Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du octobre, 2008

Réforme départementale

Le Comité Balladur est installé. Haro sur le département ! De tous bords on accable cette "antiquité" territoriale dessinée au compas équestre par la Constituante de 1789 afin de faciliter jadis l'administration de circonscriptions uniformes tant pour l'équipement (ponts & chaussées), la police, la justice que le fisc. Le fabuleux désordre administratif de la France d'Ancien régime s'accordait mal aux besoins d'un gouvernement moderne, et déjà en 1665, le roi Louis XIV avait étudié les plans du conseiller d'Argenson, sans y donner suite au moment, sans doute parce que la départementalisation affaiblissait par contrecoup les fiefs des grands du royaume et les notables, suffisamment concernés déjà par leur réquisition à la Cour. D'un côté donc, les Royalistes vomissent le département "révolutionnaire", de l'autre les fédéralistes s'en trouvent encombrés entre les comtés qu'ils attendent sous le nom d'agglomération de

World Economic Forum

Le Premier World Economic Forum™ consacré à l'Europe et à l'Asie Centrale s'ouvre dans deux jours à ... Constantinople ! Que va-t-on apprendre au-delà de la ruine des croupiers de Wall Street ? Par exemple que la Turquie n'est pas en excellente santé depuis que les pouvoirs s'affrontent autour de l'islamisation forcée d'un peuple, soufi dans sa nature. Mais rien d'inédit là. Par contre, nous allons découvrir que l'économie turque est bien meilleure que celle de pays membres à part entière aujourd'hui de l'Union européenne : si l'on n'attend pas de miracles de la Roumanie et de la Mafia bulgare¹, on se sait pas de prime abord ce qui retient la Tchéquie ou la Pologne de pospérer après les injections massives de la Communauté et les investissements massifs des conglomérats privés. Mais on frôle la stupeur quand on nous dit que la Hongrie est l'homme malade de l'Union ! Et que la Biélorussie mange sa soupe sur la tête de tous ceu

23° Lien Légitimiste

La 23° livraison du Lien Légitimiste est tombée samedi chez ses abonnés à l'édition papier, heureux lecteurs. Même après des lustres¹ de royalisme on y apprend chaque fois quelque chose. Ce mois-ci j'ai pénétré l'histoire discrète en France de la jeune monarchie belge dans le second volet de cette saga recensée par Gérard de Villèle. Entre autres choses que j'ignorais, l'accouchement d'une nation belge attendra l'issue de la Grande Guerre et la juste fierté des peuples pour leur roi-soldat Albert Premier. Le jeune prince héritier Léopold (futur III) servira dès 1915 comme simple soldat au 12° de Ligne ! Il était dans sa quinzième année ; ces gens ne trichaient pas ! Par contre je connais mieux l'histoire africaine (le travail !) et tique un peu quand Bernard Lugan affirme que "le Congo belge fut la seule colonie à n'avoir rien coûté aux Belges, les autres colonies n'ayant été que gouffres financiers dont les puissances européennes et co

UK Royal Artillery

La vidéo du week-end vous est offerte par le cousin grand-breton. Saluez le Royal Artillery de la Reine et montez le son ... Nous essaierons d'en prendre l'habitude, chaque samedi, une vidéo choisie ! Social Bookmarking Si l'article vous a plu ou déplu, vous pouvez aussi le faire suivre à un ami en cliquant sur la petite enveloppe ci-dessous :

Le Sakharov à Hu Jia

C'est Hu Jia qui reçoit le prix Sakharov 2008 décerné par le Parlement de Strasbourg. Qui est-il ? Un fouteur de merde converti au bouddhisme tibétain lors des émeutes de juin 1989, nous disent les réactions officielles chinoises, un activiste hyperactif qui a couru les tribunes étrangères pour dénoncer la politique d'ordre, un criminel glauque condamné à 42 mois d'isolement à la succursale du Lao-Gaï¹ de Tianjin pour incitation à la subversion du régime ; ce qui est parfaitement avéré. Ne soyons pas naïfs. Son palmarès est dans la wikipedia . « En décernant le Prix Sakharov à Hu Jia, le Parlement européen reconnaît de manière ferme et résolue le combat quotidien pour la liberté de tous les défenseurs chinois des droits de l'homme » . (HG Pöttering, président du Parlement) Les ligues et les associations des droits de l'homme comme la Laogai Research Foundation sont ravies de ce choix. A priori, moi aussi ! A posteriori, la décision du Parlement européen cont

Le roi du temps long

Le roi est la clef de voûte institutionnelle idéale puisqu'il pérennise l'idée de Nation, l'incarne toute et la domine. Il sert de repère fixe dans les périodes de tumultes, apaise les contentieux, recherche le bien de chacun et de tous, et par éducation, est au fait de la chose publique très tôt dans sa vie. La charge de roi accumule l'expérience nécessaire à l'exercice de sa fonction pendant une période plus longue que la seule vie du titulaire au moment. Le roi dont le souci premier est le legs d'un héritage toujours mieux consolidé n'est prisonnier d'aucun dogme, d'aucune idéologie, d'aucune loi supérieure à celle qui le sacre. Le roi est enfin la garantie d'un rajeunissement périodique de la clef de voûte nationale quand s'ouvre sa succession. Le modèle est naturellement évolutif. [ Conclusion de l' A-propos ] La conjoncture mondiale actuelle exacerbe la nécessité des politiques de temps long autant que la primauté retrouvée d

La crise révélation

«C'est à marée basse qu'on découvre qui se baigne à poil»². C'est le sage Warren Buffet, nouveau gourou de Business America, qui eut cette formule heureuse quand Lehman Brothers s'est effondrée sur Wall Street. "In Warren We Trust" est bien la devise qui remplacera "In God We Trust" sur les banknotes depuis que les deux candidats à la Maison Blanche ont déclaré le vouloir comme Secrétaire au Trésor. Il y a cinq ans, c'était "In Alan We Trust" qui avait porté la Bourse aux faîtes vertigineux dont elle chute aujourd'hui ! Mais si l'on sait que Lehman Bros était géré comme un casino et que des dizaines d'autres banques par le monde, ne voulant pas passer pour pauvres rats des champs, en faisaient autant pour se croire affutées, le reflux fait découvrir aussi de grosses entreprises abonnées à la cavalerie, qui rémunéraient leurs actionnaires par la marge de cession/acquisition d'actifs, et non pas sur leurs bénéfices d'e

Que joue la presse ?

S'est joué mardi dernier le psychodrame de La Marseillaise lors de la rencontre amicale de football France-Tunisie. Le pouvoir qui avait glissé sur deux broncas précédentes s'est pour le coup décidé à réagir fermement sans aller jusqu'à virer le secrétaire d'Etat aux sports, demeuré planté là à essuyer l'insulte. Demain, on arrêtera le match ! Ainsi les forces de l'ordre, dont on ne doute pas de la pugnacité, vont-elles expulser du stade et canaliser plus de cinquante mille personnes en colère ... vers Paris ! Je fais confiance aux hauts fonctionnaires de la police parisienne pour user au mieux de la méthode de raisonnement tactique appliquée à une émeute plus géante encore que celle de mai 68 au Quartier latin ! Et je plains par avance les sapeurs-pompiers. Ne me demandez pas de réfléchir aux solutions possibles, c'est déjà se mettre en péril ... les abysses de la connerie ordinaire sont insondables par définition. " From Paris with Love " : l

Collège Kléber Haedens

J'ai toujours eu une affection particulière pour Kléber Haedens (1913-1976), le cinquième houzard de l'apocalypse nationaliste. Après le journaliste et le critique, j'avais commencé le romancier et l'essayiste par la fin - relire Adios chez Grasset - et n'eus de cesse de remonter son chemin rugbystique et littéraire jusqu'à l'embut de départ. Ecrivain élégant, fidèle et puissant, il laissera dans la mémoire des lettres d'abord son Histoire de la Littérature française. Il était aussi "perdu d'afición" ce qui ne gâche rien. Dans un billet d'avril 2006, j'anticipais le 30ème anniversaire de sa mort pour permettre aux lecteurs de ce blogue de chercher un de ses ouvrages chez les bouquinistes d'ici là. Bref rappel : « Kléber Haedens est né en décembre 1913 à Equeurdreville près de Cherbourg dans la famille d'un militaire de carrière. Papa était officier d'artillerie. Cela lui permet d'entrer en 1927 au prytanée de La F

OIF et crise mondiale

Les francophones tiennent leurs assises à Québec le week-end prochain dans le cadre du XII° sommet de l' Organisation internationale de la Francophonie présidée par M. Abdou Diouf. Le secrétaire général de l'ONU, M. Ban Ki-moon, ouvrira le ban vendredi soir (pas fait exprès) . Le programme ambitionne de creuser quatre questions : - démocratie et Etat de droit, gouvernance économique, environnement et la langue française . Mais il se pourrait, qu'en raison de la forte présence de "pays du Sud", une vraie dispute s'ouvre sur les dommages collatéraux que le Tiers-Monde va subir du fait de l'engagement monstrueux de disponibilités par les pays de l'OCDE dans le but de sauver leur système bancaire et freiner la récession qu'ils attendent de pied ferme. "Qui se soucie des écuries quand brûle le château ?" (c'était de Louis XV, paraît-il, avant qu'il ne largue ... le Canada). Les trois premiers enjeux programmés m'apparaissent as

Europe-nations

Ceci est la nouvelle mouture du billet d'hier rendu obsolète par la réaction des bourses du Monde. Il s'est passé quelque chose hier ; en Europe. La réunion de l'Eurogroup ce dimanche à l'Elysée a accouché de cinq mesures (texte de la déclaration commune en cliquant ici ) : A court terme, (1) forcer les banques à se prêter de nouveau entre elles en leur offrant une garantie d'Etat sur les nouveaux prêts. Cette garantie sera délivrée à titre onéreux. Ce dispositif n'est pas obligatoire par tout l'Euroland mais les Français jouent sur la masse critique de garanties données par les quatre gros PIB européens : Allemagne, Royaume-Uni, France et Italie. Les autres suivront ou pas, qu'importe. (2) Recapitaliser les banques fragilisées "dans le respect des intérêts des contribuables", en contrepartie de plans de restructuration et sans égard pour les dirigeants et les actionnaires. Les Etats doivent déclarer leur enveloppe et leurs modalités nati