vendredi 7 novembre 2008

La passe de Khyber

Cliquez pour la météo de KaboulSur la grand route Peshawar-Jalalabad-Kaboul, le fameux col de la Khyber Pass n'est finalement qu'à 1072 mètres d'altitude et donc ne ferme jamais, ce qui marque tout son intérêt. Il est la porte communicante entre le Moyen Orient en feu et le sous-continent indien en chaleurs. Tout le monde a passé, passe et passera par là depuis les Aryens de la haute antiquité nazie, les armées d'Alexandre le Grand, les Mongols de la conquête timuride, les Anglais trois fois battus en 1839, 1878 et 1919, les hippies des sixties fleuries chargés d'acide et Mollah Omar à moto. Le chemin fait officiellement 50 km de lacets entre le fort de Jamrud (Pakistan) et la ville marchande de Tokham (pile sur la ligne Durand formant frontière entre les deux pays pachtounes) ; il passe au plus haut par Landi Kotal, ville surplombée par des montagnes où la rumeur situe ceux dont on ne prononce jamais les noms.

La surveillance tactique est assurée par l'armée américaine depuis la base d'appui-feu de Towr Kham située sur la frontière côté afghan. Je ne sais s'ils ont du 105 ou du 155, mais des drones armés sûrement. Le pays qui appartient aux territoires insoumis, est infesté de brigands, déserteurs, armuriers, mercenaires, talibans, agents doubles, marchands et alqaïdistes, plus quelques paysans qui dans les vallons poussent des chèvres, font des céréales, du coquelicot et des légumes sur le versant pakistanais, et du pavot sur le versant afghan. Repos, vous pouvez fumer. Pas n'importe quoi.

passe de Khyber
A Tokham comme partout, on a appris l’élection de BlackMan sans trop savoir si elle signalait la fin de la demi-guerre et le retour des touristes. La pacification progressive de l’Irak qui interpelle quand même les fiers guerriers de la montagne, annonce le renforcement du contingent américain et une pression accrue sur les FATAs¹ pour en extraire le pus terroriste. Les bombardements américains de sites suspects côté pakistanais ne sont pas près de diminuer. Finalement que du mauvais pour les vilains et le commerce.
Trois brigades de combat de l'US Army (3x5000h) devraient être transférées en Afghanistan l’an prochain, en même temps que l’instruction de l’armée nationale afghane serait accélérée sur le format irakien. Le Pentagone a l’habitude (ou le travers) de répliquer les dispositifs qui font leurs preuves ailleurs. L’Afghanistan est très différent de l’Irak, à cause déjà de sa géographie montagneuse mais surtout de la pauvreté de ses ressources naturelles qui ne laisse de munitions que celles de la fierté.

carte du pachtounistan
Mais plus grave, l’Afghanistan n’est pas gouverné ! Ses forces de l’ordre sont inefficaces et douteuses, ses fonctionnaires incompétents, sa corruption endémique fait rage jusqu’au plus près du président Karzaï, gravure de mode sans épaisseur. Ce « cabinet des étrangers » n’a pas d'autorité sur son administration qui ne répond hors de Kaboul qu’aux gouverneurs des provinces et à leurs préfets. Par endroit ça marcherait plutôt bien ; ailleurs et plus souvent c’est l’anarchie. Cette faiblesse de l’Etat conjuguée à la pression nocturne des groupes insurgés sur les populations civiles, déclasse la solution militaire d’importation et va obliger les commandements alliés à prendre langue avec les Talibans. Les Anglais ont testé dit-on le concept.
Hamid Karzaï qui ne veut pas être le dernier des mohicans si Washington ouvre des pourparlers, a déjà fait passer une invitation à palabres à Mollah Omar ! La seule condition que les alliés mettront finalement à des accords de paix inter-afghans sera celle de rompre tout lien avec le parti arabe d'Al-Qaïda, voire même de les livrer prêts-à-cuire pour Guantanamo. Mais la pieuvre a converti beaucoup d'autochtones maintenant et les FATAs pakistanaises sont infectées. Si le pilonnage des Waziristans continue, et si dans le même temps on s'applique à épargner les populations villageoises afghanes qui à leur corps défendant, servent d’abris aux Talibans infiltrés, la tactique peut, selon des observateurs permanents sur zone, faire exploser Al-Qaïda. Au-delà des incantations pieuses et des rites funéraires la Base ne sème que la mort, et si bien des gredins au chômage suivent la danse macabre, leurs familles sont exténuées et accepteraient n'importe quelle solution de sécurité pour leurs enfants.

Le nouveau président américain a parfaitement saisi lors de son séjour au Moyen Orient que le défaut de la cuirasse était justement à l'endroit des points durs, comme en dinanderie. Il va écraser les FATAs douteuses pour les détecter.
C’est pourquoi la Khyber Pass reste un axe stratégique, autant par sa capacité de menace d’invasion américaine de la zone tribale que par le libre passage qu’elle offre en toutes saisons. Les autres cols sont plus hauts.

carte météo afghanistan novembre
Après ces négociations que restera-t-il de la dictature de corruption des Karzaï ? Ce qu’en décidera la prochaine Loya Jirga ! Elle n'a pu choisir feue S.M. Zaher Shah en 2002, alors qu'il aurait apporté une autorité morale, la dignité dans la fonction et exigé l'honnêteté autour de lui. Sera venu le temps d’instaurer une dictature consentie de la loi et l’ordre en la personne d’un gouverneur puissant, le plus puissant si possible et disposant comme ... Hughes Capet d'alliés sûrs. Fédérer les provinces autour de quelques grands projets structurants serait le meilleur projet de l'ISAF². Un Plan à la soviétique (ou à la française) approuvé par tous les chefs de clans serait le vrai liant de la nation afghane. Que cèdera-t-on aux Talibans des us islamiques médiévaux reste la question à cent mille dollars.

Novembre, l'hiver arrive qui raccourcit les jours, accroît le trafic louche et apporte la neige, mais la Khyber Pass, cordon ombilical des Pachtounes, restera ouverte. D’ailleurs une voie ferrée y monte côté pakistanais, perçant 34 tunnels sur 40 kms ! Le mauvais temps promis, j’ai une pensée pour les soldats de la Coalition et tout particulièrement pour les nôtres, assez mal commandés et bien mal équipés, qui stationnent dans la vallée de Kapisa pour barrer vers le nord le meilleur accès secondaire à moto vers Kaboul. Leur mission est de tenir la piste, prenons-en tous les moyens, bétonnons les crêtes (Lafarge c’est français !) et tenons-nous en là. Personne ne devrait perdre la vie …… avant les "Accords d’Evian" du proconsul Petraeus.



Question pour le zinc : Et si nous profitions de l’ineptitude du gouvernement pakistanais pour créer enfin ce Pachtounistan contre lequel se battait l’Empire des Indes britannique ? Peu nous chaut qu'y croisse le coquelicot si ce grand carrefour asiatique est stabilisé et laisse passer nos pipelines, et nos tunneliers vers les mines baloutches !

Note (1) : FATA : Federally Administered Tribal Areas plus ou moins gérées par Islamabad
Note (2) : ISAF : mission de l'OTAN en Afghanistan, séparée des opérations US



badge kapisa
Si l'article vous a plu ou déplu, vous pouvez aussi le faire suivre à un ami en cliquant sur la petite enveloppe ci-dessous :

2 commentaires:

  1. Un album de photos intéressantes prises par Peter Langer est au bout de ce clic.

    RépondreSupprimer
  2. Belle photo d'une sentinelle des Khyber Riffles au fort Shagai en cliquant ici.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés. On peut utiliser les balises a, b et i dans leur rédaction. Pas de commentaires "anonymes".

Printfriendly