Index alphanumerique

lundi 2 février 2015

Héritage impossible ? En avant !


La rumeur et Royauté-News nous apprennent que le prince héritier d'Orléans a conféré l'Ordre de l'Etoile, décoration tombée en désuétude au XVè siècle, qui dépendait personnellement du roi ! Il l'aurait agrégé à l'Ordre de Notre-Dame du Mont Carmel renaissant, qui fut jusqu'à la fin de la Restauration un ordre pontifical, lié d'ailleurs à l'Ordre de Saint Lazare, autre résurrection tardive du même prince au bénéfice cette fois de son neveu Charles-Philippe d'Orléans qui s'en est retiré depuis. On aime bien les "ordres de chevalerie" donc. Cette association étoilée s'intéresse au patrimoine. Très bien, il en manquait¹. Ce qui coince est que ces re-créations, discutables en République, puisent dans un héritage duquel la maison d'Orléans est retranchée pour ne pas dire "tranchée". La succession dynastique fut coupée, et comment, un certain 17 janvier 1793 et l'épissure du Milliard des émigrés n'a pas tenu au-delà du 9 août 1830. N'y revenons pas².

Le droit dynastique n'obéit pas au code civil bourgeois, la maison d'Orléans est pleinement qualifiée pour se réclamer de la Monarchie de Juillet, qui ne fut pas un régime blâmable, mais elle ne l'est pas pour se réclamer de l'Ancien régime qu'elle a contribué à détruire au lieu de l'aider à se réformer !
L'invocation aux Quarante rois est donc une captation d'héritage, finalement bénigne, la recréation des ordres de chevalerie anciens une distraction royale pour agréger à la Cour en attente des arrivistes pressés d'entrer dans le tout Paris. Futilité des vanités, quoique les quatre mannequins en armure sur le parvis de St Germain l'Auxerrois ce 21 janvier nous aient signalé une insistance rare à ridiculiser une cause royaliste qui n'en a pas besoin.

La politique considérée comme souci
Comme le dit très bien Roman Ungern dans un éditorial de Vexilla Galliae qui détonne - ça, pour détonner ! - « Il est temps d'abaisser le pont levis, de remiser la perruque poudrée et de concevoir que les Royalistes ne mesurent plus leur engagement ni au nombre de quartiers de noblesse, puisque nous sommes bien nombreux à en être dépourvus, ni à leur détachement des choses de ce monde.»

Puis il développe avec bonheur d'un magistral élan mon vieux slogan rouillé : savoir se salir les idées : «Nous n'allons pas céder, nous n'allons pas abandonner le débat politique et la grande bataille de l'information au prétexte que ceux-ci seraient souillés par l'ignominie républicaine et feraient de ceux qui l'approchent de piètres royalistes.»
Mais comme Royal-Artillerie sert rarement la soupe, je vous invite à lire ce billet exceptionnel en version originale en cliquant ici.

Plutôt que d'acquérir à grand frais les oripeaux d'une monarchie disparue, nos prétendants et leurs conseils seraient mieux avisés de conceptualiser de nouvelles institutions monarchiques capables de remédier à notre terrible déclin et - ce n'est pas rien - dans lesquelles ils se couleraient plus facilement que dans les Lois fondamentales du royaume qui les écrasent, d'aucun bord qu'on regarde. Conceptualiser avec qui ! C'est la bonne question que soulève Roman Ungern. Où sont les Maistre, Bonald, les Maurras, Boutang du siècle nouveau ? On s'en passerait peut-être si nous pouvions construire ex nihilo, sur la tabula rasa. Et pourquoi pas ? Mais avec qui ?

Un forumeur que j'estime m'avouait tantôt que la sève de Bourbon ou celle d'Orléans, si elle n'est pas tarie, n'avait plus de force. A eux de nous prouver que non ! A défaut de les croiser au prochain changement de paradigme, attendrait-on quelque gentilhomme dressé au milieu des ruines annoncées, qui prouvera, lui, quelque chose ? Il n'y a pas d'alternative au principe de réalité ; ce n'est pas le premier à Reims qui régnera mais le dernier debout à Paris. Être prime, et le paraître et le prétendre. Le "Je ne Prétends pas, Je Suis" du Bourbon sonne bien mais exige plus de lui que des autres, sauf à ne servir qu'à meubler l'héraldique. Vu la taille du défi, il est condamné à donner beaucoup plus, s'il veut recevoir un peu plus. Se revendiquer l'héritier historique est accepter une lourde charge qui appelle à la fois des qualités personnelles spécifiques³ et le renfort de soutiens compétents, résilients et désintéressés.

In cauda, titres, ordres et décorations sont, en l'état de catalepsie du mouvement, des pitreries indignes de ceux qui les décernent. Il y a mieux à faire que ce carnaval, et déjà, promouvoir un schéma institutionnel de rechange plus précis ; communiquer professionnellement aussi, ce qui semblerait être une gageure tant on est mauvais.

Ce sera tout pour aujourd'hui bien que j'en aie encore sous la pédale.

(1) s'il n'y en a pas déjà vingt de notre bord, il n'y en pas une
(2) pour les digressions, passer par la Wikipedia, ce sera plus rapide :)
(3) à paraître sur Royal-Artillerie le 16 février prochain De l'âme des princes


Bal masqué à St Germain l'Auxerrois pour la mort du Roi 

Print Friendly and PDF

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".