mardi 17 octobre 2006

Les Meilleurs, par Vivatrex

sans peur et sans reprocheOn oppose parfois le gouvernement du nombre, la démocratie, et celui de l'excellence, l'aristocratie, pour démontrer que le second contrevient aux lois sacrées de l'Egalité en droits, sinon en tout. Et de vite conclure qu'en république, la porte du pouvoir est ouverte à tous, à peine pour eux de convaincre le plus grand nombre de les y porter par leurs suffrages.

L'aristocratie ne serait en revanche que le gouvernement d'une caste oeuvrant à la confiscation d'avantages indus. Il n'est pas midi dans ce postulat qu'on voit déjà l'usure de sa trame, car ainsi que le dit Vivatrex dans un fil du forum Vive Le Roy, "au moins jusqu'à un certain niveau, et qu'on le veuille ou non, on est déjà dans une société du gouvernement des meilleurs". Mais laissons-lui maintenant tout l'espace :

On peut dire ce que l'on veut de la Révolution, mais c'est elle qui a tout de même imposé la méritocratie en France. Le mérite, les "capacités" devaient être récompensés. Et il y avait un certain consensus là dessus puisque, même si elle avait ses opposants, l'idée n'était pas défendue que par les bourgeois du Tiers mais était aussi par de grands nobles libéraux.
Donc notre société est tout de même celle du mérite et du gouvernement des meilleurs. A la tête de l'Etat se trouve, il faudrait être de bien mauvaise foi pour ne pas le reconnaître, souvent beaucoup d'intelligence et de culture. Au moins beaucoup de diplômes ! Nous sommes donc, d'un certain point de vue, déjà dans le gouvernement des meilleurs.

Alors où est le problème ?
Le problème est dans l'élection.

Car cette intelligence va se dépenser non dans une gestion sincère des questions d'importance pour notre pays, mais dans l'analyse des rapports de force politiques, afin d'en tirer profit pour obtenir le pouvoir par l'élection. Nos hommes politiques sont les meilleurs... les meilleurs menteurs, les meilleurs comédiens, les meilleurs rapaces, les plus grands cyniques ! L'élection pousse toute cette intelligence à se dépenser souvent dans de vaines querelles (les querelles d'hommes), mais surtout elle pousse à caricaturer le débat et les idées pour stigmatiser l'adversaire et déchaîner les passions (il faut "fidéliser la clientèle"...), elle pousse à chatouiller les passions populaires afin de récolter les voix... quelqu'en soit le prix. Les élections à venir vont encore nous en donner la démonstration.

Problème encore dans l'élection, lorsqu'elle donne la possibilité à des incapables notoires de se présenter et d'avoir des chances d'être élus ou d'obtenir du pouvoir.
Que dire lorsque un facteur peut faire campagne pour devenir chef d'un Etat comme la France ? Les niais diront que c'est très beau et que c'est l'égalité ? La belle affaire !
Que dire lorsque des "néants" comme Voynet ou Bachelot parviennent, pour de simples raisons de cuisine électorale (c'est au moins certain pour Voynet), à être ministres de notre cher pays ?


Que dire lorsqu'une incapable comme Ségolène Royal est en tête des sondages à la veille d'une élection présidentielle ? Même un journal comme Le Monde a noté son incapacité au moins dans certains domaines comme les affaires extérieures (ressortissant pourtant au "domaine réservé") et les finances (à l'heure où le déficit bat des records), cela laisse rêveur...

Je n'ai donc rien contre le gouvernement des meilleurs... dès lors les portes du gouvernement sont ouvertes à tous et que les postes ne sont pas la propriété de quelques-uns. Je suis foncièrement contre la stratification du pouvoir par le retour à une "aristocratie" dans le sens du gouvernement d'une noblesse héréditaire et privilégiée, idée à mon avis complètement saugrenue et ridicule. Là dessus je serai d'accord avec 99,99% de la population française qui refusent viscéralement toute idée de rétablissement d'une "noblesse" avec tout ce que le mot sous-entend.
Cela pour dire que non seulement l'idée de rétablissement d'une "noblesse" est ridicule, mais qu'en plus elle est impossible à réaliser, et complètement contre-productive politiquement pour notre cause. Sans avoir besoin de répéter, parce que c'est l'évidence même, que rétablir une "noblesse" serait la pire ânerie à ne pas commettre si nous voulons le bien de notre pays.

Je m'étonne d'ailleurs qu'un républicain et démocrate dans l'âme comme on en croise souvent, s'insurge contre l'idée d'un gouvernement des meilleurs. D'une part quel est le gouvernement qui, d'une manière ou d'une autre, ne se déclare pas le gouvernement des meilleurs mais celui des plus nuls ? Et d'autre part, cette idée de gouvernement des meilleurs rejoint très bien l'idée de gouvernement des plus méritants et des plus capables, point sur lequel nous pouvons nous entendre... au moins avec une large part, sans doute majoritaire, des royalistes. Je note que l'Action française est, à commencer par elle, complètement opposée à toute idée de rétablissement d'une "noblesse" héréditaire et privilégiée.

Nota : si je mets des guillemets à "noblesse", c'est parce que croire qu'il suffit de naître dans un certain groupe pour bénéficier de qualités particulières est non seulement la preuve d'un immense orgueil mais surtout une erreur criante. La noblesse est personnelle et se juge à son tempérament, voire à l'aune de ses actions. Sinon, on n'est pas noble, mais on est le "fils de"...
(fin de la citation)



Effectivement, mais l'on peut accepter qu'une éducation au sein d'une famille aux antécédents prestigieux ne soit pas un handicap pour les rejetons, si les successions n'ont pas abâtardi la veine. Toutefois, la résurrection d'une noblesse d'Etat ouvrirait aujourd'hui tant d'immenses et ridicules disputes sur l'origine des armes brandies - il y a tant de noms illustres mais relevés -, qu'elle y perdrait tout le lustre que lui accorde encore le vulgaire.

Sans plus épiloguer, nous dirions aux jeunes Roycos, suivez les conseils de Vivatrex et décrochez les meilleurs diplômes, car c'est le bagage que vous présenterez qui primera, malgré tout, votre "notoriété" a fortiori son absence (provisoire) ! Aux autres, déjà connus, souvenez-vous de la parabole des talents. Nous, les manants, les piétons, les sans-grades et pauvres ribauds, allons avoir besoin des meilleurs d'entre vous, avec ou sans "de".
Vive le roi !



fiat lux

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly