mardi 15 février 2011

Justice & diplomatie

Notre diplomatie a son Ingrid Bétancourt 2. « On va enlever la blanche colombe à la barbe de ces p... de rastacouères et venger Camerone ! Brice sera chargé de positionner un Noratlas tout vert dans la forêt guatémaltèque pour recueillir le commando et voler jusqu'à Cayenne, où l'on construit l'arc de triomphe fleuri sous lequel ils passeront tous. Où sont les caméras ?» (Zebulo in pectore).

Le dossier Berton que j'ai lu en son temps dénonce les contradictions de la procédure, les "ratures", le foutoir judiciaire mexicain et le reportage en conserve de l'arrestation de la fiancée et de son pirate au bénéfice du chef du FBI local qui voulait faire carrière, et se retrouve aujourd'hui ministre de l'Intérieur. Ça nous rappelle aussi des opérations coup de poing en France d'un autre ministre de l'Intérieur. Mais sur les "faits jugés" il est sec, Me Berton. D'ailleurs, les attendus dissipés ci et là par les autorités françaises ne les nient pas mais les oublient.

Le gang des Zodiaco n'est pas l'Île aux Enfants, et plus largement la République du Mexique non plus. Rapt, viol et meurtre étaient monnaie courante et ordinaire chez les Zodiaco. Il est établi que Mlle Cassez vivait au ranch de Las Chinitas où d'ailleurs ils reçurent, son fiancé et elle, les beaux parents de France (on a la photo). Il est établi que des otages de ce gang ont été "recrutés" à l'hôtel tenu par son frère, où le pirate trinquait de bonne humeur avec son "beauf". Mais jusque-là, la prévenue pouvait faire l'idiote transie, aveuglée par l'amour tropical. Après tout !

Le témoignage accablant est celui des derniers otages secourus, dont nous avons parlé dans un billet resté fameux (humour :) Cassez le doute. Ce témoignage a paru dans La Jordana (clic). Il est renforcé par le témoignage de M. David Orozco Hernández, gangster, qui soutient que Mlle Cassez partageait la direction des Zodiaco avec son fiancé Israel Vallarta (clac).
Fermez le ban !

Il est ahurissant qu'un gouvernement en arrive à couler sa diplomatie parce que le président gère le pays comme un fan club ! Il ne voit aucune priorité ni hiérarchisation des questions. Le tapis roulant apporte Ben Ali - on gère en direct au jour le jour par tête-à-queue -, Laetitia - on gère en direct la souffrance des parents en l'instrumentalisant -, puis Moubarak - on gère en direct mais en retrait des Etats-Unis dès fois qu'ils se retourneraient -, Florence Cassez - on gère en direct la vexation de n'avoir pas été obéi par un pays jusque-là ami, malgré les promesses... trouvez-moi quelque chose pour la semaine prochaine, ce que vous voulez, une buraliste égorgée par un JAP en cavale, le dynamitage de la villa d'un pote en Corse avec au moins six morts, la fin tragique des pieds nickelés de FR3 en Afghanistan, la vidéo de DSK en situation dans les vestiaires du FMI, ce que vous voudrez.

On comprend que le président Felipe Calderón en soit littéralement tombé sur le cul. Un Etat gère des intérêts pas des émotions. Devrait-il déjuger sa propre Cour de cassation, perdre la face vis à vis de son opinion publique en pleine guerre des cartels de la drogue (les journaux classent l'affaire Cassez à la rubrique Política), cela pour plaire à notre hyperprésident qui veut faire l'avocat à la place de l'avocat ? Qui pis est dans la crise d'énurésie, il devrait se sentir menacé de boycott de l'Année du Mexique en France par le Quai d'Orsay (MAM 11.02.11)? Mais chacun sait que les "années" sont l'enveloppe culturelle des exportations françaises ciblées vers le pays mis en vedette, la locomotive Alstom peinte par Matisse. Et que le Mexique n'a pas d'intérêts vitaux engagés dans l'affaire. Il annule donc la participation de son gouvernement à la foire !
Et démerdez-vous les génies !

L'arrogance de roquet de notre diplomatie fait son chemin pour détruire le peu de considération que nous avions encore. Dans les derniers temps nous avons fait fort : après avoir proposé le savoir-faire français dans le maintien de l'ordre en Tunisie pour sauver notre ami Ben Ali déconsidéré par sa propre police, nous gelons ses avoirs dès son expulsion sans attendre la demande officielle du nouveau gouvernement de Dar el-Bey. Un diaporama de cent photos d'embrassades franco-tunisennes circule sur la Toile. Après avoir laissé le Premier ministre passer ses vacances de Noël en famille au frais de la République égyptienne, nous gelons de la même façon les avoirs français d'Hosni Moubarak au motif qu'il a démissionné, sans attendre non plus la demande officielle de la junte. Lui n'a pas fui, il est en résidence surveillée à Charm el-Cheikh, à disposition des nouvelles autorités égyptiennes. Un diaporama de cent photos d'embrassades franco-égyptiennes circule sur la Toile. De quoi se mêle la France ? L'attitude du Quai oscille entre peigne-cul et faux-jeton. Ces choses-là se font dans l'ordre et sans dire. Notre diplomatie est carbonisée par l'embrasement médiatique de nos pas de clerc. Khouchner était un moindre mal, c'est dire où nous sommes venus.


Il est des gens de haut niveau au ministère des Affaires étrangères, des agents compétents souvent dévoués. Mais la qualité de la réflexion et du service ne peut lutter contre la politique des coups décidés par les spinning doctors de l'Elysée ! Excitée par le souvenir des lentes réactions de la présidence Chirac, la présidence actuelle précède toujours la réflexion des cabinets ministériels, on parle d'abord, on gère ensuite, on ne rattrape que rarement et souvent on en laisse le soin au télescopage des nouvelles qui favorise l'oubli. C'est de l'éjaculation précoce ! De mémoire d'Etat, nous n'avions jamais connu cela ! La présidence du G20 s'annonce mal car les reproches de nos pairs seront sousjacents. Au fait, c'est le Mexique qui nous y succède !!!

Postscriptum :
Notre arrogance met en péril la vente de 36 Rafales au Brésil qui se solidarisera du Mexique en cas d'aggravation de la crise diplomatique. D'ailleurs l'armée de l'air brésilienne préfère le Grippen suédois (sous licence yankee).
Post-postcriptum (16.2.11):
L'avocat général près la Cour d'appel de Paris, Philippe Bilger, dit la même chose que nous dans un registre bien plus élégant mais avec des mots plus sévères. Extrait ...
J'ose soutenir que l'apothéose dans l'imprudence a été proposée par le président de la République quand il a manifesté l'intention de dédier cette Année du Mexique en France - dont le Mexique, et ce n'était pas inattendu, s'est retiré - à Florence Cassez !
Le billet complet par ici ne vous décevra pas.
Une faute d'orthographe, de grammaire, une erreur à signaler ? Contactez le piéton du roi à l'adresse donnée en bas de page et proposez votre correction en indiquant le titre ou l'url du billet incriminé. Si l'article vous a plu ou déplu, vous pouvez le faire suivre à un ami en cliquant sur la petite enveloppe ci-dessous :

3 commentaires:

  1. Le Mexique est ravagé par les criminels et la corruption, à faire s'affronter des compagnies entières de bandits et de "crs" sous feu roulant. Tenter de maintenir un semblant d'ordre ne peut pas réussir avec un code de procédure dans la poche des flics casqués. Il y a une violence légitime de la force publique pour sauver le pays.
    Au milieu du carnage, choisir un gang pour faire sa vie, dénote une profonde idiotie ou une grande cupidité. Au choix.

    RépondreSupprimer
  2. Sed Contra (Hugues Kéraly) met en ligne un courrier de Mme Cristina Rio Valladares, ex-otage des Zodiaco, qui remet les pendules à l'heure. A archiver : CLIC.

    RépondreSupprimer
  3. Florence Cassez a été libérée par la Cour suprême du Mexique le 23 janvier 2013. Elle est arrivée en France aujourd'hui.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly