Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du juin, 2009

L'étoffe du chef

La monarchie royalisante ou consulaire (celle que nous avons depuis 2007) est fondée sur l'incarnation du pouvoir, à la différence de la théocratie qui n'est guidée après Dieu que par un lieutenant général des puissances célestes sur terre, leur contremaître. Il existe aussi des monarchies contemplatives, au sens où les peuples sujets admirent le monarque qui s'en contente, et le pays avec ; c'est la dérive affective des monarchies du Nord. A regarder tous ces princes qui traversent nos revues pipoles, je me suis souvent posé la question de savoir en lequel se cachait le nouveau Frédéric II. La question prise autrement : que puis-je attendre d'un prince en position de gouverner ? Les principales qualités sont largement connues, les indispensables "conseils" de la formule aussi, mais par ces temps d'orages économiques et sociaux, j'ai trouvé cinq trames secondaires à l'étoffe, qui peuvent faire toute la différence. (1)- Etre psychologue pour

CMRDS 2009... Go !

Votre blogue favori soutient chaque année de quelques articles l'effort d'organisation qui permet cette convergence de talents pédagogiques exceptionnels vers le château de Lignières. Le camp Maxime Réal del Sarte est un exemple unique en France de formation intensive en "physique sociale" comme aurait dit Maurras. Bien des partis ont tenté de monter des structures estivales éphémères mais ils n'ont pas le matériau en quantité suffisante, et quand ils parviennent à structurer une doctrine qui fera sérieux auprès des participants, ils arrivent vite à l'Assommoir de Zola et aux toiles d'araignées socialistes des temps jadis. A l'ouest des communistes, et sauf catalogues électoraux spécialisés par scrutin, vous ne rencontrez plus personne sur un plan doctrinal construit que l'Ecole libérale autrichienne (avec Bastiat) et l'Action française. Alors profitez-en dans la tranche d'âge des tintinophiles (7-77). Passé 30 ans, vous devenez "conf

Bye bye Michael !

Un petit mot quand même... La foudre est tombée sur l'icône¹ de la pop music et l'onde de choc a fait le tour du Monde. Elle a pour nom : Demerol² ! Demerol®, un titre retiré de l'album "Blood on the dance floor" et remplacé par "Morphine" pour éviter l'assignation par le laboratoire de l'Utah qui produit cet opiacé. Anti-douleur total en injection, il permettait au chanteur de supporter tous les bricolages faciaux qu'il avait endurés. Ruiné par son entourage et ses caprices d'homme-enfant, il avait préparé le solde de tous comptes de ses créanciers par une tournée d'adieu. L'assurance des concerts avait été obtenue après une visite médicale sévère, vu le niveau de risque financier... (vidéo de "Morphine" page suivante) ... mais du jour au lendemain, il s'était réveillé avec cinquante concerts dans cette tournée ultime que l'organisation n'avait lancée que pour douze tant le succès était promis. Sans doute

27° Lien Légitimiste

Le Lien Légitimiste continue son bonhomme de chemin au tournant de l'été. Intéressant ? mieux, très bon cru le 27. On déchire l'enveloppe et on lit sans attendre. L'article choc de cette livraison est de François d'Orcival qui nous explique par le menu que la Révolution commença en 1774, à la mort du Bien-Aimé. Elle enterra la révolution royale que lui et ses ministres avaient lancée, trop tard en fin de règne. Ils avaient su guérir le royaume de la lèpre parlementaire des charges achetées, et dans l'année, réformé de fond en comble l'institution judiciaire : « En huit mois, tout fut cassé, démoli et rebâti ! » (Pierre Gaxotte dans le Siècle de Louis XV). On avait ensuite remanié le système fiscal et simplifiant les contributions directes et en sabrant dans les niches fiscales, jusqu'à faire applaudir Voltaire... A la mort du roi, la bataille politique contre les privilégiés était gagnée, par la réforme. Il eut fallu poursuivre et éradiquer l'engeance

Cercles vicieux

Notre pays est enchaîné aux cercles vicieux des quatre déficits¹ et de la Dette. Jetons le coq au fumier et prenons pour emblème national les anneaux Coubertin en les coloriant de rouge. Pourquoi ne pas dès lors accroître les impôts et taxes en gageant cet effort "national" sur une gouvernance assainie ou tout simplement honnête ? C'est d'ailleurs ce que réclame les socialistes, qui pensent dans la foulée rallier à eux tous ceux qui sont sous les radars fiscaux. Et bien non ! C'est impossible en France et dans d'autres pays addictés à "l'Etat-je-suis-partout", pour la bonne raison que la seule façon de diminuer les dépenses de l'Etat (et de ses collectivités locales) est d'assécher les caisses. Y aurait-il un euro dans le tiroir qu'il serait réclamé par l'un ou l'autre. Rappelez-vous la "cagnotte de Jospin" dans un budget en déficit. Ce déficit-là était moindre que prévu que déjà il fallait distribuer la différence,

Culture au carré

Ceux qui m'aiment prendont le Thalys, aurait dit la Fille du bédouin en montant dans la voiture place Vendôme. Depuis ce matin la chancellerie brûle de l'encens et du papier d'Arménie dans ses couloirs, ordre articulé du nouveau garde des sceaux pour chasser les paillettes vénéneuses de l'eurodéputée mutée. De son côté, l'endive de Savoie a fait dans la discrétion et se félicite in petto qu'il lui ait fallu deux successeurs pour tenir le pré commun de la ruralité. Des six autres qui partent, je n'en regretterai aucun, et prie le distingué lectorat de s'inquiéter des nouveaux venus : le plus intéressant est le neveu du Commandeur, fils de Robert M. qui conviait à sa table de sympathiques gentlemen, réprimandables aujourd'hui en application de la loi Estrosi en discussion au Palais Bourbon... Au moins aurons-nous dans le premier cercle du pouvoir un homme qui aime les rois, ce qui nous fera oublier le côté obscur du personnage qui le fait tant souffri

Des trous dans le Discours

Le discours au Congrès était bon, l'orateur pénétré de la solennité du moment, moins à l'aise que d'ordinaire, le président de l'Assemblée nationale avait le trac, l'assistance a joué le jeu. On n'a pas retrouvé la patte habituelle d'Henri Guaino dans le texte, et pour cause, il y a eu du rewriting pour éviter les chocs inutiles avec une opposition désorientée. A cet égard, les déclarations "dell'arte" de Jean-Marc Ayrault devant la Salle du jeu de Paume à Versailles faisaient sourire de tant de convenu, mais moins que les commentaires d'après discours qui reprochaient au président de n'avoir pas emprunté la voie socialiste du redressement ! Pour cela, faut gagner les élections, chers petits, et vous en êtes très loin comme vous le serine Jack Lang tous les jours, qui semble désintoxiqué des méthodes ringardes mal réactualisées de la vieille SFIO. Quant aux Verts de monsieur Mamère, ils reprochent rien moins au pouvoir actuel que de ne

Parle le roi

Héritier de la Curia Regis , le Congrès de Versailles se pousse du col afin d'atteindre la notoriété de la haute juridiction d'Ancien Régime et balancer le poids des Conseils constitutionnel et d'Etat qui le capent. Aussi saura-t-il profiter du retour de son maître au pupitre pour redorer son autorité gravement entamée par la "forfaiture" gaullienne de 1962 qui lui retirait le "roi". On comprend que la présidentialisation du régime conduise le patron de l'Etat devant les chambres réunies... Ce n'est d'ailleurs plus un président au-dessus de la mêlée, pas non plus un premier ministre immergé dans le quotidien, parfois un chef de parti jusqu'à midi ! La fonction est devenue bâtarde, le plumage ne disant pas le ramage, fonction "imbitable" de l'étranger, très française quoi ! Mais qu'importe ! Tout le monde aujourd'hui sera content d'en être, même secrètement en son for intérieur. La République, c'est aussi d

Burqa

Ce matin j'avais le choix entre Barrosino le Retour, le droit d'adresse du petit reître au Congrès et la burqa de l'UMP. Faisons léger et prenons la burqa. L'Etat invasif, par le canal ou l'uretère de députés lascifs et oisifs (80% du corpus législatif et règlementaire procède de "Strasbourg") veut voir derrière le grillage brodé de la burqa, qui ? fraude la laïcité, la sécu voire le fisc. L'émoi est considérable dans la classe politique depuis que Barack H. Obama a condamné au Caire notre loi sur le voile islamique. L'urticaire normatif qui ronge la République va-t-il dire aux femmes que porter ? Idiot ! A la réserve près que dans des démarches administratives où sont requises au guichet des pièces d'identité avec photo, il est élémentaire que l'agent identifie sans doute aucun le requérant qu'il a devant lui. Point barre ! Refus ? Le dossier au laniérage !... L'autre secteur social où la burqa - il ne s'agit ici que du cercu

Le grand cloaque républicain

La cellule anti-terroriste du Parquet de Paris vient de déplacer une plaque d'égoût ! Ça schmoutte ! Attentat anti-français de Karachi (2002) : l'Ottoman serait cité dans un dossier de commissions stratégiques sur sous-marins pakistanais comme d'autres le furent dans le dossier des frégates de Taïwan qui n'en finit plus de se terminer jusqu'à remettre au bloc Loïk Le Floch Prigent quand il reviendra d'Afrique. Vous l'avez oublié ? c'est l'ancien patron de Elf qui, au procès en appel des (rétro)commissions de 2003, avait menacé la cour de déballage, provoquant la clôture ultra-rapide des audiences. Va-t-il se décider enfin ? Dans la présente affaire il n'est pas convoqué, dommage ! Premier ministre de François Mitterrand, escorté d'un ministre frétillant du budget qui depuis lors a fait un sacré bout de chemin, Ed Balladur aurait parrainé¹ la vente de trois sous-marins Agosta au gouvernement de Mme Bénazir Bhutto, assortie de commissions dis

19° UDT légitimiste St Louis

J'avoue avoir manqué le début du film quand l'UCLF a annoncé cette année sa 19° université d'été Saint-Louis. Qu'importe, prenons-en acte et allons voir. Le programme est alléchant, le service apparemment soigné, et pour nos jeunes, l'occasion belle de se faire des relations de qualité parmi des gens aux idées claires articulées logiquement, que l'on rencontre de moins en moins dans ce monde de oufs. Le légitisme a une supériorité sur les autres approches royalistes : sa limpidité solidement fondée. Ni arguties, ni casuistique, le légitimisme aurait dû se choisir pour emblème l'enclume ! Il y a en fait sept panels de prévus à l'Université d'été 2009 : - 1830, chute de la monarchie restaurée en 1814 - Marie-Caroline, duchesse de Berry - Principes de la Légitimité et Lois fondamentales du royaume - Les successeurs du comte de Chambord - Les tentatives légitimistes après 1830 - Nation et légitimité - Légitimisme et orléanisme La manifestation se déroul

L'Allemagne seule ?

Project Syndicate¹ publie ces jours-ci une analyse sur «l'Allemagne et l'Europe» de l'ancien ministre des affaires étrangères du chancelier Shröder, Joschka Fisher. On peut la lire en français en cliquant ici , ce n'est pas très long, et sa concision ne diminue en rien sa pertinence. L'approche du ministre vert est parallèle à celle de certains royalistes qui doutent de l'Europe mais qui ne veulent pas détruire l'outil car il n'y a pas d'alternative dans notre Village Global pour les pays trop "moyens". Les partenaires économiques et stratégiques de l'Allemagne s'inquiètent du peu de réactions solidaires de Berlin dans aucun des compartiments où la convoque la Crise. Or, l'Allemagne ne répond pas à ces inquiétudes mais s'en désintéresse, même si la pièce franco-allemande poursuit ses représentations où chaque acteur surjoue son rôle, pour "continuer encore un peu l'histoire". A dire vrai, la Deutschland AG a fa