Index alphanumerique

jeudi 9 juin 2011

Libertés programmables pour 2012

Au motif d'enrichir une « Esquisse d’un programme de droite pour 2012 » parue dans les 4-Vérités¹ du 25 mai 2011 sous la plume de Guillaume de Thieul­loy, le président du Cercle Frédéric Bastiat Patrick de Casanove fait un programme réaliste en trois points et en demande une plus large diffusion, à quoi Royal-Artillerie, bastiatiste de toujours, se prête de bon coeur, mais sans le sur-enrichir pour le garder simple et digeste.

C'est M. de Casanove qui parle :
Je voudrais développer l’un des trois axes de l’auteur : la rupture avec l’esprit de 68 et de 81.
Il faut rendre aux Français leur autonomie matérielle, réduire les prélèvements obligatoires et la dépense publique. Le programme qui en découle est clair et efficace. Il comprend seulement trois points. Il s’adresse à tous les Français, quelles que soient leur situation sociale, leurs croyances, leur couleur, leurs préférences, leurs talents. Il ne prend pas aux uns pour acheter les voix des autres. Il rend, à tous, ce qui leur appartient.

Premier point : restituer aux Français l’intégralité de leurs revenus
Pour un salarié, cela s’appelle le salaire complet. C’est le salaire net, plus les charges dites « patronales » et les charges dites « salariales ». Dans les faits, ces charges sont prélevées sur le travailleur.
Si chacun dispose de la totalité de ses ressources, il peut choisir, pour son assurance-maladie et sa retraite, entre des prestataires mis en concurrence. Il peut ainsi s’assurer mieux et à meilleur compte.

Deuxième point : restituer aux Français la libre disposition de la propriété foncière et immobilière 
Les règlements d’urbanisme draconiens engendrent la pénurie de logements et la hausse des prix. Les plus modestes ont des difficultés à se loger et cette difficulté touche désormais les classes moyennes. Avec le libre usage de la propriété foncière, chacun fait ce qu’il veut avec ce qu’il a, aux conditions de ne pas nuire aux voisins et de supporter tous les frais.

Troisième point : appliquer la « flat tax »
Il n’y a plus de niche, d’exemption, de cas particulier… Les impôts et taxes indirects n’ont plus de raison d’être. Les Français paient les produits et services à leur véritable valeur. De toute façon, quel que soit le prélèvement considéré, il est toujours au final, payé par l’individu. Les impôts sur les entreprises ne sont pas payés par l’entreprise, mais par le consommateur.


La conséquence de ce programme est la réhabilitation de la responsabilité. 
L’État ne se mêle plus de la vie privée des gens, la famille est la base de la société, la responsabilité sur les enfants est rendue aux parents. L’aide aux plus démunis et aux personnes en difficultés redevient de la responsabilité de chacun, ce qu’elle n’aurait jamais dû cesser d’être. Les secours publics ne s’adressent qu’aux accidentés de la vie qui ne peuvent trouver suffisamment d’aide de la part de leur entourage.

La libre circulation des personnes et des biens prend le pas sur « l’immigration », parce que la responsabilité personnelle de subvenir à ses besoins s’adresse à tous et remplace l’assistance automatique.

Dans ce schéma, la Nation (ndb: je dirais plutôt l'Etat) se maintient dans ses fonctions régaliennes, garantit la sécurité, assure la justice et veille au respect des contrats.
Si toutes les forces du pays, toute l’attention de nos gouvernants étaient concentrées sur ces missions-là, nul doute qu’elles seraient bien mieux accomplies qu’aujourd’hui. Lorsque la sécurité intérieure n’est plus assurée, les atteintes aux biens et aux personnes se multiplient, les forces de police et de gendarmerie étant utilisées ailleurs. Lorsque la justice est lente et inefficace, elle s’épuise à poursuivre une multitude de pseudo-délits. Lorsque l’armée est sous-équipée, elle a de plus en plus de mal à assurer sa mission de défense du pays.

Ne nous faisons pas d’illusions. Il ne suffira pas d’exprimer ces vérités pour qu’elles se matérialisent. Déjà, en 1850, Frédéric Bastiat déplorait :

« La spoliation légale peut s’exercer d’une multitude infinie de manières ; de là une multitude infinie de plans d’organisation : tarifs, protection, primes, subventions, encouragements, impôt progressif, instruction gratuite, Droit au travail, Droit au profit, Droit au salaire, Droit à l’assistance, Droit aux instruments de travail, gratuité du crédit, etc. Et c’est l’ensemble de tous ces plans, en ce qu’ils ont de commun, la spoliation légale, qui prend le nom de Socialisme » (op. La Loi).

Aucun des candidats actuels à la présidence ne s’évade de ce socialisme. Raison de plus pour faire un battage maximum autour du projet proposé par les « 4 Vérités ». À défaut de faire jaillir un homme nouveau, peut-être pousserons-nous un des candidats actuels à mettre fin à la spoliation légale et à rétablir la loi dans son rôle…




Postscriptum du Piéton du roi : Nous voyons parfaitement bien qui devrait commander à cet Etat concentré et durci, exerçant toutes ses fonctions typiquement régaliennes et s'y limitant. La réponse est dans l'épithète.

Note (1): Les 4 Vérités est un hebdo web et papier de la droite libérale (cf. www.les4verites.com)
Print Friendly and PDF

2 commentaires:

  1. Comme on le dit dans le fil de commentaires des 4V, la transition pour passer de la république cryptocommuniste actuelle à un pays libéré des entraves, n'est pas expliquée par l'auteur du programme.

    RépondreSupprimer
  2. Un choc financier du modèle grec pourrait ouvrir la porte.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".