Accéder au contenu principal

Articles

Tendance

Le "vai te foder" brésilien

Dans l' A-Propos du 15 août 2008 qui ouvre ce blogue, j'avais osé une assertion digne d'Hubert Védrine à la différence près qu'il convenait, lui, que la France était certes une puissance moyenne mais d'influence mondiale. Sous la statue d'Alphonse XII, j'écrivais donc dans les jardins du Retiro au quinze-août 2008 : « (1) La France est une ancienne grande puissance de taille moyenne, dont le prestige est mis en péril par l'affaissement moral et mental de ses peuples et par une gestion inqualifiable de sa république. » Je crois bien avoir eu raison sur ce prestigieux penseur de la diplomatie française, et m'en désole d'autant plus que le péril annoncé est aujourd'hui bien visible : l'influence mondiale de notre pays n'est fait que de communication française sans application concrète au dehors. En fait, elle disparaît lentement et sûrement. A preuve l'absence de tout effet dans les cas suivants : M. Paulo Guedes, ministre br
Articles récents

Une Amazon finalement !

Roman de gare estival - chapitre 6 L'affaire commence ici : Eté Première (clic) . Eté 2023 Il va sans dire que l'année se passa sur le qui-vive. Med avait trouvé un poste à la clinique publique de Neuilly et pour raccourcir son trajet, vivait maintenant sans boîte aux lettres dans la grande tour Défense 2000, perdu au milieu de plus de trois cents appartements. Alf avait pris un boulot dans un chantier fluvial à Deûlémont. Ils utilisaient l'un et l'autre leur deuxième prénom et évitaient les manifs et les trombinoscopes, surtout sur les réseaux sociaux. Arriva le mois de juillet, et le projet de voyage au grand nord avec lui. Vous n'alliez pas refaire la Croisière jaune sud-nord cette fois avec une Citroën Kergesse. La Onze, même révisée de fond en comble et à laquelle Romain-Jean avait apporté quelques watts supplémentaires et les jantes à rayons qui changeaient complètement le look, n'irait pas au cercle polaire ; non plus que vous ne laisseriez le jour

CMRDS moins 15

Que vous remontiez du sud ou descendiez du nord, la route de Roanne est la nationale 7. En convoi c'est plus roulant que la départementale pittoresque, sauf s'il pleut. A moins de venir à deux déjà sur la machine, pensez à baisser vos cale-pieds, des anges gardiens peuvent monter en croupe rejoindre le camp de l'Action française qui en a bien besoin, l'actualité du pays étant devenue un vrai champ de mines pour quiconque s'attelle à penser la reconstruction du pays. Jusqu'ici, l'épure était simple. La méchante République, encrassée de strates administratives redondantes et dispendieuses, captées par les fonctionnaires et leurs proxénètes de la haute bourgeoisie au moyen de la supercherie démocratique, visait à accroître les biens de l'oligarchie par tous moyens, dussent-ils convoquer au succès de l'entreprise la désintégration de la nation. La succession de politiciens de rencontre remontés du fond du tonneau des diplômés en sciences molles au b

La crise de nerf chinoise

La visite à Taïpei de Nancy Pelosi, speaker de la Chambre des Représentants de Washington (ndlr: Royal-Artillerie s'adresse aussi aux enfants grands) , a agi comme révélateur des difficultés intérieures dans lesquelles se débat le pouvoir actuel chinois. Sa réaction carrément hystérique laisse comprendre que l'inconfort enduré n'est pas dans les seules questions stratégiques. Mme Pelosi ne s'est pas privée de le faire remarquer. L'économie est affaissée par l'intrusion de plus en plus profonde des commissaires politiques du parti communiste dans les entreprises, même moyennes, au moment où les enjeux industriels et commerciaux exigent une réactivité qui est maintenant sous contrôle (et pas par la strate la plus intelligente du parti). Ne parlons pas de la caporalisation des universités sous contrôle qui augure mal de l'avenir de la recherche en Chine. L'épargne des ménages, si importante dans la mentalité chinoise de prévoyance, est parfois investie dan

Les Ninja de Langley

Ayman Mohammed al-Zawahiri est mort de neurasthénie sur son balcon de Kaboul où il prenait le frais en attendant le châtiment divin. Car on ne peut raisonnablement croire que le "penseur" d'al-Qaïda, celui qui a monté tous les gros coups, à commencer par l'attaque des tours jumelles de New-York et du Pentagone de Washington, n'ait pas anticipé pendant une seconde de temps le repérage satellitaire américain de la CIA qu'il avait aux trousses depuis 2002. Les circonstances de la liquidation du chef suprême dans sa villa sécurisée d'Abbottabad en 2011 ne laissaient aucun doute sur les capacités de l'agence à acquérir ses cibles. L'homme le plus prudent et le plus informé de la sphère terroriste ne pouvait l'ignorer. C'est ainsi qu'il avait pris l'habitude de sortir fumer une clope (ndlr) sur le balcon quand la brise de l'aurore descendait sur la ville à ses pieds. Qui attendait-il à 6h15 du matin ? On saluera le luxe de

Où l'on s'achète une minerve !

Roman de gare estival - chapitre 5 La nouvelle se déplace au nord. Rentrés comme prévu au Quinze Août, Alf repartit du Plessis-Robinson et continua sur Calais où un ancien copain du collège technique avait un garage réputé en anciennes et ferait une révision complète de la Traction à prix d'ami, à la seule condition d'être cité dans le magazine Autoretro où paraîtrait la voiture au printemps prochain. L'autoradio Radiomatic - il n'en restait que la façade - balançait ses fréquences dans des haut-parleurs modernes et Alf s'en mettait plein les oreilles avec la capote fermé pour cause de mauvais temps. Après Noailles, il chargea sur la nationale un jeune couple d'Anglais trempés qui remontaient au ferry de Calais. Quand fut épuisé le sujet sur la voiture super-sympa mais qui consommait beaucoup sans doute, Alf sut qu'ils avaient passé leurs vacances sur le lac Léman. Quelle idée ! Puis ils étaient remontés par la Bourgogne, évitant Paris et sa faune urba

Demandez le programme !

DU 21 AU 28 AOÛT A ROANNE (Loire) M. François Marcilhac, éditorialiste à l'Action française M. Christophe Dickès, docteur en histoire et vaticaniste Me Benoît Dakin, avocat honoraire du barreau de Dieppe M. Henri Bec, magistrat honoraire, président de la Restauration nationale M. Bernard Lugan, maître de conférences des universités M. Jean-Baptiste Donnier, professeur, directeur de thèses, droit privé et sciences criminelles M. Philippe Mesnard, éditorialiste à Politique Magazine M. Marc Savina, professeur d'histoire M. Jean Gugliotta, président de la Fédération royaliste provençale M. Hilaire de Crémiers, directeur de la publication à Politique Magazine M. Antoine Scherrer, professeur de philosophie Me Charles Millon, ancien ministre de la Défense

Cap au nord !

Roman de gare estival - chapitre 4 L'idylle teutonique s'était brisée net, les partenaires de jeu étaient mariées... à des Turcs. On faisait plus simple au théâtre. Alf et Med avaient repris la route du nord par le plateau de l'Aubrac afin de saluer un pote vétérinaire de l'AEF qui sévissait chez les eskimos de Nasbinals. Absent, leur avait répondu une femme revêche se prétendant de Marvejols, qui pouvait être son épouse, sa secrétaire ou la bonne du curé, leur précisant le dos tourné que le mardi il était souvent au casino de Chaudes-Aigues. Contact ! Chaudes-Aigues donc, son casino où l'on mange bien, servis par des filles de salle pas farouches, les flèches noires de Chain Flour et la ville triste de Clermont-Ferrand furent au menu des jours suivants... jusqu'à Vichy. Mais pas d'Obi-Wan au casino, il devait être en main lors de leur passage en salle. Vichy ! Un peu de canotage sur l'Allier, flâner le soir dans le quartier des sources à ob