Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du mars, 2008

RAP 3

En attendant que les Sarkozy s'inquiètent du sort peu reluisant des Français (j'allais dire leurs concitoyens ) qui au 1er juillet prochain seront la risée de l'Europe, parce que banqueroutiers de leur modèle social, lisez du rap d'entrepreneur ! Instructif sur l'état d'esprit des banlieues et complètement français ! Seconde et dernière piqure de rappel : Kery James . Extrait de son nouvel album dans les bacs aujourd'hui sous le titre : Banlieusards : L'écran page suivante ... > Kery James - Banlieusard Partition de Kery James Son site officiel en cliquant ici On n'est pas condamné à l'échec , Voilà le chant des combattants, Banlieusard et fier de l'être, j'ai écrit l'hymne des battants, Ceux qui ne font pas toujours ce qu'on attend d'eux, Qui ne disent pas toujours ce que l'on veut entendre d'eux, Parce que la vie est un combat pour ceux d'en haut comme pour ceux d'en bas. Si tu n'acceptes pas ça c

Mammon contre Bouddha

Les Hans sont entrés au Tibet, province impériale aux marches du monde chinois, en 1950. Mus par l'idéologie communiste qui procède de la connerie en bottes-de-fer et consomme ses opposants comme du bois de poêle, les Chinois ont non seulement voulu recouvrer leur souveraineté himalayenne mais imposer aussi leur propre gestion matérialiste de la cité et des âmes qui s'y terraient. Les révoltes se succédèrent dès 1956 jusqu'au soulèvement de Lhassa en 1959 qui fit fuir le 14è Dalaï Lama aux Indes. Plus de 200 manifestations d'ampleur éclatèrent ensuite. La dernière ce mois-ci. Soixante ans après l'arrivée des armées chinoises, on constate que Lhassa a pris le train-fantôme du développement échevelé - surtout depuis l'ouverture de la ligne de chemin de fer - et dispose de tous les éléments du progrès, cafés-Internet à foison, 240 dancings et karaokés, 650 maisons de passes ; et le Potala, "Résidence des dieux", est entouré d'un beau parc d'attrac

Bataille de l'intelligence

S'il est un "truc" français aussi reconnu dans le monde que le Chanel 5 c'est bien l'intelligence, l'esprit, la culture insondable et la suffisance qui va avec. Normal ! Jusques aux derniers jours du siècle fini, ces capacités étaient un outil entre les mains de nos chercheurs et de certains de nos dirigeants, trop peu nombreux. Ils concouraient à la prise d'avantages nationaux ou particuliers avec leurs homologues du monde entier, et ne se trouvaient en pleine possession de leurs moyens que seuls. D'ailleurs la coopération bilatérale fut toujours réputée comme un encrassement de notre génie propre. C'était hier. Et nous ne parlons pas de coopération internationale maintenant, mais de l'Inde, où M. Guy Nègre est parti faire fabriquer sa voiture à air comprimé que personne ne veut ici. Aucun rapport avec la suite. Le second empire émergent est bien moins présent dans nos soucis que son aîné chinois parce qu'il n'inonde pas les gondoles d

La faible force du droit

Ma Ying-jeou est élu président de Taiwan. Après sa victoire aux législatives du 12 janvier, le Kuomintang de Tchang Kaï-chek († 1975) reprend donc les rênes de l'île chinoise. On sait maintenant que la reconnaissance de la Chine populaire par le président Nixon en 1972 aurait été le bon moment pour proclamer l'indépendance de Taiwan, les communistes d'alors n'avaient aucun moyen de passer le détroit et de débarquer. Mais le mythe de la reconquête nationaliste aveuglait les dirigeants de l'île. Depuis, les forces continentales ont fait des progrès, et même si leurs capacités amphibies restent douteuses, celles de bombardement sont sérieuses. La sécession de Taiwan est remisée sur les étagères de l'uchronie au motif d'une seule Chine. Dommage, en cette année de toutes les amputations, celle-ci aurait fait l'évènement avec une belle guerre derrière ! On se contentera de brûler les postes de douane du Kosovo nouveau. Ici, la résistance à l'albanisation

Une affaire d'honneur

Dick Cheney fait ces jours-ci la tournée des popotes pétrolières au Moyen Orient. La presse s’accorde à y voir une tentative de desserrer l’étau dans lequel l’OPEP tient les boules de l’Occident et de ses fournisseurs orientaux. Mais il est un motif non développé. Oussama bin Laden, le phénix fou, rescapé de la vitrification des Monts Tora Bora, nargue toujours le maître du monde. Georges Walker "Texas Ranger" Bush ne peut quitter la Maison Blanche laissant le bon Dr NO enfouillé dans les cavernes du Waziristân après qu’on lui ait plié deux tours à Manhattan et le Pentagone. C'est une question d'honneur de ranchero ! Ranchero avec la vraie ceinture à boucle Long Horn, santiags pointues turlututu ... Nous devrions donc assister au redéploiement des OPS américains sur l'Afghanistan oriental, à charge des pays de l'OTAN de flytoxer les provinces centrales et méridionales de cette contrée mythique aux effluves irréelles. Manque de chance, les Européens ne veulent

Démocratie sincère

Le scrutin municipal est sans doute le plus vieux de France. Si l'urbanisation romaine suscita l'émergence d'une classe de patriciens des provinces qui décidaient entre eux, c'est la création des communautés* (villes et bourgs) au sein des paroisses médiévales (territoire plus large alors qu'aujourd'hui qui découpait l'espace comme nos cantons ruraux actuels) qui recréa la démocratie locale. Et ceci dès l'octroi des Franchises Municipales arrachées au Seigneur Justicier entre le onzième et le treizième siècle. Nota * : Les "communautés", héritières des "universités", devinrent des "municipalités". Sous l'Ancien régime, on votait plus souvent qu'aujourd'hui dans les villes, pour une raison toute simple déjà : les syndics, plus tard consuls, étaient renouvelés chaque année. Sans entrer dans le détail de l'organisation municipale, voyons en quelques traits le fonctionnement démocratique d'alors, sur la base

Bucintoro

1798. Avaient déferlé sur l'Europe les hordes françaises de la Révolution apportant la Lumière. La ville natale de Don Juan n'en voyait pas l'usage ; mal lui en prit. Elle ouvrit l'année nouvelle en payant le prix fort pour les Pâques Véronaises (17 avril 1797) qui furent un soulèvement de résistance du peuple vénitien enragé, conduit par ses chefs naturels. Bien que vaincus une fois, ils ne s'étaient pas laissés impressionner par le "pirate génois", aussi talentueux à la guerre qu'il fut, et se mirent debout ! La résistance écrasée, l'aristocratie vénitienne détruite, le traité de Campo-Formio signé en octobre 97, des trains de mules à millier remontèrent vers la France les trésors artistiques de la République la plus prestigieuse du monde. Trente-cinq mètres de long, 7 de large et 8 de haut, le Bucentaure n'était pas transportable ! Pour enfoncer dans le crâne rebelle des Vénitiens la marque indélébile de leur soumission, on le dépeça le 9

Françafrique

Jean-Philippe Chauvin publie un billet intitulé Afrique appelant à continuer la Françafrique au motif de perpétuer la mission historique de stabilisation post-coloniale de la France envers le continent noir. Il a raison. Charles De Gaulle, fondateur de la Françafrique, à défaut d'avoir pu continuer la Communauté Française, avait laissé ce message quand il quitta le pouvoir : « Surtout, n'oubliez pas l'Afrique ! » Il fut certes entendu de ses successeurs, qui au lieu d'assainir les relations douteuses tricotées par le commis Foccart entre la métropole et ses anciennes colonies, y cherchèrent leur avantage, au moins pour ce qui concerne Giscard d'Estaing qui bénéficiait des travaux et des jours de son père dans les mines et de ses cousins dans les banques, en plus d'une stupide relation cynégétique avec l'empereur Bokassa qui lui coûtera sa réélection, même si le mensonge était sous-jacent dans l'affaire des diamants ... Mitterrand fit plus simple, et mi

Municipales

Royaliste et Français toujours , j'irai voter dimanche à l'élection municipale de ma commune. La démocratie de proximité est le mode de choix politique le plus adapté au monde gaulois, même si elle lève aussitôt un pavois pratiquement inaccessible. Au moins, les choix sont-ils exprimés en connaissance de causes. Comment voter ? Je n'ai aucun regard pour l'idéologie portée en bandouillère par telle ou telle liste sauf si elle composée à l'évidence de branquignoles, pour une raison simple : Les conseils municipaux ont aujourd'hui les mains liées par la dette communale, les lois et règlements qui pullulent et dictent la gestion municipale, les difficultés de refinancement auprès d'organismes soupçonneux et pour finir, des dotations d'équilibre en peau de chagrin, le pays étant au seuil de la banqueroute. Ainsi passée la première réunion tonitruante du nouveau conseil municipal, on se calme et on sort la calculatrice ... Critère n°1. Le réalisme. Je fais

Union méditerranéenne

L'appel de Rome du 20 décembre 2007, lancé par l'Italie, l'Espagne et la France, invite l'ensemble des chefs d'états et de gouvernements des pays riverains de la Méditerranée et des pays de l'Union européenne, à se réunir les 13 et 14 juillet 2008 à Paris. Il vient d'être approuvé par l'Allemagne à Hanovre. Ce sommet permettra de définir leur vision commune et les contours des projets qui seront mis en œuvre dans l'espace méditerranéen sous l'égide de l' Union Pour la Méditerranée . Au départ, le "candidat" Sarkozy évoquait une "Union méditerranéenne" sur le modèle de l'Union européenne, dont la vocation subliminale était de désamorcer l'amertume de la Turquie repoussée derrière le Bosphore. L'UM aurait eu un conseil décisionnel, le "Conseil de la Méditerranée" et un système de sécurité collective qui, selon le ministre-candidat, "lui permettrait de garantir la paix autrement que par la course au

Les Confessions reloaded

Offririez-vous les Confessions de saint Augustin à la Fête des Pères ou des Mères, Grand-Mères ? Ou pour l'anniversaire de votre rejeton ? A priori pas ! Vous avez tort. Les Confessions viennent d'être décapées à l'acide par un latiniste de choc, Frédéric Boyer, qui traduit chat par chat et nous rend la vitesse du texte original en le débarrassant des scories accumulées par l'augustinisme, titres, intertitres, notes de marketing canonique ; 416 pages au final. C'est moins que toutes les éditions précédentes (599p. en Folio poche), mais s'il y a moins, il y a tout ; édition intégrale des XIII livres. La lecture coule sans tous ses petits barrages de casuistique ou érudition qui hachent l'intérêt. Reste l'essentiel, la traduction serrée de l'esprit de l'ouvrage. L'original latin est ici . On retrouve enfin la vigueur de l'expression augustinienne : ainsi l'invocation de saint Augustin à Dieu, « Non ego vita mea sim : male vixi ex me, mo