Accéder au contenu principal

Articles

De l'ascendance davidique des rois [2/2]

Spécial royco temps de lecture : 3 minutes L'origine davidique des rois est une affaire qui remonte aux origines mêmes des Mérovingiens, race sortie de nulle part, en Pannonie suppose-t-on. Les rares chroniques du temps dotaient la dynastie mérovingienne d'un sang réputé royal, que d'aucuns rattachèrent ensuite à la lignée du roi David de Juda. Le type "royal" était affirmé par le port d'une longue chevelure, que les Pippinides finirent par raser chez le dernier titulaire de la charge, Childéric III, avant de le cloîtrer dans un monastère près de Saint-Omer. La dispute était suffisamment sérieuse pour que la dynastie franque et les grands carolingiens des royaumes recherchent continuellement à épouser des Mérovingiennes dans la vénération d'une magie hématique. On peut se demander pourquoi cette vénération ne s'est pas tournée plus tôt vers les dieux des germains, celtes ou goths. Thor, Odin, Taranis, Toutatis ou quelqu'autre du panthéon paï

L'après-guerre chinois

L'après-guerre se dessine au ministère des affaires étrangères chinois, qui teste plusieurs scenarii dans la communauté et diapora chinoises, et dont le plus élaboré vient de m'être traduit ce matin. Il date du 29 janvier et se base sur la dislocation de la Fédération de Russie que certains ici refusent, redoutent voire appellent de leurs vœux comme le belliciste Piéton du roi. Voici le scenario : Le gouvernement de Poutine est chassé de Moscou, soit par une guerre civile intérieure, soit par l'écrasement des armées russes sur leurs frontières occidentales. Il passe l'Oural et s'enfonce en Sibérie jusqu'à l'extrême-orient russe, hors d'atteinte des armées de l'OTAN. Les débris de l'armée de Poutine ne suffisant pas à sa sécurité, il appelle (ou on lui suggère fortement d'appeler) la Chine populaire à son secours, laquelle s'empresse d'entrer en Sibérie pour établir une ligne de défense en avant du lac Baïkal (ce lac a de

Un procès pour quoi faire ?

J'aimerais parfois lire le russe pour apprendre sur Telegram qu'Eva Braun est entrée au Kremlin avec deux jerrycans d'essence. Je ris aussi des appels à comparution en justice des maîtres-assassins de la Fédération de Russie alors que le jugement est implicite et sans appel. Il n'y a rien à découvrir tant des motifs que des méfaits, les nouvelles technologies de la communication sont passées par là. On me dit dans l'oreillette que nous nous battons pour des valeurs que nous ne pouvons ignorer en fin de trajectoire. A quoi le bon sens des nations répond qu'il n'en existe qu'une vraiment, celle de vivre libres sur un espace respecté par autrui. Le reste, les autres valeurs, les invocations, nous ont conduits au désastre d'une guerre européenne pour n'avoir pas bloqué à temps l' hegemon des pissotières attelé à notre perte ! A droite, l'élève-tyran endimanché qui fait trembler le IVè Reich (image Russia Beyond) Il ne reste pl

La bascule stratégique

La réunion de Ramstein n'a pas convaincu la Chancellerie de Berlin de débloquer les escadrons de chars Leopard2 que lui réclame le gouvernement de Kiev. Il semble évident que les Allemands ne veulent pas "prendre le lead" dans la guerre d'Ukraine à divers motifs dont le plus avancé est de ne pas rejouer l'opération Barbarossa (1941) . Ils assument la responsabilité de faire durer la guerre d'invasion russe, mais sont-ils si loin du projet américain de saigner à blanc la Russie de Poutine ? L'Ukraine, c'est le sujet du moment, mais c'est en fait le déclencheur d'un moment historique qui la dépasse (Michel Yakovleff) . La bascule stratégique annoncée touche trois domaines : le déclassement de l'espace impérial russe avec ou sans dislocation de la Fédération de Russie (1) ; la contrainte énergétique assénée à l'Europe occidentale (2) ; un nouvel art de la guerre (3). Nous allons faire court. (1) Toute victoire russe , ne

Un vieux couple sans affect

Le 22 janvier prochain se fêtera à Paris le Traité de l'Elysée signé entre Charles de Gaulle et Konrad Adenauer pour réconcilier définitivement deux nations qui se firent trois guerres en seulement soixante dix ans. Il est intéressant de voir comment l'Allemagne voit (ou ne voit pas) cette commémoration, et le plus simple n'est-il pas de lire l'article du Spiegel consacré à l'événement. Vous pouvez y accéder gratuitement en cliquant ici . Il est en anglais sur original allemand payant , titré lui, L'Aliénation (Die Entfremdung), ce qui est déjà un signe fort. La photo assez incroyable illustrant ce billet vient aussi du Spiegel. Il ne fait aucun doute qu'après les grands amours Giscard-Schmidt et Mitterrand-Kohl, le "couple" s'est passablement désuni, au point que le divorce n'est évité maintenant que par souci des convenances européennes. La collaboration cœur à cœur cessa dès le premier mandat de Jacques Chirac qui supprima la