samedi 21 novembre 2009

Rompuy, ça clashe déjà !

Les chefs de gouvernement ont choisi le plus petit dénominateur commun pour mettre à la tête du Conseil un président qui ne fasse pas d'ombre aux superpointures. L'heureux élu est un fédéraliste avéré et un taxeur de première...



Que va-t-il rester à Barroso - qui est peut-être mort à l'heure où nous mettons sous presse, puisque rien ne vient de la Commission -, que va-t-il lui rester n'est déjà plus le sujet, si Herman Van Rompuy parvient à lever l'impôt européen en dehors des contributions étatiques, ce dispositif étant la dernière garantie de la voix prépondérante des nations. Y réussirait-il qu'il enterrerait Barroso et sa fonction d'adjudant-major.

Ceux qui se sont imaginé qu'ils "driveraient" facilement le petit flamand connaissent son habileté politique ; aussi ne seront-ils pas surpris de se faire mettre à sec d'ici peu. Cherchaient-ils peut-être un autre qu'eux-mêmes pour réaliser leur rêve hégémonique sur le modèle étatsunien qui les fascine ?

C'est au château de La Vallée de La Duchesse - où furent menées les discussions préalables au Traité de Rome - que M. Van Rompuy s'est déboutonné devant les Bilderbergers le jour de sa nomination. La queue de trajectoire sera de construire un budget "fédéral" à la mesure des ambitions du Traité de Lisbonne, qui sera abondé par des taxes écologiques et la taxe "Tobin" sur transactions financières, celle de Gordon Brown.
Si tout budget grossit naturellement, celui-ci gonflera volontairement.
Pour information les services de la présidence du Conseil sont estimés en poids à mille fonctionnaires internationaux, au départ.

Deux pays se dressent déjà contre la revendication fédéraliste du nouveau président: le Danemark et le Royaume-uni. La France ne s'inquiète de rien tant elle se sent forte d'avoir "fait" l'élection de van Rompuy ! A la fin, ce sera à l'Allemagne de décider.
On sait sa réponse...... Ouf !

C'est le Times de Londres qui a cafté. Ici.


Une faute d'orthographe, de grammaire, une erreur à signaler ? Contactez le piéton du roi à l'adresse donnée en bas de page et proposez votre correction en indiquant le titre ou l'url du billet incriminé. Si l'article vous a plu ou déplu, vous pouvez le faire suivre à un ami en cliquant sur la petite enveloppe ci-dessous :

2 commentaires:

  1. Herman van Rompuy ne blasphème pas,il s'exclame : Godverbloem!, ce qui veut dire : Dieu soit loué!

    RépondreSupprimer
  2. Loué soit Pirée qui semble rompu à la pratique du néerlandais !...
    Comme vous pourriez être utile sur un site où une théorie s'est rompue les os !...
    Rompez cette tentative d'hameçonage !

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly