Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du juin, 2006

Des vanités particulaires

Le paon héraldique est généralement représenté de front, la tête ornée d'une aigrette à trois plumes, la queue étalée en forme de roue ; ainsi figuré on le dit rouant. Lorsque le paon est posé de profil, sa queue paraît traînante. Lorsque les yeux de la queue sont d'un émail particulier on dit cet oiseau miraillé. Et voici ce que ça pourrait donner si un riche tonnelier providentialiste s’entichait d’un manoir à titre. Le paon symbolise la roue solaire, sa plume seule, l'orgueil bien placé. L'orgueil étant cousin de la vanité, il sied d'assimiler maintenant la procédure après le paragraphe héraldique. Avez-vous un beau nom, mademoiselle, comme aurait dit Jacques Laurent ? Article 61 du code civil : "Toute personne qui justifie d'un intérêt légitime peut demander à changer de nom./ La demande de changement de nom peut avoir pour objet d'éviter l'extinction du nom porté par un ascendant ou un collatéral du demandeur jusqu'au quatrième degré./

Le sou du roi

Second volet sur les conditions locales d'administration sous l'Ancien régime : la fiscalité en Bas-languedoc. Puisque nous allons parler en livres autant commencer par expliquer la monnaie : La monnaie du royaume était la livre tournois de 240d (deniers) ou 20S (sols) de 12 deniers. La livre tournois "pesait" en 1640 0,619g d'or pur, mais elle fut dévaluée et réévaluée avec un creux à 0,124g en 1720 lors de la banqueroute de Law pour remonter à 0,312g jusqu'en 1785. On estime généralement sa valeur entre 5 et 8 euros d'aujourd'hui. On frappait toutes sortes de pièces. Sous Louis XVI : - en argent : l'écu de 6 livres, le petit écu de 3 livres, le 1/5 d'écu de 24 sols, le 1/10 d'écu de 12 sols, le 1/20 d'écu de 6 sols. - en billon : les pièces de 2 sols, 1 sol 1/2, et 1 sol. - en cuivre : le liard double ou 1/2 sol de 6 deniers et le liard de 3 deniers. On croisait plus rarement les monnaies d'or : le double louis de 48 livres, le

La justice du roi

Justice de l'Ancien régime par le petit bout de la lorgnette, ou comment était jugé un bourg de la baronnie d'Hierle en Bas-Languedoc, Sumène, d'après ce que nous en a dit Boiffils de Massanne devant le caveau de qui je me découvre chaque année au mois d'août. "Nulle terre sans seigneur, Nul seigneur sans terre" , le principe wisigothique fondera le système féodal. Ce principe territorial explique l'organisation plus moderne qui lui succèdera et surtout la nécessité d'un cadastrage des valeurs et des servitudes. Le régime féodal est avant tout foncier. Deux autorités se partageaient le pouvoir sur la terre d'Hierle : le baron qui était Seigneur, c'est à dire chef des possesseurs de fiefs et souverain des roturiers ; et parallèlement à lui, l'Evêque qui prélevait la dîme. Le baron administrait par son Viguier et tranchait par son Juge. L'évêque par l'archiprêtre, curé de Sumène. Après le 16è siècle, l'encadrement territorial

La Route Royale des LDF

Les Lys de France communiquent par la voix de leur président Nicolas Chotard. Chers amis, Nous vivons des temps de grands périls, les forces de destruction issues des Lumières répandent de nos jours cette nouvelle utopie de la banalité. Notre société en refusant de se référer à Dieu passe à l'aphasie et perd son âme en même temps qu son orientation. Pourtant, le christianisme est le critère intrinsèque de notre civilisation, il détermine la structure des valeurs et éclaire la raison. La faillite des Lumières qui a développé la rationalité scientifique ne pouvait laisser place qu'au nihilisme et au relativisme, une sorte de résignation devant la vérité que l'on ne peut atteindre. Le vide des âmes pousse alors les hommes à l'apathie, à l'indifférence et les font tomber dans la misère intérieure, libératrice mais démoniaque. Le "phénomène" Da Vinci Code et le film Marie-Antoinette illustrent cette perversion de l'esprit qui sont aussi les conséqu

Le principe et les frasques

Les royalistes sont toujours effondrés quand la justice rattrape un prince éminent. Quels que soient les motifs de ces arrestations, et celle du prince de Savoie n'a pas le mérite de leur limpidité, nous avons le sentiment amer que notre propagande est chaque fois sérieusement entamée. Le roi est rentré au pays, - la loi d'exil a été abrogée par Silvio Berlusconi en 2003 - un juge hyper médiatique, beau comme un manequin Armani, qui cultive chaque matin une barbe de quatre jours, se paye le roi ! Nous n'avons pas d'éléments plus que ceux que la presse italienne rapporte ; graves et bénins à la fois, selon le degré de moralité de chacun. Le curseur de Royal-Artillerie est réglé sur "moyen" pour cause de lassitude au spectacle du monde. Le fils du prétendant italien (prétend-il vraiment,demandons-le à Monarchico ) est poursuivi en France pour hacking sur un site web hostile à la famille de Savoie. Le prince Siméon de Saxe-Cobourg & Gotha, Siméon II csar*

Plus forte est l'influence

Rama IX dont on fête les soixante ans de règne est un souverain constitutionnel qui ne gouverne pas. Neuvième roi de la dynastie des Chakri qui règne en Thaïlande depuis l'époque de Louis XVI, ce vieux roi (il a 75 ans maintenant) , impeccablement droit, fier, attentionné et digne, est pour son peuple déjà un des grands de la mythologie thaïe. Son autorité morale servie par une vie exemplaire, a été mise à contribution dans ce royaume de la diversité, comme un liant entre des antagonismes ethniques et économiques puissants. Si le régime parlementaire institué en 1932 peut en principe ignorer tel sourire, recommandation ou remontrance du roi, il doit compter avec l'opinion attentive des peuples du Siam qui, elle, est influencée par les silences et les gestes du monarque qu'elle admire. Ce qui le convoque de facto à l'arbitrage. Dans notre république froide et raisonnée, on néglige trop souvent l'influence des familles royales dans les pays qui nous entourent,

La démocratie c'est l'envie

selon Proudhon C'est une affaire de celles qu'on ne sait par quel bout prendre. Alors je vais vous la raconter simplement sous forme de parabole. Il était une fois ... ... un grand et beau pays qui avait sculpté aux frontons de son régime politique la devise trinitaire et généreuse de Liberté, Egalité, Fraternité . La dite devise s'appuyait sur une Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen que le pays en question n'eut de cesse de promouvoir dès qu'elle fut gravée dans le marbre, au son du canon Gribeauval chez tous ses voisins, puis par toute la planète, ou presque, son empire n'étant pas convoqué à la récitation. Vint un jour où la Misère du monde se mit en marche vers l'Eldorado moral. La bureaucratie qui en gérait les accès quelque dizaines d'heures par semaines seulement, fut vite débordée et les requérants d'asile en tous genres, honnêtes ou crapuleux, affluèrent. Le travail étant une denrée raréfiée par ces temps-ci, les nouv

La république, bouc émissaire commode ?

Le déclin du pays est-il vraiment celui de l'Etat ? La Nation est-elle la première victime du régime proclamé pour exalter sa souveraineté ? LA NATION - LA LOI - LE ROI ! Tels étaient mis sous le même joug les trois chevaux puissants qui tiraient le pays de France en 1790 et que l'on trouvera au revers des pièces de monnaie Louis XVI frappées jusqu'en 1793. Du trio ce serait donc la Loi , celle de la République, la cause de tout ; celle bien sûr qui a démissionné le Roi de l'attelage ; celle qui a mis à bas les valeurs morales traditionnelles de ce magnifique pays si divers et uni tout à la fois ; celle qui codifie de plus en plus les moeurs en investissant la sphère privée depuis que l'oligarchie cosmopolite l'a interdite de séjour dans sa sphère mercantile. Cette Loi qui a organisé la canalisation des flux de richesse au profit du nombre sans préjuger des mérites, qui a construit le règne des saltimbanques de la politique sur concours fléché. Cette Loi qu

Ici L'Ombre !

C'est ainsi que pourrait s'achever la radiodiffusion de la note de présentation du dossier trimestriel de la fameuse revue Les Epées en son numéro 19, qui titre sur les "Fantasmes du complot". "C’est dans la sombre matrice du complot que naît et grandit la nation démocratique. Non pas forgée au grand jour par les épreuves subies et traversées ensemble, ou mûrie par les jours tranquilles, mais sourdement travaillée par les énergies occultes. [...] Envers symbolique et nécessaire de tous les pouvoirs révolutionnaires, parfait instrument d’explication fantasmatique – et donc irréfutable, le complot traverse toute la société moderne, du XVIIIe au XXIe siècle. Les Épées l’examine, le scrute, le décrypte. Ici l’ombre !" 66 pages de bonheur. Alléchons le chaland déjà par le plaisir du texte qui nous sauve des cuistres qui commandent partout. "Lorsque nous entendons la nuit sur la lande comme un galop dans le grand vent, [...] leurs chevaux échappés vers

Pouvoir fort ?

La monarchie restaurable est-elle un pouvoir fort ? La fréquentation des forums royalistes permet de croiser toutes les sensibilités, du survivaliste mérovéen rassuré en secret par le Da Vinci Code jusqu'au royaliste social-démocrate qui veut simplement couronner la Cinquième république. Tous ont leur "chance". Dans l'état d'affaissement de la Nation et de putréfaction de l'Etat qui l'écrase, bien malin qui affirmerait déjà que son pronostic ne soit pas le bon. Après tout, pérenniser la fonction présidentielle actuelle qui embrasse plus de pouvoirs que jamais aucun chef d'état n'en eut en France avant et après le Premier Empire, en titularisant le chargé d'affaires en viager, est du domaine du possible dès que la dérive démagogique actuelle se sera brisée sur le défaut de patience populaire. De même, surgirait-il d'un passé très ancien le porte-étendard d'une dynastie réputée hâtivement perdue, qu'il mettrait d'accord les mais