Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du novembre, 2006

Vocation française et FERA

La France a-t-elle une vocation, c'est le thème d'une conférence-débat de la FERA à Bordeaux mercredi prochain. C'est le sujet gascon par excellence pour un cercle royaliste : Les trois mamelles de Sully, Fontenoy, les Lumières, Austerlitz, il y a de quoi se disputer. Souhaitons à la Fédération aquitaine une belle guerre d'un soir sur ce sujet. On est prié de venir accompagné de sa rapière au n°1 de la rue des Lauriers à 20h30 précises ce mercredi 6 décembre , pour la Saint-Nicolas. Retour au présent. C'est la République et ses succédanés impériaux qui ont inventé la vocation universaliste de la France, jusqu'à transformer l'essai par un immense empire colonial destiné à assouvir notre besoin de justice-pour-tous mâtinée d'égalité, sans omettre l'indispensable liberté que nous avons offerte à nos indigènes z'ébahis devant tant de mansuétude constitutionnelle ! Le régime capétien s'était contenté pour la France du rôle central de pivot, moye

Audiences

Excellent reportage de Portemont à la Mutualité pour les Manants du Roi. Dit en passant, que ferions-nous, royalistes, sans les Manants du Roi ? Le 20 novembre, à l'invitation de l'Institut du Bon Pasteur, la salle louée réunissait de 7 à 800 personnes attirées par le débat sur le Motu Proprio espéré de Benoît XVI pour le retour de la messe de saint Pie V dans la liturgie ordinaire de l'Eglise. Nous vous renvoyons à l'article annoncé par le titre "La Route sera-t-elle encore longue ?" Nous volons aux Manants ce raccourci de l'abbé de Tanoüarn pour nous assurer qu'il reste bien sur son sillon : « Je crois que le dialogue n’est pas un instrument de conversion… Tout le monde pensait la même chose sans le savoir. Le temps des antiquités théologiques est passé. » Pour ou contre la mondialisation ? « Il s’agit d’être contre la globalisation des esprits. Les années 70 ? Globalité mentale ! C’est une fantaisie de « l’homme blanc ». Accepter les différences

Le charme pervers de la démocratie

Démocratie émolliente. La politique du chien crevé au fil de l'eau populaire. La belle égérie de la Gauche de gouvernement réitère son constat de vacuité, en convoquant le peuple innombrable et magnifique qui l'a portée au seuil du pouvoir, à la rédaction de son programme de démocratie participative qui s'ouvre par la maxime de saison : "Ne mécontenter nul qui vote". Le catalogue qui risque fort de ne mettre en forme que des brèves de comptoir va certainement enchanter les doctrinaires pur-marx du parti socialiste qui chauffaient sur leur sein des constructions politiques sophistiquées bien trop complexes, à dessein. Le catalogue Royal à la Dubout démarre avec l'encadrement militaire des racailles, les jurys populaires, l'homoparentalité si elle passe à la Chambre, le dégrillage des moukhères et l'arrêt de la chasse à la baleine. La mère-protectrice de la Nation attend vos suggestions sur Désirs d'Avenir. Si les candidatures à droite se multiplie

Sortir de la Matrice

Sortir de la Matrice, telle était l'annonce de la conférence organisée au début du mois par l'AFE, Action Française Etudiante . Il s'agissait de s'arracher au lavage de cerveau qui depuis deux cents ans nous impose le mythe républicain. Comme le dit Jean-Philippe Chauvin : « ce mythe se veut exclusif et se revendique le « tout » de la France, au point d’oublier que la France, ce n’est pas, en elle-même, la seule période républicaine. La République fait croire que tout ce qui lui opposé ne peut être que le mal, le diable, l’ennemi des libertés, etc. » Pour sortir de la Matrice, contentons-nous d'analyser les valeurs que le régime brandit au fronton des édifices publics. Liberté S'il est vrai que la Révolution, quand elle eut cessé de boire le sang de ses adversaires, apporta le principe de la liberté individuelle, elle se limita au principe, et il faudra attendre la Troisième République pour apercevoir un début d'application. La liberté n'était-elle p

Séparation des pouvoirs, concept d'impuissance

Dès que l'on aborde la question monarchique, à part de s'en tenir à la pipolisation pérenne de la fonction d'un chef d'état décoratif, on objecte de la confusion des pouvoirs si le roi est actif. C'est imparable ! Non l'objection, mais la confusion. Mazette ! On versera donc dans le despotisme ? Souhaitons qu'il soit éclairé. A moi, l'éolienne ! Qui sont-ils ces pouvoirs qu'il faut séparer dans le gouvernement du genre humain ? Montesquieu en a trouvé trois, et en regardant bien on pourrait aller jusqu'à cinq si l'on convoquait au débat l'étage supérieur, celui qui commande à toutes choses dans bien des Etats du monde d'aujourd'hui, le pouvoir religieux. Ne compliquons pas et restons à quatre : Législatif, exécutif, judiciaire et médiatique . Réunissons-les dans la même pièce, et l'on s'apercevra que le gorille de 500 kilos dans le coin qui fait peur aux trois autres, c'est le pouvoir médiatique, le faiseur d'opi

Edito N°12 de la Gazette

Guerre pour l'eau Cet été la chasse a débuté le 15 août ! Pourquoi ce plaisir de tuer ? Le désir de prouver que l'Homme est de race supérieure ; mais à qui et à quoi, si nous nous comportons comme des sauvages ? Or, chez nous niche un couple de ramiers, entre autres oiseaux qui n'ont pas peur de nous approcher. À la tombée de la nuit, des plaintes, des gémissements : un des ramiers, seul près de son nid pleurait à sa façon l'être aimé qu'un imbécile lui avait fauché d'un coup de fusil. C'est la première fois que j'entends un oiseau pleurer… Dans notre monde sans repères, une autre chasse, la chasse à l'Homme, une guerre est en train de se dérouler avec sa cohorte de drames humains terrifiants. Mais des véritables enjeux, nul n'en veut parler. Certes Israël aimerait récupérer ses soldats raptés par le Hezbollah. Certes cette composante chiite avec ses instructeurs nord-coréens demeure une épine dans une plaie ouverte au nord d'Israël, et ta

Bogdan aux Lys de France

Nous parlons aujourd'hui de l'homme du Milieu. Non ce n'est pas François Bayrou, car il va au fond des choses. Sa conférence sur les limites de l'Europe avant que Bruxelles ne délire dans l'élargissement infini, a fait date. On la lira avec beaucoup de profit en cliquant sur ce lien de la Tribune . Henry Bogdan est agrégé d'Histoire et diplômé de "Langues O" en finnois. C’est le spécialiste de la Mittelleuropa, de l'histoire des pays d'Europe centrale et orientale, et en particulier de la question des minorités nationales. Il a beaucoup publié, essentiellement aux Editions Perrin. C'est du lourd. Bogdan a éclairé bien des lanternes dans ces articles sur les Turcs à l'assaut de l'Europe, chez Clio . Mais aujourd'hui nous évoquons cette grande famille, la maison d'Autriche, qui fut notre rempart contre l'impérialisme ottoman. Histoire des Habsbourg, ses origines à nos jours « La dynastie des Habsbourg a occupé, pendan

Héritage et compétences

C'est une question fréquente dès que l'on propose une monarchie successible héréditaire : "Le fils de ..., en situation de régner, restera-t-il le fils de ... ou s’imposera-t-il naturellement ?" Les dernières élections américaines viennent de "consacrer" le fils Bush, ramené pour l'Histoire au sobriquet de "Dubbleyu". Le régime va l'expulser lentement. Il y a bien plus longtemps, on se souvient que lors de l'avènement de Louis XVI, le peuple de Paris avait orné la statue de Henri IV au Pont Neuf d'une pancarte "Resurexit" exaltant la popularité du jeune souverain qui succédait à un long règne de 50 ans, difficile et souvent mal compris ! Le nouveau roi avait bien plus de connaissances livresques que le Vert Galant mais ni son tempérament ni sa poigne, et bien moins d’expérience que le défunt roi. Pourtant on le pressentait au niveau requis ; il représentait le retour de l'espoir, la compassion, la jeunesse d'esprit

La robe perdue de Christian Lacroix

Retour vers la profanation de la chapelle royale de Versailles. On se souvient de l'émeute soulevée au mois d'octobre par le projet d'exposition Lacroix dans cette chapelle consacrée. Il s'agissait d'une exposition de robes de mariées, qui avait donné lieu à un brillant reportage préalable à la télévision, dans le cadre de la Nuit Blanche. Extraits de l'agacement de madame la conservatrice, paru dans Le Figaro du 13 octobre : "Faire ainsi référence aux événements du passé et notamment au mariage de Marie-Antoinette et de Louis XVI, tout cela composait un projet cohérent, de nature à servir le lieu. Nous n'avons pas été déçus et tous ceux qui ont vu l'oeuvre ont été frappés par sa beauté et sa poésie. Cette possibilité, malheureusement, n'a pas été offerte à nos 30 000 visiteurs, qui auraient voulu admirer, eux aussi, et qui en ont été empêchés par des manifestants parfois violents, puisque trois de nos agents ont été blessés, ce qui nous a c

Garde suisse, d'un château à l'autre

Le Sac des lansquenets . Le matin du 6 mai 1527, depuis son quartier général situé dans le couvent Saint-Onofrio sur le Janicule, le Connétable de Bourbon commença les assauts sur Rome. Au cours de l'un d'eux, à la Porta del Torrione, alors qu'il escaladait les murailles, il fut touché à mort. Après un moment d'hésitation, les mercenaires allemands défoncèrent la Porta del Torrione, tandis que les lansquenets impériaux envahissaient Borgo Santo Spirito et Saint-Pierre. La Garde suisse , rassemblée au pied de l'obélisque qui se trouvait alors près du Campo Santo Teutonico, et les quelques troupes romaines, luttèrent désespérément. Le commandant Kaspar Röist, blessé, sera massacré par les Espagnols chez lui, sous les yeux de sa femme. Des 189 Suisses engagés dans la bataille, seuls 42 purent en réchapper, c'est-à-dire ceux qui, à la dernière minute, sous le commandement de Hercules Göldi, avaient mis en sûreté le pape Clément VII au château Saint-Ange ; les autr