Index alphanumerique

lundi 10 décembre 2012

Il salvatore suona sempre due volte

Ce n'est pas un gag !

C'est un outrage que le "jeu démocratique" fait à la République italienne, afficher publiquement l'impossible retour du cavaliere et effacer de l'épure du redressement économique et financier Mario Monti. Si la scission probable du parti beslusconien, Le Peuple de la Liberté, entre centristes et droitistes (comme à l'UMP) priverait le démagogue d'un accès au Palais Chigi, la remise en jeu de la réforme structurelle en cours par une campagne législative intempestive peut entamer le début de confiance retrouvée dans l'avenir de la Péninsule.
Or une grande partie du travail de redressement est faite paradoxalement par les investisseurs étrangers qui prennent de la dette italienne ou qui viennent sur des positions industrielles dans la deuxième industrie de l'Union européenne.
La bonne santé retrouvée d'un pays de 61 millions d'habitants ne peut que déteindre sur ses voisins, d'autant que les fondamentaux sont sains, l'Italie n'a pas de déficit primaire¹. C'est d'ailleurs ce que disait la nouvelle directrice du FMI au G20 de Cannes, il y a un an : l'Italie a d'abord un problème de gouvernance.

Les bons esprits ne voient dans la déclaration spontanée de Silvio Berlusconi qu'une tentative désespérée de gagner l'immunité attachée à la fonction. On peut aussi penser qu'il est une fois de plus convaincu d'être le meilleur ! Le meilleur quoi ? Le tapage imbécile du milliardaire scandaleux aurait dû rester au niveau du bruit et, pour nous, la démission de Mario Monti est précipitée, prématurée, injustifiée, sauf élément caché que bien sûr nous ignorons.
L'Italie ne mérite pas ça.




(1) Déficit des comptes publics avant imputation du service de la Dette publique.
Print Friendly and PDF

3 commentaires:

  1. Je vous trouve un peu injustes envers Berlusconi. Il n'est certes pas élevé, ridicule et très parvenu dans ses manières, mais il est aussi celui qui aura réussi ce tour de force de rassembler une grande majorité d'Italiens autour d'une coalition. C'est la 1 ère fois depuis 1945 dans un pays où plus personne n'y croyait. Il est de bon ton de le critiquer, de le moquer, et je regrette que vous vous joigniez au concert des bobos et autres "croasseurs" de la gauche caviar et bien pensante...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'étant pas "démocrate", je ne saurais applaudir à une grande majorité et dirais seulement : pour faire quoi ?
      Il a laissé ce pays plein d'atouts dans un état de déliquescence proche du coma, comme l'a fait d'ailleurs Sarkozy en France, qui n'est pas meilleur gestionnaire que Berlusconi quand on se cantonne aux résultats.
      Celui-ci croit surfer sur les difficultés bien réelles des classes populaires mais il oublie le sentiment largement partagé d'un lendemain meilleur quand l'Etat et ses succursales seront à la fin assainis. Les écuries d'Augias doivent être récurées à fond.
      L'adversaire de Berlusconi, dans son meilleur registre, c'est maintenant Beppe Grillo. A suivre...

      Supprimer
  2. Lu sur Monfinancier.com ce matin :
    Monti n'est plus seulement un premier ministre "technique". C'est devenu un vrai homme politique. Il a profité intelligemment de l'erreur de Berlusconi, pour se positionner pour le poste de président en Italie et pour accélérer le calendrier des élections. Très smart. Et Berlusconi est vraiment un crétin malfaisant.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".