Index alphanumerique

lundi 20 juin 2016

Le Brexit vu d'Allemagne

Le SPIEGEL a publié un copieux dossier sur le largage du Royaume-Uni par le biais de sa lettre hebdomadaire internationale en anglais. Il serait dommage de ne pas le diffuser aux lecteurs de Royal-Artillerie. Ce dossier comporte treize chapitres. Nous nous proposons de résumer très brièvement chacun d'eux en français, adressant chaque fois le lecteur curieux au site du Spiegel pour creuser la question.

Berceau de la démocratie parlementaire



(1) Qu'est-ce réellement le BREXIT ?
C'est l'acronyme de "British Exit". En clair, un piège politique ouvert par David Cameron pour sa réélection avant 2015 afin de désarmer les eurosceptiques de son parti. C'est un référendum sur la sortie des institutions européennes, et vu du parti conservateur maintenant : une connerie.

Plus sur le Spiegel - chap.1

(2) Qu'est-ce qui gonfle à ce point les Anglais en Europe ?
La Grande Bretagne a toujours soutenu la création des Etats Unis d'Europe SUR LE CONTINENT et un marché mondial grand ouvert. Voyant la puissance commerciale du marché Commun, elle adhéra mais se laissa embarquer dans le band wagon de la fédération rampante. Elle croit qu'elle va disparaître demain dans le magma bureaucratique rhénan.

Plus sur le Spiegel - chap.2

(3) Quelles sont les chances ?
50-50 ! On le saura vendredi prochain à midi GMT !

Plus sur le Spiegel - chap.3

(4) Quels sont les droits spéciaux arrachés par les Anglais à l'Union européenne ?
Outre le fameux "chèque" de Margaret Thatcher, les Britanniques (mais les Danois aussi) ont des "Opt-out" ! C'est à dire qu'ils peuvent déroger à certaines résolutions du Conseil européen. Les plus connus sont la non-participation à l'Eurogroupe et la préférence nationale.

Beaucoup plus sur le Spiegel avec des cartes - chap.4

(5) Qui veut quoi en Grande Bretagne
Les chefs de parti sont pour rester en Europe ; leurs challengers contre, évidemment. Le coiffeur-maire Boris Johnson joue très perso. Commencé comme une manœuvre politique, le référendum se "politise" de plus en plus jusqu'au drame de Jo Cox, instrumentalisé de chaque côté... et chez nous !

Plus sur le Spiegel - chap.5

(6) Quels sont les arguments respectifs ?
L'argument majeur du Premier ministre Cameron est que tout ce qu'on reproche à l'Europe, il en a déjà protégé le Royaume Uni en exigeant de nombreuses concessions de la Commission européenne cette année et qu'il est idiot d'en vouloir plus. Mais la moitié du Parti conservateur reste sceptique et veut couper les ponts redoutant la duplicité des bureaucrates de Bruxelles. Le UKIP mise sur l'épouvante d'une immigration débridée.

Plus sur le Spiegel - chap.6

(7) Tous les Etats du royaume sont-ils pour ?
Bien évidemment, le Pays de Galles, l'Irlande du Nord et l'Ecosse ont plus touché du doigt les bienfaits de la manne européenne que l'Angleterre et la City. Ces "nations" s'inquiètent d'un Brexit et l'Ecosse surtout.

A peine plus sur le Spiegel - chap.7

(8) Quels sont les effets à attendre d'un Brexit en Grande Bretagne ?
Un immense désordre les deux premières années puisque le pays devra négocier des accords de libre-échange avec tous les autres partenaires de la mondialisation. Accords commerciaux et douaniers ont tous été passés par et au nom de la Communauté européenne, la rupture équivaudrait à sortir presque de l'OMC pour un temps.

Plus sur le Spiegel - chap.8

(9) Comment un pays peut-il sortir de l'Union ?
En invoquant l'article 50 du Traité de Lisbonne.

Plus sur le Spiegel - chap.9

(10) Quelles sont les conséquences du Brexit sur l'Union européenne ?
L'Union perdrait des capacités dans les domaines économique, militaire et culturel, mais plus sûrement le poids des étatistes et des socialistes solidaires s'accroîtrait sur le continent, laissant l'Allemagne seule face aux revendications des pays malades.

Plus sur le Spiegel - chap.10

(11) Quel impact sur la City de Londres ?
Difficile à dire. L'énorme pouvoir de la bancassurance anglaise peut rebattre les cartes à lui-seul. Les banques risquent d'émigrer leurs services commerciaux sur le continent, ou faire fortune dans une City complètement dérégularisée, vrai paradis fiscal.

Plus sur le Spiegel - chap.11

(12) Quel statut pour les citoyens européens résidant en GB ?
A négocier.

Plus sur le Spiegel - chap.12

(13) Quels effets sur l'Allemagne ?
A la fin, l'Allemagne prendra la main en Europe pour défendre la cohésion du Marché commun à son bénéfice.

Plus sur le Spiegel - chap.13


Leave or Remain



Voila ! La France ne devrait pas tirer son épingle du jeu en cas de Brexit, sauf report de flux commerciaux entre elle et la République d'Irlande (voire l'Ecosse). L'affaire se discutera entre les Etats-Unis, le Royaume Uni et l'Allemagne, trois partenaires majeurs dans l'OTAN ayant chacun leur agenda. Nous n'avons plus les libertés budgétaires nous permettant d'avancer nos idées (comme la défense européenne ou les eurobonds), aussi personne ne nous convoque d'avance sur le sujet. Nous irons à la réunion européenne du 24 avec tout le monde. Il faut dire que nous avons actuellement la représentation la plus transparente de l'histoire du Marché commun et cela se traduit par un spectaculaire déclassement de la France à Bruxelles.
Quant au Royaume Uni, il est déjà une curiosité au sein de l'Union par les multiples dérogations qu'il a exigées depuis son arrivée et il est fort probable que son éventuel maintien au sein de la communauté européenne suscitera des revendications assez dures de la part de certains PECO* qui auront bien assimilé la posture "à tout prendre et rien payer !".

(*) Onze pays d'Europe centrale et orientale

share

Print Friendly and PDF

2 commentaires:

  1. Le Coin du Book21 juin 2016 à 14:29

    Je me lance.
    Le "Remain" gagne par 53% sur l'ensemble du Royaume-Uni.
    La Commission sort hébétée des concessions octroyées mais ravie.
    Jeudi soir, François Normal à FR2 va débiter euh un commentaire euh sportif euh.
    A+
    Le Piéton du Roi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Piéton du Roi24 juin 2016 à 09:50

      Bon, à y bien réfléchir, je ne vais pas faire sondeur ! 5% d'erreur.
      A+

      Supprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".