmour :
le compromis diversitaire du modèle rêvé anglo-saxon contredit l'assimilation républicaine traditionnelle. La position des pouvoirs est donc « l’antithèse de notre bonne vieille assimilation qui imposa la culture française, sa langue, son histoire, son mode de vie, aux vagues passées d’immigrants. ». C'est un peu à côté de la plaque, mais il veut sans doute dire qu'on doit "éduquer" les nouveaux. Alors d'accord.

(6) Alain Juppé :
le crâne d'oeuf répond par réflexe en convoquant un grand ancien pour nous montrer sa culture. Ernest Renan a déjà tout dit. On le savait bien, mais il a passé de l'eau sous le Pont de Pierre depuis lors. Rame, Alain.

(7) Jacques Julliard :
la conscience nationale est en évolution constante. « Il n’y a pas que le présent qu’on s’invente en commun. Le passé aussi doit être créé. Les derniers arrivants en France se valoriseront par rapport à la nation, seulement s’ils se constituent un passé commun ». C'est beau, mais comment faire ? L'Union Française de jadis cherchait à construire un passé commun, exalté dans le présent. On devrait ne laisser passer que les bateaux ressortissant à l'ancien empire.

D'autres ont envoyé leur petit pensum chez Eric Besson. Vous pouvez les lire en cliquant ici.

J'aurais pu choisir Mouloud Anouit, Dominique Soppo, Faouzi Lamdaoui, mais je ne les considère pas compétents.

carte d'identité 3°République
Et Royal-Artillerie ?
L'identité nationale se matérialise par la carte éponyme. Tout le débat est dans l'octroi de cette carte et il serait tellement plus simple de décider des critères d'attribution au lieu d'ouvrir la porte du ministère à la philosophie. La démarche d'acquisition doit être volontaire et passer par un examen d'aptitude. Sans transformer la carte en brevet de francité, on peut quand même réclamer une adhésion aux valeurs constituant le pays, celles de notre constitution. Le reste est bavardage. Mais c'est bien le but : occuper l'espace médiatique, ... et nourrir les blogues.


Une faute d'orthographe, de grammaire, une erreur à signaler ? Contactez le piéton du roi à l'adresse donnée en bas de page et proposez votre correction en indiquant le titre ou l'url du billet incriminé. Si l'article vous a plu ou déplu, vous pouvez le faire suivre à un ami en cliquant sur la petite enveloppe ci-dessous :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly