Index alphanumerique

jeudi 11 octobre 2012

Une horde de gonzesses

L'assassinat presque réussi d'une gamine de quatorze ans en vallée de Swat a causé un électro-choc dans la société politique pakistanaise. Et il faut dire qu'on l'attendait depuis assez longtemps, même si les opérations de traque n'ont jamais vraiment cessé aux FATAs¹. Après le président Asif Ali Zardari qui a répété sa détermination à combattre les islamistes et à défendre l'accès des filles à l'école, c'est le ministre de l'Information de la province où se trouve Swat, en plein coeur du pays taliban, qui a dénoncé l'attaque de "terroristes" contre une "icône de la paix", appelant à l'offensive militaire générale contre tous les combattants islamistes du nord-ouest. La chambre basse d'Islamabad a suspendu ses travaux pour condamner l'attaque ignoble et le chef d'état-major de l'armée pakistanaise s'est rendu au chevet de l'adolescente pour condamner les "lâches". Des manifestations spontanées de femmes voilées ont surgi par tout le Pakistan jusqu'à Lahore, capitale culturelle du pays.
Ce qui n'a pas empêché le fier Mouvement des talibans du Pakistan (TTP)² d'annoncer que Malala Yousufzai restait une cible à abattre pour eux ! D'où l'ordre donné par le Ministre de l'Intérieur d'expédier la gamine, toujours sous respirateur artificiel à l'Hôpital militaire mixte de Peshawar, à l'étranger, sans doute Dubaï. Un avion des Pakistan International Airlines a été aménagé pour ce transport.

C'est à l'âge de 11 ans qu'elle se révolta sur son blogue (hébergé par BBC India Urdu) contre la mainmise des fondamentalistes sur la vallée de Swat, qui brûlaient les écoles de filles. Elle n'acceptait pas de se voir rabaissée au rang d'une chose, vendue à quiconque de solvable et promise à une obéissance de tous les instants dans la vie rêvée de femme musulmane de stricte obédience. Elle voulait devenir médecin. Si elle s'en sort, elle y parviendra.

La race fière qui a longtemps fourni les fameux garde-frontière des Khyber Riffles a versé pour partie dans la bestialité de chiens peureux tout juste bons à empoisonner les citernes d'eau des écoles (quel courage !) ou s'embusquer comme des pleutres au bord des chemins creux, quand ce n'est pas de faire exploser leur 150 livres de connerie au milieu de la foule. A ce stade d'abrutissement il n'est d'autre choix que l'élimination. C'est la conviction nouvelle de l'armée pakistanaise qui a cessé de "négocier", quoiqu'ait suggéré l'ISI³ maintenant déconsidérée.

Le blogue de Malala, Gul Makai diary, n'est pas accédé en ligne et c'est dommage. Le père de Malala, Ziauddin Yousafzai, est un poète de la belle langue ourdou et directeur d'école qui a toujours soutenu la surdouée de la famille.
D'autres jeunes filles au Pakistan et en Afghanistan, se sont levées contre la promesse fondamentaliste d'un destin d'idiotes et on ne peut que saluer leur courage, plutôt rare d'ailleurs chez leurs frères apathiques. Elles risquent leur peau parce qu'elles pensent que l'avenir est aux femmes. Normal, quand on voit les résultats mirobolants obtenus sur terre par le sexe fort.



(1) Federal Administered Tribal Areas, zone montagneuse du Nord-Ouest à la frontière afghane qui n'est pas régie par les lois d'Islamabad mais par la coutume administrée par des agences (comme les agences indiennes aux Etats-Unis).
(2) Tehrik-e-Taliban Pakistan est une alliance terroriste des groupes rebelles des FATAs et de la province de Khyber Pakhtunkhwa (où se situe la vallée de Swat). Ses chefs se succèdent à mesure de leur élimination par l'armée pakistanaise.
(3) Inter-services Intelligence, service de renseignement pakistanais convaincu de manipulation des terroristes afghans


Postscriptum AFP-11/10/12 : L'adolescente a été finalement admise à l'Institut de cardiologie des forces armées pakistanaises de Rawalpindi. Un couple de médecins britanniques, qui assistait à une conférence au Pakistan au moment de l'attaque, s'est joint à l'équipe médicale pakistanaise.




Print Friendly and PDF

8 commentaires:

  1. Très bon papier sur le triste sort des femmes dans ces pays... Et les démocraties occidentales, si elles ne réagissent guère à ces dramatiques exactions et "atteintes à la dignité humaine", vont assister, impuissantes, au recul du droit des femmes dans les pays comme la Libye ou l'Egypte.

    Moubarak, quoi qu'on en pense, avait mis en place une certaine "protection" (toute relative bien sûr) du droit des femmes. Son successeur en fera t'il autant ? Rien n'est moins sûr...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Je pense que lorsque vous naissez femme en Afghanistan on vous apprend chaque jour à vous détester vous-même. Nous ne savons pas comment respecter les femmes, pas plus les hommes que les femmes ne savent faire ça. Les femmes ne se respectent pas elles-mêmes. C'est ainsi que chacun est traité. Chaque femme, n'importe quelle femme qui ose ôter sa burqa et marcher comme un être humain est traitée comme ça !" (Noorjahan Akbar, fondatrice de Young Women for Change).

      Supprimer
  2. J'aime bien le tag "loi salique".
    Effectivement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La liste serait longue des "sauveuses royales" de France :)
      On la commence avec Frédégonde & Brunehilde, on en laisse deux douzaines en passant par Jeanne d'Arc, on la termine avec Louise d’Artois, duchesse de Parme.
      De vrais mecs !

      Supprimer
  3. S'il ne devait rester qu'une seule raison pour finir le job en Afghanistan en écrasant les Talibans, ce serait la libération des femmes de ce pays qui montrent un courage qu'on aurait qualifié autrefois "d'homme" mais qu'il serait mieux aujourd'hui de dire "de fer" comme la Dame éponyme.
    A Kaboul, c'est la révolution féminine, des femmes taxis, des commerçantes, des médecins et même des boxeuses. Il faut les aider parce que elles se sont aidées elles-mêmes déjà !

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour...
    .
    .
    .
    toujours du plaisir à vous lire !!
    .

    mais à part ça,ne reste-t-il pas quelques réserves de napalm ????

    le seul ennui serait pour la nature, mais faire un désert cramé du

    territoire qui sert de planque à ces sous hommes, ces talibans de

    m....e , ne me gênerait pas le moins du monde!!! je serais même volontaire

    pour appuyer sur le manette de largage ...... sans aucune hésitation !!!!
    .

    révoltant !!!!!
    .
    .
    et cette gamine, quel courage à côté de ces "" °)+8è-('(% "" de tali- bancs !!!!!

    .

    respect et courage à elle, une leçon pour nous tous, surtout ces petits

    chez nous qui confondent droit et devoir !!!
    .

    bonne journée à vous et prions pour que cette enfant puisse vivre et

    devenir la femme de bien qu'elle ne manquera pas d'être !!!


    patrick

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Combien de temps pourra-t-on se retenir de qualifier comme il se doit ces sous-hominidés engendrés de l'hyène et du chacal ?

      Supprimer
  5. Le samedi 10 novembre dernier a été déclaré « Journée mondiale pour Malala » par l’ONU. Egalement dédiée aux « millions d’enfants qui ne vont pas à l’école à travers le monde », cette journée a été l’occasion pour le gouvernement pakistanais d’annoncer que chaque famille qui enverra un enfant à l’école recevra une allocation de deux dollars par mois.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".