Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du octobre, 2006

Anjou en Anjou

SAR le prince Louis est passé par la Lorraine en venant d'Anjou pour une affaire de croix, dans le cadre de sa lutte contre le vice de pérégrinité. C'est de l'humour ! En revenant de la commémoration des 300 ans des Invalides à Paris, "De la croix de Baugé à la croix de Lorraine" était le magnifique alibi pour une prise de contact avec deux de nos plus belles provinces. Autorités administratives et religieuses l'ont accueilli chaleureusement. Ses fidèles aussi bien sûr. Baugé ou la croix double d'Anjou (bref historique) C'est l'histoire d'un chevalier de Philippe-Auguste qui fit Bouvines et partit en Terre Sainte respirer les parfums sarrasins sous les ordres de Thibault de Champagne, IVè du nom et dit Le Chansonnier, dans ce qui fut inscrit au livre des désastres comme La Croisade des Poètes (1240). Il s'appelait Jean d'Alluye. Sur la route du retour il croisa un évêque sur l'île de Crète qui lui confia un trésor, un morceau

Lien d'automne

Avant de se calfeutrer pour l'hiver il est d'usage de nettoyer sa chaumière sous le regard courroucé des pénates. Les miens sont intraitables sur l'ordre et la propreté ; aussi m'arrive-t-il de ne pas rentrer chez moi si je ne suis d'équerre. J'ai donc entrepris de vérifier les liens de ce blogue afin d'en évaluer la pertinence ou l'intérêt. La colonne commence par les princes. A tout seigneur ... Maison de Bourbon : le site est cossu mais assoupi. Il ne semble frémir qu'aux voyages en France du prince Louis-Alphonse de Bourbon et Madame, charmante en passant, et je verrai mal aucun déclassement de ce site qui nous propose un diaporama de cinq cent treize clichés sur le pèlerinage récent du prince en Lorraine. Maison d'Orléans : on dort. La manifestation à venir est la messe pour Louis XVI du 21 janvier 2006 ; le dernier mouvement est un appel oecuménique du prince Henri du 17 juillet 2006, et le chapitre des "défis de notre temps"

Provinces

Pour une fois, le billet est en cartes. Parler de monarchie fédérative débouche à un moment ou l'autre sur la résurgence des provinces d'ancien régime dont les noms qui fleurent bon le terroir n'ont survécu qu'en météo. L'exercice le moins fatiguant et le plus chronophage quand on aborde lé décentralisation, c'est le découpage territorial. A quelques-uns autour d'une table avec gommes et crayons on peut se disputer trois heures sans mi-temps. Voici trois cartes. Il est de très belles cartes anciennes disponibles sur la Toile. La première ci-dessous donne le découpage provincial de l'Ancien Régime. Notons déjà que le redécoupage administratif des généralités et des baillages était une revendication fréquente dans les Cahiers de doléances établis pour les Etats-Généraux de 1789. Donc les disparités était nombreuses qui nuisaient à l'efficacité administrative. La deuxième carte donne le découpage départemental que nous a légué la Constituante

Monarchie active au café politique

21 octobre 16heures Café politique de Versailles Rive Droite - direct depuis St Lazare. Jean Philippe Chauvin ouvre la saison avec la monarchie héréditaire, active et fédérative à la française. Mazette ! Héréditaire , on comprend assez vite automatique, même si l'histoire nous laisse quelques sauts de dents de la crémaillère capétienne. Fédérative , c'est l'aboutissement de la Décentralisation "provençale" de Maurras et Daudet et ... Defferre. Dans trente ans nous serons tous bilingues, patois et anglais. Active , c'est peut-être là que tout commence. " La Monarchie n’est pas un « régime-miracle » qui, d’un coup de « sceptre magique », résoudrait toutes les difficultés, mais c’est ce régime qui, sans vouloir faire un « homme nouveau », reconnaît et s’appuie sur les réalités, les qualités et les imperfections humaines, et cherche à en tirer les meilleures possibilités : bien sûr, les chemins qu’emprunte la Monarchie peuvent apparaître parfois impratica

Les Meilleurs, par Vivatrex

On oppose parfois le gouvernement du nombre, la démocratie, et celui de l'excellence, l'aristocratie, pour démontrer que le second contrevient aux lois sacrées de l'Egalité en droits, sinon en tout. Et de vite conclure qu'en république, la porte du pouvoir est ouverte à tous, à peine pour eux de convaincre le plus grand nombre de les y porter par leurs suffrages. L'aristocratie ne serait en revanche que le gouvernement d'une caste oeuvrant à la confiscation d'avantages indus. Il n'est pas midi dans ce postulat qu'on voit déjà l'usure de sa trame, car ainsi que le dit Vivatrex dans un fil du forum Vive Le Roy, "au moins jusqu'à un certain niveau, et qu'on le veuille ou non, on est déjà dans une société du gouvernement des meilleurs" . Mais laissons-lui maintenant tout l'espace : On peut dire ce que l'on veut de la Révolution, mais c'est elle qui a tout de même imposé la méritocratie en France. Le mérite, les &quo

Kuehnelt-Leddihn

Catholique autrichien convaincu de la supériorité en toute choses de la monarchie, le professeur Erik von Kuehnelt-Leddihn passera la première moitié de sa carrière aux Etats-Unis et la seconde au Tyrol. Anti-démocrate fervent et distingué, il annonçait la couleur dès le début de sa veine politique en publiant en 1943 La menace du troupeau . Sur le tard, il livrait encore en 1990, La gauche revisitée, de Sade et Marx à Hitler et Pol Pot , deuxième édition où il remplaçait Marcuse par le chef des Khmers Rouges. Mais la bible Kuehnelt fut son Liberté ou Egalité de 1952. Il y oppose démocratie et monarchie en déployant un argumentaire impeccable sur la supériorité de la seconde. La monarchie n'est pas fondée sur le régime de la dispute des partis qui provoque les affrontements par décompte de nombres décrétés tous égaux et classés par opinions, ce qui ruine le foisonnement de la diversité sociale, mais elle s'emboîte génétiquement dans la matrice familiale et ecclésiale de la soc

Socialisme royal

Le premier numéro de l’ASC, Action sociale corporative , vient de sortir sur un site dédié à la réflexion sociale d’Action Française. C’est un bimestriel pour commencer. On peut télécharger le document PDF et le lire à l’écran ou l’imprimer. Il fait 1,1 mégaoctets. Socialisme royal c’est peut-être vite dit. Loin du prêt-à-porter matérialiste épuisée, c’est de corporatisme qu’il s’agit, au sens privilégié par l’empirisme organisateur des pères de l’Action Française. Et oui, ça vient de sortir, ça n'arrête pas d'être nouveau, même si on n'en a pas encore parlé à la télé ! Qu’y trouve-t-on ? Sous une citation de La Tour du Pin «Le travail n’a pas pour but la production de richesses mais la sustentation de l’homme » et un chapeau de Firmin Bacconnier définissant le royalisme social il y a presque cent ans, la première livraison a l’ambition de faire découvrir les bienfaits du corporatisme à travers la critique des systèmes idéologiques courants qui se disputent l’ouvr

Invalides, chaise vide

Le 24 septembre 2006 était célébré le 300e anniversaire de la consécration de l’église Saint-Louis des Invalides sous la présidence du chef d'Etat-major de l'Armée de terre, l'office étant célébré par Mgr Le Gal devant une assistance nombreuse et recueillie. Reportage complet des Manants du Roy en cliquant ici Chacun a noté l'absence très visible de la Maison de France, malgré invitations relancées comme le souligne Portemont dans son article. Si quelque chose n'est pas net au royaume de Danemark selon Marcellus, il semblerait que chez son alter ego nec pluribus impar on soit retombé en enfance, à se demander ce qu'en penserait le maître d'oeuvre original s'il nous regardait de là-haut, lui qui est à l'origine de la grande division de sa Maison. Les relations entre les branches les plus affichées de la dynastie des Bourbon participent du jeu de cache-cache sur le manège enfantin où l'on se dissimule à l'autre dans la diagonale du pilie

Mixité des régimes politiques

Dans son excellent blogue de campagne, le candidat aux présidentielles Yves Marie Adeline pose la redoutable question du "régime mixte". « Les trois formes (de gouvernement) monarchie , aristocratie et démocratie , les Grecs les appelaient "les formes pures". A chacune de ces formes correspondait une "forme corrompue" : respectivement, tyrannie, oligarchie et démagogie. Ils estimaient que si l’une de ces formes était laissée sans contrepouvoir, elle dégénérait immanquablement vers sa forme corrompue. La solution qu’ils préconisaient consistait à mettre ensemble les trois formes, de sorte que chacune donne le meilleur d’elle-même, et que le poids des deux autres empêche le pire d’en sortir. C’est le principe du “régime mixte”. » L'histoire nous montre que tous les régimes même les plus démocratiques, créent leur "aristocratie", plus ou moins dérivée du modèle antique. Dans le même temps elle nous apprend que la confrontation des ambitions