Index alphanumerique

lundi 4 janvier 2016

Au rallye et vite !

A la fin de la deuxième décennie du siècle, nous aborderons au rivage des Désordres, en conséquence de la politique de masse qui a prévalu en France depuis 1962 annihilant progressivement toute stratégie nationale et laissant le pays en proie aux opinions éphémères, à l'émotion, au sentimentalisme et à ce redoutable poison socialiste qu'est l'envie. Cette date est arbitraire mais confirmait le peuple dans son rôle escroqué de souverain maître en dernier ressort, ce qui est la falsification morale la plus dangereuse de l'époque moderne car le peuple est inconséquent, surtout quand ça va mal. Ainsi lui a-t-on confié l'élection directe du chef de l'Etat faisant ainsi le lit de la démagogie la plus éhontée. Bien sûr les défauts de cette architecture n'apparurent que peu à peu, masqués par deux présidents hors du commun que furent Charles De Gaulle et Georges Pompidou. Après eux on s'est vautré ! Le Pharaon, le Florentin, Pinarque, Zébulon et Flanby ! Le régime sélectionne aujourd'hui rusés ou malins portés par des écuries gouvernées par l'avidité et la prébende juteuse, mais jamais des hommes d'Etat ; à croire que les gens de haute éducation et compétences fuient la sphère politique qu'ils méprisent. Entendre Yves Rocard parler de son fils Michel, Pal Sarkozy de son fils Nicolas ou Georges Hollande parler de François ne laisse aucun doute : ce choix de vie n'était pas vraiment digne. Or nous avons maintenant plus que jamais besoin d'hommes d'Etat. Nous avons besoin d'une stratégie nationale ancrée dans les réalités mondiales, et nous allons devoir tous faire bloc en agrégeant en France la plus forte masse critique qui pèsera le plus lourd possible sur les attentes (exprimées ou non) du camp retranché intérieur et celles de nos partenaires extérieurs. Car nous ne serons plus jamais seuls à décider. Si 74% des électeurs veulent vraiment passer le balai* dans la classe politique, c'est un bon début. Pourvu que ça dure !

Chacun s'aperçoit que notre société est cul par dessus tête, le bon sens est même combattu pour ce qu'il est, sans arguments sérieux, comme on le voit pour la déchéance de nationalité française des assassins semi-étrangers. Mais il y a plus grave, surtout le délaissement des pauvres et des vieux, l'insécurité grandissante de l'espace commun, et ce n'est pas du "ressenti", la punition systématique des citoyens qui se défendent en lieu et place d'une police débordée, l'inversion des valeurs naturelles pour privilégier des minorités bruyantes, nourries de provocations grotesques, la confiscation massive des revenus par l'impôt ou les taxes directes et indirectes asséchant les capacités d'initiatives, la corruption gazeuse qui pourrit tout, enfin, la perversion du vivre ensemble transformé en intégration forcée de populations factieuses, dans le mépris des aborigènes - fameux souchiens - qui sont les premiers soutenus partout ailleurs dans le monde mais pas ici. Le délire immigrationiste des élites auto-proclamées est à son comble des deux bords, pro- et anti-, jusqu'à passer à côté des vrais problèmes, tant ceux des nouveaux arrivants que ceux des résidents déjà installés. Rassurez-vous, on ne fera pas dix pages sur la jongle calaisienne.
(*) Sondage Odoxa pour Le Parisien - 2.01.2015

Alors, que font les royalistes dans ce champ de ruines ?

- un loden de chasse -
Rien ou presque rien. Comme le disait Gérard de Villèle dans le dernier Lien légitimiste : beaucoup d'entre nous sont des "royalistes de posture et nostalgiques de ce qu'ils n'ont jamais connu mais toujours rêvé". Une définition de l'idiotie qui en vaut d'autres ! Laissons aux gérontes de la Cause les béquilles du compassionnel et du commémoratif - bientôt la galette des rois puis la messe en grand noir - et attelons-nous à la promotion sérieuse de la monarchie qui ne peut se suffire de prières et de l'histoire du vieux royaume disparu, histoire passablement enjolivée, parfois ! Nous affrontons aujourd'hui un défi purement technique d'élaboration d'un régime politique crédible, insérable, pérenne. Qui s'y colle ? Vox clamans in deserto, je ne vois pas beaucoup de doigts levés. Et pourtant cette construction intellectuelle sera décisive si elle est bien fondée. A défaut, rentrer chez soi et cesser d'appeler les cotisations !

La première mise à jour concerne l'évaluation du "pays réel" qui est carrément nié par les royalistes qui préfèrent organiser un pays rêvé, comme le faisait les Emigrés de Coblence. Or nous devons aux gens à qui nous parlons un langage de vérité au milieu de la pourriture politique ambiante.

Alors c'est quoi la France de 2016 qui sera transformée en royaume avant qu'elle ne soit brisée en plusieurs morceaux ?

(1) A l'échelle de la planète, un pays très moyen en déclin pour l'instant, dernier avatar du modèle marxiste effondré. Le pays est captif de corporations privilégiées indéboulonnables sauf dynamitage des socles. Le bétonnage de socles si résilients date du Conseil National de la Résistance (1945).

(2) Un pays majoritairement irreligieux, voire athée où cohabitent sur tout l'espace deux monothéismes de la même force, l'islam et le christianisme, le premier taillant des croupières au second qui ne se défend pas ou ne se défend plus depuis l'abdication de Benoît XVI.

(3) Quelque soit le domaine d'intégration internationale, ce pays a dû rendre ses attributs de souveraineté de par son incapacité à les porter. Sans être gouverné depuis l'étranger - mais le champ d'autonomie est réduit dès lors qu'une majorité de lois naissent à Bruxelles - toutes les décisions sont insérées dans un schéma exécutif multinational : énergie, monnaie, commerce, droits et devoirs, tout vient d'ailleurs même les munitions de guerre ! A ce titre, le souverainisme est un tunnel ! L'art politique nécessaire sera d'optimiser nos dépendances et oublier notre impossible indépendance sauf à disparaître de l'histoire.

(4) Les finances publiques sont en grand désordre et l'Administration pléthorique du pays emprunte à l'étranger pour se payer ses propres salaires sur nos comptes de contribuables. Notons qu'elle en demande chaque année la permission à nos représentants élus, qui la lui donnent. La classe politique est complètement mouillée dans cette faillite publique et elle devra rendre des comptes complets et dégorger pour l'exemple.

(5) Le pays perd de sa substance en qualité par l'émigration des cerveaux et l'immigration des bras. Une frange conséquente de la population éduquée a fait une croix sur son avenir dans un pays aussi coincé économiquement et politiquement. Elle y revient en touriste mais éduque ses enfants au coeur battant de la mondialisation gagnante, pas ici. Ce qui est nouveau c'est que désormais nous connaissions tous au moins un expatrié heureux. Faire revenir de la substance de qualité passe par une réforme complète du système économique afin de le rendre attractif. Ce sera très dur.

(6) Le complotisme est répandu dans les segments perdants du pays où disparaît beaucoup d'énergie civique. Les quatre Etats confédérés de Charles Maurras n'existent plus en puissance ; il s'en est créé d'autres, organisés autour des nouvelles technologies de l'information et de la science. On en est aux ordinateurs quantiques ! Les Juifs, quand ils se prévalent de cette origine, ont fait leur deuil de la Terre Promise abandonnée à la gouvernance des boutiquiers du Sentier - Israël est un Etat avorté. L'incinération de la moitié de la nation juive, si elle a donné du grain à moudre à certains survivants, a surtout encouragé une grande majorité d'entre eux à se fondre dans la masse. Les Francs maçons, parlons-en ! Les loges sont autant de clubs de ratés venus compenser une position sociale précaire ou dégradée ; il est amusant de n'y jamais croiser des entrepreneurs à succès. Certes ils pèsent encore sur la politique française mais dans les seuls domaines sociétal et éducatif d'où ils seront expulsés par le coefficient naturel d'attrition. L'influence des Protestants, quant à eux, a suivi la déchristianisation générale d'un côté, la négrification de la liturgie de l'autre, on approche irrésistiblement du hip hop. Restent les Métèques ! Nous serions tous le métèque de quelqu'un si le brassage de la globalisation n'était passé par là. Les entreprises d'une certaine taille sont toutes des United Colors of Benetton. La racialisation des élites techniques d'aujourd'hui a disparu. Elle demeure dans les couches populaires comme les scories du temps jadis sauf quand la race s'associe au risque de mort comme maintenant et met tout le pays en résonance. Soutenir le complotisme fait perdre du temps et décrédibilise le travail de propagande royaliste. Il faut se couper des relents fuligineux de la Révolution vichyste, c'était un mauvais choix, moralement explicable mais politiquement dévastateur. Il faut savoir ce qu'on veut.

(7) La Cinquième République, avachie depuis que la tête de pyramide tourne fou, est parvenue à fracturer la société en tous sens. A la fameuse fracture sociale d'origine économique, fracture réparable dans un paradigme libéral bien conduit, elle a ajouté les fractures communautaires qui la croisent en tous sens, essentiellement au bénéfice de l'islam d'importation récente, puis a rajouté aujourd'hui des fractures ethniques, ce qui est un comble en France, pays d'origine composite de par sa position en panier de basket à l'extrême occident de l'Eurasie. Après nous, l'océan immense, on ramasse tout. Le pays est "faïencé" et pas loin de tomber en miettes au premier choc sérieux, ce qui déclenche de grandes envolées lyriques d'un pouvoir totalement dépassé par les enjeux. Il ne faut donc pas compter sur une cohésion nationale au son du canon ! Elle devra être refaite comme un jeu de patience.

Le seconde mise à jour est celle du "programme" :

Facile ! Il n'existe pas. Sont-ce les princes ? Ils n'existent pas. Le programme politique royaliste est à écrire en se fondant sur les avantages indéniables de la monarchie cantonnée au domaine régalien** ; faudra-t-il encore savoir expliquer à l'Opinion qu'un mécanisme complet et qui marche est prêt à s'appliquer. Personne, et moi moins qu'un autre, ne fera confiance aux qualités intrinsèques du plus aimable des messies sans connaître d'avance le déroulement du programme. Nous avons trop souvent donné, les cornes sont lourdes à porter.





Le Désordre est annoncé. Il est plus que temps que les Royalistes se fondent en un parti structuré, capable d'élaborer une politique appliquée - en science politique fondamentale, nous sommes champions du monde mais pas en pratique - et capable surtout de se donner les moyens de sa propagande. Je pense pour cent raisons que l'Action française devrait être le pivot de ce rassemblement général des royalistes, chaque chapelle s'attachant à couper les épines les plus acérées qui blessent les autres et à laisser de côté les cours princières qui ne seront d'aucun renfort si l'on se fie à l'expérience que nous en avons. Si le mouvement dans sa diversité ne précipite pas en une force politique organisée, il se ment à lui-même. Nous y reviendrons... évidemment !
(**) Il est important de limiter la monarchie au domaine régalien car il faudra laisser le pays se reconstruire à partir de ses bases territoriales dans un cadre décentralisé : plus d'Etat en haut, moins d'Etat en bas.





* Rallye Chouans courtoisie Volcelest.chez-alice.fr *




Print Friendly and PDF

2 commentaires:

  1. Aucune réserve, je suis intégralement d'accord avec vous notamment sur le combat politique royaliste. Hélas, ça n'en prend pas le chemin. Pour preuve les voeux de l'Alliance Royale qui avait l'air, il y a quelques années, d'avoir l'ambition de dépasser les clivages et d'être une force de proposition....C'était avant: leur voeux pour 2016 me laissent supposer le pire

    "En cette année de la Miséricorde, l’Alliance royale souhaite à tous ses adhérents, militants, élus, mais également à tous les Français soucieux de cette France aux racines chrétiennes d’accueillir le Roi de France, lui demandant de sacrer son Lieutenant pour le bonheur de ce qui constitue notre bien commun "

    Pas une petite guérison d’écrouelles tant qu'on y est ?

    En plus les fautes d'orthographes quand on se lance dans l'espace public ça ne fait pas sérieux:

    "Le prix en est de 15€, un prix peut être étudier pour des commandes en nombre."



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La conclusion de cet article a été passée sur le blogue de La Faute à Rousseau (organe RN). Aucune réaction ! Par contre si je poste une critique de Jacques Myard, le commentaire est immédiatement supprimé ! Ils savent bien qu'ils pédalent tous dans la semoule.

      A l'Alliance royale, Sandrine Pico-Deprez a fondu les plombs, comme Yves-Marie Adeline avant elle. On ne tire pas un char à bœufs avec une vachette. Elle a fait beaucoup pour le parti mais en pure perte, le labour est stérile. On ne peut faire de politique sans argent.

      Supprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".