lundi 8 janvier 2018

L'Épilogue possible à Notre-Dame des Landes

Jolie cabane près de la Saulce en ZAD
Notre Dame des Landes, voie sans issue, sauf dans le schéma larzacien d'une petite république agricole. Etant acté l'abandon du projet le plus stupide* depuis longtemps parmi les infrastructures d'orgueil de la République des copains et des coquins - il y a pléthore d'exemples depuis le scandale UDR de la Villette - l'épilogue devrait cette fois être positif et non violent en appliquant le schéma proposé par José Bové.
Quel est-il ?

(*) il aura suffi de changer l'axe de la piste de Bouguenais pour régler le défi aéroportuaire !


Bien que le dispositif soit médiéval en diable, à la limite wisigothique, le projet Bové revient à bailler les terres libres de droits à une société foncière emphytéote qui se chargerait d'affermer des parcelles aux cultivateurs volontaires, l'idée de fond étant de développer une agriculture alternative adaptée au terroir.
Le plan Bové est diffusé sur Altermonde. On peut le lire en cliquant ici. Nous allons le synthétiser ci-dessous :

Zappatoc assagi
Il convient d'abord de clarifier la carte des droits à l'intérieur du périmètre de la ZAD. Certains ont vendu les terres et sont partis, d'autres qui sont restés veulent les récupérer, certains avaient refusé l'expropriation mais s'y étaient résolu pour des raisons diverses (souvent familiales ou pécuniaires), d'autres enfin étaient et demeurent réfractaires à toute cession de leurs parcelles à Vinci. Restent enfin les terres cédées et appartenant juridiquement au promoteur du projet d'aéroport ; ils sont les alleux de jadis. La carte prendra deux ans.

A partir de la carte et seulement à ce moment, on pourra dessiner au sol la société emphytéote capable d'affermer. Tous les habitants et les exploitants de la zone seront sociétaires, ce qui ne manquera pas d'alimenter débats voire disputes sur les usages proposés ou les méthodes d'exploitation à retenir ci ou là ; mais après la dureté des conditions du stage de résistance "ZAD-NDDL", José Bové compte sur la force de la démocratie locale pour surmonter les différents et rapprocher les points de vue pour un vrai développement de l'espace libéré. De notre point de vue d'Aveyronnais, c'est jouable quand les sociétaires décident de solutions concrètes à l'intérieur d'un périmètre précis de conscience politique. C'est aussi le projet de Jean Lassalle : communaliser au maximum possible l'action politique afin d'impliquer les citoyens dans leurs capacités contributives (clic sur les libertés basses).

En complément, on lira avec profit l'article de Reporterre Un plan de sortie heureux pour le conflit de Notre-Dame-des-Landes de Nicolino, Beaulieu et Besset, auquel article nous empruntons le zonage ci-dessous des deux mille hectares concernés :


On pourrait aussi dans le futur pédagogiser la démarche écologique en favorisant sur place une école agricole des zones humides, des ateliers de cultures à faible empreinte, etc, etc. Reste à faire confiance aux acteurs locaux et peut-être à desserrer les normes et règles du plus grand emmerdement possible qui étouffent la créativité française. Alors, si ça marche, pourra-t-on répéter le schéma sur des zones moins conflictuelles mais déshéritées de moyenne montagne qui aujourd'hui se désertifient alors qu'il y a des bras qui ne demandent qu'à s'employer.


Question subsidiaire sans intérêt : Le groupe Vinci va-t-il foutre à la porte monsieur Hagelsteen, ancien préfet de Loire-Atlantique, qui fut en charge de la mise en concession de l’aéroport Grand Ouest au mieux-disant et embauché l'année suivante par l'adjudicataire ? A leur place, je me vengerais :)

4 commentaires:

  1. Voici la solution de Philippe de Villiers :

    http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2018/01/philippe-de-villiers-je-suis-tr%C3%A8s-inquiet-pour-mon-pays.html

    RépondreSupprimer
  2. Voyez la dernière MAJ sur :
    Quelle heuristique pour notre CRIL17 ? [ MAJ 12/01]

    http://cril17.eu/

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  4. Notre-Dame-des-Landes : l'heure du choix a sonné dit Le Figaro .../...
    « Dans un cas , on rigolera ; dans l’autre cas, on aura fini de rigoler », conclut Sylvain Fresneau sur
    http://www.lemonde.fr/planete/article/2018/01/17/les-forces-de-l-ordre-convergent-vers-notre-dame-des-landes_5242835_3244.html#yGpc92QlxX7YtG1P.99

    Pour vous l'heure de la gloire ou quelques belles tribunes à suivre au fil des rires et/ou des pleurs ou des cris des uns et des autres ??? Suspense pour quelques minutes encore !


    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés a priori. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Le CAPTCHA provisoirement supprimé est réinstauré à cause de l'affluence de spams automatiques à modérer. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly