Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du février, 2006

Adeline raconte Marie-Antoinette

Yves-Marie Adeline publie un ouvrage sur la reine méconnue, Marie-Antoinette de Habsbourg-Lorraine, décapitée par la Convention le 16 octobre 1793 à l'âge de 37 ans. En cinq actes inspirés des propos de Marie-Antoinette notamment pendant sa détention, l'auteur nous fait partager l’intimité d’une reine demeurée digne et lucide jusque dans la mort. Une vraie leçon de courage et de maintien dont l’intensité dramatique anéantit la légende dorée révolutionnaire. Marie-Antoinette Yves-Marie Adeline Éditions de Paris 18€ L'école de la République s'est efforcée de noircir le portrait pour se faire pardonner le crime abominable de son exécution. Politiquement la monarchie était à bas quand Louis XVI dut monter à l'échafaud le 21 janvier 1793. Qu'était-il besoin de s'en prendre à la reine, n'avait-elle pas expié ses péchés dans les tourments de sa captivité ? Pour apaiser la populace ? On n'apaise la populace qu'en chargeant à mitraille. La dignité qu&#

Les Droits (10 à 17)

Le faisceau des Droits 10 à 17 de la Déclaration de 1789 forme un corpus pré-législatif de niveau constitutionnel. Etant rédigé par une assemblée constituante, le contraire serait surprenant. C'est peut-être cette partie qui a le plus vieilli. Les droits énoncés pour l'épanouissement naturel de l'être humain en société, auraient dû être complétés des devoirs de cette société nouvelle à l'endroit de la Nation, pour satisfaire aux besoins divers et multiples de chacun, et des devoirs de chacun au maintien de la Société. Sans doute l'homme "naturellement" bon n'avait-il à l'époque aucun besoin autre que l'admiration de ses droits. Il est utile cette fois d'évoquer le motif de chacun de ces articles. Article 10 - Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, mêmes religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la loi. L'article vise essentiellement à banaliser l'expression de la foi des Réformé

La raison et le coeur

Le millénaire capétien (1987) et la résurgence du mouvement légitimiste en la distinguée personne du prince Alphonse de Bourbon et de son jeune fils, Louis-Alphonse, rencontra un écho véritable dans la Nation au point que bien des édiles soutenus même par la Présidence, déclarèrent une sincère affection à l'endroit de la tradition capétienne. Cette réaction inattendue des milieux politiques surprit même par son ampleur la "contre-révolution" littéraire, mais conduisit à une exacerbation des antagonismes entre les maisons rivales. Quelle pitié en ces temps propices à la communion ! Au milieu des réactions les moins prévisibles, pour prévenir d'autres avanies, et le schisme définitif, un "pur" se leva des ruines de Fontevraud tel un nouveau Bernard l'Ermite, pour prêcher l'union et la croisade sous toutes bannières. Il aurait dû prévoir une année sans guerre chaque trois ans, comme on le fit au Moyen Âge, d'un jour par semaine sans étripage. Il édi

Les Droits (1 à 9)

Les Droits de l’homme sont décriés dans une partie de l’opinion au motif qu’ils n’insistent pas autant que nécessaire sur les Devoirs qui devraient les équilibrer, et pour quelques-uns parce qu’ils font l’impasse sur les Droits divins. Il est intéressant de les lire à la lumière du Projet monarchique et de dire en quoi ils doivent être ou ne pas être amendés ; les supprimer serait impossible sauf à contrevenir à la charte des Nations Unies, ce qui nous est impossible avec l’unique porte-avions dont nous disposons l’été. Voici les articles 1 à 9 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789, acceptés par le roi. Le préambule qui fonde l’autorité de la jeune Assemblée nationale et constate l’existence de droits naturels inaliénables n’a qu’une valeur historique. Son évocation de l’Etre Suprême a des relents maçonniques qui font aujourd’hui sourire, et plus encore depuis la loi de séparation des églises et de l’état. Les droits n’ont besoin d’aucune béquille, les app

Confrontation : régimes ou civilisations

En route pour trente ans de réaction par Jacques Bainville « Le propre d'évènements aussi grandioses que ceux dont l'Orient est en ce moment le théâtre ( ndlr : première guerre balkanique qui va ébranler l'Empire ottoman et faire éclore les nationalités qui vont à leur tour s'entre-dévorer dès 1913, cause imminente du déclenchement de la Grande Guerre ), n'est pas seulement de bouleverser l'ordre et l'agencement des positions diplomatiques. C'est aussi, c'est même peut-être surtout, d'alimenter des courants d'opinion, de créer de nouveaux états d'esprit politique. La guerre est une formidable accoucheuse d'idées. La victoire fixe les jugements des hommes. Après l'expérience décisive de Kirk-Kilissé ( prise de la ville forte du même nom par les Bulgares ) et de Lule-Bourgas ( bataille où les Bulgares enfoncent les lignes ottomanes jusqu'à 30 km de Constantinople ), la cause des révolutions est perdue, celle de la monarchie au

Le Choc, et après ?

L'affaire des caricatures du prophète Mahomet conforte l'avertissement des tenants de la Quatrième Guerre mondiale qui "voient" dans la boule de leurs puissantes analyses, l'inéluctable Choc des Civilisations . Et les pisse-copies de la nomenklatura éditoriale d'embrayer l'un, Max Gallo, sur le courage nécessaire à l'affrontement quelle que soit l'orgie d'imbécillité et de sang qui peut en couler, l'autre, Frédéric Lenoir, sur la compréhension nécessaire à l'apaisement que l'on doit dans le respect intégral des croyances, dussions-nous en voiler nos épouses un jour. En fait le vrai Choc fut déclenché par le désastre de Manzikert. Le 19 août 1071, les Turcs seldjoukides viennent de plier l'armée de l'empereur byzantin Diogène qui s'était porté à leur rencontre sur le lac Van. Les Turcs ont déjà pris la Mésopotamie aux Arabes, et à Bagdad la magnifique, ont abandonné Alan Goa et les déesses de la steppe pour se faire mus

Actualisation des Lois

Hier, nous avons construit un "codex royal" individuel et portatif des sept lois. Partant du postulat que la monarchie est le meilleur des régimes pour les raisons suivantes, nous allons déconstruire aujourd'hui notre codex, une règle après l'autre tant que nous ne portons pas atteinte à l'efficacité, d'autre diraient la perfection, du régime monarchique dans son essence. C'est manière d'approcher la pierre de touche du principe ; ce qui subsistera sera le vrai pour demain. La monarchie de principe capétien assure la professionnalisation et la pérennité du chef de l'état. La nation a un destin, le roi dans sa fonction permanente a un dessein. Il est le secrétaire perpétuel de la nation, qu'il libère du souci d'organiser les pouvoirs régaliens indispensables : sécurité et sûreté de la nation, à l'intérieur (justice, police) comme à l'extérieur (armée, diplomatie) avec en contrepartie, ce qu'il faut de contributions fiscales de

Les Sept Lois

Les sept piliers de la sagesse nationale ou les Lois fondamentales du royaume. Loi de dévolution Loi salique Loi d'indisponibilité Loi de souveraineté Loi de catholicité Loi de légitimité Loi de nationalité Ces lois s'imposent à tous, maison royale, corps constitués, états de la nation, et priment toutes décisions du monarque. Elles sont réputées intangibles, surtout par lui. Ses lois ont été forgées au fil des siècles, à partir de textes fondateurs rédigeant des coutumes antérieures, d'édits royaux, de testaments et recommandations royales, et d'une jurisprudence parlementaire abondante. L'ensemble s'étirant sur quinze siècles. Il est d'immenses analyses qui courent les étagères de nos bibliothèques et servent de plaidoyers pour telle ou telle situation particulière du moment. Ces travaux de Chicane rémunérant sans doute leurs auteurs au poids, il nous a paru utile de ramasser les règles à l'essentiel à l'intention des jeunes royalistes et de ce

Lisez Les Epées

C'est une revue trimestrielle royaliste dont la devise est empruntée à Pierre Boutang : "Le droit du prince naît du besoin du peuple ". Le numéro 18 est consacré à un dossier qui fait la couverture en barbelés et titré "Défense de la Frontière", avec MM. E. Marsala, Alain Raison, Paul-Marie Couteaux, Michel Michel, Aymeric Chauprade, Benoît de Falkenhorst et Robert Grégoire. Suivent beaucoup d'articles passionnants, dont un sur l'instrumentalisation hardie des Grecs commise par Detienne de l'Ecole Pratique ; un hommage affectueux à Vladimir Volkoff ; un éreintage mérité de Harold Pinter ; un regard d'une fine acuité sur Arthur Honneger, et des lectures critiques en nombre. On termine sur l'Empire de la mélancolie, Génie et folie en Occident (expo), rare. Le sommaire est sur le site des Epées que vous pouvez atteindre en cliquant directement sur le titre du présent article. Voilà ! Glanés sur 64 pages - typographie assez petite, on n'est

Les Trois Voeux du Prince

Vous retrouverez le texte intégral des voeux 2006 de Mgr le comte de Paris en cliquant sur le titre de cet article. "La lutte des classes est dépassée, notre monde est à la veille d’un tournant de l’Histoire alors que nous subissons une lutte de civilisation. C’est vital. C’est passionnant... Si tu ne veux pas te battre, tu n’as rien à faire sur la terre de tes pères." C'est un appel au courage. C'est aussi une convocation à l'assaut du monde pour sa libération. La vocation de la France éternelle est réaffirmée, dans une tradition de l'honneur chevaleresque, qui avouons-le, paraît avoir disparu des allées du pouvoir depuis si longtemps que nous en sommes choqués. On attendait du souffle, on a la dénonciation du déclin et le refus de la gouvernance médiocre "enseignée dans les temples du savoir national administratif". Il fait fort Henri de France. Et de conjurer d'abord le choc des civilisations qui s'annonce, par l'oecuménisme de