Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du novembre, 2008

L'Europe compte les jours

La vieille locomotive française de l'Union arrive à court de houille. Les gentilles moqueries du président Medvedev mimant le bonneteau du camelot Sarkozy sont partagées par le grand frère allemand qui vient de nous "envoyer chier" sur la relance européenne. Chacun de nos partenaires en a sa claque de recevoir des leçons de maintien de la part d'une République française gérée par des gitans et distribuant généreusement les concours communs à compte d'autrui. L'insolent Jean-Gilles Malliarakis relève la déclaration agacée du ministre fédéral des finances qui pointe sans ambages la gabegie sarkozienne : « Conformément aux directives de l'Union européenne, l'Allemagne a accompli de lourds efforts pour assainir son budget. Et parce que nous avons enregistré un certain succès, nous devrions maintenant jouer le rôle de payeurs en chef ! » ... (Peer Steinbrück devant le groupe SPD du Bundestag le 25 courant) Les argentiers disposant de finances ont lâché

L'affaissement moral du PS

Les petits meurtres socialistes. Le parti à marée basse a finalement découvert son maître parmi les morts-vivants laissés sur l'estran. Qui de ces choses peut lever la bannière et convaincre au delà du cloître de la Rue Solférino ? La coalition des ogres qui jadis recrutait huit socialistes sur dix n'a vaincu que de cent voix sur soixante-sept mille ! Ils sont sauvés, piteusement. Pensez-donc, la dinde du Poitou en fit autant ... moins cent voix, toute seule ! Heureusement que les fondateurs ont prévu l'adoubement du Premier secrétaire par le Conseil National et le résultat démocrassique au cheveu près devient par magie un victoire au trois-quarts (159 voix contre 76). Cela change tout quant au partage des dépouilles mais ne réduit pas la fracture entre deux concepts de guerre politique irréconciliables : ... 1.- Les ogres occupent chacun leur tannière en viager, bien distincte de celle d'autrui, et qui correspond à l'affectation d'un poste de gouvernement, ..

Gómez Dávila

Un forumeur de Vive Le Roy m'a signalé un réactionnaire colombien de la plus belle eau. Son nom me rappelait un "arrêt sur images" dans le site web de Jean Raspail : Les Horreurs de la démocratie , livre présenté par sa couverture dont le titre un peu raccoleur m'avait d'entrée prévenu contre. Je sortais agacé alors de L'Horreur Economique de Vivianne Forrester qui ressassait sur 175 pages (je viens de vérifier) un analyse qui tenait sur 20. Exit les "horreurs" donc, et j'avais tort. « Nicolás Gómez Dávila (1913-1994) consacra sa vie à la lecture et à l'écriture. C'est Raspail qui parle. Chez lui, à Bogota, sa bibliothèque (ndlr: 30.000 volumes) était le centre de sa maison, un lieu de recueillement et de méditation d'où se dégageait le parfum du savoir et de la littérature de l'ancienne Europe. Selon son ami Alvaro Mutis, son œuvre, un livre immense , est un territoire jalousement maintenu dans la pénombre . Et Gabriel García

Tous les musulmans ...

... NE SONT PAS DES TERRORISTES, chère Médème. Le multiplex de Bombay perpétré par une franchise indienne d'al-Qaïda, Les Moujahidine du Dekkan, est-il un exercice d'un nouveau genre ? Les attaques de masse sont plus difficiles à mener dès lors qu'elles concentrent des moyens éventuellement visibles par les aides techniques de surveillance. Les attaques ponctuelles simultanées ont l'avantage d'être indétectées avant l'assaut et d'éparpiller la contre-attaque des forces de l'ordre : deux palaces, un grand restaurant, une gare et deux hôpitaux ont fait les frais de la Prière par le Combat. Nous saurons ce soir le bilan tragique qui dépasse déjà les cent morts. Le plan peut-il être répété ailleurs ?... Nos services savent que oui ! Et savent aussi que nous sommes moins menacés par la franchise algérienne d'al-Qaïda (ex-GSPC) que par celle(s) patiemment construite(s) que nous n'avons pas encore détectée(s) au sein de communautés musulmanes métropol

Bon sens, le retour

Alain Juppé avouait récemment que la Réforme sarkozienne partait en tous sens mais que, n'entendant pas de sirène parisienne dans la configuration exécutive actuelle, il se consacrait à plein temps à sa mairie de Bordeaux. Heureux homme qui fait le bonheur des siens à l'étude d'épais dossiers matériels, sans se brûler aux idées ravageuses qui bouleversent notre société en perdition et menacent les carrières les mieux lancées. Deux idées parmi cent ont subi récemment l'assaut du Bon sens : VETO PRO-VIE - Le président de la République orientale de l'Uruguay, oncologue de profession, a barré la route à la dépénalisation de l'avortement dans son pays au motif principal que l'homme est créé en son entier à la conception (ADN personnalisé) et que l'état d'avancement d'une civilisation se juge à sa capacité de protéger l' impotent . Des échos fusent d'autres républiques sudaméricaines qui ne goûtent pas "notre" culture de mort. Ce

Capétiens forever

Il nous arrive à tous une ou deux fois par an de lire un texte que nous aurions bien aimé écrire nous-même tant il coagule de sens épars et met en ordre nos brouillons d'idées jusqu'à la quasi-perfection. 2008 s'achèvera dans le genre avec le texte "royal" d'Emmanuel Barbier édité par le site Sed Contra.fr pour l'anniversaire officiel de la mort de Hughes Capet le 24 octobre. Demain sera attribué un prix littéraire par l' association Unité capétienne . Ma préférence - voir la sélection sur le site des Manants - va à La double mort du Roi Louis XIII de Françoise Hildesheimer (Flammarion). Ceci étant dit, nous publions quelques extraits (en caractères Times) du texte de Barbier en vous adressant d'un clic au "billet original ; son titre "Actualité des Capétiens" est tout son programme. « le premier Capétien fut élu ou accepté par des seigneurs dont certains régnaient en maîtres absolus sur de plus vastes territoires que le sien.

Blackie Jolly Roger

La marine indienne s'est offert un bateau-mère pirate si l'on en croit les nouvelles de la profession . La frégate Talbar (destroyer de 4000T de la classe Talwar des Baltiysky Shipyards de St Petersbourg ) a proprement incendié hier un faux cargo servant de base au large pour les vedettes rapides des pirates somaliens. L'amirauté indienne ne fait pas dans la métaphysique et ne mentionne aucun rescapé (ils ont sans doute échappé au brasier dans les speedboats). Excédée par l'attaque de ses navires marchands, l'Inde est entrée sur zone au début du mois et n'attend plus de bénédiction d'aucune autorité ( ce terme fait sourire ) supranationale et ne négocie pas non plus de coalition, elle tire ! Il est temps que la Corne d'Afrique soit très simplement pacifiée au canon, avec ou sans aval des plumitifs de l'OMI et de l'ONU ! Les armateurs qui jusqu'à il y a peu n'ont vu que des conférences et peu d'actions estiment que la plaisanterie a

La St Nicolas à Fontainebleau

Nous ne parlerons pas de l'âne démocrate, emblème du parti vainqueur de la présidentielle américaine qui a submergé les ondes. Mais ce billet est néanmoins consacré au dernier esclave de l'homme, celui que vantait Edouard Drumont de sa verve inimitable . Parmi tous les ânes que vous croisez, connaissez-vous l'âne de saint Nicolas ? C'est un âne sympa avec une bonne tête de bourricot, mais qui de ses yeux en amade scrute sans y toucher les souvenirs de bonnes actions dans le cerveau de chacun. Il fait son choix et apporte des cadeaux aux enfants sages. L'an dernier, il était venu en Lotus au château de Chambord, cette année, toujours à l'invitation de Lys de France , il a fait savoir qu'il irait en Logan au château de Fontainebleau. C'est un âne à château. Retenez donc la soirée du samedi 13 décembre . Cette manifestation sera organisée sous la protection de saint Nicolas au profit des Enfants du Mékong , une ONG caritative créée au Laos en 1958 par un

Collectivisme au G20

Le G20 succombera-t-il au nouveau collectivisme français ? La question vulgaire n'est posée qu'à Paris où les victoires médiatiques du petit reître sur les marchés financiers nous gonflent telle la grenouille du bon monsieur de La Fontaine. En clair, les fonds d'investissements à risques (hedge funds), les paradis fiscaux ou encore des produits financiers plus complexes qu'opaques seraient à l'avenir réglementés. Bien que la crise financière n'ait au final de financière que le nom, si l'on veut bien considérer que c'est la décision politique d'apparatchiks inflationnistes comme Alan Greenspan d'atteler la construction immobilière à la locomotive de crédits NINJA¹ qui a créé la bulle explosive, les Français toujours mal à l'aise en finance internationale, veulent punir les "gnomes" en jetant en pâture à leur opinion les paradis fiscaux et les marchés de dérivés. Or ce sont bien les politiques sociales de consommation à outrance qui o

De l'éducation des rois

Parmi les arguments qui militent pour la monarchie, figure l'éducation précoce du dauphin au sein d'une famille "politisée" de pères en fils depuis longtemps. Dans ce billet, nous avons choisi trois rois pour illustrer cet avantage. Un croisé devant privilégier la force, mais mal préparé à l'assumer, sauvé par son ministre. Un manager sans scrupules mais fin diplomate pour dénouer les coalitions contre lui. Un roi surdoué, mais sans réel charisme, élevé pour le grand séminaire sinon le "Collège de France". Louis VII (1120-1180) Epoque : Croisades Cadet très intelligent élevé dans l'ascèse du cloître, l'amour des lettres et la religion à laquelle il était destiné, il lui manquera la trempe de caractère et la formation au jugement que l'on avait réservé à l'aîné, mort trop tôt pour régner. S'il préfigure le numéro 3 de ce billet, il bénéficiera contrairement à lui du secours d'un véritable homme d'Etat avant la lettre, l&#