Index alphanumerique

mercredi 31 décembre 2014

Saint-Sylvestre, un seul jour

Les graphomanes de la blogosphère s'échinent à récapituler l'année morte. Ça fait bien et c'est raccord avec les vœux qui normalement se déclenchent au premier de l'an derrière ceux de l'Elysée*. Royal-Artillerie va faire un résumé 360 fois plus ramassé que le standard de la profession. Nous allons ensemble revoir les dernières vingt-quatre heures de l'année. En vrac.

Ce qui m'a frappé vient d'abord de New York. Le Conseil de sécurité des Nations Unies a mis au panier le protocole palestinien de sortie de crise dont je rappelle les trois points essentiels pour les lecteurs de sous-préfecture : retrait d'Israël des territoires occupés dès l'an prochain, proclamation d'un Etat palestinien dans les frontières internationales de 1967 avec pour capitale Jérusalem-est. Avigdor Lieberman qui est à la diplomatie ce qu'un yéti est au soufflage de verre a jugé aussitôt que « les provocations et les tentatives d'imposer des mesures unilatérales à Israël ne mèneront les Palestiniens nulle part ». Il est le ministre des Affaires étrangères de l'Etat hébreu et oublie que "nulle part", ces messieurs de Ramallah y sont depuis bien trop longtemps pour que ça finisse simplement, surtout avec l'empilage des provocations immobilières des promoteurs juifs en zone arabe ; je zappe le maintien de l'ordre à la schlague rappelant les beaux jours de l'Occupation.
Pousser les gens au désespoir encore et encore se termine parfois mal. La prochaine Intifada accourt et Lieberman ne veut pas la voir, confiant dans les chenilles de ses chars. Si dans la classe politique aux affaires à Tel Aviv il y avait cent shekels de bon sens, on y comprendrait que le monde et l'Occident surtout ont épuisé leurs glandes lacrymales aux malheurs d'Israël. A bon entendeur, salut, et tant pis pour les sourds, YHWH reconnaîtra les siens.

Il tournait un tweet hier soir repris d'une déclaration ancienne du défunt président de Zambie à propos de la Chinafrica : « “We want the Chinese to leave and the old colonial rulers to return. They exploited our natural resources too, but at least they took good care of us. They built schools, taught us their language and brought us the British civilisation… at least Western capitalism has a human face; the Chinese are only out to exploit us.”» (source The Economist-2011).
C'était en 2007, quand Michael Sata, une grande gueule politique alors dans l'opposition, faisait campagne contre le pillage du cuivre organisé par les Chinois qui avaient posé les "rails de l'amitié" pour charger plus facilement.
Là-aussi, il semblerait que les néocolonialistes n'aient pas tiré argument du ressentiment provoqué par leur cupidité pour améliorer leur approche des sociétés africaines. Un reportage hier sur la vanille de Madagascar, tombée dorénavant dans les mains chinoises, était édifiant. Les nouveaux maîtres ont baissé la qualité au bénéfice de la quantité et baissé les salaires aussi pour emporter plus de marge. Ce reportage sera rediffusé sur Public Sénat le dimanche 04/01/2015 à 04h40. Les vieux bwanas leur diraient dans l'oreille qu'il fut un temps où l'on trouvait du casque bleu à fricassée sur les marchés de l'intérieur du continent qu'ils ne le croiraient pas. Et pourtant ! Le chinois c'est moins dur à mastiquer que le suédois !

Nous rentrons tous d'Afghanistan, sauf l'appui-feu aérien de l'US Airforce, et les instructeurs yankees d'une armée nationale qui peine à se mettre en colère contre les pithécanthropes d'un islam revisité par des malades, à moins qu'il soit ainsi dans ses tréfonds, ce qui me saoule aussi ! Il y a des provinces afghanes où le protocole américain de Joe Biden a fonctionné, d'autres non. Ce protocole était de (1) Nettoyer le pays carré par carré, mettre au propre et remettre aux autorités locales entre-temps formées à niveau ; (2) Tuer Ben Laden ; (3) Sécuriser les ogives nucléaires pakistanaises. Rien à dire sur le (3), j'ignore tout comme tous, mais j'observe que l'Armée pakistanaise et l'ISI ont décidé de tuer carrément toute la racaille talibane des FATA après le massacre au collège de Peshawar il y a quinze jours. Incidemment ça va dans le sens de la sûreté des installations. Allah reconnaîtra les siens sans les mélanger.

Ce sera le dernier point du dernier jour : La Lituanie entre dans l'Eurogroupe. Ses fondamentaux sont excellents mais la première raison est bien sûr le renforcement de la sécurité nationale en intégrant totalement l'Occident. Les trois républiques baltes (2 baltes et 1 scandinave en fait) craignent de plus en plus que l'ours russe ne pète les plombs si rien ne va comme il le souhaite et c'est bien ce qui se passe en Russie et autour, Biélorussie, Kazakhstan, AzerbaIdjan ont plus que des réticences sur la façon dont Moscou soutient ses minorités. L'économie russe est gelée sur pied sauf l'inflation, le rouble brûle les doigts, le petit Csar passe pour un abruti et la diplomatie russe a perdu toute crédibilité. Le logiciel archéo-soviétique qui anime la réflexion du Kremlin n'augure rien de bon, et si nous devisons ici tranquillement adossés au fauteuil, à Vilnius, Riga et Tallin on serre les fesses ! Il semblerait quand même que le Pentagone prendra le risque de faire peur à tout le monde si les colonnes russes traversent les pays baltes vers leur enclave de Kaliningrad, oblast ruiné parmi bien d'autres. On peut s'attendre à une revendication de "couloir" comme pour Dantzig ou n'importe quoi d'autre selon les relectures stratégiques du moment. Penser que ce type est soutenu par de nombreux affidés en France me la coupe. Il a dû les impressionner en tuant un tigre saoul à mains nues ou un truc de ce genre !

C'est tout. Si vous lisez ce billet à partir de demain, la coutume m'autorise à vous souhaiter une bonne année. Enfin... on s'est compris.

Notes:
(*) que je me fais un devoir d'ignorer



Print Friendly and PDF

1 commentaire:

  1. Bon année à vous...Effectivement on s'est compris....

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".