Index alphanumerique

mercredi 23 janvier 2013

François l'Africain

Il court, il court, François Normal. A fond les manettes ! Plein nord, chef ! Pendant que les oracles débitent des thèses au mètre sur les délicats équilibres de la sous-région, il se fout du tiers comme du quart de leur avis et avait prévenu tout le monde : ce ne sont pas des islamistes, mec ! Des terroristes ! Des tueurs, a-t-on répété au Quai d'Orsay, peu friand de franchise. On ne capture pas ces animaux car aucun zoo ne les prendra ; alors on les chasse au Tigre, au Caracal, au drone, on les zigouille, les incinère, on les carbonise. Et tant pis pour les émirs du Golfe qui ne reconnaissent plus la douce France molle de la couille et souple des reins ! Il a quatre mille kilomètres de safari devant lui, le pied ! Ça change du petit bureau de Solférino... mais rino c'est rosse, mec ! ...quand il fallait recevoir les satrapes pleureurs des fédérations départementales venus quémander les investitures, les places, les prébendes sous un horizon fini.
Là-bas, pas d'horizon, il recule à mesure que tu avances, vrai de chez sûr, mec ! Je casse sans jacasser, j'efface, j'érode, je pulvérise et je ne parle pas aux cons, ça les instruit ! Ecrasé le Sarkoléon avec ses idées en jabot, ses fracasseries préparées, les piaillements de sa basse-cour aux abois médiatiques ! J'élimine et parle ensuite. Traînent-ils leurs pieds noirs que je n'attends personne, j'ai de l'essence et des cartouches, bon pied, bon oeil grâce à l'électronique, je sais où dévaster le banc de cons quand j'allume le sonar ! Sous le sable, sous le soleil, exactement !

Surprenante métamorphose d'un président de Corrèze plutôt terne, d'un secrétaire national magouilleur et moqué, d'un chef d'Etat indécis au départ. La fonction crée l'organe. Dans l'affaire malienne, le président Hollande y voit clair et prend ou laisse prendre les bonnes décisions. Le secret de la réussite au désert c'est la vitesse. On n'attend personne, on rattrape et on coxe les cibles en provoquant de la résistance car il n'y a nulle part où les mettre après. Il ne s'agit pas de repousser, mais de détruire, et les voisins du Mali sont désormais rassurés, qui vont donner la main à leur frontière, faire la mâchoire fixe de l'étau.

Mais le temps qui passe est aussi celui où naîtront les déconvenues, où viendront au jour de dures vérités. Au moins deux déjà : en dehors de la production de textes, rapports, projets, conférences en tout genre, l'Europe n'existe pas, Mme Ashton n'existe pas, M. Barroso n'existe pas, M. Van Rompuy n'existe pas. Plus embêtant, les armées de l'Afrique de l'ouest sont des gendarmeries rurales, des soupapes au chômage, des cantines à galons. Elles ne vainquent que contre des civils mal organisés. C'est leur première vraie guerre hors de la sphère nègre, comme au temps béni des ... tirailleurs. Vont-elles apprendre en marchant comme cela arrive parfois ? Sinon elles vont vite devenir encombrantes. Un rayon d'espoir, l'engagement de bataillons tchadiens plus aguerris qui combattront de nuit.

Bien sûr, à la fin, les tendances lourdes de la géopolitique auront le dernier mot, mais n'en déplaise aux experts qui voyaient tomber nos avions comme des mouches à cause des Sam7 pris chez Kadhafi, la vérité du moment au Sahara se rencontre derrière la dune pas sur les rayonnages ou derrière le clavier. Les aéronefs français volent et tirent, les hélicos algériens volent et tirent, les gros porteurs anglais, américains, danois, volent et se posent.
Alors, du néocolonialisme, de la françafrique, de la croisade revenue, les populations enfin libérées des pitécanthropes islamisés s'en foutent. Merci la France, bravo la France ! Allez en entendre l'écho en banlieue parisienne, c'est édifiant, pour une fois.



Ces peuples en valent la peine





Pour ceux qui ont le temps, je signale un travail fouillé d'Aymeric Chauprade (clic) sur la question, même si ne partage pas toujours ses analyses, et un avis autorisé de Bernard Lugan (clac) que je propose avec les mêmes réserves.
Print Friendly and PDF

9 commentaires:

  1. Vous entendez vraiment l'écho en banlieue parisienne, vous? J'en suis trop loin pour l'entendre de toute façon, mais ne demande qu'à vous croire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans les communautés maliennes et nigériennes, oui.
      On en reparlera...
      Et des Touaregs aussi :)

      Supprimer
  2. J'ai du loupé un épisode: vous êtes le second à citer les tchadiens comme des soldats aguerris! Il me semble bien que lors de l'opération Manta, les choses sérieuses se jouaient entre Français et Lybiens....

    Ou peut être n'ont il pas la chance d'avoir un distingué général Bakayoko comme les ivoiriens!!!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  3. D'accord avec vous. il faut des sahariens pour achever le boulot, pas des gens de la savane qui vont souffrir et peut-être tomber malades.
    Le travail est très dur, il faut des types zen qui ne font pas d'introspection et ne se soucient pas de leurs bobos. Et surtout de bons tireurs qui économisent les cartouches.
    NB : les Toubous sont noirs, ce n'est pas une question de peau.
    Gérald

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On a des connaisseurs ce soir ici.

      Supprimer
  4. Les Touaregs se divisent comme d'hab !
    Le MNLA a perdu ou démobilisé vers la Mauritanie plus de la moitié de ses effectifs et a fait une offre de service à l'EMT Serval. Ansar Dine se rend à moitié en dérivant le MIA pour collaborer avec la CDEAO.
    Les forces locales engagées dans l'affaire vont probablement lâcher les "étrangers" du Mujao et d'AQMI. Attendre une forte réaction de ces groupes jusqu'àboutistes qui cherchent à sanctuariser un émirat terroriste au milieu de nulle part.
    (A suivre)

    RépondreSupprimer
  5. A vouloir suivre les opérations, va falloir vous mettre à l'anglais. Notre presse hexagonale tout excitée par la libération de Florence Cassez, ne laisse de place au Mali que pour dégoiser sur le foulard "halloween" qui a servi de cache-poussière à un de nos soldats. On l'a identifié ce salopard, nous dit le porte-parole de l'état-major !! Bigre.
    Pour les exactions islamistes en Azawad lire CNN et le New York Times.
    Pour les renforts africains on lira avec profit le compte-rendu sans emphase du Chicago Tribune, et pour les motifs de l'attitude de la Chine et de la Russie il n'y a pas mieux que Asia Times Online.
    Ceci pour les journaux du jour, d'hier voire demain selon les décalages.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a quand même un très bon papier du professeur Badie dans Le Monde !

      Supprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".