Index alphanumerique

vendredi 13 juillet 2012

Honneur au Premier. Normal !


Quatorze juillet 2012. Derrière les écoles militaires, défilera tout à l'heure en tête des troupes à pied le 1er RI.
Premier régiment du royaume hors la Maison du Roi, dans l'ordre de préséance militaire, le "Picardie" fut créé en 1567 par Charles IX et Catherine de Médicis, à partir des compagnies de gardes et picardes déjà constituées. Les bandes picardes avaient été levées par Louis XI au camp de Pont-de-l'Arche, pour avoir une infanterie réglée et prête à manoeuvrer contre la Bourgogne ; ces bandes furent instruites par ceux qui détenaient l'expertise du combat à pied, les Suisses et les Espagnols, sous le commandement d'un grand professionnel, Philippe de Crèvecœur. Capitaine de Charles le Téméraire, il passera à la France à la mort du duc de Bourgogne avec l'Artois en dot. Il finira maréchal de France sous Charles VIII. Le rapport de gardes françaises et de bandes picardes fut de 10 à 6 chez Sarrieu, nom du nouveau régiment. Le régiment passa ensuite sous le commandement d'un mignon d'Henri III, Epinay Saint-Luc qui fricota avec la Ligue et fut démis au bénéfice de Faudoas de Sérillac. Le régiment abandonna le nom de son colonel en 1584. On le retrouve à l'armée de Joyeuse, puis dans tous les sièges et batailles qui jalonnent les livres d'histoire, Rocroy, Les Dunes, Malplaquet,... Valmy, Fleurus, Biberach, La Somme, Verdun. Il sert de nos jours dans une spécialité de combat tactique en zone urbaine, une affaire d'avenir.
(source 1)
(source 2)


Il est formé de quatre compagnie de combat sur VAB épaulées d'une compagnie d'éclairage et d'appui. Il peut mobiliser une compagnie de réserve. Cantonné à Sarrebourg (Moselle) depuis 1968, c'est un régiment de biffe classique, de ceux que l'on n'épargne pas, aussi est-il aimé des Sarrebourgeois. Le 1er Infanterie a la croix de guerre 14-18 avec palmes et la croix de guerre 39-40 avec palmes également, sa fourragère est aux couleurs de la médaille militaire. C'est l'plus beau des régiments, terreur de l'ennemi quand il va de l'avant !



I. Reveillez-vous Picards,
Picards et Bourguignons.
Apprenez la manière d'avoir de bons bâtons,
Car voici le printemps et aussi la saison
Pour aller à la guerre donner des horions.

II. Tel parle de la guerre
Mais ne sait pas que c'est:
Je vous jure mon âme que c'est un piteux faict
Et que maint homme d'armes et gentil compagnon
Y ont perdu la vie, et robe et chaperon.

III. Où est ce duc d'Autriche?
Il est en Pays-Bas
Il est en Basse Flandre avec ses Picards
TQui nuit et jour le prient qu'il les veuille mener
En la Haute Bourgogne pour la lui contester.

IV. Quand serons en Bourgogne,
Et en Franche Comté,
Ce sera qui-qu'en-grogne le temps de festoyer
Bout'ront le roy de France, dehors de ces costeaux
Et mettrons dans nos panses le vin de leurs tonneaux

V. Adieu, adieu, Salins,
Salins et Besançon
Et la ville de Beaulne, là où les bons vins sont
Les Picards les ont bus, les Flamands les paieront
Quatre pastars la pinte ou bien battus seront.

VI. Nous lansquenets et reîtres
Et soudards si marchons
Sans finir de connaître où nous arriverons,
Aidons Dame Fortune et destin que suivons
A prêter longue vie aux soldats bourguignons.

VII. Quand mourrons de malheure
La hacquebutte au poing
Que Duc nostre Seigneur digne tombeau nous doint
Et que dedans la terre où tous nous en irons
Fasse le repos guerre aux braves bourguignons

VIII. Et quand viendra le temps
Où trompes sonneront
Au dernier alahau, quand nos tambours battront
Nous lèverons bannières aux ducques bourguignons
Pour aller à la guerre donner des horions.
Print Friendly and PDF

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".