lundi 30 janvier 2017

J'ai appelé mon chien Té

Té comme Donald T.
S'il se passe quelque chose d'intéressant aujourd'hui ce n'est pas l'élection du quatrième battu de l'élection présidentielle française - qui peut trouver un quelconque intérêt à pareil scrutin ? - mais bien la réinitialisation du nouvel ordre mondial par un directeur de casino américain. Au delà des insultes faciles à l'endroit de qui parle couramment le "beauflangue", il convient de s'interroger sur le précipité des fantasmes républicains dans une parfaite unité de lieu et de temps. "Nous payons pour tout le monde, et nos alliés comme nos adversaires en profitent pour nous tailler des croupières". Le message agglomère le Mexique, la vieille Europe, la Chine, le Japon et les monarchies pétrolières.
Avant de proposer une analyse pour vous distraire des commentaires électoraux de la presse, faisons la liste des possessions trumpiennes de par le monde dont on peut penser qu'il connaît au moins les aéroports, ce qui est déjà un progrès sur Hollande : outre la commande offshore de nombreux objets dérivés pour revendre sur ses sites immobiliers (comme le font tous les autres), Donald Trump a investi gros dans les pays suivants, essentiellement pour des "tours" et des "resorts" ; d'ouest en est : Panama, République dominicaine, Bermudes, Saint-Martin, Argentine, Uruguay, Brésil, Irlande, Ecosse, Turquie, Arabie séoudite, Azerbaïdjan, Emirats, Qatar, Inde, Hong Kong, Indonésie, Philippines, Corée du Sud. Donc nous n'avons pas affaire à un énarque qui au plus loin de sa vie privée est allé à La Mamounia de Marrakech tripoter le service d'étage.

Ce qui nous intéresse ici est l'impact de l'élection du Beauf magnifique sur la vieille Europe et sa capacité à pousser la Chine à la guerre. Ne cherchons pas, c'est le Spiegel qui en parle le mieux et d'abondance dans un article-fleuve auquel on accède en cliquant sur son titre : Donald Trump and the NWO.

Menacer l'économie allemande comme le fait ouvertement Mr. Trump revient à menacer toute l'Europe (occidentale et orientale) tant nos économies sont imbriquées. Ses menaces sont-elles exécutables ? Oui, jusqu'à quinze pour cent de droits de douane augmentés sur les produits de son choix. Mais ce que nous devons craindre le plus est la délocalisation massive des chaînes de production européennes qui travaillent ici pour les Etats-Unis. Outre le chômage induit mécaniquement, c'est la perte de beaucoup de valeur ajoutée, et l'accroissement des déficits commerciaux qu'il faut attendre dans des pays complètement plombés comme la France. Mais les pays vertueux du Nord souffriront tous autant !

Une Trump Tower en construction à Manille

La deuxième menace surenchérit sur les conséquences de la première : c'est la renégociation du fardeau de la défense atlantique. L'Amérique est lassée de payer autant pour que les Européens garantissent à leurs nationaux des prestations sociales jugées extravagantes par les Américains. Quelle que soit l'issue de la dispute et même jusqu'à la rupture, le premier effet sera le réarmement européen et donc l'assèchement rapide des dernières capacités budgétaires nationales chez des pays déjà frappés par l'ostracisme commercial américain. Le premier poste touché sera - puisque nous n'avons pas fait de réformes - les prestations sociales justement (retraites, allocations) et les traitements d'une fonction publique endettée. Se rassurer en proclamant une défense européenne intégrée est illusoire, elle naîtra un jour peut-être mais dans longtemps, quand la Russie ne sera plus perçue comme une menace imminente par les pays d'Europe orientale. Aucun pays de l'Est n'échangera la protection atlantique pour une protection européenne, même la Pologne ! Mais on peut réunir conférences sur conférences pour agiter le tapis vert. Sans illusions, l'Allemagne réarme sérieusement et la France va s'y mettre aussi après l'élection présidentielle en empruntant. Malgré sa russophobie, la Grande Bretagne est déjà considérée comme "neutre" voire une force d'appoint en Mer du Nord, si elle n'est pas pentagonisée par le deal May-Trump de vendredi dernier.

Reste la question du pétard chinois ! Donald Trump a débranché le Traité Trans-Pacifique* mardi dernier dans son combat pour la relocalisation des fabrications. Il ferme la porte du marché américain à presque tous les pays non-communistes (Vietnam excepté) de l'Asie du Sud-Est. Il ne faut pas être grand clerc pour anticiper que ces pays très dynamiques qui avaient besoin de la profondeur du marché américain puissent le remplacer par... le marché chinois. Et les déclarations du président Xi Jinping à Davos cadrent parfaitement avec ce renversement d'alliance, d'autant qu'il peut apporter dans la corbeille sa nouvelle Route de la Soie. Mais cela ne déclenchera pas de guerre ouverte, aucun protagoniste ne se laissant tenter.

The 45th POTUS
On n'en peut dire autant de l'intervention défensive américaine dans les eaux de la Mer de Chine méridionale ! On sait la revendication chinoise exagérée mais elle fait partie du bréviaire. Bloquer l'accès des atolls en construction aux convois de bateaux chinois ne peut que finir en torpillage et contre-torpillage. Il faut espérer que le président Duterte persiste dans ses insultes à l'endroit de l'Oncle Sam afin de dégoûter Mr. Trump de le soutenir ! Une guerre, même contenue à la zone, effondrerait le commerce mondial et disperserait partout une crise sans précédent, d'abord économique puis sociale. On aimerait connaître les réflexions du Pentagone sur la mise en œuvre des tocades du nouveau Commander In Chief. Celles des alliés asiatiques tels que le Japon et la Corée sont connues : pas de guerre ! On continue un confinement souple de l'imperium chinois.

Au spectacle du monde qui s'annonce l'Europe est absente. Aparté : entre deux messes, trois galettes et les vœux de circonstances, on n'a pas entendu nos princes sur ces sujets stratégiques aussi importants. Il est probable que si tout allait mal, les institutions européennes disparaîtraient des enceintes décisionnelles, ce qui - dit en passant - ne rehausserait pas d'autant les nations qui leur survivraient mais nous ouvrirait une fenêtre d'opportunités à saisir. Le choc de la désintégration européenne signerait notre déclassement mondial mais créerait en revanche un espoir de renaissance en plus petit, plus maniable, plus gérable, nous serions sans doute moins riches et plus heureux.
Qu'en pensent les précités ?


(*) TPP = Etats-Unis, Australie, Canada, Japon, Malaisie, Mexique, Pérou, Vietnam, Chili, Bruneï, Singapour, Nouvelle Zélande. Ce traité n'est pas que douanier, il généralise aussi des normes et conditions de production acceptables partout.
share

4 commentaires:

  1. Il est clair que les premières décisions du président américain donnent des sueurs froides aux mondialistes et aux gauchistes qui commencent tous à lever les bras au ciel d’horreur.
    Leurs réactions sont disproportionnées et assez ridicules au sens où les décrets de Trump n’ont pas des effets aussi immédiats que cela dans la réalité. Ces décisions ne seront pas neutres mais les réactions outrées des Hollande, Obama et les autres sont surjouées et quelque peu hystériques.

    Trump vient juste d’arriver au pouvoir et il a pris quelques décisions de principe. Mais on sait aussi qu’il va devoir composer avec les parlementaires de sa majorité et tous les pouvoirs puissants qui existent aux Etats-Unis.

    A mon avis, le problème essentiel aujourd’hui est américano-américain. Sur le site RESEAU VOLTAIRE, Thierry Meyssan a publié un article dans lequel il indique que : « Donald Trump vient de procéder à la plus importante réforme des structures administratives aux États-Unis depuis 69 ans. Il vient de mettre un terme au projet impérial et de refaire de son pays, un État comme les autres. »

    Trump est donc en train de revoir les équilibres du pouvoir au sein de l’appareil d’État US. Bien sûr, notre presse et nos politiciens sont plus préoccupés par le sort des ressortissants arabes voulant se rendre aux USA et se fichent complètement de ce mémorandum qui me semble très important.
    Or, Trump essaie d’abord de reprendre son pays en main et ce n’est pas gagné d’avance. Ce qu’il faut suivre de près, à mon avis, est l’évolution de la situation intérieure aux Etats Unis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il est trop tôt pour juger Trump, mais sa gouvernance par tocades twittées est préoccupante. C'est le Congrès qui a la main aux Etats-Unis. On va voir.

      Ne vous fiez pas à Thierry Meyssan. Outre que le personnage est pour moi discutable, il a gagné beaucoup d'argent avec son bouquin The Big Lie dans lequel il construit une théorie du complot sur le Onze-Septembre.

      Supprimer
  2. J'ai cherché votre récente analyse du SPECTRE pour l'associer à cette MAJ mais je n'ai pas su la trouver dans le cadre de mon budget d'une poignée de secondes ...

    Au nom des Lois Fondamentales du Royaume de France, scellées jusqu’à la Fin des Temps par la mission naturelle et surnaturelle de Jeanne d’Arc [ MAJ 01/02 ]

    http://cril17.org/

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly