Index alphanumerique

vendredi 28 décembre 2012

Huit siècles en vingt jours... pschitt !

Le 27 décembre 1788 (il y avait 224 ans hier), le ministre Necker publie les articles qui régleront la tenue des Etats-Généraux du royaume, convoqués à Versailles pour le mois de mai suivant. Le mécanisme de la bombe à retardement est enclenché. Tic-tac !
- Louis Auguste de France enfant -
Vingt jours ! Le diamant de la monarchie absolue est carbonisé par le mécontentement populaire en trois semaines.
Au delà de la relation minutieuse des faits qui signalent tous la marche du régime au Néant, les historiens s'accordent à dire que le roi Louis XVI, quelle que fut son éducation de qualité supérieure à celle des princes de son temps, n'a pas le tempérament qu'exige la situation du royaume. Qui "nomma" roi Louis Auguste de France ? Les lois fondamentales du royaume. C'est dire peu qu'elles se sont trompées. Certes leurs défenseurs soutiennent à raison que la loi de dévolution automatique est bourrée d'avantages et que la dépression momentanée de la chaîne dynastique causée par un moindre maillon n'altère en rien la suprématie du schéma à long terme. C'est vrai : la France parvenue à la suprématie continentale s'est faite sur cette courbe dynastique de huit siècles. Mais la rupture a bien lieu, ruinant l'ouvrage des quarante rois. Comment ? Relire les livres d'histoires, les biographies et hagiographies du roi Louis XVI. Le pourquoi est plus intéressant aujourd'hui que le comment. On peut accessoirement passer voir Jonas au Lys Noir qui, dans sa promotion des Bourbon-Busset, amalgame des choses très intéressantes sur la Révolution française à partir du feuillet n°10.

On connait en chimie les proportions explosives d'élements inertes pris isolément. Le "flash" s'opère dans l'éprouvette politique d'abord. Mais nous, royalistes, accusons la subversion philosophique de la société et la récession économique due aux intempéries. On oublie l'égocentrisme des élites qui servaient le roi "quand l'occasion se présentait" et eux-mêmes d'abord. C'est commode, mais ce n'est que l'environnement difficile du temps ; et des rois de la chaîne en eurent de bien pires à gérer. Que l'on songe aux bouleversements générés par les croisades lointaines, à la peste noire, aux attaques du Saint-Empire, aux guerres franco-anglaises sur notre sol, aux guerres civiles dites de religion, à la Fronde...

Aux fermentations sociales parfaitement connues, aux difficiles conditions d'existence du moment, le gouvernement et la Cour opposent le jeu d'un pouvoir stérile calfeutré chez soi et ne décident rien d'utile plus que d'en parler et s'en plaindre. Dans sa correspondance avec le comte de La Marck, Mirabeau, devenu un court moment conseiller privé du roi par son apostasie, se désole de gens amorphes, velléitaires et capricieux, à la fin, parfaits intrus dans la séquence historique (sources 1 et 2). De gouvernement du pays il n'y a point. On pare au plus pressé, on bascule l'idée du jour sur celle de la veille sachant qu'elle ne durera pas plus.

- La reddition anglaise à Yorktown - 
L'affaire était quasiment jouée quand le roi-géographe en ses conseils où il baille, décida de chasser l'ennui dans sa guerre d'Amérique (1778-1783) pour laver l'affront anglais fait à son aïeul au traité de Paris (1763). Les intentions sont généreuses et stupides, en dehors même de la libre pratique donnée en France aux idées des agitateurs américains. Stupide deux fois :
(1) la guerre vide les caisses du Trésor royal - on notera que les Insurgeants apprenant l'engagement français s'empressent de réduire leurs impôts militaires à proportion - et cette pénurie budgétaire met le royaume à la merci des effets destructurants des phases climatiques insupportables pour le peuple ;
(2) la guerre ouverte déclarée à la première thalassocratie du monde, qui à l'évidence va se venger, ne vise pas la pieuvre à la tête, mais lui coupe seulement un bras, c'est tout ! Son sang de pieuvre c'est l'argent qu'elle sait mobiliser contre tous ses contempteurs. La France n'échappera pas au bec intact.

Aucune analyse de cette opération exotique ne peut contredire ces deux stupidités. Il est difficile de croire qu'un roi aussi intelligent n'ait pas anticipé ces deux effets et qu'il se soit abandonné aux encouragements de tous ceux qui poussaient les feux de leurs propres projets. A trancher l'alternative, il ne s'est jamais trompé en prenant comme toujours ensuite, de deux décisions présentées, la mauvaise.

Maupéou
Le royaume est par ailleurs confronté à une exigence de réforme structurelle profonde depuis que le pouvoir a décidé sous Louis XIV la normalisation du modèle, sans y parvenir. Les premières études sont poussées par Vauban (1633-1707), puis seront continuées par presque tous les ministres jusqu'au physiocrate Turgot. Aucune de réelle importance ne percera, à l'exception notable du renvoi des parlements par Maupéou, garde des Sceaux de Louis XV, mais d'abord fils d'un premier président du Parlement de Paris, qui connaissait l'infestation de ce second pouvoir !

Pour sa partie achevée, la centralisation est fatale en ce qu'elle fait converger les mécontentements vers la clef de voûte du régime. Si avant Louis XIV le roi n'est que l'Etat, la "fonction publique" maintenant les chemins, creusant les canaux, faisant haute justice et la guerre plus qu'à son tour, après lui il devient en tout l'arbitre du dernier ressort. Qui dit arbitre dit plaideur perdant. S'il ne s'agit que de la Cour, on joue, si l'on y a goût, de l'influence des coteries bruissantes et désoeuvrées - ce que déteste faire Louis XVI - mais quand il s'agit des affaires publiques hors les murs, il faut assurer, et avec Louis XVI la fonction arbitrale devient translucide hélas. Il "décompresse" à la chasse quasi-quotidiennement comme un khan mongol et n'est manifestement pas intéressé par la politique politicienne qu'il laisse au vent qui vente du Cabinet. Son frère Artois ne fera pas mieux qui, devenu Charles X, remettra formellement sa tranquillité entre les mains de ses ministres.
La grande affaire du temps est la convocation des Etats Généraux qui devrait tout régler une bonne fois. Mais Louis XVI a-t-il lu suffisamment de cahiers de doléances pour s'imprégner de l'état d'esprit du royaume¹, qui devient de plus en plus hostile aux dérives vécues localement du vieux régime féodal ? De toute la construction pyramidale ayant atteint le XVIII° siècle, il n'y a que lui à être encore aimé ; le reste est détesté par le populaire quand ce n'est pas moqué.
Faut-il être aveugle pour ne pas voir la pulvérulence de la noblesse parisienne qui agiote et trafique sur les faveurs, en compétition avec le haut clergé pas moins pourri, les deux piliers termitiques du royaume ! Pour un ouvrage resté fameux sur la Révolution, l'abbé Liévin-Bonaventure Proyart titre Louis XVI détrôné avant d'être roi (1800) ! Ce livre est en ligne.

A quoi sert-il dès lors de s'arc-bouter sur les rites d'une procédure civique comme le vote par Ordre ? Quand tout s'enfuit, on se braque sur la vieille coutume en innovant de bonne et mauvaise foi, pour retourner aux fondamentaux dont le peuple est le corps majeur quand le Ciel est muet. Mais il faut du populisme efficace, gouverner l'affaire, passer sur le ventre des importuns, activer les sicaires et ne pas sommeiller dans le fauteuil au su de tous ; des centaines de paires d'yeux peuvent se pousser du coude et murmurer aux Etats : "le roi dort".

Dernière cause discrète, plus délicate à affirmer, est la sacralité de la fonction, non en elle-même mais par la lecture qu'en fait le titulaire. Sacré à Reims, le roi se sentirait-il intouchable ? Alis aquilæ. Ce qui lui laisserait croire que sa politique impolitique serait absoute un jour par son mentor, et qu'une embellie lui serait offerte par le Ciel. Son éducation très pieuse ne laissera d'étonner de fins politiques qui pressentiront un blocage éthique lors de futures circonstances graves. C'était bien vu, sauf la pitoyable irrésolution qui se cachait derrière : le dernier qui parle a raison à condition que lui-même, têtu, en prenne le contre-pied ! Mais le royaume avait-il eu le choix ? La Loi avait dit Louis-Auguste !


- 4 août 1789 - 
Vingt jours ! Comptez sur vos doigts du 14 juillet au 4 août 1789 ! Aux désordres sociaux, aux fermentations progressistes d'une aristocratie corrompue, à la ghettoïsation d'une Cour dépeuplée éloignée à Versailles, s'ajoutent le pourrissement du régime politique lui-même et le désordre de l'Etat² dans son ultima ratio, les armées. Si l'on n'engage pas les régiments c'est moins par pusillanimité qu'au motif du défaut de sûreté des compagnies.
L'Etat pré-normalisé initié par Louis XIV ne peut fonctionner correctement sans l'égalité de tous devant la justice, l'accès aux emplois sur compétences, l'égalité fiscale proportionnée aux capacités contributives de chacun. Or, abus, privilèges et contradictions fourmillent, les institutions féodales demeurent, mais vidées de sens par les lois césariennes, tout est disparate, rien ne coïncide.
La réforme de l'Etat, poursuivie dans sa forme moderne par Calonne et qui s'achèvera brutalement sous l'Empire, ne peut être laissée au milieu du gué, pataugeant dans tous les inconvénients d'une transition qui n'en finit pas d'agonir, avec de chaque côté du chemin des profiteurs à l'affût, attisant les déboires et disposant de gros moyens de subversion, comme le duc d'Orléans plus tard Egalité, l'arbre qui dans l'histoire cacha la forêt des ambitieux. Ce ne pouvait être pire.

Ainsi se retrouve-t-on à l'été 89 avec un régime féodal décrépit poussé à sa caricature, quasiment irréparable tant le système est vermoulu. Y pose-t-on la main que tout vient en poussière ! A l'issue des vingt jours, c'est la Nuit du Quatre Août qui enterre 1290 ans de monarchie de droit divin née avec le "sacre" de Clovis, pas encore formellement certes - il faudra deux mois au roi pour comprendre et accepter les décrets - mais qui ruine toute la charpente féodale, le principe chevaleresque "foi et hommage" de longtemps oublié, les vassaux sont devenus des clients, et dans le même ouragan, la Transcendance indispensable au Projet français. Tabula rasa !
La Noblesse, convaincue de son anachronisme et finalement moins intéressée à la rénovation de l'Ancien régime qu'aux essais prometteurs d'un régime nouveau à l'anglaise, le Haut Clergé riche et honteux pas moins "moderne", ni l'une ni l'autre ne résisteront longtemps au vent de l'histoire qui souffle des loges, pire même, dans une course éperdue au brevet d'égalité, ils surenchériront dans la déconstruction du royaume. Il y eut véritablement implosion. La vérité est qu'en 1789, il n'y avait plus de royalistes à Paris. Quelle conséquence en tirer de nos jours pour nos lendemains qui tardent à chanter ?

La question posée autrement : que conserver de l'Ancien régime dans la restauration qui vient : les pouvoirs régaliens absolus³ ? Les Lois qui produisirent trois frères, fossoyeurs malgré eux de la monarchie capétienne ? L'alliance du Trône et de l'Autel... (no comment) ? Les provinces, circonscriptions charnelles de terroirs homogènes dotés de leur vie propre, peut-être ? Le foisonnement des libertés par une large décentralisation des pouvoirs non strictement régaliens, assurément ? Chacun peut continuer cette liste juste amorcée ici et continuer cet article pour lui-même.




un fer à gant




Notes
(1): celui du baillage du Vigan est explicite, et même si l'on peut douter d'une rédaction domestique, il n'en a pas moins été signé 258 fois à Sumène le 14 novembre 1788 (la pétition de 1788 à Sumène).
(2): on lira avec profit sur la Gallica le mémoire de Turgot au roi, décrivant le foutoir administratif de son royaume : Des Administrations provinciales. On comprend qu'il n'ait pas eu longtemps la cote.
(3): absolus = indépendants de la bascule des majorités et des lobbies, selon la définition du CNRTL : dont l'existence ou la réalisation ou la valeur est indépendante de toute condition de temps, d'espace, de connaissance.
Print Friendly and PDF

10 commentaires:

  1. La crise en question n'est à nulle autre pareille, parce qu'au-delà des circonstances fâcheuses et aggravantes, il y a l'esprit du temps qui porte vers une remise en cause radicale de la société d'alors. L'esprit des Lumières est là et il a perverti les élites qui ne croient plus en leur mission, ni au sacré de leur existence. Le virus de la Raison est présent et imprègne désormais toute chose. Les temps sont mûrs pour l'émergence d'une nouvelle souveraineté : celle de la Nation. Les outils existent pour la propager. Tous les soutiens de la monarchie sont contaminés. Rien ne pouvait s'opposer à la marche des temps nouveaux, sauf de solides finances et l'énergie du monarque. Les unes et l'autre manquaient tout à fait. Il aurait fallu Louis XIV ou même... Louis XV. Et non pas le plus moderne de nos rois, mais aussi l'un des plus faibles.

    RépondreSupprimer
  2. "Impolitique" c'est le mot que je retiendrai.
    Le roi louis XVI avait de grandes qualités, à l'exception d'un tempérament politique. Comme son frère Charles X plus tard, il "occupait" la fonction et en période de turbulences ça ne pouvait suffire.
    Je retiendrai aussi qu'à part le noyau familial, il était très seul. Sait-on s'il avait un confident, un "copain" avec qui partager les soucis ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On pourrait parler de François Gamain qui fut son "maître de forge" au château, en qui il avait toute confiance, qui plus tard, passé à la Révolution, le trahira en dévoilant l'armoire de fer des Tuileries.
      Il était effectivement assez seul, mais c'était aussi son caractère.

      Supprimer
  3. Les motifs de la guerre d'Amérique sont faibles.
    La Canada est pacifié et ne se soulèvera pas contre le roi Georges III, les Insurgents en auront la surprise. La Grande Bretagne ne menace pas la Louisiane (dont la Couronne française s'occupe peu). Les promoteurs de l'insurrection ont des visées d'abord mercantiles mâtinées de libéralisme politique parce que c'est ce qu'on lit à la veillée. Les meneurs sont pour la plupart des planteurs esclavagistes ! Nos possessions antillaises ne sont pas menacées. Il n'y a aucune stratégie, et nous nous ramassons les francs-maçons américains à Paris !
    Il lui manquait une case au roi Louis XVI.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que la probité intellectuelle du roi le conduisait à de bonnes analyses si le sujet l'intéressait, mais passer de la réflexion à la décision politique fut toujours un supplice dont il se débarrassait avec le dernier interlocuteur. Dans le cas de la guerre d'Amérique, son goût prononcé pour la géographie et les découvertes l'a peut-être tenté. Il allait faire quelque chose de l'autre côté de l'océan.

      Supprimer
    2. Supplice est exagéré. Disons mieux "indécision presque maladive".

      Supprimer
  4. Quelqu'un a la liste des émigrés partis pendant ces 20 jours ?
    Paraît-il que les sorties du territoire ont commencé dès le 15 ou le 16 juillet derrière le comte d'Artois, frère du roi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les listes existent, par département sans doute. Je ne sais qu'une chose de cette période de 20 jours, c'est que le duc de Montmorency-Luxembourg, administrateur du Grand Orient de France et président de la Noblesse aux Etats, fit ses malles le 14 juillet pour Londres.
      Puis tous les "grands" partirent...

      Supprimer
  5. Je considère que les causes de la Révolution sont multiples, politiques, économiques, sociales, et philosophiques. Louis XVI a hérité d'un royaume déjà mal en point, il a commis deux erreurs fondamentales: le rappel des Parlements et la Guerre d'Amérique.

    Concernant son éducation, elle fût bonne mais incomplète, trop théorique et trop basée sur certains auteurs. Louis XIV a surtout appris sur le tas, c'est la meilleure école. En fait, je pense que La Vauguyon était plutôt un sale type ; malheureusement entre le dauphin qui mourut trop tôt et sa femme qui le suivit trop tôt aussi, et Louis XV qui ne voulait pas s'en mêler (et pourtant accompagner le roi lui aurait sûrement beaucoup appris ^^), le petit duc de Berry ne pût pas être soustrait à ses griffes. Il en aura pleinement conscience plus tard et refusera de prendre le fils de La Vauguyon comme précepteur pour son fils ^^.

    Le problème de Louis XVI : c'est d'une part cette éducation, on le verra bien, il répugnera toujours à user de la force, mais on ne gouverne pas avec les mains propres surtout en des temps troublés, et d'autre part son manque de confiance en lui d'où découle son indécision. Pour moi c'est LE problème.
    Louis XVI n'était pas un imbécile, certes pour la guerre en Amérique il ne voit pas quel danger recèle le fait d'aller aider un peuple à se libérer du joug de son roi, mais au départ il y était opposé ; il savait très bien le prix d'une guerre ! Pareil pour le Parlement, il était très hostile à son rappel, mais voilà il était jeune et un peu seul contre tous, là encore il cède.

    C'est quelque chose de vraiment marquant quand on lit sa bio, pratiquement à chaque fois son opinion et sa position première est la bonne, il voit juste, il comprend bien, il essaie, mais très souvent il finit par baisser les bras et ne va pas au bout des choses. Le règne de Louis XVI c'est comme Varennes, un plan intelligent et presque réussi, mais qui foire par une série d'actes manqués, et d'indécisions, et peut être aussi un peu de fatalité.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".