mercredi 22 mars 2017

But de la manœuvre


Il reste trente jours. Soutenir Jean Lassalle pour son opiniâtreté, sa résilience et sa volonté de gouverner notre Bien commun par le bon sens est indispensable pour le Piéton du roi depuis que se sont effondrés les candidats royaliste et apparenté dans la chasse aux parrainages.

JL Mélenchon
Loin du racolage péripatéticien des candidats dits majeurs - insulte quotidienne à l'intelligence et à l'esprit français - Jean Lassalle exprime le changement indispensable au pays avec des mots qui n'ont pas besoin d'être expliqués, décortiqués, raccrochés à des thèses savantes. On le comprend du premier coup. Enfin, moi, je le comprends du premier coup parce que je partage avec lui la souche paysanne climatisée et j'accepte la sanction de mes erreurs sans agonir le Ciel ou le cheval des labours déviés. Mais je ne suis ni sourd ni bête et sais bien que les sondages d'opinion aussi trafiqués soient-ils - ils le sont à l'intérieur de la marge d'erreur - ne lui donnent aucune chance de monter en Division 1 le 24 avril 2017. Alors quoi ?

D'abord le candidat doit franchir un seuil important de 5% des suffrages exprimés pour prétendre au remboursement par l'État de ses frais de campagne. Au-dessous de la barre, c'est tout pour lui et ses amis. Donc soyons concrets et travaillons sur un objectif chiffré précisément et atteignable ; 708 parrainages validés par le Conseil constitutionnel nous l'indiquent.

Ensuite et j'en terminerais pour aujourd'hui, plus son score sera haut, mieux il pourra négocier l'inclusion d'une ou plusieurs de ses propositions dans le projet du candidat qualifié au second tour sur lequel il demandera à ses électeurs de reporter leurs voix le 8 mai 2017. Donc l'ardeur du soutien que tous et chacun mettront à promouvoir Jean Lassalle ne sera ni gratuite ni perdue.


Haut les cœurs !
Ne nous laissons pas manipuler par les faiseurs de rois qui nous enjoignent de voter utile dès le premier tour pour barrer la route à celui-ci ou celle-là. Vous avez convaincu le peuple que la démocratie c'était super, en oubliant qu'elle pouvait être le vecteur de tout et du meilleur comme nous le dit à l'occasion le sultan Erdogan : la démocratie c'est comme un train, à destination, on descend ! Assumez, messieurs les démocrates de boudoir et foutez-nous la paix avec les scories du concept que vous avez promu pour assurer le succès de vos établissements familiaux.

Exprimons librement nos vœux pour la France en votant droit, en votant clair : Jean Lassalle.

share

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly