lundi 2 novembre 2009

Partir ? Taxer ?

RaffarinAlfombras Peña vient de livrer le tapis volant commandé par Pénélope Sarkozy pour fuir l'émeute, depuis que des gens mal-intentionnés racontent partout que la présidence française de l'Union européenne nous a coûté un million d'euros par jour en falabalas.
Le ras-le-bol des masses laborieuses et démocratiques empire, allié au fachisme de bon sens des gens de souche, fécondé par les frasques du petit reître, accroissant chaque jour sa taille dans l'Histoire par tous moyens même budgétaires. Si ce n'est Jean, c'est donc son frère, le cheval de Caligula. La bimbeloterie intellectuelle de la couvée Sarkozy est agaçante déjà, et surtout invendable dans les rangs de la majorité la plus disciplinée du monde. Il fallait s'attendre à ce que les ressorts se détendent, et c'est le bossu du Poitou qui fait son Grand Condé. Copé comprend !

A la tête de vingt-trois sénateurs, le président raté de la Vieille-aux-bois-dormants va pourfendre la réforme fiscale territoriale du cabinet noir, au titre d'ancien premier ministre à vie, au motif de précipitation du ministère et mépris du parlement. Quand on se souvient des atermoiements perpétuels de ce chiraquien de précaution à passer la moindre réforme, de crainte de subir le sort d'Alain Juppé, sa posture dilatoire nous prouve qu'il n'a rien appris de ses échecs à Matignon. "Plus ça devient vieux, plus ça devient bête !" Le menton monte, la mâchoire avance, on va devenir quelqu'un, ... spécialiste auto-proclamé de la Chine contemporaine en remplacement du défunt Peyrefitte, n'a pu suffire. Ils en rient là-bas encore, autant qu'ils souriaient du prédécesseur.

Eric WoerthLa presse de ce matin, enthousiaste à ouvrir la semaine creuse sur enfin quelque chose, souligne que M. Raffarin assume son courage politique ! Vissé au Sénat par les notables de son département de circonscription, personne n'a détecté de menaces qui exalterait quelque courage, à moins de vouloir revenir aux affaires, aux vraies, mais alors avec qui ?
Qui va mettre pareil lest dans la montgolfière exécutive, sauf à vouloir le basculer si le courant d'air chaud médiatique venait à ne plus porter ? Personne !
Et c'est son drame à M. Raffarin. Il ne sert à rien ; personne ne lui a confié de commission d'envergure. Il n'est pas parti à Cuba, ni à P'yongyang, n'a pas fait de savants calculs sur l'emprunt massif comme Rocard, et fut laissé en panne dans la réforme ottomane des institutions territoriales. Si ! On l'a envoyé porter hommage et foi du Sarkoland à Pékin en compagnie du vénérable Giscard d'Estaing.
Le pouvoir le laisse à sa médiocrité. Et ça lui est insupportable.

usine fermée
En attendant que la baudruche de la Fronde luxembourgienne ne se dégonfle par l'achat des vingt-trois sénateurs vaillants, on peut observer la descente aux enfers de la société économique française qui ne pourra pas toucher le fond sans qu'il ne se passe rien¹.
Sont-ce les rebellions ouvertes de voirie à l'encontre des représentants de l'Etat qui donneront le signal, un jour sans prévenir, par quelque précipité de mécontentement général, par l'amalgame de revendications cousines cristallisé par une répression aussi spectaculaire que inefficace ? Ou plus sûrement, la convergence des ambitieux qui verront le défaut de l'armure UMP, la déception des classes populaires, et joueront alors leur agenda ? Où serons-nous ?

On notera les motifs pédagogisants de l'ouvrage de Pedro Peña². Aucun temps à perdre sur le trajet pour ne pas faire le con total au pays si fin et cultivé de Toscane la belle. Nikola Primero pourra soutenir le choc culturel de l'exil, une petite demi-heure...

tapis
Note (1): simple notation. A intervalle de 5 jours j'ai expédié deux cartons à Pékin par TNT. Le numéro d'ordre du premier bon d'enlèvement finissait par XX642 et le second par XX701. TNT, qui est l'un des quatre agrégateurs majors (avec DHL, UPS, FedEx), n'a expédié que 59 enveloppes et colis d'Ile-de-France à Pékin en 5 jours. Des chauffeurs-livreurs me disent n'avoir qu'une ou deux courses pour la journée.
Note (2): www.alfombraspena.com



Une faute d'orthographe, de grammaire, une erreur à signaler ? Contactez le piéton du roi à l'adresse donnée en bas de page et proposez votre correction en indiquant le titre ou l'url du billet incriminé. Si l'article vous a plu ou déplu, vous pouvez le faire suivre à un ami en cliquant sur la petite enveloppe ci-dessous :

1 commentaire:

  1. Les politologues du PC chinois désireux de comprendre l'imprévisibilité du président français ont invité à Pékin un spécialiste ...
    ... Xavier Bertrand !
    [source]

    Encore un camouflet...

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly