Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du décembre, 2023

Le vrai discours d'un roi

Dans son message de Noël, le roi d'Espagne a choisi d'entretenir ses sujets des avantages de la constitution de 1978 qui fédère les Espagnes dans le respect des particularismes provinciaux. On comprend bien que la fréquence porteuse de son intervention est le deal passé entre Pedro Sanchez et l'indépendantiste catalan Carles Puigdemont afin que les Cortès de Madrid maintiennent le premier à la présidence du conseil des ministres. Ce texte peut être considéré comme un cours constitutionnel sur un régime décentralisateur tel que le projet royaliste français le promeut. Il y a beaucoup de choses à y prendre. Ce discours n'est pas un oral de Sciences-Po comme nous y sommes habitués en France. Ils n'y ont pas mis l'Ukraine, Gaza, la COP28, les Houthis et le volcan d'Islande. Non, le roi trace son sillon, parfaitement droit, et arrivé au bout du champ, il retourne la charrue et laboure en revenant. Le voici donc in extenso , et les hispanisants se feront un plai

Joyeux Noël, si l'on peut dire !

Déjà Noël. Ma carte de saison est une maison la nuit dans les sapins dont les fenêtres sont allumées en bleu. Elle fume. Devant elle, est arrêté sous la lune un vieux roadster anglais avec son couvre-tonneau. Quand on agrandit la carte, on devine que c'est un Burlington. Jiminy Cricket sur mon épaule me dit que c'est un Nick Green's. Noël, l'artisan du Midi établit ses factures payables entre les fêtes. Le riche remettra sa dette au failli sans lui faire la leçon. Le chemineau aura de la brioche aux fruits confits. Et les gamins du monde chrétien déplieront le papier-cadeau de la surprise. Pause ! Noël met en pause l'urticaire social de nos sociétés trop comprimées, croyant ou pas, on remonte le col du manteau à la bise du nord, aux violences du sud. Nous ne ferons aucune remarque désobligeante pour une fois. On saluera courtoisement ce voisin qui nous agace par son chien, et je donnerai ses étrennes au muet qui

On est partis !

La France plie les gaules au Sahel sous une quadruple pression qu'elle ne peut surmonter seule. Les Etats noirs de la région administrant (mal) des mosaïques ethniques en concurrence pour la captation des produits nationaux, en ont soupé des cours du soir parisiens sur les Valeurs et pensent s'en sortir mieux "à l'africaine" : je parle, tu parles, nous parlons et le mérinos rejoint le troupeau. Les deux grands Etats arabes du nord ne se sentent pas libres de leurs mouvements pour contrôler les katibas djihadistes sur leurs frontières sahariennes et préfèrent prendre en charge eux-mêmes ce combat diffus mené par immersion du renseignement au sein de populations en mouvement très informées sur leur territoire, comme le pratique la Mauritanie. La troisième pression vient des Etats-Unis qui sont sur zone pour contrôler l'espace utile et anticiper toute campagne hostile à leurs intérêts avant de frapper depuis leur base marocaine. Le dilemme colonial français ma

La grande stratégie empêchée

On sait l'ambition du président chinois à monter sur un trône impérial virtuel par l'accomplissement du China Dream qui consiste à faire revenir partout la République populaire sur les marches de l'empire défunt. C'est dans cet esprit que sa pensée a été "constitutionnalisée" et fait partie des programmes scolaires et universitaires. Mais cela, les lecteurs de Canon Gaillon le savent depuis longtemps. Ce qui est moins connu est l'effritement actuel de l'économie chinoise adossée d'une part à la mondialisation jadis heureuse qui ne l'est plus et d'autre part, à une capitalisation sauvage de l'économie privée qui correspond tout à fait au goût chinois du lucre. C'est la masse des candidats à la fonction publique qui a fait tilt cette année. Les Chinois parlent de ruée vers "le bol de riz en fer" comme on nomme l'emploi sous statut public. Quelques chiffres pour comprendre : selon le Global Times du parti, il y

Le blasphème de Zineb

Je soutiens Zineb el Rhazoui. Non tant sur la forme que sur le fond. Accusée de tous les péchés pour avoir retweeté sur X un post carrément antisioniste de Benjamin Rubinstein (créateur de contenu, journaliste anti-impérialiste, analyste géopolitique, américain fier de l’être (sic) , post qu'on peut lire ici , post dont un petit-fils de Simone Veil a fait un signalement circonstancié à la présidente de la Région Ile-de-France pour que soit retiré à Mme El Rhazoui le prix Simone Veil 2019, l'expression de cette personne étant incompatible avec les valeurs défendues par sa grand-mère, le tout enveloppé des linges encore sanglants de la shoah. A quoi Mme Razhoui qui n'avait jusqu'ici rien dit (sauf le retweet), a répondu : « Bonjour Monsieur Aurelien Veil. Il y a 4 ans, j’ai eu l’honneur de recevoir des mains de Madame Pécresse le prix Simone Veil des Trophées "Elles de France", prix du public qui a très largement voté pour qu’il me soit attribué. Pour moi, l’e

Vol au-dessus du Roycoland depuis l'ermitage

Spécial royco - certains passages peuvent choquer les âmes simples . Vous seriez surpris de savoir que beaucoup de royalistes connaissent le prieur du Refuge Notre Dame de Compassion, un ermitage niché au cœur du Haut Vivarais, qui maintient à bout de bras une foi incandescente en la diffusant au sein de la Confrérie royale par le moyen du blogue de feu son chat Lully. Frère Maximilien Marie du Sacré Cœur, prieur du Mesnil-Marie et moine de la Visitation, a commis récemment une analyse panoramique du roycoland qui vaut sa banasta de castanhas pour la première raison qu'il n'est ni chapelain en exercice ou de réserve, ni communicant d'aucun parti, école, cercle savant ou crypte royaliste. Il a son propre angle de pénétration des réalités qu'il connaît bien, et cela mérite de le lire d'abord. En voici déjà l'entame : « Les diverses rencontres et conversations auxquelles – en particulier en ma qualité de Prieur de la Confrérie Royale – je suis fréquemment e

La crécelle aux deux états

J'ai lu ce matin chez Michel Goya que la libération de prisonniers cisjordaniens en nombre par le Hamas via Netanyahou allait favoriser grandement les candidats de l'organisation terroriste aux élections palestiniennes, celles que tout le monde demande pour arracher l'Autorité palestinienne à sa torpeur coupable. Les Jordaniens, qui restent malgré tout les spectateurs les plus impliqués dans le conflit, nous rappellent que le Hamas (acronyme de résistance islamique) est un idée et qu'on ne tue pas les idées. Facile à comprendre en plus puisqu'elle se résume à un slogan très simple : « du fleuve à la mer ! » . Le slogan symétrique du sionisme l'est tout autant puisqu'on le résume de manière inversée « de la mer jusqu'au fleuve ! » . C'est une idée qu'on ne tue pas non plus. Si les partis de la droite israélienne expansioniste ne cachent pas que le but à atteindre dans leurs actions est la totalité de la Palestine biblique, déjà plus grande q